Le propre de l'humain

-

Livres
204 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage est le produit d'une réflexion d'un groupe de chercheurs qui tente, depuis une dizaine d'années, de faire vivre et cohabiter les approches psychanalytiques et les autres courants de pensée en sciences humaines dans un discours ouvert. Voici le cheminement de l'expérience singulière de l'écriture à plusieurs voix qui anime l'équipe de recherche sur la clinique psychanalytique, les processus philosophiques et existentiels, et l'esthétique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2013
Nombre de lectures 27
EAN13 9782336320403
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
sOUS là DIRECtION DEClàUDe Savinaud
Le propre de L’humain
essai d’approche pLuridiscipLinaire en sciences humaines
LE PROPRE DE L’HUMAIN
Sous la direction de Claude SAVINAUDLE PROPRE DE L’HUMAIN Essai d’approche pluridisciplinaire en sciences humaines
Illustration de couverture : Masque Kumu, Région de l’équateur, e Nord République démocratique du Congo, (fin du XIXsiècle), Galerie Sigui, Jean-François Blondeau, 49000 Angers. Photographie d’Émilien-Félix Martin.© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00866-0 EAN : 9782343008660
AUTEURS Vincent GUÉRIN, docteur en histoire contemporaine, formateur, chargé de cours à l’Institut de Psychologie et Sociologie Appliquées (IPSA), Université Catholique de l’Ouest, et doctorant au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR CNRS 6258). Raymond LAMBOLEY, philosophe, membre de l’Association de la Cause freudienne. Julien LUSTEAU, psychologue clinicien. Virginie MARTIN-LAVAUD, psychologue dans l’Éducation Nationale, psychanalyste, docteur en psychopathologie, chargée de cours à l’IUFM des Pays de Loire et à l’Institut de Psychologie et de Sociologie Appliquées de l’Université Catholique de l’Ouest, Angers. Patrick MARTIN-MATTERA, psychologue, psychanalyste, professeur en psychopathologie, Institut de Psychologie et Sociologie Appliquées, et directeur du Pôle Recherche de l’Université Catholique de l’Ouest, Angers. Alain MOUCHÈS, éthologue, maître de conférences en psychologie à l’Institut de Psychologie et de Sociologie Appliquées de l’Université Catholique de l’Ouest, Angers. Auguste MORILLE, maître de conférences en neurosciences à l’Institut de Psychologie et de Sociologie Appliquées de l’Université Catholique de l’Ouest, Angers. Véronique PAUTREL, psychologue clinicienne, docteur en psychologie clinique et psychopathologie, chargée de cours à l’Institut de Psychologie et de Sociologie Appliquées de l’Université Catholique de l’Ouest, Angers.
Elwis POTIER, psychosociologue, chercheur associé au Centre d’études sur les conflits (C. & C.) et du Centre International de Recherche, Formation et Intervention Psycho-sociologiques (CIRFIP). Claude SAVINAUD, psychologue et psychanalyste, professeur émérite en psychologie clinique et psychopathologie de l’Institut de Psychologie et Sociologie Appliquées de l’Université Catholique de l’Ouest, Angers.
6
SOMMAIRE Préface(P. Martin-Mattera) ..................................................... 9 Introduction Le propre de l’homme… risque de ne pas le rester encore longtemps (C. Savinaud)................................................ 17 Première partie : Le sujet entre altération et altérité............27.............................e e Le Nouveau Monde aux XV et XVI siècles : altérité, représentation et lieux d’exception (V. Guérin) ................................................................................. 29Être humain par le partage même de ce trait venant qualifier l’un et l’autre d’humanité (V. Pautrel)................................................................................. 49Le monstre : un objet esthétique nécessaire à la définition de l’humain (V. Martin-Lavaud) .................................................................... 65Deuxième partie : L’humain entre individu et société......................................... 79 Sujet humain et sujet social (C. Savinaud, E. Potier) ............................................................ 81« Homme s’ouït home »… (J. Lusteau) ................................................................................ 107
Troisième partie : Modélisation et paradigmes dans le champ de la science.... 121L’humain dans les paradigmes scientifiques (A. Morille)................................................................................123Éthologie et cognition animale : une remise en question pour comprendre l’humain (A. Mouchès) .......................................... 139 L’humain dans la théorie psychanalytique au regard de la science moderne (C. Savinaud)......................................... 157Quatrième partie : Approche philosophique existentielle.................................... 175 Être humain : devenir des configurateurs du monde ? (R. Lamboley) ............................................................................ 177Conclusion................................................................................ 191 Quel apport de la psychanalyse à la question de l’humain ? (C. Savinaud).............................................................................193
8
PRÉFACE
Patrick MARTIN-MATTERA 1 «Mieux est de ris que de larmes escripre» .
La question «?qu’est-ce qu’être humain », ouvre aussi sur celle dusujet: ce n’est en effet pas la même chose de dire «qu’est-ce que l’homme ?» et «?qu’est-ce que l’humain ». Pour Lacan, 2 cet être humain est unparlêtre, un animal affecté par le langage, 3 «parasité» , dit-il, par le signifiant. Le parlêtre rassemble de fait la dimension du corps et celle du langage. Le terme indique qu’entre le réel de la jouissance et la dimension du signifiant, il y a un lien fondamental, une indissociabilité et, en même temps, une irréductibilité : l’humain est fait d’une contradiction d’origine. Animal radicalement transformé par le signifiant, on a longtemps considéré que la seule conscience était la marque de l’humain, jusqu’à ce que Freud indique que cette différence tenait également à la dimension – nouvelle alors – de l’inconscient psychique.
1 Rabelais F., Gargantua,Aux lecteurs, inŒuvres Complètes, L’Intégrale, Paris, Éd. du Seuil, 1973, p. 37. 2 Cette expression apparaît dans le séminaire RSI, par exemple lors de la séance du 17 décembre 1974. L’équivalenceêtre humain etparlêtre est faite dans le séminaireLe sinthome, séance du 10 février 1976. Lacan ajoute que ce terme se substituera à l’inconscient de Freud dans la conférence intituléeJoyce, le symptôme, en 1975. Cf. Lacan J. (1975), Joyce le symptôme, inAutres écrits, Paris, Éd. du Seuil, 2001, p. 565. 3 Lacan J., Séminaire RSI, séance du 11 mars 1975.