//img.uscri.be/pth/63178efd381e179b1fc7c5ef99e7967304983def
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les années 1950 entre tradition et modernisme

De
142 pages
Les années 1950 ou "Fifties", symbole de renaissance et de progrès dans la reconstruction de l'après-guerre, ont été porteuses d'espoir et ont laissé une empreinte significative sur la société. Que ce soit l'architecture, qui s'imprègne d'utopie, l'affirmation progressive de la femme ou encore la démocratisation de la culture dans les domaines de la chanson et des arts plastiques, ces années évoquent le renouveau et sont aujourd'hui bien souvent idéalisées. Mais ont-elles réellement été si novatrices ? L'auteur analyse ici les composantes de la vie socio-culturelle de cette décennie en les contextualisant.
Voir plus Voir moins
Logiques sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection « Logi ques Sociales » entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l’action sociale. En laissant toute liPerté théorique aux auteurs, el le cherche à promouvoir les recherches qui partent d’un terrain, d’une enquête ou d’une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutions Aurélie DAMAMME, Helena HIRATA, ascale MOLINIER,Le travail entre public, privé et intime. Comparaisons et enjeux internationaux ducare, 2017. Maxence LAMOUREUX,s du filmLes cinéastes animaliers, Enquête dans les coulisse animalier en France,2017. Nicolas COMBALBERT et Sophie ROTHÉ (dir.),Vieillissement, vulnérabilités et animation sociale,2017. Julien GARGANI,Carnet de voyage à Chandigarh. Ethnologie d’une rec herche scientifique en Inde, 2017. Thomas SEGUIN,Politiques de la vie, La nature au prisme du social, 2017. Juan Carlos MURRUGARRA,La passion du soccer. Transmetteur de cohésion socioaffective,2017. atricia DRAHI,Enseigner la Shoah et les questions socialement viv es, Risques et défis, 2017 Christiana CONSTANTOOULOU,Récits de la crise. Mythes et réalités de la sociét é contemporaine, 2017. Isaac NIZIGAMArIntroduction à la sociologie de la religion de Pete L.Berger, 2017 Roland GUILLON,Faire de la sociologie et militer. Regards croisés (1973-2006), 2017. e Didier CHRISTOHE,siècle en Limousin et Berry.Les agriculteurs à l’aube du XXI Approche sociologique et entretiens, 2017. Maria do Céu Alves,La « vision du monde » sexuée chez Augustina Bessa-Luis, 2017. Jacques COENEN-HUTHER,Le regard du sociologue, 2017.
Isabelle Papieau Les années 1950 entre tradition et modernisme
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr EAN EpuP : 978-2-336-79577-5
INTRODUCTION
1950 : un millésime vecteur d’images jonglant avec le souvenir émotionnel d’un tournant dans les pratiques de consommation — génér é par une renaissance économique synonyme de prospérité et l’évolution de s techniques — qui facilitent les modes de vie. Inspiratrices des créations des styli stes de mode et des ensembliers-décorateurs de ce second millénaire, les années 50 séduisent toujours ; elles sont, en effet, imprégnées d’une saveur de nostalgie, au poi nt que des Salons restituant l’art de vivre de ces années-là sont organisés et que Jean-C harles de Castelbajac créa en 2001 un parfum nommé « Doudou » : un parfum révélat eur de senteurs d’amande 1 perçues comme réactivant l’odeur de cette célèbre c olle blanche chère aux scolaires (commercialisée dès les années 30, mais conditionné e au cours des années 50 dans des contenants en plastique coloré et dont une spat ule — non plus un pinceau — facilite depuis cette même période le prélèvement). Ainsi, se modèle-t-il un jeu avec la mémoire olfactive de l’enfance qu’un regard poétiqu e fait revivre — dans une société de plus en plus aseptisée — à travers le déploiemen t de l’imaginaire et un camaïeu de tendres clichés, de douces sensations voulues facil iter la réappropriation du contact 2 protecteur de « l’objet transitionnel » des jeunes années . Ancrée, la décennie 50 sera caractérisée par des év énements politiques, sociaux, culturels marquants qui s’enracineront dans notre h istoire contemporaine. Elles e demeurent celles de la constitution de la V République, de l’entrée en guerre des États-Unis contre la Corée (en mai 1950), de l’édif ication du rideau de fer divisant l’Allemagne, de la mort de Joseph Staline, des conflits coloniaux (la chute de Diên Biên Phu en 1954 qui met un terme à la guerre d’Indochin e, mais à laquelle succède la guerre d’Algérie que déclenche une insurrection gén érale). Elles sont celles de l’avènement au pouvoir d’Élisabeth II d’Angleterre et de l’élection du pape Jean XXIII (au décès du pape Pie XII), du mariage du prince Ra inier de Monaco et de Grace Kelly. En 1952, le médecin philosophe Albert Schweitzer se verra attribuer le prix Nobel de la Paix et cinq ans plus tard, six pays européens sign eront à Rome l’acte de création de la Communauté économique européenne. Elles sont aussi celles d’épisodes dramatiques : le cri d’alarme de l’abbé Pierre lors du rude hiver 1953-1954 dénonçant la situation cata strophique des sans-abris et des mal-logés (une situation qui génère des décès dus a ux rigueurs de la météorologie, à la virulence des bacilles agents de victimisation), le drame que constitua la rupture du barrage de Fréjus (en 1959) en générant plus de 400 victimes, endommageant plus de 900 immeubles et sinistrant 1 350 ha de terres. Les années 50 connaîtront parallèlement des avancée s médicales (réussite de la première greffe de rein à l’hôpital Necker en 1952, greffe de moelle osseuse assurée 3 sur des savants yougoslaves victimes de radiations atomiques en 1958 ) et un certain nombre de progrès techniques. La station de radioas tronomie de Nançay (Cher) sera inaugurée en 1956 et intégrera un radiotélescope so laire « dont les quarante-sept antennes paraboliques en réseau » permettront «d’étudier l’activité du soleil et 4 notamment les phénomènes d’accélération de particul es à la surface de l’astreEn ». avril 1958, Spoutnik II « rentre dans l’ombre de la terre » pour se désintégrer six heures 5 plus tard, au niveau des Antilles . Des opérations dites « à cœur ouvert » sont 6 réalisées . Les années 50 sont celles des exploits sportifs : Herzog et Lachenal
atteignent en 1950 le sommet du pic Annapurna, un a vion français nommé « Mystère II » franchit en 1952 le mur du son ; Alain Bombard effectue seul sur « L’Hérétique » le 7 circuit « Las Palmas-La Barbade » en 64 jours, dépo urvu d’eau de mer et de vivres . Elles sont aussi celles des performances architectu rales ou relevant du champ du génie civil, singularisées par d’audacieuses constr uctions (dont le pont de Tancarville). Accueillant les Temples de l’industrie et du commer ce symboliques des Trente Glorieuses, l’Exposition internationale de Bruxelle s met l’accent sur les prouesses techniques que constitue l’Atomium (la grande attra ction du Parc de Heysel) : une création qui intègre neuf sphères métalliques repré sentant des atomes est transformée en restaurants, brasserie, salle d’exposition, stud ios de radio… Une grande molécule de fer prend appui sur trois pylônes découpés à 110 mètres de haut, chaque boule est reliée par des tubes parcourant 5 mètres par second e et des escaliers roulants. D’autres événements ponctueront culturellement cett e décennie. Camus se voit 8 décerner le prix Nobel de Littérature en 1957, Sart re fait figure de « Chef d’École » . Des danseuses de l’Opéra de Paris iront à Moscou et 150 personnes de la Troupe du Bolchoï viendront à Paris : Galina Oulanova, Maïa P lissetskaïa interpréteront ainsiLe Lac des Cygnes, Giselle. Jean Vilar est nommé directeur du Théâtre Nationa l Populaire. Le cinéma impose des films qui varient d e la comédie au drame, en passant 9 par la thématique de la mythologie avec, en particu lier,OrphéeetJean Cocteau  de 10 est notamment servi par Carné, Clouzot, René Clair . La scène de la chanson française est investie par de nouveaux artistes (Lu is Mariano, Juliette Gréco dite « la muse de Saint-Germain-des-Prés », Gilbert Bécaud su rnommé « Monsieur 100 000 11 volts »). Lerock’n’rollalors à l’animation des nuits parisienne  participe Las . littérature, quant à elle, salue de nouveaux talent s : l’écrivain philosophe Simone de Beauvoir (incarnation avec Jean-Paul Sartre de l’ex istentialisme), la jeune Françoise Sagan, tout juste âgé de 18 ans, avecBonjour tristesse. Cette décennie sera aussi celle de disparitions de scientifiques (Madame Joli ot-Curie en 1956, Albert Einstein), de peintres (Utrillo, Vlaminck, Matisse, Léger), de mu siciens (Honegger, Gustave Charpentier, Prokofiev, Django Reinhardt, Sidney Be chet…), de chanteurs (Mistinguett, James Dean victime d’un accident mortel en conduisa nt sa Porsche Spyder), de 12 comédiens (Louis Jouvet, Gérard Philipe dit « Le Pr ince des Saltimbanques » , Humphrey Bogart, Oliver Hardy), d’écrivains (Gide, Claudel, Sacha Guitry, Colette, le dramaturge Bertolt Brecht, Eluard, Boris Vian, Carc o qui contribua à l’émergence de l’École fantaisiste et sera évoqué en termes d’«écrivain romanesque de Montmartre, 13 de ses peintres, de ses ‘‘mauvaises femmes’’»)… Les années 50 (au cours desquelles sera créé le SMI G) impulsent une reprise économique, l’émergence de progrès domestiques (que promeut la publicité) libérant de plus en plus la femme des contraintes ménagères ; elles correspondent à un tournant qui asseoit l’utopie d’une société d’espér ance. La création d’appareils ménagers fonctionnant à l’électricité tend à rendre la vie plus aisée (dans un premier temps pour les femmes qui appartiennent à la nouvel le classe moyenne financièrement pourvues ou consommatrices de la politique de crédi ts mise en place). La voiture commence à pénétrer dans la vie quotidienne, la tél évision s’immisce doucement au sein des familles. L’univers de la mode développe le prêt-à-porter, al ors que Christian Dior crée la « robe Corolle » et que Coco Chanel reprend ses act ivités, commercialise son mythique tailleur retravaillé en veste et jupe jers ey, gansé de laine blanche. Elles
composent aussi une décennie qui, pour la première fois, est nommée en des termes anglicisés : les «Fifitiesricaine.sous-tendant une imprégnation de la culture amé  », Réactivant dans l’imaginaire collectif l’image icon ique de la célèbrepin-up «pulpeuse 14 et érotisée» (imageglamouret « emblème charnel ») prisée aux États-Unis (d’a bord 15 desG.I.’s), les « et des aviateurs, puis universalisée entre 1940 et 1950 fifties » propulsent de nouveaux modèles féminins, tant issus des USA qu’européens : Marilyn Monroe, Brigitte Bardot… Les années 1950 sont dans la mémoire collective sym boliques d’un renouveau fomenté sur le ciment de l’après-guerre. Elles semb lent se construire sur le socle d’une période marquée par la joie retrouvée et dynamisée par le nouveau rôle social des ex-« J3 » devenus de jeunes adultes acteurs de rena issance. S’agit-il alors d’une construction fondée sur la volonté de balayer le ma rasme des « années noires » de la Seconde Guerre mondiale, ses carences et ses drames ou peut-on y voir un modelage d’acquis précédant cette guerre, qu’a enrichis prog ressivement l’évolution de la technologie ? Il paraît ainsi intéressant de s’inte rroger sur les mécanismes de cette dynamique des années 50 en analysant, contextualisa nt les pratiques sociales et la mouvance culturelle inhérentes à cette période, à p artir de l’étude des composantes de e cette société en mutation à l’aube de cette seconde moitié de XX siècle et d’un corpus de créations émanant de cette époque.
1 Colle Cléopâtre. 2Régression : un parfum de ‘‘doudou’’ chez Jean-Charles de Castelbajac », in « L’Usine nouvelle, n° 2775, 19/4/2001, en ligne surwww.usinenouvelle.com –Keit Magazine, n° 10, mai 2010, en ligne surwww.fr.1001mags.com 3 Fierro A., Histoire et dictionnaire de Paris, Paris, Laffont, 1996, p. 648. 4Radar, 11/5/1958, n° 482. e 5La vie des Français au XX siècle, n° 6. 6 Reinhard M. (sous la dir. de),Histoire de France, T. II, Paris, Larousse. 1954, p. 498. e 7siècleLa vie des Français au XX , n° 6. 8 Reinhard M. (sous la dir. de),Histoire de France, T. II, Paris, Larousse. 1954, p. 498. e 9siècleLa vie des Français au XX , n° 6. 10 Reinhard M. (sous la dir. de),Histoire de France, T. II, Paris, Larousse. 1954, p. 498. e 11siècleLa vie des Français au XX , n° 6. 12Ibid. 13Radar, n° 487, juin 1958. 14 Papieau I.,Du culte du héros à la peoplemania, Paris, L’Harmattan, Coll. « Logiques sociales », 2012, p. 78. 15Ibid.