Les lois du succès 3 : Leçons 9 à 12

-

Français
124 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le plus grand classique de tous les temps revisité pour chaque personne ayant à coeur de réussir SA vie et réussir DANS la vie !
C'est en 1908 que Napoleon Hill a été approché par Andrew Carnegie. A la suite d'une entrevue dans le but d'écrire un article pour un magazine, Andrew Carnegie a offert à Napoleon Hill de lui faire rencontrer les hommes les plus puissants de l'époque, et cela, dans le but de découvrir les secrets de leur succès.
Une fois cette philosophie décrite bien clairement, elle pourrait être utilisée par tous ceux qui voulaient s'aider à créer leur propre réussite et réaliser leurs rêves.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 février 2014
Nombre de lectures 62
EAN13 9782923746906
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
NAPOLEON HILL
TOME III
Édition révisée et adaptée ième au 21 siècle par Ann et Bill Hartley
NAPOLEON HILL
TOME III
Édition révisée et adaptée ième au 21 siècle par Ann et Bill Hartley
CP du Tremblay, C.P. UU066 Longueuil (Québec) J4N 0A5 450 445-2U74 info@performance-edition.com www.performance-edition.com
Distribution pour le CanadaPrologue Inc. : 1650, Lionel Bertrand Boisbriand, Qc J7H 1N7
Diffusion pour l’Europe :
Distribution Web :
DG DIFFÛSION Z.I. de Bogues, Rue Gutenberg 31750 ESCALQÛENS France Tél : +33(0) 5.61.00.0U.UU www.dgdiffusion.com
européennewww.libreentreprise.com
©2003 by the Napoleon Hill Fondation
©2012 Performance Édition – tous droits réservés
ISBN U78-2-U23746-U0-6
Traduction, adaptation et révision : Françoise Légaré-Blanchard
Conception graphique de la couverture et mise en pages : Pierre Champagne infographiste
ième Dépôt légal 4 trimestre 2012 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Canada, 2012
imprimé au Canada
Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction, de transmission, de stockage, de représentation ou d’enregistrement du contenu de ce document.
RÉFÉREZ-VOUS AU TOME 1 POUR LIRE:
La dédicace
Hommages à l’oeuvre Les Lois du succès de la part d e grands leaders américains
Un mot des éditeurs Ann et Bill Hartley à propos de cette nouvelle édition révisée
Un mot de l’auteur provenant de l’édition 1928
Remerciements de l’auteur pour l’aide reçue lors de l’écriture de ce cours
Un exercice de comparaison
LES DIX-SEPT LEÇONS DES LIVRESLES LOIS DU SUCCÈS
CONTENU DES QUATRE TOMES
Tome UN
Leçon 1 Introduction au génie organisateur (cerveau collectif) Leçon 2 Un but clairement défini Leçon 3 La confiance en soi Leçon 4 L’habitude de l’épargne
Leçon 5 L’initiative et le leadership Leçon 6 L’imagination Leçon 7 L’enthousiasme Leçon 8 La maîtrise de soi
Tome DEUX
Tome TROIS
Leçon 9 L’habitude de faire plus que le salaire perçu Leçon 10 Une personnalité agréable Leçon 11 Penser avec exactitude Leçon 12 La concentration
Tome QUATRE
Leçon 13 La coopération Leçon 14 Tirer une leçon des échecs Leçon 15 La tolérance Leçon 16 La pratique de la Règle d’Or Leçon 17 La loi universelle de la force cosmique des habitudes
L’INDIVIDU QUI NE REÇOIT PAS
DE RÉMUNÉRATION SUPPLÉMENTAIRE
POUR LES SERVICES ADDITIONNELS QU’IL REND,
SAUF SON SALAIRE DE BASE,
EST SOUS-PAYÉ,
ET CELA, QUELLE QUE SOIT CE SALAIRE.
-Napoleon Hill
LEÇON 9
L’HABITUDE DE FAIRE PLUS QUE LE SALAIRE PERÇU
Vous pouvez y arriver si vous y croyez!
ous aurez peut-être l’impression que je déroge de l’objet de la présente leçon en l’entamant avec un débat sur l’amour, mais si vous voulez bien réserver votre en aVccroît la valeur. jugement jusqu’à la fin, vous serez peut-être prêt à admettre alors qu’un tel débat J’utilise ici le mot « amour » dans son sens le plu s large. Il y a plusieurs objets, motifs et personnes qui peuvent inspirer un sentiment amoureux et une de ces inspirations peut être le travail. Les grands artistes aiment généralement leur travail.
Mais, il n’est pas rare que des gens disent détester leur travail, et il est facile de percevoir un travail monotone, fatigant et émotionn ellement insatisfaisant. Le travail effectué que pour gagner sa vie est rarement agréable. Le temps passe lentement et l’ennui et la lassitude sont inévitables dans de telles circonstances.
Il est possible, cependant, d’être engagé dans un travail que vous aimez, un travail qui vous procure une satisfaction personnelle et que vo us approchez dans un esprit d’anticipation et d’excitation. Occupé à un travail que vous aimez, vous pouvez alors travailler de longues heures sans regarder l’horloge parce que vous êtes concentré sur le défi et la satisfaction que vous en retirez.
L’endurance d’une personne tient donc très largement dans le fait qu’elle aime bien, n’aime pas ou aime énormément ce qu’elle fait. Voici donc le fondement d’une des lois les plus importantes de ma philosophie qui s’énonce com me suit :l’être humain est plus efficace, et réussit plus rapidement et plus facilement, lorsqu’il s’emploie à un travail qu’il aime ou qu’il accomplit en faveur d’une perso nne qu’il aime.
Dès lors que l’amour s’intègre à une tâche qu’on accomplit, la qualité du travail est immédiatement améliorée, la quantité de travail est augmentée, et cela, sans accroissement correspondant de fatigue.
COMMENTAIRE
Napoleon Hill croyait, de toute évidence, que de trouver un travail que l’on aime est une clé importante de la réussite. Il a beaucou p écrit à ce propos dans les leçons précédentes.
Les éditeurs de la présente édition révisée de l’œu vre de Napoleon Hill ont, dans chaque volume, ajouté des commentaires en suggérant plusieurs livres, e-books et CD audios d’auteurs qui ont été publiés au cours de s années subséquentes et qui approfondissent les thèses de base de monsieur Hill . Deux des plus grands vendeurs sur le sujet sont Wishcraft,de Barbara Sher, et Do what you love, the
money will follow,ementde M arsha Sinetar. Ces deux livres offrent non seul l’inspiration et la motivation, mais également des conseils pratiques sur la façon d’entreprendre un tel parcours.
Il y a quelques années, des socialistes décidèrent de fonder une colonie en Louisiane. Ils achetèrent plusieurs centaines d’hectares de terre agricole et s’employèrent à réaliser un idéal commun dont ils espéraient retirer un plus gr and bonheur et connaître moins de soucis en permettant à chacun de faire le travail qu’il aimait le mieux.
Personne ne recevait de salaire. Chacun faisait le travail qu’il aimait le mieux ou celui pour lequel il semblait le plus apte, et le produit de ce travail devenait la propriété de tous. Les colons opéraient leurs écoles, laiterie, briqueterie, élevage de bétail et de volaille, etc. Ils avaient aussi une imprimerie et publiaient leur journal communautaire.
Un suédois vivant au Minnesota s’est joint un jour à la colonie et, à sa demande, a été mis à contribution à l’imprimerie. Mais il a eu vite fait de se plaindre qu’il n’aimait pas ce qu’il y faisait et on lui a donc proposé de travailler à la ferme, à conduire le tracteur, mais il n’a pas pu le supporter plus de deux jours. Cett e fois, il a été affecté à la laiterie. Incapable de supporter les vaches, il a alors été transféré à la blanchisserie, où il n’a pas pu tenir plus d’une journée.
L’homme a ainsi essayé tous les emplois, un à un, mais n’en aimait aucun. Les autres membres de la colonie commençaient à croire qu’il n’était pas fait pour ce mode de vie coopératif, et lui-même était prêt à abandonner, lo rsqu’une personne proposa le seul emploi qu’il n’avait pas encore essayé, et c’était à la briqueterie. On lui a remis une brouette pour qu’il puisse transporter les briques qui sortaient du four jusqu’au chantier. Il s’y est employé toute une semaine durant, sans jamais se plaindre. Quand on lui a demandé s’il aimait ce qu’il faisait, il a répondu : « C’est exactement le travail que je cherchais. »
Imaginez : quelqu’un qui préfère transporter des briques à toute autre chose! Mais ce travail correspondait à la nature de cet homme, qui travaillait seul, sans besoin de penser et sans aucune responsabilité, ce qui était exactement ce qu’il souhaitait.
Il poursuivit son travail jusqu’au point où toutes les briques furent empilées, ensuite il quitta la colonie parce qu’il ne restait plus de briques à transporter. Son travail paisible était terminé et il retourna au Minnesota.
LETRAVAIL EST DE L’AMOUR RENDU VISIBLE.
COMMENTAIRE
-Kahlil Gibran
Il est fort probable que cette histoire était connu e de monsieur Hill quand, à l’âge de quinze ans, cherchant une alternative à travaill er dans les champs ou dans les mines de charbon, il dénicha un poste de journalist e pour un bulletin hebdomadaire. Ce dernier fournissait les nouvelles de la vie rurale à d’autres journaux établis par l’Alliance des fermiers, précu rseur de la coopérative des agriculteurs moderne.
LE POUVOIR INSPIRANT D’AIM ER SON TRAVAIL