Les organisations non gouvernementales ou l
451 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les organisations non gouvernementales ou l'homme au coeur d'une mondialisation solidaire

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
451 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

En moins d'un siècle, les ONG sont devenues des agents économiques, politiques et culturels importants. Elles négocient avec les Etats ou les Organisations internationales, contestent les pollutions des firmes multinationales et la cupidité des dirigeants d'entreprise, soutiennent les affamés... Cependant leurs idéologies, leurs actions et leurs méthodes sont hétérogènes. Parfois "récupérées" par des mouvements politiques et des intérêts économiques, leurs actions peuvent aussi produire des effets pervers qui contredisent les objectifs affichés...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2009
Nombre de lectures 265
EAN13 9782336252506
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

@et psg`oit`uipot opo gpvwesoeneou`let
pv
@~hpnne `v cwvs d~voe npodi`lit`uipo tplid`ise

;_o jpqmZa_ Z 0o0 m0Zfcn0Y kjpm f_ ]jhko_ ^_n 0^cocjin @~sZmhZooZiY njpn fZ
m_nkjinZ[cfco0 ^_mc_mm_ ;$b;RY ;bZma0 ^_ hcnncji npm fZ kjfcoclp_ ^_ kp[fc]Zocji ^_
f~Eicq_mnco0mc_mm_dK_i^1nd]mZi]_Yhm_ij[f_ =

© L’Harmattan, 2009
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN :978-2-296-09066-8
EAN :9782296090668

*Z]lp_n]bV:%VR@
@cfcZi_0RV/%sR@
00i0^c]o_;b$P%~/~R$dF$bE%$:

@R/ b$h%V~/%:~bV/
VbV hbEPR$VRKRV:%@R/
pv
@~sbKKR %E ;vE$
F~EVR KbVF~%@~/%:~bV /b@~F%~$R

@ ~sZ m h Z o o Z i
=&&+

@Z @c[mZcmc_ ^_n sphZico0n
Fcmca0_ kZm :bc_mmu K0icnnc_mY ^j]o_pm ^_ f~RsR//Y KZ6om_ ^_ ;ji`0m_i]_n
^_ kbcfjnjkbc_ kjfcoclp_ ) f~Eicq_mnco0mc_mm_dK_i^1nd]mZi]_Yhm_ij[f_ =Y _o
mc_mm_;mj]_Y;bZma0 ^_ hcnncji npm fZ kjfcoclp_ ^_ kp[fc]Zocji ) f~Eicq_mnco0
mc_mm_dK_i^1nd]mZi]_Yhm_ij[f_ =o
@Z @c[mZcmc_ ^_n sphZico0n_no pi_ ]jff_]ocji ]j0^co0_ kZm f_n$^cocjin@~sZmhZooZi
_o f~Eicq_mnco0 mc_mm_dK_i^1nd]mZi]_ ^_hm_ij[f_o F_noci0_)m_]_qjcmY^Zin
n_n ^cq_mn_n n0mc_nY^_n o_to_n ]jpqmZio ojpo f_ ]bZhk ^_n n]c_i]_n nj]cZf_n _o
bphZci_nYnji ]ZmZ]o1m_ picq_mncoZcm_ fpc `Zco ^_qjcm _o kmcqcf1a_ ^_ kmjhjpqjcm
^_n omZqZpt ^_d_pi_n Zpo_pmn ZpoZio lp_ ^_ ]b_m]b_pmn ]b_qmjii0no
K_h[m_n ^p;jin_cf n]c_ioc`clp_ ^_ fZ ]jff_]ocji 6
]Ziiu;jpfjh[Yn0mc_$]jijhc_
*0m<h_]_mmZi^Yn0mc_Fmjco
mc_mm_5peZseZYn0mc_mjfcoclp_ _o:_mmcojcm_
:bc_mmuK0icnnc_mYn0mc_/]c_i]_n ^_ f~sjhh_
%fZci/kZfZivZicYn0mc_h_nocji
*Z]lp_n]jioZi_fYn0mc_n;<o0 ]jpmnp
*_Zid[cffcZhF_m_uh_vYn0mc_nnK0hjcm_ ^_n%fk_np_on/_ioc_mn ^_ fZ@c[_mo0p

FZin fZ h2h_ ]jff_]ocji

*o ]_mmZi^Y so m_oco-Fcmo8 x@~b^unn0_ ^_nFmjcon ^_ f~bjhh_-=&&H8
:o~x]ji^Zocjin _o iZcnnZi]_n ^_nFmjcon ^_ f~bjhh_
:o~~xKcn_n _i wpqm_ ^_nFmjcon ^_ f~bjhh_
:o~~~xRid_pt _o k_mnk_]ocq_n ^_nFmjcon ^_ f~bjhh_
%o0fZi]Y%o m_nnci-Fcmo8 x@~%mo ^p o_mmZcio K0fZia_n j``_mon) sjsZm^ 0_]e_mY-=&&H8
;o%hjpmjpnxxp_ `Zcm_ ^_ f~b<kcoZfn-=&&S8
ro;bZfZn-Fcmo8 x@~~hZaciZcm_ Zh0iZa_pm _i hpoZocji-=&&S8
*od@o;bZ[joY;bo :jpmip-Fcmo8 x@~b0mcoZa_ m_fcac_pt _o nkcmcop_f ^_ f~c^_ioco0_pmjk0_ii_-=&&S8
Ro0jaZfneZKZmocixRiom_ h0hjcm_ _o jp[fco @_ ^_noci ]mjcn0^_n b0mjn _o ^_n qc]och_n-=&&S8
%o ]_map1i_-R^o8 xhjpq_miZi]_ fj]Zf_ _o ^0q_fjkk_h_io o_mmcojmcZf-=&&S8
;o b``m_^c-Fcmo8 x@Z ^uiZhclp_ ^_ f~0qZfpZocji `Z]_ Zp ^0q_fjkk_h_io ^pmZ[f_-=&&S8
@o Fjs[jmx@Z hjnZ7lp_ [mcn0_ jp f~0]jijhc_ Zpd^_f)^_n0lpZocjin-=&&S8
mo ;bZctx@_ mpa[u kmj`_nncjii_f _i]mZi]_-=&&S8
ro mjfcou_o Zfcc-Fcmo8 x@~jmaZicnZocji ^_n ]jiiZcnnZi]_no %kkmj]b_n ]ji]_kop_ff_n-=&&^8
*od@o ;bZ[joY mo Fc^c_mY *o ]_mmZi^-R^n8 x@_;j^_ ]cqcf _o f_nFmjcon ^_ f~bjhh_-=&&^8
Fo$caZptx@_;bmcno ^p ^chZi]b_o scnojcm_ ^~pi_ chZa_ h0^c0qZf_-=&&^8
;o KZmoci_o Zfoxmjfjai_YfZ fjiap_ hZm]b_-=&&^8
@o0_inZb_fY mo KZm]bZi^-R^n8 x@_n m0acjin ^_$pnnc_)f~0km_pq_ ^_n ob0jmc_n _o kmZoclp_n0]jd
ijhclp_n-=&&^8 Ko @_lpZi-Fcmo8 xK0oZkbunclp_ _o kbcfjnjkbc_ omZin]_i^ZioZf_ n_fji5Zio-=&&^8

so @_mjpt xF_ fZ kb0ijh0ijfjac_ ) fZ nj]cjfjac_ ^_ fZ ]jiiZcnnZi]_-=&&i8
bo ]jmfcix@_n cio_ff_]op_fn `mZi/Zcn _o f~~oZfc_2+S^d2+^^-=&&i8
ho bm]_fx@Z mp_n]bjcnc_p-=&&i8
:o K0icnnc_m-Fcmo8 x@~c^0_ ^~_hkcm_ ^Zin fZ k_in0_ kjfcoclp_Y bcnojmclp_Ydpmc^clp_ _o kbcfjnjkbclp_
-=&&i8
/omfZiZx@_ kmjn0fuocnh_ m_fcac_pt)f~0km_pq_ ^p ^mjco kmcq0-=&&i8
Ko5Zp``hZiixhjpq_miZi]_0]jijhclp_ hji^cZf_ _o ]jifcon Zmh0n-=&&i8
;o %[ZoopY0o@Zhjoo_-Fcmo8 xFcq_mnco0_o ci0aZfco0n6lp_ff_n kmZoclp_n ^_ `jmhZocjin-=&&i8
ho;Zplpcf-Fcmo8 x$qZfp_m f_n kjfcoclp_n nj]cZf_n-=&&i8
%o%o :Z7mjpx%iZfun_ _o ^0]cncjin `ciZi]c1m_n-=&&i8
/os_miZi^_vx@_ hji^_ ^p ]jio_Y;jiomc[pocji)pi_ nj]cjfjac_ ^_ f~jmZfco0-=&&i8
~o P_v_Zipx@~c^_ioco0k_mnjii_ff_)omZq_mn f_ o_hkn-=&&i8
/ohZf_o Zfcc-R^n8 x]capm_n ^_ fZ h0^cZocji nj]cZf_-=&&i8
*od@o;bZ[jox~iomj^p]ocji Zpt n]c_i]_n nj]cZf_n-=&&i8
so*Z]joY%o]jplp_o-R^n8 x@_ ]coju_iYf~0fpYf~_tk_moo
mjpm pi_ ^0hZm]b_ kfpmZfcno_ ^~0qZfpZocji ^_n kjfcoclp_n kp[fclp_n-=&&t8
*o@Zk1v__o Zfccx $f0h_ion ^~ZiZfun_ npm f_ ^0q_fjkk_h_io o_mmcojmcZf-=&&t8
Ko0_inZ7^_o Zfccx $]jijhc_ ^_n jmaZicnZocjino :_i^Zi]_n Z]op_ff_n-=&&t8
%o $j]bZnx@ZsZi^]bZmo scnojcm_ ^~pi_ ^cqcncji ^_[Z``_id//[jnicZlp_-=&&t8
mo :cffZm^x@_ kZci ^_n o_hkn hZp^conYnpcqc ^_KZpobZpn_i-o0hjcaiZa_8 -=&&t8
F0`_in_ ^_ fZ]mZi]_x@_n:0hjcin lpc n_ `cm_io0ajma_m-=&&t8
PohZm]cZx@~%iZm]bcnh_ Zpdjpm^~bpc-=&&t8
Fo*ohmZia_xFpK<f_ ZpKZlpcn ^_nhfc1m_no
Pc_ _o hjmo ^~pi d_pi_$0ncnoZio nZqjuZm^mZpf@_nkci_-2+=id2+SS8-=&&t8
;oFpob_cfdm_nnciY roV_umZo-R^n8 xsjhhZa_n)%fZcim_nncin Ei nj]cjfjap_ _i fc[_mo0 p-=&&t8
mo /Zfo_fxEi_ j^c_pn_ kZnncjio %iZfun_ kbcfjnjkbclp_ ^_ fZ bZci_-=&&t8
Kod;oKjiiju_mYmo :_miZpt-R^n8 xKji^cZfcnZocji ^_n n_mqc]_nYciijqZocji _o ^uiZhclp_n
o_mmcojmcZf_n-=&&t8
Ko@_0_mm_Y%o /kZfZivZic-R^n8 x$_aZm^n npm fZ m_]b_m]b_ _ih_nocji6;jiomc[pocjin
am_ij[fjcn_n-=&&t8
*od@ohpc]b_o-R^8 xEnZa_n kjfcoclp_n ^_ f~ZichZfco0-=&&8
Ko]jioZi_fx/kjmoc` ^_ bZpo icq_ZpYhZiZa_m _i ^_q_icm-=&&8
PomfZp]bpY%o%o :Z7mjpxK0obj^jfjac_ ^p ^cZaijnoc] ^~_iom_kmcn_-=&&8
*od[oF_m_uh_v-Fcm8 x@_ m_`pa_ _o f_ kc1a_6f_n*pc`n ^Zin f_n%fk_nY2+Hd2+S^-=&&8
mbosZipnYho P_maiji-Fcm8 xP_m]jmnY$0ncnoZi]_ _i m0njiZi]_n-=&&8
VoFc^mux@_n _id_pt ^_ f~0q0i_h_io nkjmoc`-=&&8
%ohZp]b_oxb[n_mqZi]_ ob0mZk_poclp_ _oP~s-=&&8

~V:$bFE;:~bV

/pnn`ise

;s%m~:$R~
@e npvweneou det psg`oit`uipot opo gpvwesoeneou`letY
vo `cuevs inqpsu`ou tvs l` tc1oe ioueso`uipo`le

;s%m~:$R~~
@R/ bVhsPb;%:~bVnsEK%V~:%~$RpYF%V/ @R/ /~:E%:~bV/
FR ;bV]@~:/ K~@~:%~$R/R:FRP~b@RV;R/;~P~@R/

wIGBN0 ~HN>LH9NBIH9E => E9 wLIBS )IO@> -w~w)8
~HN>LH9NBIH9E wIGGBNN>> I? NA> )>= wLIMM -~w)w8

~HN>LH9NBIH9E )>M<O> wIGGBNN>>

zwwu) 9H= z'* z<IHIGBMNM u@9BHMN uLGM )9<>
R]jijhcnon %ffc_^ `jm %mhn $_^p]ocjiz<IHIGBMNM ?IL '>9<> *><OLBNT

#0=><BHM M9HM ?LIHNB1L>M

#0=><BHM =O GIH=>

zH?9HNM L0?O@B0M =O GIH=>

*OLPBP9E ~HN>LH9NBIH9E

}9H=B<9J ~HN>LH9NBIH9E

uGH>MNT BHN>LH9NBIH9E

Ro cpoclvtipo
$;bVbK~Rmb@~:~xER FR@~sEK%V~:%~$Rn~V:R$V%:~bV%@pR:FR@% hER$$R

22

2t

SH

St
^+

iH
tH
^
+t
2&2
2&+
22t

2=^

;s%m~:$R~~~
@R/ b$h%V~/%:~bV/ VbV hbEPR$VRKRV:%@R/Y;bKKR %;:RE$
FR @% KbVF~%@~/%:~bV$;bVbK~xER

#9S }9P>E99L {L9H<>

|EI:9E zS<A9H@> d {9BL +L9=> *NIL>M

'E9N>d{ILG> JIOL E> wIGG>L<> $KOBN9:E> -'{wz8

wLIK"$9NOL>

+0NL9DNTM

">wIGG>L<>0KOBN9:E>

u++uw

wIGBN0 ~HN>LH9NBIH9E &ETGJBKO>-w~&8

{0=0L9NBIH BHN>LH9NBIH9E> =>{IIN:9EEuMMI<B9NBIH-{~{u8

*JILN *9HM{LIHNB1L>M

;s%m~:$R~P
@R/ bVh FR @"$;b@bh~RYbE @% F$]RV/R FR @% V%:E$R R: @% m$bKb:~bV
FR @"%PRV~$ FR @"sEK%V~:$YF%V/ @R $R/mR;: FR/ P%@RE$/ FE$%0@R/
FE F$PR@bmmRKRV:

">M 9GBM => E9 +>LL> =>{L9H<>-u+{8

+>LL> =>M}IGG>M

{IH=9NBIH $B<IE9M}OEIN JIOL E9 $9NOL> >N E"}IGG>

)0M>9Ou<NBIH <EBG9N

*&* *9A>E

|L>>HJ>9<>

+A> .ILE= .BE=EB?>{OH=

*OL?LB=>L{IOH=9NBIHzOLIJ>

#IOHN9BH .BE=>LH>MM

|o)ozo+o |LIOJ> => )><A>L<A> >N ="$<A9H@>M +><AHIEI@BKO>M

2S2

2St
2^H
2^+
2iH
2i+
2tH
=&^
==2
=HH
=H+

=St

=^2
=iH
=i+
=t^
=t+
=H
=+H

H&2
H&t
H2H

;s%m~:$RP
@R/ bVh ;%$~:%:~PRYbE @% @E::R ;bV:$R @% m%EP$R:$
R: mbE$ @% F~hV~:$FR @"sbKKR

+A> *9EP9NBIH uLGT -uLG0> =O *9EON8

*9G9LBN9H"M 'OLM>

w9LBN9M ~HN>LH9NBIH9EBM"> *><IOLMw9NAIEBKO>

&/{u# &S?IL=wIGGBNN>> ?IL{9GBH> )>EB>?

wouo)ozo wIIJ>L9NBP> ?ILuMMBMN9H<> 9H= )>EB>?zP>LTRA>L>

"> M><IOLM JIJOE9BL> ?L9H/9BM

|)&,'z*&*

"">H?9HNvE>Od zH?9H<> #9ENL9BN0>

"9 <A96H> => E">MJIBL

zH?9HNM =O #0DIH@

uB=> >N 9<NBIH

;s%m~:$RP~
@R/ ;bV:R/:%:~bV/ FR @"%;:~bV FR/ bVh

;s%m~:$RP~~
@R/ bVh bE @"$PR~@sEV KbVFR m@E/ /b@~F%~$R R: m@E/ *E/:R

;bV;@E/~bV

H=H

H=t
HH^
HSH
H^2
Hi2
Hit
Ht2
Htt
H2
Ht
H+H

S&^

SH2

SS^

Introduction

E DÉVELOPPEMENTde la notoriété des Organisations non
gouvernemenL
tales (ONG)sur la scène internationale a mis en évidence la montée en
puissance et en influence d’organismes privés, sans but lucratif avéré,
défendant des intérêts collectifs particuliers. Si le terme est dorénavant bien
connu dans les instances internationales et nationales, sa définition reste
incertaine et floue, ce qui explique la liberté d’usage qui le caractérise.Les
juristes, politistes, sociologues et économistes, fournissent leurs propres
conceptions des ONG, sans pour autant parvenir à un consensus
concernant le contenu exact de ce type d’organisation. Aujourd’hui, les ONG
représentent un symbole, celui de l’intervention dans le concert
international de lobbys « privés » aux objectifs collectifs définis, souvent partiels.
Pour Pamela All, une ONG est une organisation privée,
indépendante, sans but lucratif qui se propose de limiter la souffrance humaine.
Dans ce contexte, elle assure la promotion de l’éducation, de la santé, du
développement économique, de la protection environnementale, des droits
de l’homme, de la résolution des conflits, de la démocratie et du respect de
1
la société civile. Pour Jean-François Guilhaudis, «une organisation non
gouvernementale est un groupement, une association, unmouvement, une
institution, créée non par un accord entreÉtats mais par une initiative
privée ou mixte, qui rassemble des personnes physiques ou morales, privées
ou publiques, de nationalités diverses pour mener une action internationale,
2
c’est-à-dire étendue à plusieurs États et qui n’a pas de caractère lucratif » .
Les ONG ont une personnalité juridique de droit interne, ce qui rend leur
statut assez fragile, compte tenu du degré de démocratisation des pays

1
All P., Miltenberger T., Weiss, T.G. (2000) ; Guide to IGOs, NGOs and the Military in Peace
and Relief Operations, United States Institute of Peace Press, Washington, D.C.
2
Guilhaudis J.-F. (2003)Relations internationales contemporaines, manuel Jurisclasseur, LITEC, Paris,
p. 339.

12

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

concernés. Les gouvernements ne sont donc pas dépourvus de moyens
d’action à leur encontre. Un statut international des ONG est sans doute
souhaitable, mais malgré les actions entreprises en ce sens, la souveraineté
des États quant au contrôle de ces organisations reste un principe dominant.
Plusieurs propositions pour un code de conduite commun des ONG sont
restées lettres mortes. Au même titre que celui des Associations 1901 en
France, le concept d’ONG est trop large, car il englobe des réalités
significativement différentes. On y retrouve aussi bien l’organisation «écologique »
de la chasse que la défense des animaux sauvages. Au fond, la définition des
ONG porte sur le caractère non gouvernemental d’une organisation. Dans
ce cas toutes les associations sont potentiellement des ONG. Cependant, la
première « conceptualisation » des ONG a été présentée par l’ONU. Dans ces
conditions, il est opportun de rattacher les ONG à cette définition initiale.
L’Organisation des Nations Unies donne aux organisations non
gouvernementales un embryon de personnalité juridique internationale, sous
réserve d’une activité déclarée répondant aux compétences de l’ECOSOC
(Economic and Social Council). « Sur la base de l’article 71 de la Charte des
Nations Unies, le Conseil économique et social leur a accordé un statut
consultatif, ce qui leur permet de les associer à ses activités. Plus de 2000
ONG sont ainsi actuellement accréditées auprès des Nations Unies...
L’Assemblée générale elle-même, dans sa résolution 43/131 du 8 décembre
1988 sur l’assistance humanitaire aux victimes des catastrophes naturelles, a
invité les États qui ont besoin de cette assistance à faciliter la mission des
ONG. Elle a aussi accordé en octobre 1990 le statut d’observateur, statut en
principe réservé aux États non membres et aux organisations
internationales, à une ONG, le CICR (Comité International de la Croix-Rouge) eu
égard au rôle et aux mandats particuliers qui lui ont été assignés par les
3
Conventions de Genève de 1949» .Le statut consultatif des ONG est
reconnu notamment par l’OIT (Organisation internationale du travail), l’UIT
(Union internationale des télécommunications), l’UNESCO (Organisation
des nations unies pour l’éducation, la science et la culture), l’OEA
(Organisation des États américains), les Communautés européennes et le Conseil de
l’Europe. Le Conseil économique et social peut prendre toutes les
dispositions utiles pour consulter les ONG, internationales mais aussi parfois
nationales, dans le domaine de sa compétence. Il est possible de distinguer
trois types de statut consultatif pour les ONG :

3
Guilhaudis J.-F. (2003)Relations internationales contemporaines, manuel Jurisclasseur, LITEC, Paris,
p. 345-346.

INTRODUCTION

13

– Cellesqui sont implantées dans de nombreux pays et qui ont des
compétences suffisamment générales pour couvrir la plupart des
compétences d’ECOSOC et de ses organes subsidiaires,
– Celles à qui il est reconnu des compétences plus spécifiques et une
présence internationale suffisante ;
– Cellesqui disposent de statuts auprès d’autres organes ou agences
spécialisées des Nations Unies, sans pour autant pouvoir accéder aux deux
statuts précédents du fait de l’étroitesse de compétences souvent techniques
et d’une surface d’action réduite dans l’espace.

Ces trois catégories d’ONG peuvent, à leur demande, être autorisées et
accréditées pour assister aux conférencesinternationales organisées par
l’ONU.A priori, les ONG ne sont pas des partenaires, elles n’ont qu’un rôle
consultatif. Dans les faits, une évolution vers le partenariat semble se
dessiner, notamment dans les travaux de l’ONU, à l’Assemblée générale et
au Conseil de sécurité, afin de prendre régulièrement le pouls de la société
civile.
Pour le Conseil de l’Europe (Convention 124), uneONG est une
association, une fondation ou une institution privée qui a un but non
lucratif d’utilité internationale, relève du droit interne de l’un des membres
4
et exerce une activité effective dans au moins deux États.
Les organisations non gouvernementales n’ont généralement pas un
seul objectif. Au fur et à mesure qu’elles évoluent, elles élargissent le domaine
de leur action. Par exemple, l’Association Handicap International a été créée
sur la base d’un objectif humanitaire clairement défini pour s’engager
ultérieurement, en conformité d’ailleurs avec l’ensemble de son action
précédente, dans une contestation politique concernant la production et l’usage
des mines (Campagne Internationale pour Interdire les Mines), ce qui lui a
valu, ainsi qu’aux cinq autres associations partenaires, de devenir Prix Nobel
de la paix. Il est clair qu’au départ, Amnesty International était plus concerné
par la liberté de parole et le respect des droits de l’homme, avant de
s’engager de plus en plus dans le domaine des conflits humains et civils, de
ce que Amartya Sen appelé les «entitlements ».Si on pouvait donner
schématiquement quatre rôles principaux aux ONG (action pendant ou
juste après les conflits, organisation mondiale de l’économie, écologie et
environnement et enfin la lutte contre la pauvreté, lamisère, la précarité)
ceux-ci pourraient être encore plus précisément définis. Cependant,

4
À ce titre, les organisation de défense des professionnels peuvent être qualifiées d’ONG (si les
autres conditions «internationales »sont respectées), alors que les syndicats, qui ont un statut
reconnu par l’Organisation Internationale du Travail ne peuvent y prétendre.

14

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

l’évolution de ces organisations non gouvernementales, leur capacité à
s’émouvoir pour toutes les actions connexes à leurs objectifs principaux,
rend une conceptualisation détaillée peu adaptée à leur fonctionnement.
Dans ces conditions, Oxfam intervient aussi bien dans les conditions de
guerre que dans celles de la paix. ATTAC défend à la fois un
altermondialisme qui s’oppose à la mondialisation libérale, mais en même temps
il défend aussi certains principes concernant l’environnement et l’écologie.
Cette organisation pourrait, selon les angles de vue, être à la fois une
association altermondialiste, humaniste, politique et écologique. De même
Réseau Action Climat lutte contre le réchauffement de la planète dans un
combat écologique et humanitaire important, mais son programme est
suffisamment proche de celui des Verts, un parti politique français, pour que
l’on puisse aussi l’inscrire dans les ONG politiques. Dans leurs
développements futurs, les ONG devraient investir dans le domaine des biens culturels
(Patrimoine sans Frontières) en relation étroite avec l’Unesco ou les milieux
artistiques et dans la lutte contre la corruption (Transparency International).
Cependant, ces opérations sont intéressantes, mais pas encore suffisamment
significatives au regard de leur influence sur le fonctionnement du monde.
Les ONG deviennent un agent économique, politique et culturel
important dans le monde. Elles négocient avec les États ou les organisations
internationales, elles contestent les pollutions et la cupidité des propriétaires
d’entreprises, elles soutiennent les affamés ou les personnes souffrant de
discrimination. Quatre types d’organisations non gouvernementales peuvent
être distingués, même si cette conceptualisation n’est pas toujours
satisfaisante et adaptée à tous les cas. Elles interviennent dans les domaines des
conflits et guerres, de l’ordre économique mondial, de l’écologie et de
l’environnement, de la pauvreté et du développement. Pourtant, l’angélisme
initial est relu aujourd’hui à la lumière des actions entreprises et réussies.
L’image idyllique que les populations occidentales continuent d’entretenir en
faveur des ONG a cédé la place à une réalité beaucoup plus contrastée. Le
marché de l’humanitaire qui a fini par s’imposer n’échappe pas aux règles
des marchés économiques classiques. Des dysfonctionnements dans la mise
en œuvre de l’aide humanitaire ont peu à peu été révélés, de même que les
ambiguïtés sur le rôle des ONG quant à la pérennisation des conflits. Les
effets parfois pervers de leurs actions n’ont pas manqué de jeter un
discrédit, souvent injustifié, sur ce qui se veut pourtant être un formidable élan de
solidarité humaine.
Les ONG se présentent comme un acteur important sur la scène
internationale (Chapitre I). Elles interviennent dans les questions
concernant les conflits armés et civils internationaux (Chapitre II), l’organisation

INTRODUCTION

15

de l’ordre économique mondial (chapitre III), les valeurs écologiques et
environnementales (chapitre IV) et le développement économique et la
pauvreté dans le monde (chapitre V). Cependant, leur action a souvent été
fortement critiquée (chapitre VI). Il est vrai que les excès ou les erreurs de
quelques ONG mettent en lumière une absence de contrôle du mouvement,
dont la qualité principale reste, « in fine », de pointer du doigt les errements
probables de la société contemporaine. LesOrganisations Non
Gouvernementales éveillent les consciences à un monde plus solidaire et plus juste
(chapitre VII).

Chapitre I

Le mouvement des organisations
non gouvernementales,

un acteur important sur la scène
internationale

OTRE ÉPOQUEaun rapportambivalentavec largent. Ce qui différencie
N
fondamentalementlesONG
desentreprisesfinancièresetcommercialesportesur le caractère lucratif ounon de lactivité engagée. Lenrichissement
na pas toujoursété considéré commeun objectif prioritaire de laction des
hommesdansleursrapportsavec lesautreshommes. Il a même parfoisété
interditouréglementé. Aujourdhui, le développementdesONG est unsigne
dun retour àune certaine condamnation de largent. Le discourscritiquesur
largentest trèsancien. Aristote condamnaitdéjà la chrématistique
(laccumulation dargentpour le plaisir) etle personnage de lavare de Molière
témoigne de cette méfiance auregard de laccumulation desrichesses. En
sesdébuts, le christianisme a faitde la richesseun obstacle importantà
lentrée auparadis, notammentpar le faitquil provoqueuntel phénomène
dinsatiabilité quil peut sesubstituer danslavie quotidienne à ladoration
dévolue à Dieu. Largent-roi devientalorslargent-dieu.

18

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

Lesystème capitaliste a favorisé laccumulation desrichessespour les
propriétaires, lequelscherchentcependantà éviter
lescomportementsostene
tatoires. AuXIXsiècle, le banquier estparfoishonni, comme il le redevient
depuisla crise financière de2008. La critique de largent se confond parfois
avec celle ducapitalisme à la recherche dumaximum de profitdans toutes
lesactivitésproductives. Le matérialisme poussé à lextrême créeun monde
sanscharité,sans solidarité,sansexpression devaleurshumainescollectives.
JacquesDerrida etEmmanuel Levinasontmisen évidence le caractère
universel de largentdans sa capacité de création de liensetdéchanges,
permettantainsi déviter quelques situationsdeviolence etmême de produire
une forme particulière de justice. La charité exclutléquivalence, lasolidarité
collective proposesouventlutilisationsimpliste de largentcomme outil. La
monnaie offreune certaine liberté despersonnesdansleursrapportsmutuels,
alorsque le don estfondésur desrapportsdengagementpermanententre
lesindividus, réducteursde lautonomie. Sil a été prouvé que le niveaude
e
vie desesclavesaméricainsdumilieuduXIXsiècle était supérieur à celui
desouvriersde Chicago, la guerre de Sécession a permisauxesclavesde
retrouver leslibertésquisontdesfacteursessentielsde lépanouissement
deshommes.
La question estalorsdesavoir pourquoi la monnaie nestpas
unsimple instrument. Largentdaujourdhui charrie avec lui desconceptsmoraux
qui expriment un certain rapport sociétal dumonde. Cestdansce contexte
quesinscriventlesactionsdesONG. De plusen plusen phase avec
léconomie de marché avec laquelle ellesdoivent vivre, elles se rapprochent
souvent, dansleursméthodesetleurs techniques, de la gestion desfirmes
nationalesoumultinationales. Cependant, lesONG prennent toujoursen
compte lesquestionsmoralesethumanitairesdansleursactions, leur
donnant une priorité affirmée dansleurs statuts sur laccumulation de largent.
Cependant, ellespeuventaussivaloriser dautresobjectifs, notamment
religieuxoupolitiques. Dansce cas, laction de lONG nestquun prétexte
poursatisfaire desobjectifsprioritaires. Elle estengagée dans un butqui est
sansdoute lasatisfaction des« coûtsde lhomme » despersonnesdémunies,
mais surtoutla réalisation dun objectif demandé par la religion (la charité
peutconduire auParadis),suscité par desambitionspolitiques secrètesou
même recherché à desfinsfinancièresetcommerciales.
Depuis unetrentaine dannées, lesONGsesontaffirméescomme
desacteursinternationauxincontournables, dautantplusimportantsque
lémergence de ce quon appelle « lasociété civile » estmaintenantdevenue
une réalitétangible. En ce qui concerne leur action lorsde conflits, les
ONG ontfaitla preuve de leurutilité danslaide auxpopulationsen

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

19

détresse, par leur rapidité dintervention etleur capacité àsubvenir avec
expertise etefficacité auxbesoinsdes victimes. Dansla conscience
collective, elles sontdevenuesdesalternativesà lÉtat,voire desanti-États,se
parantdesoripeauxde la générositéspontanée, du volontarisme etdu
désintéressement, ce que lÉtat, dans uglobalin monde «sé »,nestplus
toujours sensé incarner.
LesONG émettentparfoisdescritiquesà lencontre desinstitutions
financièresinternationales(FondsMonétaire International, Banque mondiale,
banque desRèglementsinternationaux) etde lOrganisation Mondiale du
5
Commerce .Cependant, elles travaillent trèsfréquemment, dans un bon
esprit, avec lesautresorganisationsinternationales, comme le Programme
desNationsUniespour le Développement, lOrganisation Internationale du
Travail, lOrganisation mondiale de lasanté, lUNICEF (Fond desNations
uniespour lenfance) oulUNESCO. Elles sontmême associéesà certaines
de leursdélibérationsetellesaccomplissentdes tâchesdesous-traitance,
notammentauprèsde lUnion européenne oucertainsprogrammesdes
NationsUnies.
Sur la base desdéfinitionsretenuespar lONU, le nombre desONG
6
a doublé depuis1980. SitraditionnellementlesONGsont
surtoutprésentesdanslespaysindustrialisés, lespaysen développementcommencent
aussi àse doter destructuresnon gouvernementales, malgré
certainesdifficultésliéesauxlibertésaccordéesauxassociationsprivéesdansplusieurs
payspeurespectueuxdes valeursdémocratiques. Une despremièresONG
futle célèbre YMCA (Young MensChristian Association), fondée en 1844
pour aider lesjeuneshommesà rentrer danslavie industrielle. Le Comité
International de la Croix-Rouge, créé en 1863poursoigner les soldats
blessésetlesprisonniersde guerre, a obtenudesÉtatsle respectde
principesconcernantlesdroitsdesprisonniersetla liberté des soinspratiqués
en faveur detouslesblessésde guerre, quel quesoitleur camp. LArmée du
salut(1865) avaitpour objectif de fournir de la nourriture et une aide
spirituelle auxdémunis. Cependant, il ne faudraitpasnon plusoublier
laction de mouvements,sansréférence institutionnelle bien établie, quise
sontbattusetontobtenugain de cause bien avantcette reconnaissance

5
Fontanel J. (2005),La globalisation en analyse. Géoéconomie et stratégie des acteurs, Paris, LHarmattan,
coll. « Librairie desUniversités». GrazJ.-C. (2008),La gouvernance de la mondialisation, Paris, La
Découverte, coll. « Repères».
6
Cette introduction doitbeaucoup à larticlesuivant: Fontanel J., Echinard Y. (200La8), «
puissance économico-politique desorganisationsnon-gouvernementalesdansle monde
daujourdhui »,Annuaire Français des Relations Internationales,2008.

20

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

internationale. Ainsi, la « British and Foreign Anti-SlaverySociety» a obtenu
aprèsdixannéesde lutte labolition de lesclavage en Angleterre (1833).
Lorganisation desONG est trèsdiversifiée. Par contre lesobjectifs
font tous,selon desmodalitésdaction etde réflexion parfoisopposés,
référence auxmêmesobjectifsfondés sur lidée du« développementdurable »
etdurespectdesdroitsde lhomme.

Structures et gestion des ONG

Début 2009, ilya aumoins40 000ONG internationales, dontplusde
2 000accréditéesauprèsde lONU. Ellesontoccupé lespace de la
contestation politiquesur despointsprécis.
Pendantle XXesiècle, lesgrandsproblèmes« humanitaires»
internationauxontété autantdoccasionspour le développementdesorganisations
non-gouvernementales. Ainsi, CARE (Cooperative for Assistance and Relief
Everywhere) a été le résultatduregroupement(sousforme de coopérative) de
22organisationsenvue dapporterune aide aux victimesde laseconde guerre
mondiale. Aujourdhui, cette association auxmoyensconsidérables(avecun
budgetde plusde 550millionsde dollars) proposeson action
danslesdomainesde lasanté etde lalimentation, maisaussi en faveur de la création de
petitesentreprises, ducontrôle desnaissancesoududéveloppementagricole.
La naissance dAmnestyInternational estluvre dun avocatbritannique
désireuxduvrer à la liberté de deuxétudiantsportugaisemprisonnés.
Aujourdhui, cette ONG compte plusdun million dadhérentsdansplusde
150pays. Les situationshistoriquesparticulièrementdifficilesconduisentà
desréactions« privées» quiutilisentalorslavoie juridique de la constitution
dune ONG pouryrépondre. Cestpour protester contre leseffetsdésastreux
pour lespopulationscivilesdesmines terrestresetpour faire face auxbesoins
humanitairesdurgence que le « Center for International Health and
Cooperation » a été créé pendantla guerre de Somalie (1992). Enfin, de nombreuses
ONGsontfondées sur desbasesreligieusesouphilosophiques.
Lorganisation desONG dépend desrèglesjuridiquesdespaysdans
lesquelselles sontnéesouétablies. AuxÉtats-Unis, ellesprennentla forme
dunesociété, avecun conseil dadministration (board oftrustees),une
structure administrative,unsiègesocial etdesmoyensde financement. Leur
personnalité juridique dépend de leurtaille, de leursmissions, de leurs
structures, de leursaffiliationsoude leurtype de gouvernance. Cependant,
ellesne doiventpasavoir de butslucratifs(Code ofthe U.S. Internal
Revenue Service). En France, la loi desAssociations1901 encadre la
modalité juridique dorganisation desONG,sur la base dune charte,sorte de

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

21

constitution, qui fixe lesrèglesetlesmissionsprincipalesde lentité ainsi
constituée. La gestion de cesONGsuppose desqualitésde gestion
etdinnovationsuffisantes. Les sommesengagées sontimportantesetle
militantisme nestpas toujours suffisantpour optimiser lesfondsainsi recueillisen
vue de répondre auxobjectifsde lassociation. Le recueil de fondsest
essentiel. Il fautdonc de bons vendeursdesobjectifsetde lorganisation
elle-même. Généralement, le nombre de personnesau siègesocial estlimité
lorsque lesprincipalesactions se passentà létranger. Par contre, de
nombreuxemplois sontoffertsauxautochtones,sur la base dune compétence
professionnelle affirmée. Lespersonnelsnontpasdimmunitésparticulières
etilsdoiventrespecter lesloisdupaysdanslequel ils travaillent.
Il convientde constater que lesAssociationsnesontpasnon plus
toutesfondées sur lesprincipesde bienscollectifs. Certainesdéfendentdes
intérêtsparticuliers, prochesde ceuxdesentreprises. Ainsi,sur lesquinze
associationslesplusinfluentesen2002auxEtats-Unis, nombre dentre elles
défendentdesintérêtsconjoncturelsparticuliers(Tableau1).

7
Tableau 1:Les 15 Associations américaines les plus influentes en 2002
Classement Objet
1) National Rifle AssociatPoion of Americaur lavente libre desarmes, mesure jugée
essentielle à la liberté individuelle.
2) American Association of Retired PersonsDéfense desretraitésaméricains.
(AARP)
3) National Federation of IndependentDéfense desintérêtsdesentreprises
Businessindépendantes
4) American Israel Public AffairsCommittee Association desoutien à Israël.
5) Association of Trial LawyersAof Americassociation desjuristes, avocats, etc.
6) AFL-CIOSyndicatdes travailleurs
7) Chamber of Commerce oftChambre de commerce nahe USAtionale
8) National Beer WholesalersAssociation Association desgrossistesen bière.
9) National Association of RealtorsAssociation nationale desagentsimmobiliers
10) National Association of ManufacturersAssociation desindustriels
11) National Association of Home Buildersof Association desconstructeursde logements
tdehe USAsÉtats-Unis
12) American Medical Association Association desmédecinsaméricains
13) American Hospital Association Association deshôpitaux
14) National Education Association ofthe USAAssociation en faveur de léducation
15) American Farm BureauFederation Association desagriculteursaméricains.
Ainsi, le National Rifle Association of America est un groupement
dintérêtqui défend lavente libre desarmes. LAARP est une association

7
http://legal-dictionary.thefreedictionary.com/National+Rifle+Association
http://www.opensecrets.org/orgs/summary.php?id=D000000082
http://www.fortune.com/lists/power25/index.html
http://faculty.ucc.edu/egh-damerow/interest_groups1.htm

22

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

sansbutlucratif de38 millionsde personnes, envue daméliorer la qualité
de lavie desesmembres. Elle offre des
servicesetproduitsdiversnotammentdescontratsdassurance, desfondsdinvestissementetdesproduits
financiersréservésàsesadhérents. Lesrésultatsmettenten lumière les
différencesqui existententre desorganisationsnon gouvernementalesqui
défendentgénéralementdesintérêtspublicsetlesAssociationsquise
proposent surtoutde maintenir oude développer desintérêtsprivés. Les
ONGsont souvent synonymesdorganisations sansbutlucratif, maiscette
caractéristique ne leur estpaspropre (comme certainsmusées, écolesou
hospices) etcertainesdentre ellesontdesactivitéscommercialesdirectesou
indirectes.
LesONG ontdes structures trèsdiversesetleurscapacitésfinancières
ouleur notoriété divergent selon lesmilieuxetlescentresdintérêt. Elles
répondentaussi auprocessusde globalisation économique, en élargissant
spatialementle domaine de leursinterventions. LesONG ontdesobjectifs
trèsdiversetdéfendentdesintérêtsqui ont,souvent, desconséquences
économiquesimportantes(Tableau 2).

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

23

Tableau 2:Objectifs principaux de quelques ONG significatives
Objectifs principauxExemples dONG
Humanitaire etconflitscivilsoumilitaires- CICR (Croix-Rouge)
- AmnestyInternational
- Handicap international
- Campagne internationale pour linterdiction des
mines terrestres
- Médecinsdumonde
- Médecins sansfrontières
- Survival international
Contre la pauvreté, la misère, lexclusion,
- CARE
labsence de droits
-0xfam
- Action Contre la Faim
8
- Job for Justice
Religieux- Secourscatholique
- SamaritansPurse
- Conseilcuménique deséglises
- International Islamic Relief Agency,
- Islamic African Relief Agency
- Islamic Relief etMuslim Aid.
Politique- Pugwash
- Economistsfor Peace and Security
- IPPNW (Médecinscontre le nucléaire)
9
- Fondation Friedrich EbertStiftung
10
- Reclaims the Streets
11
- Chiapas
Globalisation économique- ATTAC
- Corporate Watch
- Forumsocial mondial
- Initiative Développement
- African DevelopmentFoundation
- Global Exchange
Écologique- Greenpeace
- WWF
- Lesamisde laterre
- Terre desHommes
- RéseauClimat
- SOS Sahel
- Fondation NicolasHulot
Sportif- Comité international olympique
- Fédération internationale de football (FIFA)
- UEFA (Union Européenne de football association)
- Sport sansfrontières

8
Job for Justice est une organisationsyndicale qui faitle lien entre les syndicatseux-mêmes, les
chômeurs, les salariésprécairesetlesétudiants.
9
Émanation duparti politiquesocial-démocrate allemand.
10
« Reclaims the Streets», ONG née en Grande-Bretagne, dirigeson mécontentementcontre lesgrands
centresfinanciers. Cette association estqualifiée danarchiste irresponsable par les syndicatsbritanniques.
11
LesoulèvementdesChiapas, auMexique, de défense desdroitsdespeuplesindiens, montre
limportance de la contestation. Celle-ci estnée en réaction auxaccordsde lALENA qui étaient
accusésdaggraver lexclusion desdéfavorisésdu système néolibéral.

24

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

Plusieurs terminologiesdesONG existentqui précisentleur intérêt
12
spécifique :
LesONGsontdesorganisationsinternationalesnon
gouvernementales. Ellesdoiventêtre présentesaumoinsdans troispays. Par exemple,
« Initiative Développement» est une ONG,une association desolidarité
internationale, qui engage desactionsde développementauprèsdesplus
démunisdanslespaysduSud. Elle intervientdanscinq pays: Haïti, le
Bénin, lesComores, le Ghana etla Chine. Elle aide prèsde250
000personnesquiviventdans un étatde grande pauvreté etde précarité parmi les
populationsdéshéritéesdesbidonvillesoudes zonesruralesisolées. Un de
sesprojetsconcerne « le programme de développementrural dansle Sud du
Bénin »,dans unezone dintervention essentiellementruralevivantde
l'agriculture, dupetitélevage, de la pêche etducommerce etquisubitla
pression foncière, la baisse de la fertilité des solsetlexode rural. Cette
ONG propose à la foislesoutien audéveloppementdespetitesentreprises
agricolesetdetransformation en renforçantlesactivitésexistantesetde
nouvellesproductionsauxrevenuspotentiels substantiels. Dansce cadre,
lespopulations sontdirectementconcernées, notammentavec lorganisation
de ComitésVillageoisde Développement. Lesmoyensconcernentla mise
en place de formations spécialiséesadaptées, des stages, lapplication des
principesdumicro-crédit, lesappuisaumontage de filièresetdes suivis
techniquesetéconomiques. LONG accomplitdesactionséconomiques
danslesdomainesdesforages, de ladduction deau, dureboisementou
pour lécole.
LesPINGO (Public Interest Non Gouvernmental Organisations)
représententdesassociationsà butnon lucratif dintérêtgénéral. CesONG
accomplissentdesactionsdintérêtpublic financéespar desorganismes
internationaux, comme le Programme desNationsUniespour le
DéveloppementoulOrganisation Mondiale de la Santé. Ellesprésentent souvent
lavantage de bien connaître leterrain daction de lopération économique à
engager etde proposer des servicesà descoûtsinférieursà ceuxdes
contractantsprivésoupublicscorrespondantsconcurrents.
LesBINGO (Business and Industry Non Governmental Organisations) ont
desintérêtsplusparticuliersetle caractère non lucratif nestdonc pasaussi
clairementexprimé. Ainsi, lAARP (American Association of Retired Persons),
avecun budgetde plusieursmilliardsde dollars, ressemble plusàune
compagnie financière quàune ONG. LesgrandesONG internationalesdontles

12
Fontanel, J., Echinard, Y. (2008), « La puissance économico-politique
desorganisationsnongouvernementalesdansle monde daujourdhui »,Annuaire Français des Relations Internationales,
2008. Fontanel, J. (2005),op. cit.

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

25

nomsetleslogosremplissentlesjournaux sontdesentitéséconomiques
dontla puissance estcomparable à celle de biensdautresentreprises
transnationalesetdontlinfluence dépassesouventcelle de nombresde
diplomatesetautresdirigeantspolitiques. Elles sontditesinternationales
car, mêmesi leursiège principal estobligatoirement situésur lesol dun
Étatdéfini, ellespossèdentdesramifications, desbranchesdansdautres
13
pays. Oubien, ellesacquièrentcestatutinternational par leur action à
létranger, leur présence horsdu territoire de lÉtatoù siège la maison mère
ouprogressivementpar leur présence danslesmédiasde nombreuxpaysou
lorsdesgrandsévénementsinternationaux(conflits, catastrophesnaturelles,
conférencesinternationalesdesNationsUnies, de lOMC).
LesGONGO (Governmental Oriented Non Governmental Organisation)
désignentlesONG fortementinfluencéespar lesgouvernements. ADF
(African DevelopmentFoundation),une ONG américaine, a été créée par
le CongrèsdesÉtats-Unisdontelle reçoitdesfondsetauquel elle rend des
comptes. Dansquelle mesure cette organisation peut-elle être considérée
comme non gouvernementale ? Dansla mesure oùde
nombreusesorganisationsnon gouvernementalesreçoiventdesfondspublics, on peut sinterroger
sur leur indépendance financière. LesONG peuventêtreutiliséesde
manièrestratégique par lespaysqui lesfinancentafin d'orienter la politique
dupays. Lexemple de lAllemagne estintéressant ;il existe dansce pays
quatre fondationsliéesauxprincipauxpartispolitiques. Chaque organisation
reçoitdesfondsen fonction de la représentation électorale despartisau
Bundestag. Cesorganisations sontconsidéréescomme desONG, maiselles
ontdesobjectifsetdesidéauxpolitiquespropres. La Fondation Konrad
Adenauer, par exemple, estliée auparti démocrate-chrétien, elle
estprincipalementliée auxpartiscatholiquesen Afrique etellesoutientlentreprise
privée. La fondation Friedrich EbertStiftung estliée
aupartisocial-démocrate etelle estengagée dansles syndicatsetlesmouvementscoopératifs.
Elle défend lesidées sociales-démocrates.
LesOrganisations socialesinternationalesexpriment, en France, des
ONG àvocation de coopération internationale. CertainesONG disposent
de nombreusesfilialesà létranger. Cestle casde CARE, Oxfam ouSave
the Children. Danscesconditions, lesfilialesétrangèreschap-(« foreign
ters») partagentlesmêmes valeurs, maiselles
sontgénéralementindépendantesfinancièrementetelles se gèrentelles-mêmes,sansen référer à la
« maison-mère ».Les«trustees»sontlégalementresponsablespourtoutes

13
MédecinsSansFrontièrespossède 5structuresautonomesou« centresopérationnels» en
Europe, dontdépendent14sectionspartenaires:
http://www.msf.fr/site/site.nsf/pages/mouvementinternational.

26

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

lesopérationsde lONG, notammentdansle domaine financier. Le Conseil
dadministration peutrecruter lesdirecteurs, maisil nesoccupe pasdu
personnel proprementdit. Lesdécisions sontgénéralementdécentralisées,
avecunestructure hiérarchique peuélaborée. Lesfinancementsproviennent
de dons, de cotisations, de levéesde fonds(fundsraising), maisaussi de
contratsdesous-traitance, notammentavec
desorganismesgouvernementaux(United StatesAgencyfor International Development, ouUSAID, par
exemple), maisaussi avec la Banque mondiale, oule Programme des
NationsUniespour le Développement. Oxfam America reçoit90% deses
ressourcesdescontributionspersonnellesetdes sociétés, contreseulement
9% de la partdesFondationset 0% des sourcesgouvernementales. Au
contraire Catholic Relief Servicesrecueille plusde 80% desesrevenusdes
donations, descontratsetdesfinancementsdugouvernement. Si en France
la levée publique de fondsexiste bien autour desopérations télévisées
(Téléthons), le processusa connuquelquesdifficultésavec la Ligue contre le
cancer, dontlutilisation desfondsa faitlobjetdune «affaire judiciaire ».
AuxÉtats-Unisle parrainage de célébritésestessentiel. La
fameusevinaigrette de Paul Newman a rapporté desmillionsde dollarsSaà «vethe
Children ». CertainesONG refusent toutfinancementpublic, afin de
conserver leur indépendance. Ce nestquand même pasle caspour la grande
majorité desONG àvocation internationale.
LesMONGO (Myown NGO)
défendentcertesdesintérêtscollectifs, elles sont, de fait, géréesparune oudeuxpersonnes sanscontrôle
démocratique auregard dunombretrèspeuélevé dadhérentsmotivés. Les
DONGOs(donor-organized NGOs)sontcréésdirectementà linitiative
desbailleursde fondsenvue de gérer etfinancer desprojetsparticuliers. Ils
sontassezdifficilesà repérer auregard ducaractdélière «tsdinitiés» et
« prisesdintérêt» qui pourrait, danscertainscas, être passible dune
présentation devantla justice. Aumêmetitre, il existe aussi desOVG
(organisations vraisemblablementgouvernementales), crééesensous-main par les
États. Ellesontpour fonction desatisfaire
certainsobjectifsdesgouvernements, envue de récupérer desfinancementsinternationauxoude contester
lespositionsdesorganisationsnon gouvernementalesquisopposentà lui,
soità lintérieur dupays,soitdanslesorganisationsinternationales.
Dansle domaine économique, laction desONG peutêtre plus
efficace que celle
desOrganisationsinternationalespourtroisraisonsprincipales. Dabord, lescoûtsde fonctionnement sontmoindres. Ensuite, la
collaboration avec lesautochtonesestplusfacile, car elle ne metpasen
évidence linfluence dun pays surun autre. Enfin,
lesconsidérationspolitiques sontplusréduites(maispasannihilées), dans unesituation detension

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

27

guerrière forte. LesONG reconnuespar lONU ontdesdroitsetdes
moyensimportantsoffertspar la communauté internationale. Autrefois
dépourvuesde moyens, lesONGsontaujourdhuitrèsbien outilléesen
outilsde communication, en moyensdetransport(camions4x4,
hélicoptères, bateaux,souvent trèsluxueux). Prochesdu terrain, lesONG ont une
connaissance importante de lasituation économique, militaire et sanitaire des
peuplespour lesquelselles travaillent. Une lecture attentive
descomptesrendusetmême desdemandesdinformationscomplémentairesdonne aux
instancesnationalesetinternationalesdesconnaissancesnouvelles sur la
situation dun payset surson évolution. Il est sansdoute intéressantde
mettre en place desprocéduresnouvellesdaide auxpaysen guerre qui
feraientappel non plusauxÉtats, maisà desONG disposantde moyens
importantsetde missionsprécises. On peutdailleurs sinterroger à cesujet
sur lesopérationsde maintien de la paix(« Peacekeeping »)etleur
application par desorganismesinternationaux. Il est vrai quil
nestjamaisintéressantde mettre en place desformesde mercenariat, encore moinsde
dupliquer lesforcesnationalespar desforcesinternationales. Une procédure
14
de mercenariat serait trèsdangereuse etcoûteuse .
LesONGsontdevenuesdesentreprisesintégréesau
tissuéconomique national ouinternational etontdonc descomportementsdentreprise.
Elles se doiventdassurer leur pérennité, gérer leur personnel devenuen
partie professionnalisé (possibilité de faire carrière en leursein) ainsi que
leur financementetdonc de développer des stratégiesde communication,
publicité etcommercialisation, dafficher leursrésultatsetjustifier leurs
bilans. La logique de marché a quelque peuprisle pas sur la logique de
générosité etdabnégation. Il existe ainsiun marché de loffre deservicesde
leur partdanslequel la concurrence ne manque pas(suite à la catastrophe
provoquée paruntsunami en Asie en décembre2004, il étaitdifficile de
savoir à quelle ONG faireun dontantle nombre de cellesquisouhaitaient
intervenir etprofiter de la manne financièresuscitée étaitimportant).
Limportance économique desONG estaujourdhui considérable. Elle excède
1000milliardsde dollarsetdonne desemploisà20millionsde personnes.

Les objectifs principaux

Il existe aujourdhuiun réseaumondial dOrganisationsnon
gouvernementales,véritablesavocatsdudéveloppementhumain, qui pousse les

14
Sheehan N. (2008), « Economicsof UN Peacekeeping Operations», in Fontanel J., Chatterji
M,War, Peace and Security, Contributionto ConflictManagement, Peace Economicsand
Development, Vol.6, Chapter 11, London, Emerald. Forthcoming.

28

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

grandsacteursde la globalisation à respecter notammentlesdroitsde
lhomme, le développement soutenable etlenvironnement. LesONG ont
obligé le FMI à prêter attention à la dégradation de lenvironnement, à la
corruption, à lendettement, maisaussi aucaractèresocial
dudéveloppement. Ainsi, lesprogrammesconcernantlasécurité, lasanté etléducation
ontété renforcésdanscette optique. Aujourdhui, la communauté
internationale est, cependant, plusà lécoute desONG de lenvironnementquà
cellesdesONG dudéveloppement.
LesONGsont unesource importante dinformationspour lesÉtats,
grâce àune capacité dexpertise qui nestpas toujoursdisponible dansles
institutionsofficielles. Forméesen lobbys, elleséveillentlattention de
lopinion publiquesurune question économique,sociale, politique,
environnementale ouéthique qui nesemble pasavoir été prise en compte dansles
actionsdesacteursde la mondialisation ouà lintérieur dun pays. Ellesont
tendance àsopposer auconceptde mondialisationsoutenupar lesfirmes
multinationalesetelles sélèventcontre lesÉtatsqui ne respectentpasles
droitsdeshommes. LesONG ontchangé rapidementla nature de leurs
actions, passant souventdun cadre régional étriqué à la mise en réseau
international desactionsà entreprendre.

La contestation de la globalisation libérale

Laction desONG contre la mondialisation libérale est symptomatique de la
dégradation desrapportsdémocratiques transnationaux. Lesdirigeantsdes
grandsÉtats, desorganisationsinternationalesoudesfirmesmultinationales
défendent une procédure de globalisation qui renforce leurspouvoirset
leurs solidarités, comme entémoigne limportance accordée aufameux
Forum de Davos. « Danslimaginaire, cestletriomphe de la penséeunique,
danslavie quotidienne, cest« lomnimarchandisation »...Lévangile de la
compétitivité, lintégrismeultralibéral etle dogme de lharmonie naturelle
simposent. Etcela en dépitde lhorreur planétaire quengendrentla guerre
économique mondiale etle pillagesansretenue de la nature... Il habite
15 16
lhommeunidimens. À laionnel »suite de la penséeult,ralibérale de Chicago
touslescomportementshumains sontentrésdanslordre de la
marchandisation. Aujourdhui, le monde marchandsinsinue dansleschassesgardées
des valeurshumaines, par laccession ducorpshumain (commerce des
organes) etdesgènes végétauxau système économique. Fondésur la

15
Latouche, S. (2001), « La mondialisation démystifiée », in Edward Goldsmith etJerryMander,
Le procès de la mondialisation, Paris, Fayard, p. 16-17.
16
Pour GaryBecker, lanalyse économiquesapplique àtouslescomportementshumains.

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

29

rétention de linformationsur les valeursnon marchandes, le marché na
aucune éthique. Si la mondialisationsoppose auxpouvoirsdesÉtatsetoffre
auxfirmesmultinationalesla capacité de faire imposer leurslois, elle
maintient un équilibre despouvoirsen faveur dufonctionnementducapitalisme
universel comme «fin de lhistPooire ».ur Serge Latouche, «la
mondialisation esten fait un rapport social de domination etdexploitation à léchelle
17
planét. Leaire »sONG ontlargement utilisé lesmoyensde communication
pour créer des signauxdurgence, former leurspersonnelsà la contestation,
établir desréseauxmutuelsetengager desactionscommunes.
Ce rôle étaitdévoluaux syndicatsdepuisdeux siècles. Or, ceux-ci ont
perduplusde la moitié de leursmembresdepuisdeuxdécennies. Cestla
crise desorganisationsdumouvementouvrier. Avec la disparition de
lUnionsoviétique, le consensusde Washingtonsestimposé etles syndicats
ontété enfermésdanscette dialectique. Si aujourdhui,
lesactionsdesinstitutionsinternationalesontété remisesen cause, il a fallula réaction
dassociationsoude groupesmilitantspour lutter contre la faible efficacité des
financementsduFMIsur le développementéconomique despayslesplus
pauvrespour que cettestratégiesoitcontestée à lintérieur même du
système dominant. LesONG ontété lesplusconstantesdanslaction contre
lesconditionsdetravail desouvriersétrangers, notammentautour de la
campagne desclean clothes.Elles sesontpartiellement substituéesà laction
desyndicats, lesquelsnesontpas suffisammentouvertsà linternational et
défendentdes situationslocalesetconjoncturellesde
manièretropsystématiquementprioritaires. Aujourdhui, lesONGsontplusnombreusesque les
syndicats, maisceux-ci ontplusdadhérents. LAFL-CIO (American Congress
of Labor and Congress of Industrial Organisation) comprend plusde 16millions
dadhérents, contre 100 000àPublic Citizen, organisation fondée par Ralph
Nader,une ONG de consommateurs trèspuissante. Or, lesyndicalisme
reste dactiontrop nationale, avec desrèglesde fonctionnement,
desidéologiesetdesdroitsdifférentsde paysà pays. Il a perdu(provisoirement
peut-être)une partimportante deson efficacité face àune la mondialisation
libérale qui rend difficile les vraisdébatsetmeten concurrence les
travailleursdesitesdifférents.
Lesorganisationsnon gouvernementalesexercentparfois une action
importantesur lesactionsdesgouvernants. Cestle casnotammentde la
Commissiontrilatérale, qui comprend desPDG de grossesentreprises
multinationales, descadresdirigeantsde banques, desdirecteursdesréseaux
de médias, danciensprésidentsdesÉtats-Unis. Avec le Forum de Davos,

17
Latouche S. (2001), « La mondialisation démystifiée », in Edward Goldsmith etJerryMander,
Le procès de la mondialisation, Paris, Fayard, p. 9.

30

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

cesorganisationspréparentlesdécisionspolitico-économiquesde demain,
privantainsi la population dune participation démocratique auxchoixréels.
À linverse, lesONG «anti-globalisatpréion »voientde modifier lesrègles
dujeu. Ilsagitde modifier le mouvementde la dépendance mondiale
18
accrueverscelui de lint, de lerdépendance localeutter pour lasauvegarde
19
descommunautés, de maintenir lavie locale par lexercice dun
protec20 21
tionnisme adaptde mainé ,tenirune paysannerie etmême de développer
desmonnaieslocalespour le bien commun, grâce au système déchange
22
local (SEL). Lesmouvementsaltermondialistesontparticipé auxforums
sociauxde Porto Alegre oude Bombayetilsontcontesté la logique
purementlibérale de lOrganisation Mondiale duCommerce oule rôle particulier
duG8sur lévolution dumonde, en dehorsdesorganismesinstitutionnalisés.
Longtempsmonopoliséespar lesONG duNord, cesactions sont
maintenantmieuxréparties sur lasurface duglobe, grâce notammentaux
filialesdesgrandesorganisationsetauxassociationsreligieuses, notamment
danslespaysmusulmans. Par leur action dinformation interne (en direction
desinvestisseurs) etinternationale (par la communication
deseffetsirréversibles), lesONG ontévité nombre derreursindustriellesde grande
ampleur. Ellesrappellentaussi auxpouvoirspublicsla nécessité desbiens
collectifspublics, comme léducation, lesinfrastructures, les transportsou
les télécommunications. À cetitre, ellesinsistent sur le faitque le respect
exclusif à la rationalité capitaliste produitdesinjusticesinacceptables,une
insuffisante protection des valeurscollectiveset un oublitrèspréjudiciable
des«valeursde fin de jeu», cest-à-dire desconséquencesde la recherche
exclusive duprofitimmédiatpour le développementéconomique,
écologique ethumain desgénérationsfutures.

Laide au développement économique
LesONG ontexercéune activité considérable dansle domaine du
développement. Leséchecsde la coopération publique ontmisen lumière
lefficacité comparativesupérieure de cesAssociations.
Prochesdesperson

18
Norberg-Hodge H. (2001), « Changer de direction. De la dépendance mondiale à
linterdépendance locale », inLe procès de la mondialisation(Goldsmith E., Mender J. eds), Paris, Fayard.
19
BerryW. (2001),Sauver les communautés,Ibid. pp. 419-432.
20
HinesC., Lang, J. (1993),The New Protectionism : Protecting the Future Against Free Trade, London,
Earthscan.
21
Pérez-Votoria S. (200Recon1), «stituer la paysinannerie »,Le procès de la mondialisation
(Goldsmith E., Mender J. eds. pp. 445-457
22
Bertrand A. (2001), «Desmonnaieslocalespour le bien commun ».LespritdesSEL, inLe
procès de la mondialisation(Goldsmith E., Mender J. eds),Ibid. pp. 433-444.

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

31

nes secouruesouconseillées, lesONGsontmieuxinforméesdesbesoinsdes
autochtonesetdes« dérapages» desgouvernancesnationalesoulocales. Elles
sontlesmieuxplacéespour dénoncer lesrégimescorrompus. Ainsi,
TransparencyInternational ouHirondelle dressentannuellement une liste despays
corrompus selon leur degré de corruption. Ellesfavorisentlatransparence
dansla gestion desbienspublics. Ellesrevendiquent surtoutlannulation de
la dette publique despays socialementaffaiblis. En2004-2005, la
mobilisation desONG a abouti à lannulation partielle de la dette despaysenvoie
de développement. Ellesmettentenuvre desprogrammesde
développementen matière déducation, desanté, dalimentation oude bienspublics.
Lidéeselon laquelle le libéralisme conduità la paixestfortement
23
rejetée par la plupartdesONG etpar plusieursanalyses scientifiques.
Lorsque la guerre a détruit une économie et sesinfrastructures, lesONG
interviennentpour éviter que desprojetséconomiquesne produisentdes
effetsirréversibles sur lenvironnement. Pour prévenirun conflit, lesONG
engagéesdanslaction de développementjouent un rôle incontestable dans
la circulation de linformation. Ellesdisposentde moyensde
communication de plusen plusperformantsetmodernes. Ellesbénéficientdune
crédibilité qui faitdéfautauxÉtats souventaccusésdeservir leurspropres
intérêtsoudespositionspartisanes.
LesONGsengagentà lutter contre les stratégiesde la guerre
écono24
mique employéespar lesÉtats. Ellesluttentcontre léchange inégal (Attac),
lastratégie dappauvrissementpar leffortde préparation à la guerre
(ECCAR), latactique de la rupture (MédecinsduMonde), la politique de
lenserrement(African DevelopmentFoundation), lavolonté de domination
(OXFAM) oula recherche de dépendance (Global Alliance).
Lesformesdaide desONG en faveur despaysenvoie de
développement sontaussi de lordre de la charité oude la bonne conscience. Cela ne
veutpasdire que cesaidesnesoientpas utilesetnécessaires, maiselles
sinscriventgénéralementdansdesprogrammesàtrèscourt terme qui permettent
de passer le gué de la misère,sanspour autantrégler lesquestionsde fond.
Ce nest sansdoute dailleurspasle rôle qui peutleur être accordé face à des
institutionsfinancières, politiquesetéconomiques trèsjalousesde leurs
prérogatives.

23
Smith R., Fontanel, J. (2008), «Internationalsecurity, defence economicsandthe power of
nations», in Fontanel, J., Chatterji, M,War, Peace and Security, Contributionto
ConflictManagement, Peace Economicsand Development, Vol.6, Chap.3. London, Emerald. Forthcoming.
24
Fontanel J., Geslin A. (2008), « Political Economyofthe Humanitarian Actions», in Fontanel
J., Chatterji M.,War, Peace and Security, Contributionto ConflictManagement, Peace Economics
and Development, Vol.6, London, Emerald. Chapter 14. Forthcoming.

32

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

Laide humanitaire aux personnes défavorisées
Detrèsnombreusesorganisationsnon gouvernementales sontnées
ducombatcontre lesinjustices sociales: la misère, labsence de droits, la
discrimination. Lasolidarité estalorsrecherchée. Plusieursorganisationsont
été crééescesdernièresannées, qui restentemblématiquesen France, même
si leur rôle estlimité à lHexagone :LesRestosduCur oula Ligue des
Droitsde lHomme oulesmouvementsde libération desfemmes.
Fondée par Coluche en 1985, lesRestosduCursont une
association loi de 1901, reconnue dutilité publique,souslele nom officiel de «s
25
RestaurantsduCurlesRelaisduCur ». Elle pourraitêtreune
organisation non gouvernementale, car elle estaujourdhui diffusée en Belgique
eten Allemagne. Cependant, lobjectif de lorganisation reste dabord
national. Cette association bénéficie duconcoursde 51500bénévoles,
répartisdans113associationsdépartementales,unispar la même charte. Ses
principes sontclairs. Ilsappellentau« respectet solidarité envers toutesles
personnesdémunies, aubénévolat,sansaucun profitdirectouindirect, àun
engagement surune responsabilité acceptée,sur la convivialité, lesprit
déquipe, la rigueur danslaction etlindépendance complète à légard du
politique etdureligieux». Lassociation distribue desrepasetoffre descolis
alimentairespour lesplusdémunis, elle aide lesindividusà linsertion, elle
offreun hébergementdurgence etelle proposeuchangemenn «tdair »
pour lespluspauvres(vacances, cinéma, accèsà la culture, par exemple).
Passer de lhébergementdurgence aulogement, lutter contre léchecscolaire
etla précarité etêtre attentif à léquilibre alimentairesontlespriorités
26
affichées. Lesuccèsdes« RestosduCur » estconsidérable .

25
Restosducur, 8 rue Athènes 75009 Paris,tel :01 53 32 23 23,
http://www.restosducoeur.org/index.php;http://www.restosducoeur.org/
26
En2007, ilya eu91 millionsde repasdistribuésen faveur de700 000personnes,7
600personneslogéespour21600nuitées, etplusde 1000 salariésen contratsaidés. Lensemble des
donsetlegsreprésente 50millionsdeuros, fournispar 457 000donateurs(38.5%viennentde
donateursetde la générosité dupublic,20.3% desconcertsdesEnfoirés, disquesetactivités
annexes, 12.8% de lUnion Européenne (en produitsalimentaires), 19.5% desorganismespublics
(subventions, remboursementsde contratsaidés), 5.1 %viennentdesourcesdiversesetproduits
financiers. Lespartenariatsavec lesRestospeuventprendre plusieursformes, comme laide
logistique (mise à disposition devéhiculesoude locaux), lesdonsde produits, lespropositions
demploisau terme desparcoursde réinsertion despersonnesen contratsaidésdansleschantiers
dinsertionsdesRestos(jardinsetateliersduCur). Pour 100eurosque dépensentlesRestos:
56,7"sontpour l'aide alimentaire etlesrelais, 14,5"vontauxactionsd'aide à l'insertion,0,5"va
à la formation desbénévoles, 12,1"pour lesfondsde prévoyance,7,7"sontpour latournée des
Enfoirés, disquesetactivitésannexes, 8"sontpour lesfraisgénéraux,0,5"pour lesfraisdivers.
Lesystème de répartition desdonsauxdifférentscentres se faitpartranche de38000"avecun
grandsouci detransparence.

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

33

La Ligue desDroitsde lhomme a été créée en 1898 à loccasion de
lAffaire Dreyfus. Ilsagissaitde combattreun acte caractérisé
dantisémitisme etdélargir laction auxdroitséconomiqueset sociauxetnotamment
auproblème de la justicesociale etdesdroitsdes travailleurs. En 1922, elle
créera la Fédération internationale desliguesdesdroitsde lhomme (FIDH).
Elle condamnera le fascisme etle nazisme en Europe. Ellese consacre
ensuite auxexcèsde la décolonisation, notammentà la non reconnaissance
desdroitsde certainescatégoriesde citoyensetcontre latorture. En 1970,
elle défend leslibertésdanslarmée (avec la création ducollectif Droitset
libertésdanslinstitution militaire, le DLIM, en 1977), la liberté de la
contraception etde lavortement, labolition de la peine de mortetlabolition de
loisrépressivescomme la loi dite « Sécurité etliberté ». Elle milite pour les
droitsdesimmigrésetla reconnaissance desdiplômesétrangers. Dansle
contexte de crise, elle définitla notciion de «toyennetésElleociale ».se
consacre prioritairementà la lutte contre lesdiscriminations. Ellesengage
aujourdhui dans une démarche européenne etelle est trèsattentive aux
problèmesposéspar lascience etlesnouvelles techniquesde communication.
Leservice juridique national entreprend desactionsjudiciaireslorsde
violationsdesdroitsqui relèventdeses statuts. La Ligue desdoitsde
lhomme (LDH)se porte alorspartie civile. Aujourdhui, cest une
associationunitaire etdécentralisée ensections,véritables unitésde base (mais
27
sanspersonnalité juridique etmorale propre) etde participation .
En 1991,un groupe dorganisationsinternationalesetdagencesde
donationsentreprendunesérie de discussionsur lesoutien auxcommunautés
atteintesouaffectéespar le VIH/SIDA danslespaysen développement.
En 1993, la création dunestructure « The International Alliance Supporting
CommunityAct» qion on AIDSuisera renommé plus tThe Inard
«ternational HIV/AIDS Alliance» futdécidée, avec la participation des
gouvernementsde la France, de la Suède, desÉtats-UnisetduRoyaume-Uni,
etde lUnion etla base européenne de Rockefeller. Dans sa forme juridique,
28
Alliance estconstitué en Société Anonymesuivantla législation Britannique .
Ilsagitpour elle daméliorer lespolitiquesde lutte contre la maladie,
dapporterune contributionsignificative à la prévention contre le VIH/SIDA et
de renforcer la capacité desorganisationsà base communautairesetles

27
Commetoute association, elle aun Présidentéluchaque année,son Congrèsconstitué de
représentantsdes sections,un Comité central éluet un Bureauqui dirige avec le Président
lassociation. Touslesmembres sontbénévoles. Lassociation dispose dun budgetde2millions
deuros, composé pour lessentiel descotisationsdesmilitants. Elle a quinzesalariés.Ligue des
Droitsde lhomme, 138 rue Marcadet,75018 Paris, Téléphone : (33)01 5655 5100, Fax: (33)01
4255 5121, Adresse électronique : ldh@ldh-france.org
28
Alliance estgouverné parun Conseil dadministration international composé de 10membres.

34

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

ONG à agir efficacement. Elle disposait en2007dun budgetde 50millions
de dollars, dont47% en provenance desgouvernements,20% lesFondations,
33% lesorganisationsmultilatérales. Lesecrétariatcompte 120personnes.
Alliance dispose aussi de200personnesdanslesbureauxnationaux. Les
fondsétaientdistribuésà concurrence de25%verslAfrique, 58%vers
lAsie etlEurope de lEstet17% pour lesautrescontinents. Son action est
trèsparticulière avec le don dun million de préservatifs, de 400 000gels, de
plusdun million deseringues, de74000accueilsphysiques, de plusde
130 000permanences.32millionsde personnesontétésensibiliséesou
supportéespar lesprogrammesmisenuvre. Elletravaille avec despartenaires
29
privés, notammentdeslaboratoirespharmaceutiquesoudesFondations. En
2003, elle a développéun programme novateur avec lappui financier du
WAAF (WestAfrican AmbassadorsFund) poursusciter lespersonnes
atteintesduVIH/SIDA à créer leur propre Activité Génératrice de Revenu
envue de diminuer leur dépendance etleurstigmatisation danslasociété.
De nombreusesassociationsde relais transmettentle messagesur les
dangersetlesrisquesduVIH/SIDAsur lespersonnesetles sociétés.
Historiquement, lesONG onteu un rôle importantdansle
développementdesdroitsdesfemmes. Si dans un premiertemps, ellesontdéfendu
la positionsociale de la gente féminine, ellesontensuite intégré
lesquestionsde développementetde règlementdesconflits. Ellesinterviennentle
plusgénéralementdanslaccèsà léducation, légalité desrevenus, la défense
de leursdroitsoudanslorganisation de coopération etdialogue lorsde
conflitsoudansla période daprèsconflit. Le conceptde genre a
étéscientifiquementforgé dansla réflexion politique desluttesdesfemmes, notamment
danslespaysanglo-saxons. Aujourdhui, cette approchese généralise au
sein desorganisationsinternationales, nationales, gouvernementalesounon
gouvernementales. Elle faitappel àune réflexion générale concernantla
division du travail etlallocation desressourcesetdu temps. Ilsagitde
mettre en évidence la constructionsociale dumasculin etduféminin,
cest30
à-dire lesrôlesetlesattentesde lavie deshommesetdesfemmesdansla

29
International HIV/AIDS Alliance,2008 « Communitiesfirst», Annual review 2004,24 pages,
International HIV/AIDS Alliance,2008 « Expanding horizons», Annual review 2005,24 pages,
International HIV/AIDS Alliance,2005 «Strategic framework2005-2007: Supporting
communities to reducethespread of HIV and meet the challenges»of AIDS20pages,
International HIV/AIDS Alliance,2005 « Reportand accounts 2005 »,2005,23pages
30
Lhistoire des sociétésestmarquée par la relation homme-femme. Ellesetraduit toujourspar le
pouvoir dunsexesur lautre avec le plus souventla prédominance dupouvoir deshommes. Les
mythescomme celui desAmazonesnousont transmisdes souvenirsdesociétésmatriarcales. Il
existe encore des sociétésdominéespar lesfemmes(lesMinangkabousà Sumatra oulesMosuos
en Chine,cf.B. Lisan, maiscettesituation reste extrêmementrare dansle monde aujourdhui,
http://www.gynarchy.org/texts/ben/Les%20Soci%E9t%E9s%20Matriarcales%20dans%20le%20monde.rtf.

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

35

viesociétale. Cette approche prend en compte le principeuniversel
dorganisationsociale baséesur lesexe. «Un desobjetsdesétudesen
termesde genre estde fournir lesélémentsdanalyse de la manière dont
cette définition fonctionnelle etidéologique des sexes, qui imprègnetoutes
lesdimensionsde laviesociale, affecte lesactivitésdéployéespar les
31
hommesetpar lesfemmes» .

Le développement religieux
Pourtouteslesreligions, la justice est un objectif essentiel. Leschefs
religieuxpeuventappliquer lathéologie pour critiquer certainsaspectsde la
crise, avec pour objectif de mettre en évidence lesfondementshumanistes
ethumanitairesde leurs systèmesde croyances. Le pape Jean Paul II avait
insisté ensontemps sur le faitque lesystème économique doitexister pour
servir lesêtreshumains, paslinverse. Le bouddhisme propose la générosité,
la compassion etlinterconnexion detoutesles viesen référence au sens
universel de la responsabilité. Dansce cadre, la globalisation crée lavidité,
défautreconnucomme lun des troispoisonspar le Bouddhisme. Les
peuplesquise manifestentle plus visiblementcontre la globalisationsont
lespeuplesmusulmans. Lislam, comme la foi chrétienne, pense la
globalisation dansle développement universel desespropres valeursreligieuses.
Lesreligionsproposentaussi dexercer la charité (donsalimentaireset
logementsentre autres) envue de réduire la pauvreté etla misère dansle
monde. Parmi lesmouvementsreligieux, ontrouve les
sectesparfoisdangereusespour lasociété etlindividuquand elles sopposentourefusentle
fonctionnementnormal de lasociété. Elles se constituentparfoisen
AssociationsouenONG difficilesà contrôler.
e
Depuisla fin duXIXsiècle, lesONG chrétiennes
sesontconsidérablementdéveloppéesdanslespaysdAfrique Centrale, de lAsie Sud-estet
Est, de lAmérique Latine etdesÉtats-Unis. Aprèslesouraganset tempêtes
Mitch etKatrina, dimportantsmoyensfinanciersontété déployéspar les
ONG chrétiennes(notammentpar lorganisation Love of ChristBrigade),
pour pallier lesinsuffisancesnotoiresdesfinancementspublicsdisponibles.
Le réseauchrétien Caritas,situé auVatican, réunit154 agencescatholiques.
Il conserve desobjectifsévangéliques. Ilsagitde renforcer lesliensde la foi
avec lavie communautaire, en proposantdes subventionsen faveur de
léducation, le développementéconomique etlesprogrammesdaide
médicale. Dansce contexte, lapprentissage de la religion estproposé. Ainsi, dans

31
IFAID (2005), Comprendre le conceptde genre, IFAID (Institutde formation etd'appui aux
initiativesde développement) http://www.genreenaction.net/article.php3?id_article=221

36

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

lesannées1980, World Vision a distribué desmilliersde biblesauxréfugiés
en Cambodge, malgré la diversité desreligionsprésentes. La lecture de la
Bible était un exercice obligatoire pour lesbénéficiaires. Parfois, laide aux
enfantsorphelins saccompagne de baptêmes.
LesONG fondées sur desreligionsdifférentes sont souventen
concurrence. Cellesquise prévalentde la chrétienté cherchentà réduire
linfluence dumonde etde la religion islamique (notammentdansdespays
comme le Soudan, le Tchad, le Nigeria, le Cameroun, le Kenya, lUganda,
lesPhilippinesoula Thaïlande). En opposition, le Liberia etla Sierra Leone
sontconsidéréscomme despaysdimportancestratégique pour
lavancementde lIslam. CertainsONG islamiquesontétésoutenuespar
lesgouvernementslocauxenvue de réduire le potentiel dévangélisation chrétienne
sur les terresde lIslam. Jusquà la fin desannées1990, laide chrétienne était
tolérée danslespaysmusulmansauregard de la qualité de leur expertise et
desopérationsengagées. Aujourdhui, le contrôle estplus tatillon etle lien
avec lespopulations sestdistenduauregard desopérationsdinformation et
de combatengagéespar lesONG musulmanes. Aujourdhui, lesONG
chrétiennesont transféré nombre de leursopérationsdansdesrégionsplus
conquisesaux valeurschrétiennescomme lAmérique Centrale, lAfrique
desgrandslacs, lAfrique duSud etde lEst.
Danslatradition de lIslam, musulmane, laumône obligatoire (zakat)
etlaumônespontanée (sadaqua)sontfortementrecommandées. Dansce
contexte, laction desONG peutaisément trouver desadhérentsà ces
valeursdesolidaritésociale. Cependant,selon la lecture duCoran,
lesanalysesde leur rôlesontdifférentes. Pour lesONG lesplusextrêmes, ilsagit
de favoriser linstauration dun Étatislamique, avec la Charia commeseule
référence juridique. Pour lesONG modéréesetréformistes, la Charia est
analysée commeune référence qui doitêtre interprétée etadaptée à lavie
daujourdhui. Pour lesONG ducourantconservateur oufondamentaliste,
le retour à lIslam estprioritaire,sansengagerune interprétation
opportuniste dune Charia qui doitêtre appliquée rigoureusementdans tousles
domaines. Selon lesmouvementsradicaux, la création de lÉtatislamique
doitêtre faite par le hautetparune politique offensive. Par contre les
mouvementsmodéréspermettentle dialogue etléchange politiques. Pour
euxléducation etlenseignement sontdesaspectsimportantspour
lislamisation de lasociété. LesFrèresMusulmansoule Hamasen Palestinesont
desexemplesde mouvementsmodérésqui acceptentetparticipentà la
politique institutionnelle nationale. Cesmouvementsrelientdans une même
action leur foi religieuse, la politique etlassistancesociale. Souvent, ces
ONGsontdes véhiculesdéguisésdespartispolitiquesnationaux. Lesplus

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

37

importantes se trouventen Arabie Saoudite (comme lInternational Islamic
Relief Agency, qui a desprojetsdans100paysdifférents), le Soudan
(Islamic African Relief Agency) etla Grande-Bretagne (Islamic Relief et
Muslim Aid). Lesorganisationsdespaysarabesde charitésont souvent
financéespar des subventionsdu système financier islamique, fondées sur
linterdiction coranique de lintérêtbancaire. LIslam estcaractérisé par
lobligation de laide auxmoinsfortunés, car il existe lazakatqui est un
impôtislamique obligeantà donnerun quarantième deson revenuannuel
auxpersonnesen besoin. Cette disposition est souvent utilisée pour la
recherche de fondspar lesorganisationsnon gouvernementalesislamiques.
En plusde lazakat, il existeun donvolontaire, lasadaqa. LesONG
islamiquesaidenten majorité lesorphelinsetlesréfugiésdéplacés, ce qui
peut sexpliquer par le faitque la majorité desréfugiésdansle monde estde
confession musulmane. Presquetouteslesassociationscaritativesdansles
paysmusulmans sontnationales, ce qui nestpasobligatoire cependant.
Ainsi, la fondation Aga Khan est une fondation privée administrée par la loi
suisse. Elle fonctionne commeune agence occidentale de développement.
Aujourdhui, lesONG dobédience islamique
cherchentdescohérencesetdescollaborationsdansleursactions. Elles se proposentainsi de
limiter la présence desONG occidentales sur leurs terrainsdexpression, et
de donner auxONG islamiques une reconnaissance etlégitimité
internationales. La défense de la foi et son développementconstituentaussi des
objectifsprioritaires. LesONG islamiquesmettenten avantleur identité et
leur foi musulmanes. Elles sontparfoisles seulesà pouvoir pénétrer dans
certainspayscomptetenudesdifficultésdaccèsdesONG internationales
dobédience occidentale. La concurrence entre lesmouvements selon les
croyancesreligieusesestimportante etdéstabilisante. Auregard de leur
message métaphysique, la coopération pour desactionscommunesreste délicate
en labsence dune confiancesuffisante.

Un mouvement à linfluence croissante

32
Un réseaumondial dOrganisationsnon gouvernementales,véritables
avocatsdudéveloppementhumain, pousse aujourdhui lesgrandsacteursde
la globalisation à respecter lesdroitsde lhomme, à combattre la pauvreté et
àsauvegarder lenvironnement. Leurscampagnesexercent un rôle
importantpour améliorer lesinstancesdémocratiquesmondiales. Silya parfois

32
Sil existe prèsde 40 000ONG,2 000dentre ellesontdemandé etobtenuleur accréditation
auprèsduConseil économique et social desNationsUnies. Ellesnétaientque 45 en 1945.

38

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

concurrence entre lesONG, elles sontprêtesà avoir desactionscommunes,
concernantnotammentla dette despaysdu tiersmonde, lesdroitsde
lhomme oula campagne contre la libéralisation excessive prônée par
lOMC. La logique desalliancescommence àse développer danslesONG.
Le frontde Seattlesest souventreconstitué, alorsmême que ce groupement
paraissaitconjoncturel, à lavenirtrèsimprobable. Sur lesOGM, lesbufs
auxhormonesoulesfarinesanimales un front sérieux sestmisen place,
contre la mondialisation libérale, qui devient un catalyseur desrefus. De
même, contre la guerre etévidemmentcontresesabus, pour le
développement soutenable etlaide internationale à la fin de la guerre, lesONG
présentent un frontcommun. Aujourdhui, lesONGsontprêtesà avoir des
actionscommunes,sur la dette despaysdu tiersmonde, lesdroitsde
lhomme oula campagne contre lOMC. Ensituation de guerre, le principe
suppose que laide extérieuresoitdistribuée de manière à ce quaucun
belligérantne puisse entirerun avantage politique etmilitaire.
Si lesÉtats-Nationsontlongtempsété les uniquesacteurs sur lascène
internationale, progressivementde nouvellesformesdexpressions solidaires,
populaires, citoyennesoualternatives(lesqualificatifs varientaucoursdu
temps) ontfaitleur apparition. Ellesrésultentde la prise de conscience
progressive, par descitoyens, deslimitesde la capacité oude lavolonté des
Étatsà agir, desfaiblessesde leursreprésentantspolitiquesà relayer leur
parole, de leursdroitsà lexpression etde la nécessité de lastratégie de la
revendication directe. LONG est une courroie detransmission entre ceux
quiveulentaider etceuxqui ontbesoin daide, cestaussiunevoixcontre
lesinjusticesetpour le respectdeshéritagesintergénérationnels. La
pérennisation desituationsde pauvreté, dexclusion, de guerre oudabsence de
bienscollectifsa justifié lexistence etle développementdesONG à long
terme. DuBiafra à lAfghanistan, lesONG ont un rôle humanitaire quelles
seulespeuventexercer. Se déclaranten général neutres,
ellespeuventintervenir rapidement, indépendammentdetoute idéologie oucalcul politique,
dansnimporte quel pays. Elles sontprésentesduKurdistan à la Sierra
Léone, de la Bosnie à lAngola, de la Birmanie à lIrak.
Le mouvementdesONGse présente parfoiscomme desinstancesde
contestation dunsystème international fondésur lesÉtats. Il faitréférence
àunsystème-monde qui aurait vocation à refuser la globalisation contrôlée
par lesÉtatsetlesfirmesmultinationales. Ilse propose de rechercherune
autre forme devie collective, plus soucieuse de développementdurable,
résolumentpacifiste etprotectrice des valeurshumaineset
socialesfondamentales. Cette approche entermesde réseauinsistesur le respectdes
individusetdesgroupes sociauxet sur la mobilisation nécessaire desacteurs

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

39

privésenvue desoutenir des valeurspubliques souventnégligées,voire
abandonnées, par lesÉtats. Elle permetde maintenir les valeurshumaines
nécessairesàunevie collective pluscohérente etde contourner lesoukases
desÉtatsetla cupidité desfirmesmultinationales. Lesorganisationsnon
gouvernementalesregroupent un ensemble dassociations trèshétérogènes.
Le modèle de référence estle Comité international de la Croix-Rouge, fondé
en 1864. Si certainesdentre elles sontreconnuescomme interlocuteurs
auprèsdesinstancesinternationales, notammentauprèsde lOrganisation des
NationsUnies, dautresappartiennentàune «nébuleuse »dintérêtsaussi
spécifiquesque généraux, allantde laltermondialisme à la défense dintérêts
particuliers. Il existe desONG quisoccupentdesdroitsde lhomme, comme
AmnestyInternational, cellesquitraitentlurgence (MédecinsduMonde ou
Médecins sansfrontières) etcellesquisoccupentdudéveloppementà long
terme (comme le Comité catholique contre la faim etpour le
développement). LesONG engagentdescampagnesimportantesde protestation qui
ont un impactmédiatique non négligeable.

Bibliographie

Aguiton C. (2001),Le monde nous appartient, Paris, Plon.
Alternative internationale (2006),Altermondialisme : crise de croissance, décembre,
n°33.
All P., Miltenberger T., WeissT.G. (2000);Guideto IGOs, NGOsandthe
Militaryin Peace and Relief Operations, United StatesInstitute of Peace
Press, Washington, D.C.
Anderson Mary.B.Do no harm. How aid can support peace - or war. Lynne
Rienner Publishers, Boulder, London, 1999.
Attac (1999),%% contre la dictature des marchés, Paris, La Dispute, Syllepse,
VO Éditions.
Attali J. (1999),Fraternités, une nouvelle utopie, Fayard, Paris.
BerryW. (2001), « Sauver lescommunautés», inLe procès de la mondialisation
(Goldsmith E., Mender J. eds), Paris, Fayard, pp. 419-432.
Bertrand A. (2001), « Desmonnaieslocalespour le bien commun ». Lesprit
desSEL, inLe procès de la mondialisation(Goldsmith E., Mender J. eds),
pp. 433-444.
Braem Y. (2003Le), «sinterventionsinternationales: concurrenceset
convergencesdesmodesde coopération militaires/humanitaires», in
Hérodote, n° 116,2005-01/03
Brauman R. (2000),Laction humanitaire, Paris, Flammarion, coll. « Dominos».

40

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

Brunel S. (2001), « Lhumanitaire, nouvel acteur desrelationsinternationales»,
La Revue Internationale et Stratégique, n°41, printemps.
Cassen B. (1999),Comprendre et agir avec Attac, %% contre la dictature des marchés,
La Dispute, Syllepse, VO Éditions, Paris.
DebosM., GoheneixA. (200Le5), «sONG etla fabrique de lopinion
publique internationale », inRaisons politiques, n° 19, août-septembre.
DuCastel V. (2001),La géoéconomie et les organisations internationales, Paris,
LHarmattan.
ECHO (European Commission Humanitarian Office) de la Commission
européenne : http://europa.eu.int/pol/hum/index_fr.htm
Léconomie Politique (200L5), «altermondialisme a-t-ilun avenir ? »
LÉconomie politique, janvier, n°25.
Fielding-Smith A. (2004), Muddyingtheworldsconscience, guardian.co.uk in
http://www.guardian.co.uk/society/2004/jan/09/voluntarysector.iraq p.1
Fontanel J. (2004),Les organisations non gouvernementales, Fragmentsde cours,
UPMF, Université de Grenoble.
Fontanel J., AntipasTouatam (2004),LAfrique et lOMC. Le cas de Cancun,
er
Géopolitique Africaine, 1trimestre. Disponible aussi dansFontanel J.,
AntipasTouatam (2004), Africa and Cancun, African Geopolitics,2004.
Fontanel J., Echinard Y. (2008), «La puissance économico-politique des
organisationsnon-gouvernementalesdansle monde daujourdhui »,
Annuaire Français des Relations Internationales,2008.
Fontanel J., Geslin A. (200Poli8), «tical Economyofthe Humanitarian
Actions», in Fontanel J., Chatterji M,War, Peace and Security,
Contributionto ConflictManagement, Peace Economicsand Development,
Vol.6, London, Emerald. Chapter 14. Forthcoming.
Fontanel J., Chatterji M. (2008),War, Peace and Security, Contributionto
ConflictManagement, Peace Economicsand Development, Vol.6,
London, Emerald.
Fontanel J. (2005),La globalisation en analyse. Géoéconomie et stratégie des acteurs.
LHarmattan, coll. « Librairie desUniversités», Paris.
Fontanel J., Chatterji M. (2008), «IntroductThe conion :troversial
economic question of peace andwar », in Fontanel J., Chatterji M.,War, Peace
and Security, Contributionto ConflictManagement, Peace Economicsand
Development, Vol.6, London, Emerald. Forthcoming.
Fontanel J., Fontanel M. (2009),Géoéconomie du sport, LHarmattan, coll. « Les
idéesetles théoriesà lépreuve desfaits», Paris.
Gereffi G., Garcia-Johnson R., Sasser, E. (2001), The NGO-Industrial
Complex, Foreign Policy, July-August. pp. 56-65.

LE MOUVEMENT DES ONG,UN ACTEUR IMPORTANT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

41

Goemaere E. (2000), « Une ONG auMinistère », in RonyBrauman (sousla
direction de),Utopies sanitaires, Médecins sans Frontières, ÉditionsLe
Pommier, Parispp.237-241.
Goldsmith E., Mander J. (2001),Le procès de la mondialisation, Fayard, Paris.
GrazJ.-C. (2008) «Lespouvoirsémergentsdansla mondialisation »,
Annuaire Français des Relations Internationales, Paris.
GrazJ.-C. (2008),La gouvernance de la mondialisation, Paris, La Découverte,
coll. « Repère ».
GuilhaudisJ.-F. (2003)Relations internationales contemporaines, manuel
Jurisclasseur, LITEC, Paris.
HinesC., Lang J. (1993),: Protecting the Future AgainstThe New Protectionism
Free Trade, London, Earthscan.
Kouchner B. (1999),Le malheur des autres, Paris, Édition Odile Jacob.
Latouche S. (2001), « La mondialisation démystifiée », in Edward Goldsmith
etJerryMander,Le procès de la mondialisation, Paris, Fayard.
MarretJ.-L. (2001),La fabrication de la paix, nouveaux conflits, nouveaux acteurs,
nouvelles méthodes,2001, Ellipses.
NatsiosA. (1997), U.S. Foreign Policyandthe Four Horsemen ofthe
Apocalypse. Humanitarian Relief in ComplexEmergencies, Published
withthe Center for Strategic and International Studies, Washington,
D.C. Praeger.
Norberg-Hodge H. (2001), «Changer de direction. De la dépendance
mondiale à lint», inerdépendance localeLe procès de la mondialisation
(Goldsmith E., Mender J. eds), Paris, Fayard.
PassetR. (2001)Éloge du mondialisme par un anti présumé, Paris, Fayard.
PassetR. (2005), « Imaginersanscesse»,LÉconomie politique, n°25, janvier
2005.
Pech T., PadisM-O,2004),Les multinationales du cur. Les ONG, la politique et
le marché, Paris, Le Seuil.
Pérez-Votoria S. (200Recon1), «stituer la paysin Goldannerie »,smith E.,
Mander J. (2001),Le procès de la mondialisation, Paris, Fayard.
Pérouse de MontclosM.-A. (2001),Laide humanitaire, aide à la guerre ?Paris,
ÉditionsComplexe.
PouignyB. (2003). «Lhumanitaire non gouvernemental face à la guerre »,
Politique étrangère,2003, n°2
Reveillard C. (2007), « Géostratégie desONG »,Géostratégiquesn°16, Mai.
Rouillé dOrfeuil H. (2006), «LesONG etla gouvernance mondiale», in
Revue politique et parlementaire, n°1035,2005-04/06.
Rufin J.-C. (1993),Le Piège, quand laide humanitaire remplace la guerre, Paris,
Hachette, coll. «Pluriel ».

42

LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

Rufin J.-C. (1999), « Pour lhumanitaire. Dépasser lesentimentdéchec »,Le
Débat, n°105.
Rufin J.-C. (2001),LAventure humanitaire, Paris, Gallimard, coll. « Découverte ».
Ryfman P. (2001),Laction humanitaire, La documentation française, coll.
« Problèmespolitiqueset sociaux».
Ryfman P. (2004),Les ONG, 2004, La Découverte, Paris.
Ryfman P. (2006), « LesONG,
nouveauxacteursdesrelationsinternationales»,Questions internationales, n°19, La documentation française, Paris.
Sheehan N. (2008), Economicsof UN Peacekeeping Operations, in
Fontanel J., ChattWar, Peace and Secerji M, «urity», Contributionto
ConflictManagement, Peace Economicsand Development, Vol.6,
Chapter 11, London, Emerald. Forthcoming.
Smith R., Fontanel J. (2008), Internationalsecurity, defence economicsand
the power of nations, in Fontanel J., Chatterji M., «War, Peace and
Security», Contributionto ConflictManagement, Peace Economicsand
Development, Vol.6, Chap.3. London, Emerald.
SuLa conr S. (1999), «vention de Rome entre ONG etConseil de
Sécurité »,Revue générale de droit international public, janvier.
Sur S. (1999) «Aspectsjuridiquesde lintervention despaysmembresde
lOtan auKosovo »,Défense Nationale, décembre.
http://legal-dictionary.thefreedictionary.com/National+Rifle+Association
http://www.opensecrets.org/orgs/summary.php?id=D000000082
http://www.fortune.com/lists/power25/index.html
http://faculty.ucc.edu/egh-damerow/interest_groups1.htm

Chapitre II

Les ONG à vocation « humanitaire »,
dans les situations de conflit militaires
et de violences civiles

IDÉE DALLER DANS UN PAYSpouryaider la population ou un lieu sacré
L
e
estancienne, elle date aumoinsdesCroisades. AuXIXsiècle, on
parlaitalors« dintervention dhumanitLeé ».sEuropéensappelaientainsi
leursactionspour aller officiellement sauver lesChrétiens vivantsen
Turquie, maisofficieusementpour déstabiliser lesultan de Turquie Abdul
Hamid II. Aunom de cette intervention dhumanité, lespiresatrocités
furentcommises. La première grande opération daide humanitaire aumonde
eutlieudès1812lorsduntremblementdeterre ayantfaitdesmilliersde
victimesà Caracaseten Gayrie auVenezuela Cependant, le conflitqui
éclate en 1859 entre le royaume de PiémontSardaigne allié à la France et
lAutriche constitue lélémentmajeur, avec la création de la CroixRouge par
Henri Dunand. Plus tard, danslesannées1930, lInternationale Communiste
(secoursouvrier international,secoursrouge international), ouverte à la
participation de personnalitésetde forcesdiverses, propose lesecoursde
leurscamaradesà létranger. Aprèsla deuxième guerre mondiale, lAssociation
Internationale desJuristesDémocrates, lentraidesocialiste etletiers-monde,

44

Les organisations non gouvernementales

le PEN club international (lasolidarité entre écrivains)vontréagir devantles
conflitscoloniaux.
Lesguerresetlesconflitsont toujoursété desmomentsprivilégiés
pour la création desorganisationsnon gouvernementales, dans une
perspective fondamentalementhumanitaire. LesONG ninterviennentpas toujours
pendantles situationsde guerre, ellescherchentà rester à lécartdespaysen
conflitetellesdéploientleursactionsdanslescamp desréfugiésoudansles
centresprévusà ceteffet, lesfameuses«zonesdes sécurité
»sousprotectoratde lONU etde la communauté internationale. Dansce contexte, les
agenceshumanitaires travaillententoutesécurité à favoriser laviesociale
des victimesdesconflits. La Croix-Rouge propose des soinsetla protection
desprisonniers, Médecinsdumonde etMédecins sansfrontières sengagent
dansles soinsapportésauxblesséspar armesoupar lavie, Action contre la
faim apporteune aide alimentaire etAmnestyinternational ouHuman Rights
Watch dénoncentlesatteintesauxdroitsde lhomme. CesONG engagées
dansla défense desdroitshumainsnhésitentpasà dénoncer lesexactionset
lesgénocides, ce qui lesa conduitesà revendiquer età obtenir la création du
Tribunal Pénal International.
Pour prévenirun conflit, lesONG engagéesdanslaction de
développementjouent un rôle incontestable dansla circulation dinformation. Elles
disposentdesmoyensde communication performantsetmodernesetelles
jouissentdunevéritable crédibilité auprèsde lopinion publique etdes
experts. Ellesdénoncentlesrégimescorrompus(TransparencyInternational
ouHirondelle), ellesinforment sur le gaspillage descréditspublics(Global
Alliance), ellesluttentcontre les stratégiesde la guerre économique et
léchange inégal (Attac), ellesproposent une meilleure gestion de laide
(Oxfam), ellesrevendiquentparfoislannulation de la dette publique des
pays socialementaffaiblis, ellescondamnentla pauvreté, cause detousles
conflits(Oxfam), maisaussi la destruction de lenvironnement(WWF ou
Greenpeace). Comptetenude leursmoyenscroissantsetde la confiance des
Étatsdémocratiquesetdesorganisationsinternationales, lesONG
deviennentdespartenairesimportantsdudéveloppement. Elleslientétroitementle
secoursetle développementdurable.
LesONG dumonde humanitairesontnombreuses. Le choixreste
évidemmentpartiellement subjectif. Nousprésenterons successivement:
le Comité International de la Croix-Rouge, la grande doyenne,
International Rescue Committee (quisoutientlesréfugiésetles
communautés victimesdoppression, de persécution oude conflitsarmés),
Economistsfor Peace Research, organisation à la recherche des
variableséconomiques susceptiblesde favoriser la paixetlasécurité,

Les organisations non gouvernementales à vocation « humanitaire »

45

Médecins sansfrontière, quisestdégagé de la Croix-Rouge pour
informer le monde deseffetsde la guerre,
MédecinsduMonde, quisest séparé de Médecins sansFrontièrespour
revendiquer le droitdingérence,
EnfantsréfugiésduMonde, quise propose de fournirune réponse
globale auxbesoins spécifiquesdesenfantsréfugiésenvue de favoriser leur
développementphysique, psychologique et social aumoyen dujeu.
Survival International, qui dénonce lesmassacres, levol des terresetle
génocide en Amazonie brésilienne etqui assure la promotion desdroitsdes
peuplesindigènes.
Enfin, AmnestyInternationalse propose de lutter pour la libération
desprisonniersdopinion, labolition de la peine de mort, la défense des
droitsetla dignité despersonnespauvres, desréfugiésetdesmigrants, la
protection desfemmescontre laviolence ordinairesociale etindividuelle et
lobtention dune réglementationsur le commerce mondial desarmes.