Pauvreté et développement inclusif

Pauvreté et développement inclusif

-

Livres
196 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce numéro présente les nouveaux enjeux et certaines perspectives d'analyse en matière de développement inclusif, d'inégalités et de lutte contre la pauvreté dans les pays en développement. Les articles ici réunis cherchent à approfondir la réflexion sur les interactions entre la croissance et les multiples dimensions du développement et de la pauvreté dans une approche à la fois économique, social et politique à l'échelle mondiale.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 mars 2017
Nombre de lectures 10
EAN13 9782140032837
Langue Français
Signaler un abus
R É G I O N E T D É V E L O P P E M E N T 44
Coordonné par Coordonné par Valérie B et Jean-Claude V Valérie ANGEON et Jean-François HOARAU
Pauvreté et développement inclusif
RÉGION ET DÉVELOPPEMENT n° 44-2016 Pauvreté et développement inclusif
REVUE RÉGION ET DÉVELOPPEMENTRevue fondée en 1995 par Gilbert Benhayoun et Maurice CatinDirecteur Maurice CATIN LEAD, Université de Toulon Rédacteur en chef Michel DIMOU LEAD, Université de Toulon Comité de rédaction Julie LE GALLO(Agrosup Dijon),El Mouhoub MOUHOUD(Université de Paris Dauphine), Sandy DALL'ERBA(Urbana, University of Illinois, USA),Yannis PSYCHARIS(Panteion University, Athens, Greece)Comité scientifique Alex ANAS (State University of New York-Buffalo, USA),Jeffrey H. BERGSTRAND(University of Notre-Dame, Indiana, USA),Gilles DURANTONof Pennsylvania, (University USA),Raymond FLORAX (Purdue University, USA),Philippe HUGON (Université de Paris X-Nanterre),Ayong LE KAMA (Université de Paris X-Nanterre),Jean-Yves LESUEUR(GATE, Université de Lyon),Philip McCANN (University of Groningen, Netherlands), Gianmarco OTTAVIANOSchool of Economics, UK), (London Mark PARTRIDGE (Ohio State University, USA),Nicolas PERIDY(Université de Toulon),David A. PLANE(University of Arizona, USA),Sergio REY(Arizona State University, USA),Andrés RODRIGUEZ-POSE(London School of Economics, UK),Jean-Marc SIROEN(Université de Paris Dauphine) Secrétaire général Christophe VAN HUFFEL LEAD, Université de Toulon Revue semestrielle référencée dans ECONLIT et dans IDEAS (REPEC) Site web : www.regionetdeveloppement.org ISSN 2117-0843 ______________________________________________________________________© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11648-8 EAN : 9782343116488
__________________________________ EDITORIAL La revue Région et Développement publie depuis son origine en 1995 des articles en français et en anglais et dispose d’un Comité scientifique comprenant un grand nombre de chercheurs étrangers. C’est le positionnement original de la revue, désireuse d’apporter une valeur ajoutée scientifique au croisement de deux domaines, l’économie du développement et l’économie géographique (spatiale, régionale), qui a largement imposé ce choix dès le départ. Le dernier éditorial qui présentait les changements importants dans l’organigramme de la revue est paru dans le numéro 27-2008. Depuis 2009, la revue connaît une forte progression des publications en anglais, qui représentent désormais plus de la moitié des articles. 269 auteurs ont publié (en comptant les copublications), dont, si on les classe par nationalité (selon leur institution d’appartenance), 134 français (soit 50 %), 31 des Etats-Unis, 18 de Turquie, 14 de Grèce, 13 de Tunisie, 12 d’Espagne, 11 d’Allemagne, 8 du Royaume-Uni, 6 du Maroc, 5 d’Italie, etc. Une partie de la hausse relative des publications des articles en anglais dans la revue est due aux auteurs français même. Un tiers des articles publiés par des auteurs français sont en anglais depuis 2009. Toutefois, on peut noter que le français reste d’une certaine manière attractif et particularise la revue parmi les publications scientifiques internationales : de nombreux articles soumis en français proviennent d’Afrique du Nord et de l’Afrique francophone. En résultat, la publication croissante des articles en anglais a permis à Région et Développement de bénéficier d’une plus forte audience internationale. L’impact factordonné par IDEAS-REPEC place la revue Région et Développement aux premiers rangs des revues françaises en économie les plus citées, et dans le premier tiers au plan mondial. L’évolution des thématiques de recherche et les effets de génération amènent à modifier périodiquement le Comité scientifique de la revue. Le renouvellement actuel s’appuie toujours sur un nombre important de chercheurs situés dans les universités et les institutions étrangères. Surtout, le développement de la revue et sa progression à l’international nous ont amené à redéfinir et à élargir le Comité de rédaction pour mieux traiter les articles soumis et les numéros spéciaux. Maurice Catin, fondateur de la revue et Directeur depuis l’origine, est désormais épaulé par Michel Dimou qui prend en charge la Direction de la rédaction. La logistique et la gestion scientifique de la revue sont localisées depuis de nombreuses années à l’Université de Toulon, en s’appuyant sur les moyens du Laboratoire d’Économie Appliquée au Développement. Le Secrétariat général, la confection – en lien avec L’Harmattan – et la mise en ligne de la revue restent assurés par Christophe Van Huffel. Maurice Catin Directeur de la revue Région et Développement
Région et Développement n° 44 - 2016 Pauvreté et développement inclusif Coordonné par Valérie BÉRENGER et Jean-Claude VÉREZ Valérie BÉRENGER et Jean-Claude VÉREZ Pauvretés et développement inclusif : présentation ............................................ 7 Notes et Documents Valérie BÉRENGER et Jean-Claude VÉREZ Enjeux et défis des politiques publiques en matière de croissance inclusive : l’exemple de la réforme de la santé au Maroc..................................11 Stéphanie TREILLET Quel ciblage de la croissance et des politiques sociales dans le cadre de l’évolution des stratégies de réduction de la pauvreté ?.....................................27 Audrey VERDIER-CHOUCHANE Women in inclusive development: An overview................................................43 Articles Gadom DJAL-GADOM, Armand MBOUTCHOUANG KOUNTCHOUCross-county poverty comparisons in Chad: The impact of the oil revenues redistribution policy.............................................................................61 Radhouane FILALI, Anis BOUABID Profils et déterminants socioéconomiques de la classe moyenne en Tunisie............................................................................................................79 NicaiseMISANGUMUKINI Les déterminants de la perception subjective de la pauvreté parmi les chefs de ménage objectivement non pauvres au Mali.................................103 Cécile BATISSE, Nong ZHU L’évolution des inégalités de revenu entre Canadiens de naissance et immigrés.......................................................................................................121 Paolo VERME The economics of forced displacement: An introduction.................................141
Varia Tahar ABDESSALEM, Houyem CHEKKI CHERNI Tunisian pension system sustainability: Towards a multidimensional reform..................................................................................165 Compte rendu381..................................................................................................Joao J.M. Ferreira, Mario L. Raposo, Cristina I. Fernandes, Marcus Dejardin (ed.),Knowledge intensive business services and regional competitiveness(par Maurice Catin) Jacques Brasseul,Histoire économique de l’Afrique tropicale des origines à nos jours(par Michel Herland) Philippe Hugon,Afriques : entre puissance et vulnérabilité(par Jean-Claude Verez)
_____________________ Région et Développement n° 44-2016__________________ PRÉSENTATION DU NUMÉRO PAUVRETÉS ET DÉVELOPPEMENT INCLUSIF Valérie BÉRENGER et Jean-Claude VÉREZ Depuis près de deux décennies, les banques de développement multilatérales ont fait du combat contre la pauvreté leur objectif principal. En 2000, dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement, la communauté in-ternationale s’est engagée à réduire de moitié la pauvreté. À la veille de l’adop-tion du programme onusien des Objectifs du Développement Durable post-2015 devant relayer les Objectifs du Millénaire, le bilan laisse apparaître des résultats mitigés. Bien que le nombre de personnes vivant dans la pauvreté absolue ait diminué au niveau mondial et que des progrès significatifs aient été accomplis dans les autres objectifs, il n’en reste pas moins que la pauvreté extrême persiste et que les progrès mesurés au niveau mondial masquent une augmentation des inégalités entre les pays et de profondes disparités au sein même des pays. En outre, les résultats accomplis restent fragilisés dans le contexte international actuel caractérisé par une croissance économique réduite, des problèmes d’emploi, des flux migratoires en hausse souvent liés à des situations de conflits et de guerre civile, liste à laquelle il faut ajouter la dégradation de l’environ-nement et les effets liés au changement climatique. Pauvreté et développement continuent à représenter un véritable défi comme en atteste le Programme de développement des Objectifs du Développement Durable de l’après 2015. Il est requis désormais d’encourager une croissance inclusive, une prospérité partagée et équitable et un mode de vie durable pour tous. Ces nouveaux objectifs affichés sont la reconnaissance d’une approche plurielle du développement où les dimensions économiques, sociales, environ-nementales et institutionnelles sont interdépendantes. Ce futur programme ren-voie à la nécessité d’une approche intégrée du développement et de la pauvreté dans ses multiples facettes combinant les aspects économiques à d’autres plus qualitatifs du bien-être.
Ce numéro thématique, pour partie tiré d’un colloque organisé par le LEAD à Toulon dans le cadre du GDRI du CNRS « Economie internationale et déve-loppement », réunit des articles qui cherchent à approfondir la réflexion sur les interactions entre la croissance et les multiples dimensions du développement et de la pauvreté.
Dans une note introductive,Valérie Bérenger Jean-Claude Vérezcommen-cent par rappeler que la croissance économique dans les pays en développement n’est pasde factoinclusive. Il convient de dissocier le type de croissance et le type d’inclusion pour définir les politiques publiques adéquates. Il convient
8
Valérie Bérenger, Jean-Claude Vérez
encore de cibler avec rigueur les populations pauvres et vulnérables, et de mesu-rer les conditions réelles d’application des politiques sectorielles. Concernant la politique de santé, le régime d’assistance médicale au Maroc est donné comme une illustration parfaite des enjeux et des défis pour les politiques publiques.
Dans une autre note,Stéphanie Treilletrappelle que l’objectif de la « crois-sance inclusive » ou du « développement inclusif » par les organisations inter-nationales constitue un renouvellement de leur approche, à la fois sur le plan de la doctrine et sur celui des recommandations en termes de politiques publiques. Pour autant, les fondements théoriques des programmes suggérés (ou impo-sés ?) restent inchangés par rapport à la période précédente : ils renvoient prin-cipalement à la Nouvelle Economie Institutionnelle articulée à certains concepts empruntés à l’approche d’A. Sen en termes de conception de la pauvreté et du développement humain. L’auteur insiste sur la nécessité de cibler la croissance et les politiques sociales pour réduire les pauvretés et rappelle si nécessaire qu’un meilleur fonctionnement des marchés en général n’entraîne pas systéma-tiquement une croissance plus favorable aux pauvres. Dans une dernière note introductive,Audrey Verdier-Chouchaneaborde les questions relatives au genre, notamment les effets d’une plus grande autonomi-sation des femmes sur la croissance et le développement inclusif. L’auteur sou-ligne ainsi les progrès suscités par un meilleur accès à l’éducation, à l’emploi, aux revenus et donc au bien-être, en s’appuyant particulièrement sur les travaux de Sen. On peut en déduire que toute politique publique orientée vers un degré accru d’autonomie des femmes est à promouvoir, dès lors qu’elle permet un progrès réel en matière decapabilities. Gadom Djal-Gadom et Armand Mboutchouang Kountchouanalysent les causes des disparités de pauvreté inter-départementales au Tchad dans un con-texte de développement de l’exploitation pétrolière. L’originalité de la dé-marche adoptée par les auteurs tient à la différenciation qu’ils opèrent entre les départements selon les montants de revenus pétroliers reçus rapportés à leur poids démographique. La décomposition des écarts de pauvreté constatés entre les départements, réalisée à partir de l’approche de Blinder-Oaxaca, leur permet de mettre en évidence l’inefficience dans la répartition et l’utilisation des reve-nus pétroliers. Ainsi, l’inclusion économique au Tchad nécessiterait que la poli-tique de redistribution des revenus pétroliers s’adapte aux besoins spécifiques du développement local.Radhouane Filali et Anis Bouabidcherchent à évaluer le poids de la classe moyenne en Tunisie et à analyser ses contours en adoptant une approche proba-biliste. Ils montrentque la classe moyenne en Tunisie s'est élargie entre 2005 et 2010. La classe moyenne, comme dans de nombreux pays en développement, n’est pas homogène. Les auteurs dissocient trois catégories : les revenus supé-rieurs, la classe intermédiaire et les ménages vulnérables. L’intérêt de l’article est d’aller au-delà des revenus pour caractériser la classe moyenne en s’ap-puyant également sur les conditions de logement des ménages, le niveau d'édu-cation du chef de ménage et le nombre de salariés dans le ménage. Vivre en milieu urbain ou rural, dans l’Est ou l’Ouest du pays, permet également de comprendre les écarts de niveau de vie au sein de la classe moyenne.
 Région et Développement
9
Nicaise Misangumukinimet en exergue les facteurs qui expliquent la pau-vreté des chefs de ménage au Mali, notamment la pauvreté telle que ressentie par des chefs de ménage qui ne sont pas considérés comme pauvres d’un point de vue objectif, car ils sont au-dessus du seuil de pauvreté monétaire. Ce ressen-ti par une importante population implique de réviser les politiques de lutte contre la pauvreté dès lors que celle-ci est complexe, multidimensionnelle et, si on n’y prête pas attention, normative. Par rapport à la pauvreté objective, trois facteurs selon l’auteur impactent avec plus d’intensité la pauvreté ressentie par ces chefs de ménage vulnérables : la faiblesse du niveau d’instruction, l’âge et les chocs subis au long de la vie sans avoir les capacités de résilience (ex. effet sur les récoltes des aléas climatiques...). Cécile Batisse et Nong Zhu traitent de manière originale la question de l’inclusion à travers une étude des disparités de revenu entre les immigrés des pays du Sud et les Canadiens de naissance. Les auteurs examinent les disparités liées aux différences de caractéristiques individuelles (genre, éducation, profes-sion) comparativement à des facteurs non observés (discrimination, sous-qualification...). Ils analysent encore l’impact de la distribution du revenu sur la pauvreté ainsi que les facteurs de la croissance différentielle du revenu et du creusement des inégalités chez les immigrés et les natifs, à partir de la méthode de décomposition de Blinder-Oaxaca. L’un des traits majeurs qui apparaît est la surexposition au chômage des immigrés par rapport aux natifs et le fait que les emplois qu’ils occupent sont moins susceptibles de correspondre à leurs compé-tences initiales. Paolo Vermeaborde la question des déplacements de population fuyant les violences et les conflits dont l’ampleur n’a cessé de s’intensifier avec la crise des réfugiés syriens depuis 2011. Comme le montre l’auteur, ces flux sont à l’origine de l’émergence d’un nouveau paradigme du développement se caracté-risant par l’inclusion d’une dimension humanitaire. Cependant, l’auteur regrette la quasi-absence de littérature économique sur cette thématique. Il se propose de montrer que les nouvelles approches issues de la théorie des jeux, de la neuroé-conomie et de l’économie comportementale peuvent être en mesure de fournir des outils méthodologiques pertinents pour mieux comprendre les prises de décision, les trajectoires et le bien-être de ces populations.