//img.uscri.be/pth/76e87c8ab8b71e3ead6fe985d9b06da19079f60a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Politiques publiques et pratiques de l'économie informelle en Afrique subsaharienne

De
294 pages
À travers des études de cas portant sur certains secteurs d'activité de quartiers urbains d'Afrique Subsaharienne, ce livre progresse dans la conceptualisation et la compréhension empirique des modes informels de production de biens et services et de sécurisation du revenu. Il fournit un ensemble d'éléments pour repenser les conditions de succès de l'intervention publique en faveur de l'amélioration des conditions de vie et de travail dans le cadre d'un projet légitime et partagé de formalisation.
Voir plus Voir moins
14 ESPACE AFRIQUE
e praques e l’économie informelle en Afrique subsaharienne
Politiques publiques et pratiques de l’économie informelle en Afrique subsaharienne
Collection «ESPACE AFRIQUE» 14
POLITIQUES PUBLIQUES ET PRATIQUES DE L’ÉCONOMIE INFORMELLE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE
sous la direction de FrédéricLapeyre& AndreiaLemaître
Mise en page: CW Design
D/2014/4910/10
© Academia-L’Harmattan s.a. © Organisation Internationale duTravail Grand’Place, 29 B-1348 Louvain-la-neuve
ISBN : 978-2-8061-0154-9
Les désignations utilisées dans les publications du BIT, qui sont conformes à la pratique des Nations Unies, et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part du Bureau international du Travail aucune prise de position quant au statut juridique de tel ou tel pays, zone ou territoire, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ses frontières. Les articles, études et autres textes signés n’engagent que leurs auteurs et leur publica-tion ne signifie pas que le Bureau international du Travail souscrit aux opinions qui y sont exprimées. La mention ou la non-mention de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel produit ou procédé commercial n’implique de la part du Bureau international du Travail aucune appréciation favorable ou défavorable.
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
www.editions-academia.be
Préface
Un nouveau consensus global a émergé autour de la néces-sité de promouvoir une croissance durable porteuse d’améliora-tion des conditions de vie et de travail des populations. Cette prise de conscience de la place centrale de la création d’emplois productifs et décents dans une stratégie de développement, a conduit un grand nombre de pays ces dernières années à consa-crer une plus grande attention à l’évolution de l’emploi informel car si la croissance économique n’est pas associée à un mouve-ment vers de meilleures possibilités d’emploi et de revenus dans l’économie formelle et la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, alors la croissance n’aura pas l’effet d’en-traînement souhaité en termes de réduction de la pauvreté et des déficits de travail décent. À la racine du problème de l’économie informelle et du pro-cessus d’informalisation, il y a l’incapacité des économies en développement à créer suffisamment d’emplois formels afin d’ab-sorber les nouveaux entrants sur le marché du travail et d’offrir des opportunités d’emplois formels pour tous ceux qui travail-lent dans l’économie informelle, et en particulier ses segments les plus précaires. De plus, le niveau de l’emploi informel dans le secteur formel tend à augmenter également dans de nombreux pays ce qui accroît les défis en termes de politiques visant à faciliter la transition vers l’emploi formel. Aussi le Bureau International du Travail (BIT) s’emploie-t-il activement à promouvoir des études sur les principaux facteurs d’informalisation et à orienter les politiques publiques de
6tiques publiquesrmelle… Poli etpratiques de l’économie info
manière à faciliter la transition vers la formalité et le travail décent. Cela fait maintenant plus de quatre décennies que le BIT a lancé le concept du «secteur informel» (devenu par la suite « l’économieinformelle »).Depuis lors, il joue un rôle de premier plan s’agissant d’analyser aussi bien les défis conceptuels et que les défis socio-économiques sous-jacents que pose l’écono-mie informelle, en mettant l’accent sur les recommandations pratiques pour promouvoir l’emploi productif et l’amélioration des conditions de vie et de travail. C’est dans ce cadre que l’Organisation Internationale du Travail, sous l’impulsion de ses mandants, s’est lancée en 2013 dans un processus d’élaboration d’un instrument juridique – une Recommandation – visant à faciliter les transitions de l’économie informelle vers l’économie formelle. Soutenir ce processus de transition vers la formalisation constitue l’un des principaux défis dans la lutte contre les défi-cits de travail décent. Cette priorité se justifie d’autant plus que la crise financière mondiale a laissé ses traces sur les économies nationales en termes d’évolution de l’emploi informel. Et si la croissance est de retour dans les pays en développement après un brusque ralentissement en 2008-2009, on ne saurait sous-estimer les problèmes structurels des marchés du travail dans les pays en développement ainsi que les conséquences pour la jeunesse des vulnérabilités qu’ils doivent affronter au sein de l’économie informelle. C’est pourquoi, le Département des Politiques de l’Emploi et le Bureau régional de l’OIT pour l’Afrique ont lancé une série d’études qui ont un double objectif: i) d’approfondir les connais-sances sur le fonctionnement de l’économie informelle en Afrique à partir d’enquêtes de terrain et ii) d’identifier des politiques/ mesures efficaces destinées à faciliter la transition vers le for-mel et l’emploi décent dans le cadre d’une stratégie nationale de développement ayant l’emploi décent au cœur de ses priorités. Cette publication réunit un ensemble cohérent d’études de cher-cheurs impliqués dans des programmes de recherche sur le fonctionnement de l’économie informelle. Celles-ci ne reflètent pas nécessairement la position du BIT mais enrichissent nos connaissances sur la réalité du monde du travail dans l’écono-
Préface7
mie informelle en Afrique Sub-saharienne. À travers ce livre, le BIT poursuit sa contribution originale aux débats académiques et politiques afin de permettre la formulation de politiques plus appropriées pour faciliter les transitions vers l’économie for-melle et l’emploi décent.
AzitaBerarawad Directrice Département des Politiques de l’Emploi Bureau International du Travail
Remerciements
Nous exprimons ici tous nos remerciements à nos collègues duBIT qui ont accepté de consacrer du temps à une lecture critique attentive du manuscrit et pour leurs commentaires très construc-tifs. Cet ouvrage n’aurait pu être réalisé sans le soutien financier de la Commission européenne dans le cadre du projet de l’Orga-nisation Internationale du Travail (OIT) «Évaluer et gérer les effets du commerce sur l’emploi» ;du Projet d’appui à la promo-tion de l’emploi et réduction de la pauvreté (APERP) financé par le Gouvernement de la République française et du Bureau Régional pour l’Afrique de l’OIT. Nos remerciements vont tout particulièrement à Jean-Paul Barbier qui dirige le projet APERP pour ses conseils et les enseignements partagés lors de nos nombreuses missions conjointes en Afrique. Enfin un grand mercià Charleine Mbuyi-Lusamba pour son travail afin d’assurer la cohérence et la qualité scientifique de cet ouvrage et à Margot Vandenbossche pour sa relecture des chapitres et ses sugges-tions.