Projets culturels et participation citoyenne

-

Livres
227 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comment penser aujourd'hui la relation du public à la culture ? Cet ouvrage collectif se propose d'examiner les notions de démocratisation, de démocratie ou de diversité culturelles sur lesquelles se sont fondées et se (re)fondent aujourd'hui les idéaux de l'action culturelle. Il rend compte aussi d'un certain nombre de pratiques qui ont pour point commun d'engager la participation des habitants, des populations ou des personnes et ainsi d'interroger la notion même de public de la culture.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2010
Nombre de visites sur la page 52
EAN13 9782336283050
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Projets culturels et participation citoyenne
© L’Harmattan, 2010 57, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296125766 EAN : 9782296125766
Coordonné par Françoise Liot Projets culturels et participation citoyenne Le rôle de l’animation et de la médiation en question
L’Harmattan
Photographie de couverture réalisée par Vincent Monthiers, projet "Culture et Santé à l'Institut Bergonié" avec l'association Script - 2006
Sommaire
SOMMAIRE............................................................................................5
LES AUTEURS.......................................................................................7
AVANT PROPOS LE TRAVAIL DE LA CULTURE DANS LA TRANSFORMATION SOCIALE ET POLITIQUE .........................9
INTRODUCTION ART, CULTURE ET ANIMATION DE NOUVELLES ARTICULATIONS SONT-ELLES POSSIBLES ?........................................................................................15
CHAPITRE 1 QUELLES REPRÉSENTATIONS ET QUELLES POLITIQUES DE LA CULTURE ?..............................21
LE TRAVAIL DE LA CULTURE : DES CONCEPTS AUX PRATIQUES ..........................................................................................23
« IL N’Y A PAS DE PUBLIC SPÉCIFIQUE »....................................35
LE SOCIOLOGUE ET L’ANIMATEUR OU L’OBSERVATION ET L’ACTION..............................................................................................49
UNE VÉRITABLE DIVERSITÉ CULTURELLE RESSORT DES POLITIQUES CULTURELLES EN EUROPE ....................................61
EXPÉRIENCE« L'ART À LA MARGE CONSTITUE-T-IL UN ENJEU DE SOCIÉTÉ ? »...............................................................................................69
CHAPITRE 2 QUELS MODES D’APPROPRIATION DE LA CULTURE SONT-ILS POSSIBLES ? ..............................................73
PRATIQUES ARTISTIQUES ET PRATIQUES D’ANIMATION : LA PORTÉE DU CHAMP ÉLARGI DES ARTS PLASTIQUES.......75
ART ET EXPRESSION CITOYENNELES « NOUVEAUX COMMANDITAIRES » DE LA FONDATION DE FRANCE...............................87
QU’EST-CE QU’UNE ACTION CULTURELLE APPROPRIÉE ? DE QUELQUES ENSEIGNEMENTS À TIRER DU PROJET « CULTURE ET SANTÉ » RÉALISÉ PAR SCRIPT ET L’INSTITUT BERGONIÉ À BORDEAUX...99
RÉSIDENCES D’ARTISTES ET IMPLICATION DE LA POPULATION LOCALELE CAS DU FORUM DU BLANC-MESNIL...115
CHAPITRE 3 QUELLE PLACE POUR LA PARTICIPATION DANS LES PROJETS CULTURELS ? ..........................................129
POUR UNE PENSÉE POLITIQUE DE LA CULTURE L’EXEMPLE DU LABORATOIRE D'INNOVATION SOCIALE PAR LA RECHERCHE-ACTION..............................................................................131
CULTURE, SCIENCE ET PARTICIPATION CITOYENNE ..........143
LES ACTIONS CULTURELLES À VISÉE PÉDAGOGIQUE : DE LA DIFFICULTÉ DE NOMMERLE CAS DE L’ÉDUCATION AU CINÉMA..................................................................................................153
DES EFFETS SUPPOSÉS DES PROJETS CULTURELS SUR LA CITOYENNETÉGÉNÉALOGIE ET USAGES DE QUELQUES ARGUMENTS DANS LES DISPOSITIFS DE MÉDIATION CULTURELLE.......161
CHAPITRE 4 COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA DIVERSITÉ CULTURELLE ? ........................................................175
UNE POLITIQUE À L’ÉPREUVE DE LA DIVERSITÉ CULTURELLELE CAS DE LA VILLE DE BORDEAUX..........................177
LE DÉFI DE L’INTERCULTUREL POUR L’ANIMATION PROFESSIONNELLELA MAISON DES CIVILISATIONS ET DE L’UNITÉ RÉUNIONNAISE .....................................................................................189
EXPÉRIENCE« VILLES DES MUSIQUES DU MONDE »........................201
CONCLUSION LA CULTURE AU RISQUE DE LA VALEUR D’ÉCHANGE ......................................................................................207
- 6 -
Les auteurs
Pierre Baracca, enseignant et responsable de la Formation continue et professionnelle en Animation sociale et socioculturelle au Département Carrières sociales de l’IUT B - Lille 3. Docteur en sociologie et chercheur associé au CERLIS (Paris 5 / 3 / 1).
Hugues Bazin, sociologue, chercheur en sciences sociales, animateur du LISRA (Laboratoire d'Innovation Sociale par la Recherche-Action)
Marie Christine Bordeaux, maître de conférences en sciences de la communication, Université Stendhal, Grenoble 3, chercheure au GRESEC
Perrine Boutin, doctorante en sciences de l’information et de la communication, Culture et Communication, Université d'Avignon et des Pays du Vaucluse, GRIPIC du CELSA-Paris IV Sorbonne
Cécile Croce, maître de conférences en esthétique et sciences de l’art, IUT Michel de Montaigne Université de Bordeaux 3, chercheure à Ecritures de la modernité, Université de Paris 3, chercheure associée au MICA Université de Bordeaux 3
Sophie Dargelos, présidente du CRAJEP Aquitaine et déléguée responsable des Francas
Alexandra De Cauna, docteur en géographie, enseignante à l’IUT Michel de Montaigne, Université de Bordeaux 3
Claude Escot, ancien délégué Général puis président du CIRASTI (Collectif Interassociatif pour la Réalisation d'Activités Scientifiques et Techniques Internationales) ; membre de la commission "Culture et Education Populaire", signataire de la charte avec le ministère de la Culture, juin 1999. Membre du Conseil Scientifique de la Fédération Nationale des Francas.
André Falcucci, président de l’association « villes et musiques du monde »
- 7 -
Jean-Paul Fourmentraux, maître de conférences en sociologie, Université de Lille 3, chercheur au laboratoire GERIICO
Laura Innocenti, coordinatrice de l’Espace de Rencontre et d’Information de l’Institut Bergonié
Alain Lefebvre, professeur émérite, Université de Toulouse 2, Le Mirail, chercheur associé au LISST-CIEU
Françoise Liot, maître de conférences en sociologie, IUT Michel de Montaigne Université de Bordeaux 3, chercheure au LAPSAC Université de Bordeaux 2
Christian Maurel, sociologue, ancien délégué régional des MJC et professeur associé à l’Université d’Aix-Marseille I, Cofondateur du collectif national « Education Populaire et transformation sociale »
Sarah Montero, doctorante en géographie, ADES, Université de Bordeaux 3
Nathalie Montoya, docteure en sociologie - chercheure contractuelle au CERLIS, Université de Paris 5 - Descartes
Catherine Piet-Burguès, responsable culturelle à la Ligue de l'Enseignement Fédération de la Gironde (membre du Comité national d'action culturelle de la Ligue de l'Enseignement)
Daniel Urrutiaguer, maître de conférences à l’Université de Paris 3, Institut d’études théâtrales,chercheur à l’IRET (Institut de Recherches en Etudes Théâtrales, EA 3959)
Fabrice Raffin, sociologue, directeur de recherches de S.E.A. Europe à Paris, spécialiste de politiques culturelles européennes, des pratiques artistiques et de la ville.
Jean Paul Rathier, metteur en scène, directeur de l’association Script, maître de conférences associé IUT Michel de Montaigne, Université de Bordeaux 3.
- 8 -
Avant propos
Le travail de la culture dans la transformation sociale et politique
Sophie Dargelos, CRAJEP Aquitaine
Les fédérations d’éducation populaire réunies pour la plupart au sein du Comité Régional des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire (CRAJEP) accompagnent depuis de nombreuses années les formations et les réflexions menées au sein de l’IUT Michel de Montaigne. Cette reconnaissance réciproque nous conduit encore une fois à nous associer autour de cette thématique « Projets culturels et participation citoyenne ». Les organisations de Jeunesse et d’Éducation Populaire que nous représentons portent une multiplicité de pratiques et de projets. Espaces d’engagement de la jeunesse, promoteurs de la démocratie participative, porteurs de projets éducatifs, moteurs du développement local, viviers d’emplois, organismes de formation professionnelle, vecteurs de transformation sociale : c’est sur cette diversité que se fondent l’identité et la richesse du CNAJEP. La démarche des mouvements qui composent le Comité procède de trois dimensions essentielles : -Le CNAJEP et ses membres relèvent du champJeunesse et Éducation Populaire. Leur démarche s’inscrit dans une perspective d’émancipation des individus et selon un principe d’action privilégiant une éducation par tous et pour tous.
--
Le CNAJEP et ses membres participent de lavie associative.
Le CNAJEP et ses membres participent de l’économie sociale. Ils incarnent l’existence d’une troisième voie dans laquelle se situe le monde associatif et qui pose comme précepte que toute activité économique est précédée d’un projet social.
- 9 -
Nourris de cette ambition et de ce projet communs, les mouvements de Jeunesse et d’Éducation Populaire fondent leurs contributions sur un certain nombre d’enjeux et de questionnements majeurs qui traversent la société :
1.La possibilité démocratique: à travers l’éducation, l’innovation et l’intervention sociales, pour et avec les enfants, les jeunes et les adultes, le CNAJEP et ses membres participent à la prise de conscience du statut de citoyen et à la mise en œuvre des conditions nécessaires à son exercice. 2.L’éducation et la culture tout au long de la vie: le CNAJEP et ses membres s’attachent à valoriser l’actualité, la spécificité et l’utilité de leur contribution en réaffirmant les principes qui guident leurs actions : l’accès pour tous et par tous à des processus d’éducation et de développement culturel interactifs et pérennes. 3.La jeunesse: le CNAJEP et ses membres œuvrent à la reconnaissance des jeunes comme des citoyens actifs et s’affirment comme les chefs d’orchestre d’une plateforme d’élaboration de propositions pour une politique transversale de et avec la jeunesse. 4.La cohésion socialele CNAJEP et ses membres concourent à : l’utilité sociale et à l’intérêt général en matière de cohésion sociale, de vivre ensemble et d’élaboration collective de visions du monde prêtant sens à l’action individuelle. 5.Le développement des territoires: le CNAJEP et ses membres agissent du local au global et s’inscrivent dans une démarche de développement durable des territoires. On comprend ainsi que le regard que les mouvements d'éducation populaire portent sur la culture se différencie de ce que l'ensemble social appelle communément « la culture » et qui est porté par les institutions ou les médias. Notre objet n'est pas seulement de faire accéder le plus grand nombre à une culture qui serait déterminée d'en haut (culture élitiste) ou par l'histoire (culture, ciment d'une identité). Notre ambition est, surtout, de permettre un travail des personnes sur les représentations sociales, que l'on peut qualifier de « représentations culturelles ». En effet, permettre à des citoyens (qu'ils soient enfants, jeunes ou adultes) de se construire comme sujets politiques, c'est leur donner la possibilité de questionner l'organisation sociale qui les concerne, de modifier une réalité dans un champ précis, et cela passe par un travail sur les représentations de la société ou de son organisation : les représentations culturelles. Pris dans ce sens, la culture est un champ
- 10 -