//img.uscri.be/pth/cd4ca1bcc743493ac40590ad7c6ec18e7b517f32
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Publier en sciences humaines

De
212 pages
Le paysage de la publication scientifique des sciences humaines et sociales a considérablement évolué au cours des dix dernières années. Si, à l'heure de la mondialisation et du numérique généralisé, d'importantes interrogations pèsent tant sur les modes d'évaluation de ces travaux que sur les modalités matérielles de leur diffusion, elles n'ont jusqu'ici guère été soumises au questionnement critique des chercheurs concernés. C'est à cet examen que cet ouvrage est consacré.
Voir plus Voir moins
CÉRÉMONIE DE CATSTEarudtid  elpaesolgnCo (a-staciRap )oR rdnalePri Fay25 x :  7 - 2 B leohsrete qugieIncra F79 : NBS1608-2-8878260010-01-4941044ssgia siluQ ,eil edtnaporhdee a  lcisoogolotri,ed  eald méologie, de lhissecneicsdél ed iephraogs deu  oedl ga elbci aupion,ucatpays le ncie hesdee scs tneiuqioitacs nnsidérables a cotes coaimuiaen s dix des drsou cua éulové tnemelre dheu à l Si,eé.sa nnrèsereinnégée qu, sélirasecén al ed étis mone laisatdialted oi némir uunrche dhes ans ceamodsenitse ulp diffuser les résluatstd  ealr cegorretni setnatrtat enès pnsioatd aamsi eaj suqimpo, dlitéctuaxuaveuq sec art od mitalur ses lsem dosetns rul ation de dévaluovulseé  sniitnoévi.À le, cdencd ruel enoisuffiérat més desllie sdxereicecd  uur les conditionbus natsleits elenudet an mreièais,s. Mrcheecheser sud tnne socler sue mmcor euhcrehc ed reitémnomènes  des phéétsep raemtnd ci lntgearrapaseisleu selrap q ecses oumité sre émeneoinneutsuaq  ces dueiqitcrt recnoc sruehcrehsaux exttransver xidcspireen suaesllo nneli es,icièug j tnuqsué étsea asrcc noan-Lé.Je Dufouis tse syacitcadid fdun ies ainçraén.sC etsà c te examen que le collo euqtnod no ralici ies lct Aued suoT.eniaropemntcoe odripéa srtiinevl Usrà sseurofent px sotaré,eru al ttilieicden  tetorhéei nedl  tihtsrorvais es Paul SereerPi, h epos-Jméd( nib)ehpargoue),ologques Jacne taLrurhpoa(tnuvLon,aiù  os ilac élohteuqi ed c Catherine Gouraptrcipine,ta evdt alannsitutignahneme esyc udion), à léducatoi nedl lnamitaneZuc ar Met) le ed eugoloicos( ciol (soquet Marmalialf d  egoeuum epitl selcsidliips,neon dlet nitstituf dérè eles recherches dmetnoc sseniaropHOCCIA (t Ce. S)snl  tadotrihsi lese etiété soc
Quels enjeux, quelles modalités, quels supports, quelle diffusion ?
Publier en sciences humaines
mia.be
Jean-Louis Dufays et Paul Servais (dir.)
a-snedacde.woitiwwt.emenlleutum tnessihcrienss rdgares 
PUBLIER EN SCIENCES HUMAINES
QUELS ENJEUX, QUELLES MODALITÉS, QUELS SUPPORTS, QUELLE DIFFUSION ?
T t s ass spa  J an-L uis u a s tPau S ais   A  a a ati n   at in  u in Pi -J s p Lau nt   Ja u sMa u t tMa Zun
ans a t n : 1. Pi  a t  L a u u u n ant t a n ia ,   5. . M a Na i tMatt i u Nant ui   u i . P u un n u ati u ati u  . 3. Li nVan  L tat ua . S i n n t -ti u  . 4. Ma Ma tini An aR a t i  ass tt ( s.)  I i a-ti n t int ati n n i u an n . tat a i  7. 5. an isR uss au Classer ou collectionner ? Réconcilier scientifiques t ti nn u  7. . Pau  i s  L t i u an a au     i . a i i a ia i u  7. 7. i i V an n tLau n T sin( i .)  L ia u a u i  8. 8. Pi  a t( i .)  R n nt a i n . nt ,  i n t u tu  9. 9. J an-L uis u a s Mi Liss  t ist p M u  T i a itt atu . Un int u ti n  9. 1 . a in S ss  tJ an-P i ipp S i  Le financement public  i i n t a a it n i u ,  1 . 11.A i M n z( i .)  P u . n t t t u ana t n i n ia  1 . 1 . ini u  p ins  Pa i u in titu  pa a t . 13. Lu A a  Société réflexive et pratiques de recherche  1 . 14.Pau S ais( i .)  L a uati n a n i n u a in t  ia . R a u  11. 15. J an-Lu  a ai Ann - istin  an a  ist p Janss n  S p i T t an ( i .)  O t t an iti nn t t- i n. R a  i  11. 1 . an isM an  P u un n u i i u au t ta ita i  1 . 17.Ann M -H in (s us a i . )  Ma a i i . uti n  i iti , uti n ti , u iti u u i u   1 . 18.Pau  i s  L an a t-i i u a ai n uni a i it u tu  1 . 19.V ni u  M u i t  Un i t i n t i t   1 .
_ _ _ INTELLECTION20
PUBLIER EN SCIENCES HUMAINES QUELS ENJEUX, QUELLES MODALITÉS, QUELS SUPPORTS, QUELLE DIFFUSION ?
T t s ass spa  J an-L uis u a s tPau S ais   A  a a ati n   at in  u in Pi -J s p Lau nt   Ja u sMa u t tMa Zun
 t u a app i u  s an ati ns t ap i u s   A a i  an ais . L st t s ass s ans  u  su t nt u u  int nati na  uis stt nu L u ain- a-N u  s8 t9 a s  1 .
D/2013/ 4910/19 ISBN : 978-2-8061-0104-4  
© Academia-L’Harmattan s.a. Grand’Place 29 B-1348 Louvain-la-Neuve
T us its  p u ti n u a aptati npa  u u p  u   s it  s sp u t uspa ssans aut isati n  it u  u s s a ants it.
www.editions-academia.be
Introduction
Jean-Louis Dufays, Catherine Gourbin, Pierre-Joseph Laurent, Jacques Marquet, Paul Servais et Marc Zune
Qu’il s’agisse de la sociologie, de l’anthropologie, de l’histoire, de la démographie ou des sciences de l’éducation, le paysage de la publication scientifique des sciences humaines et sociales (SHS) a considérablement évolué au cours des dix dernières années, en termes de perception aussi bien que de diffusion. Si, à l’heure de la mondialisation et du numérique généralisé, la nécessité de dif -fuser les résultats de la recherche dans ces domaines est plus que jamais d’actualité, d’importantes interrogations pèsent tant sur les modes d’évaluation, collective ou individuelle, de ces travaux que sur les modalités matérielles de leur diffusion (de l’ebook à l’édition en ligne, avec ses diverses variantes). À l’évidence, ces évolutions influent de manière substantielle sur les conditions d’exercice du métier de chercheur comme sur les contenus des disciplines scientifiques. Mais, parce qu’elles paraissent largement dictées par des phénomènes transversaux externes aux disciplines, elles n’ont jusqu’ici guère été soumises au bilan et au questionnement critique des chercheurs concernés. C’est à ce bilan et à ce questionnement que le colloque dont nous présentons ici les actes voulait se consacrer. En toile de fond, il s’agissait de réaffirmer plusieurs spécificités de la publication en SHS et de dégager des enjeux nouveaux. On sait que, au-delà de la variété des formats de publication (du livre à
5
6
l’article, de la vulgarisation à l’innovation théorique, de la prise de position à l’énoncé contrôlé, etc.) et au-delà de la diversité des modèles socio-économiques de production qui les accompagnent, la publication en SHS s’insère également dans des pratiques scien -tifiques qui en colorent particulièrement tant le fond que la forme. Songeons à la place de la langue dans l’activité d’argumentation, au statut de la cumulativité dans nos disciplines, aux enjeux de l’interdisciplinarité, à l’espace nécessité par l’augmentation crois -sante de la communauté des chercheurs. Ces enjeux méritaient d’être problématisés afin de mieux rendre compte des lignes de défense à affirmer face à des velléités d’uniformisation de nos pra -tiques de publication sous l’emprise des évaluations. Qui plus est, il s’agissait de tracer des voies nouvelles par lesquelles nos disci -plines pourraient mieux affirmer leurs objets et la portée des connais -sances en sciences humaines et sociales. Pour mener cette réflexion, nous avons choisi de soumettre l’évo -lution des modes de publications tour à tour à des éclairages histo -riques – en ouverture et en clôture de la réflexion – et à une série de confrontations, en croisant différents points de vue (chercheurs, éditeurs, rédacteurs en chef de revues, directeurs de collections) et en abordant des problématiques spécifiques.
En lever de rideau, Yves Gingras (UQAM) a d’emblée mis le doigt sur les effets pervers de ce qu’il a appelé la fièvre de l’évaluation qui affecte actuellement les SHS. Dans un contexte où la valeur d’une recherche n’est pratiquement plus reconnue que sur la base du nombre de citations dont elle fait l’objet, la priorité est désormais nettement accordée aux articles publiés dans les revues bien classées ainsi qu’à la production scientifique en langue anglaise. Cette nou -velle donne pousse à préférer l’article au livre, à favoriser les revues dites internationales et à privilégier la publication en anglais plutôt que dans d’autres langues.
La première table ronde du colloque, qui rassemblait des représen -tants de six disciplines des sciences humaines, visait ensuite à faire le point sur la manière dont les différentes disciplines des sciences humaines se situent face à l’évolution des modes de publications. De chacune des interventions semblent se dégager à la fois des interrogations communes et des accentuations spécifiques, qui
tiennent autant à la discipline qu’aux expériences individuelles concrètes. Tous les intervenants font référence aux pratiques actuelles d’éva -luation et situent les priorités de publications par rapport à ces pratiques. Cela n’est pas sans poser problème dans la mesure où ces pratiques et leurs accentuations semblent singulièrement domi -nées par des disciplines spécifiques, qui ne correspondent pas tou -jours aux nécessités de diffusion et de débat de l’ensemble des disciplines de sciences humaines et sociales. Tous notent aussi la complémentarité réelle entre des formes diver -sifiées de publication : article de revue ou livre, voire livre collectif, mais également les objectifs poursuivis par chacune de ces moda -lités spécifiques. Plusieurs relèvent à ce propos les poids différenciés attribués à chacun de ces types de divulgation et les stéréotypes qui les justifient, de même que les biais qui en résultent et les risques que cela fait courir aux différentes disciplines concernées. Les stra -tégies d’adaptation des éditeurs, comme des directeurs de collections ou de publications sont également évoquées. Tous notent l’importance de l’anglais comme langue internationale de communication scientifique, avec ce que cela implique à la fois pour les auteurs et pour les éditeurs scientifiques ou responsables de publication. La difficulté de s’aligner sur cet impératif en conser -vant les nuances indispensables d’une langue maternelle parfaite -ment maitrisée est soulignée, de même que la nécessité absolue d’assurer la diffusion de résultats de la recherche auprès d’un public extérieur aux cercles scientifiques. Ce qui conduit certains à plaider pour le maintien d’une diffusion des résultats de la recherche en français. Tous enfin notent l’importance prise par les publications électro -niques, quel que soit le modèle économique adopté, à la condition que des procédures de certification scientifique soient mises en place.
La deuxième table ronde visait, quant à elle, à confronter les points de vue de chercheurs chevronnés et de chercheurs juniors à propos de la manière dont évoluent aujourd’hui les trajectoires scientifiques et les logiques de publication.
7
8
Pour les chercheurs seniors, la question de l’excellence scientifique passe surtout par la mise sur le marché des idées, via la publication d’articles scientifiques (dans des revues indexées grâce à l’évaluation des pairs), voire d’ouvrages, de connaissances nouvelles, qui peuvent être des développements théoriques ou des descriptions empiriques de situation sociales inédites. Un parcours de qualité passe en outre par la capacité à socialiser ses contributions et à interpeler les citoyens, les professionnels des domaines étudiés, ainsi que des acteurs de la société civile. Les jeunes chercheurs, pour leur part, soulignent leurs difficultés à accéder aux revues indexées. Ils ont néanmoins la possibilité de publier en collaboration avec un chercheur senior qui leur ouvre la porte des grandes revues par leur crédit scientifique, ou de tenter de franchir les étapes de la recherche via de nouveaux contextes éditoriaux largement liés aux possibilités offertes par internet, qui fonctionne comme une sorte de fenêtre démocratique offrant à tous une certaine publicité à leurs travaux. Dans la même veine, ces chercheurs juniors signalent les vertus du blogging scientifique et des sites qui invitent à communiquer des recherches en cours. L’occasion leur est aussi donnée de se familiariser avec les publi -cations scientifiques à la faveur d’un investissement dans des revues éditées par des groupes de jeunes chercheurs (doctorants ou post-doc), dont la création récente comble un manque manifeste. Grâce à ces nouveaux supports, le degré d’indépendance du jeune cher -cheur vis-à-vis de son promoteur ou de son institution semble plus grand que précédemment. Cela étant, en sciences humaines et sociales, la nature de la pro -duction scientifique est avant tout discursive, et la publication est un impératif qui rend visible l’activité de recherche. Publier dans ce domaine répond dès lors à trois enjeux qu’il est difficile d’arti -culer : un enjeu d’apprentissage – il s’agit de clarifier sa propre pensée à travers l’acte de communication –, mais aussi un enjeu d’évaluation – on ne publie que ce qui a « passé la rampe » – et un enjeu de sélection – publier sert aussi à se faire valoir lorsqu’on envisage de poursuivre une carrière. Qui plus est, en sciences humaines et sociales, le travail d’équipe est de plus en plus valorisé, et les équipes d’aujourd’hui regroupent des jeunes chercheurs et des chercheurs confirmés, qui, fréquem -ment, sont issus de différentes disciplines. Pour les plus jeunes, ce
travail collectif est devenu une source de motivation déterminante qui n’empêche en rien la publication individuelle.
Le troisième moment du colloque a permis d’entendre les réflexions de Luc Van Campenhoudt (FUSL, Bruxelles) et Yves Winkin (IFE, Lyon), deux experts bien connus et expérimentés dans l’évaluation des recherches en sciences humaines. Interrogés d’abord sur les enjeux actuels de l’évaluation des recherches, ils se sont accordés pour reconnaitre le caractère stra -tégique de la publication, à la fois pour l’intérêt même des travaux, pour leur financement et pour la carrière du chercheur, ainsi que la nécessité de fonder l’appréciation de leur qualité scientifique sur l’évaluation des pairs. Selon Van Campenhoudt, cette évaluation interne à la communauté concernée est fondamentale : il y a à cet égard une lutte essentielle à mener pour sauvegarder l’autonomie du champ scientifique contre les visées utilitaristes pas toujours bien inspirées des commanditaires, des politiques, voire des bénéfi -ciaires… ce qui n’empêche pas de se montrer critique envers les critères de cette évaluation qui, comme l’a souligné Winkin, ne cessent d’évoluer. En ce qui concerne les modalités des publications, tout en actant la perte de valeur progressive du livre et la montée en puissance des revues à fort facteur d’impact, les deux témoins ont plaidé pour la diversité des supports : selon eux, parallèlement aux publications classiques, il importe de garder une place pour des rapports de recherche lisibles pour un large public et publiés sur supports peu couteux, ainsi que pour les textes plus courts et les textes écrits en collaboration avec des collègues étrangers. Pour autant, il serait vain de nier que l’anglais et la hiérarchisation des revues ont pris aujourd’hui une grande importance : mieux vaut dès lors s’informer au préalable des critères en vigueur dans la revue où l’on envisage de publier. Enfin, comme l’a souligné Yves Winkin, il est toujours précieux de faire un effort d’interculturalité, que ce soit en se frottant à des revues internationales, en faisant des séjours à l’étranger ou en s’affiliant à des associations étrangères.
Une table ronde a ensuite permis de confronter les expériences et les pratiques de quatre éditeurs spécialisés dans la publication de
9