Sujet handicapé

-

Français
208 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'adaptation scolaire et sociale des enfants et adolescents en situation de handicap et en difficultés d'apprentissage ou de relation appelle un repérage et une analyse psychodynamique. Les représentations-affects qui sous-tendent puis traversent les expériences d'intégration prennent ancrage dans la confrontation première au handicap et à l'inadaptation.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2013
Nombre de lectures 85
EAN13 9782296513105
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

VLWXDWLRQ GH KDQGLFDS HW HQ GLI¿FXOWpV G¶DSSUHQWLVVDJH RX GH UHODWLRQ DSSHOOH
XQ UHSpUDJH HW XQH DQDO\VH SV\FKRG\QDPLTXH TXL SUHQQHQW HQ FRPSWH OHV
PRELOLVDWLRQV HW OHV LQYHVWLVVHPHQWV TXL VH WURXYHQW SURYRTXpV HW FRQYRTXpV

WUDYHUVHQW OHV H[SpULHQFHV G¶LQWpJUDWLRQ SUHQQHQW DQFUDJH GDQV OD FRQIURQWDWLRQ
SUHPLqUH DX KDQGLFDS HW j O¶LQDGDSWDWLRQ &HW HQVHPEOH RULJLQDLUH TXL HQWUH
PrOH pOpPHQWV GH OD UpDOLWp HW PRXYHPHQWV WDQW IDQWDVPDWLTXHV TX¶LPDJLQDLUHV
SHXW VH WUDGXLUH HQ DWWLWXGHV IUHLQDQWHV HW SDUDO\VDQWHV PDLV DXVVL VH FRQVWLWXHU
HQ RUJDQLVDWHXUV VWUXFWXUDQWV HW HQ FRQGXLWHV G¶DFFRPSDJQHPHQW SDU OH ELDLV
GH SURMHWV SDUWDJpV

&KDTXH SDUWHQDLUH ± HQIDQW IDPLOOH SURIHVVLRQQHO LQVWLWXWLRQ JURXSH ± HVW

JUDWLRQ SV\FKLTXH HW VRFLDOH GDQV VHV IDFLOLWDWLRQV FRPPH GDQV VHV EORFDJHV
V¶pFODLUH HW VH FRPSUHQG PLHX[ j SDUWLU GH O¶pPHUJHQFH GH FHV HIIHWV HQ UHWRXU
OH SOXV VRXYHQW GpSODFpV HW PDVTXpV GDQV OD UpDOLWp

&H TXL SHXW DORUV IDLUH VHQV GDQV FHWWH PLVH HQ pFRXWH HW HQ FRPPXQ
HVW TXH OH KDQGLFDS HW OHV GLI¿FXOWpV G¶DGDSWDWLRQ VH UpYqOHQW VXU IRQG GH
UppYRFDWLRQ GX SDVVp HW G¶pYRFDWLRQDQWLFLSDWLRQ GH O¶DYHQLU GDYDQWDJH
DIIDLUH GH VLPLOLWXGH TXH GH GLIIpUHQFH DXWRXU GHV VHQWLPHQWV ± pSURXYpV QRQ
VDQV DQJRLVVH HW VRXIIUDQFH ± GH UXSWXUH GH SHUWH GH YLGH ,O UpVXOWH GH FHWWH
SULVH GH FRQVFLHQFH XQH PHLOOHXUH UHFRQQDLVVDQFH GH OD SODFH HW GX U{OH TXL
UHYLHQQHQW j FKDFXQ GDQV VD SRVLWLRQ GH VXMHW HQ GHYHQLU j OD UHFKHUFKH G¶XQ
FRPSURPLV GH YLH GH SDUW HW G¶DXWUH QDUFLVVLTXHPHQW DFFHSWDEOH /D UHPLVH HQ
SHUVSHFWLYH GH VRL HW OD FDSDFLWp GH UHSUpVHQWDWLRQ HW G¶LQYHVWLVVHPHQW TXL HQ
GpFRXOH GDQV OD UHODWLRQ j O¶DXWUH ± OH YLYUH HQVHPEOH GHV H[SpULHQFHV HW GHV
SUDWLTXHV ± HW GDQV OH UDSSRUW DX[ REMHWV FXOWXUHOV FRPPXQV HQWUHQW GqV ORUV
GDQV OH FKDPS GHV SRVVLEOHV SDU DSSURSULDWLRQ VXEMHFWLYH HW UpFLSURTXH

Sous la direction de
Jean-Sébastien Morvan

Le sujet handicapé

Évocation(s) du lien psychique et du lien social

Série Handicap et Éducation
































2

2ȋȌ

Savoir et formation
Collection dirigée par Jacky Beillerot (1939-2004)
Michel Gault et Dominique Fablet

Handicap et éducation
Série dirigée par Dominique Fablet



Depuis la loi du 30 juin 1975, relative aux personnes handicapées, puis
trente ans plus tard celle du 11 février 2005, l’éducation des enfants à
besoins éducatifs particuliers et la socialisation des personnes adultes
handicapées sont l’objet de nombreuses investigations, alors qu’on perçoit
dans le même temps un renouvellement progressif des dispositifs et des
pratiques d’intervention socio-éducative qui leur sont destinés ainsi qu’à
leurs familles.
La sérieHandicap et éducationse propose d’offrir au lecteur des travaux
centrés sur ces différents aspects, notamment des ouvrages issus de thèses, et
contribuer ainsi à la diffusion de la recherche dans un domaine encore trop
souvent méconnu et en pleine évolution.


Déjà parus

Éric SANTAMARIA,Handicap mental et majorité. Rites de passages
à l’âge adulte en IME, 2009.
Séverine COLINET,La « carrière » de personnes atteintes de sclérose
en plaques. Implication associative et travail biographique, 2010.
Valéry BARRY et Ann PALMIER,Luca ou la reconquête de la
pensée. Troubles cognitifs et médiations d’apprentissage, 2011.
Danielle ZAY,L’éducation inclusive. Une réponse à l’échec scolaire ?,
2012.
Xavier GALLUT,Corps, éthique et fonction éducative. La différence
en question, 2012.




















































































Ǧ±

























2

2ȋȌ

Du même auteur

Représentations des situations de handicaps et d’inadaptations chez les
éducateurs spécialisés, les assistants de service social et les enseignants
spécialisés en formation(2 tomes), Paris, éd. CTNERHI, 1988.
Représentations et handicaps - Vers une clarification des concepts et des
méthodes(en coll. avec Paicheler, H.), Paris, éd. CTNERHI, 1990.
Évaluation du robot Master (Manipulateur Autonome au Service des
Tétraplégiques)(en coll. avec Busnel), M., Paris, éd. CTNERHI, 1995.
e
Représentations des situations de handicaps et d’inadaptations, 2édition
abrégée et remaniée, Paris, éd. CTNERHI, 1997.
Personnes handicapées et aides techniques (encoll. avec Torossian, V.),
Paris, éd. CTNERHI, 2002.
Trisomie et handicap. La parole des jeunes. Configurations et itinéraires(en
coll. avec Auguin, N. et Torossian, V.), Paris, éd. CTNERHI, 2005.
Espaces éducatifs et thérapeutiques. Approches cliniques d’orientation
psychanalytique(sous dir.), Paris, éd.Fabert, 2006.
L’énigme du handicap. Traces trames trajectoires, Toulouse, éd. Erès, 2010.












































































© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-00392-4
EAN : 9782336003924







Sommaire

Liste des auteurs ..........................................................................................................9
Avant-propos - Le sujet handicapé : évocation(s) du lien psychique
et du lien social.......................................................................................................... 11
Jean-Sébastien Morvan

Première partie - Questionnements............................................................................. 13
Chapitre 1 - Handicap, évocation, intégration........................................................... 15
Jean-Sébastien Morvan

Chapitre 2 - De l’enfant à l’élève en difficultés ........................................................31
Nada Abillama-Masson

Chapitre 3 - La négation des implications subjectives et la souffrance qui en résulte
au sein de l’institution scolaire ..................................................................................51
Gérard Netter
Chapitre 4 - Projet de l’enfant projet de l’élève, quelle(s) rencontre(s) ? .................67
Yannick Gabillard

Deuxième partie - Les situations de handicap, les sujets handicapés....................... 77
Chapitre 1 - Évocation, représentation, et tissage d’un fil de pensée dans une
situation de handicap psychique................................................................................ 79
Jean-Pierre Croisy

Chapitre 2 - La crainte de l’effondrement chez l’adolescent(e) épileptique:
évocation des doubles................................................................................................ 97
Marie-Luce Simonin

Chapitre 3 - Capacité intrusive et évocation: des territoires communs pour des
professionnel(le)s, ausein d’un service de Protection Maternelle et Infantile, auprès
de Bakary, un enfant mutique africain.....................................................................113
Annie Billot

Chapitre 4 - Trisomie 21 – de l’enfance à l’âge adulte. Évocation d’un espace
transitionnel d’accompagnement............................................................................. 123
Valérie Torossian-Plante, Nathalie Auguin-Ferrere

Chapitre 5 - Les projets des jeunes en situations difficiles : à l’épreuve de la violence
et de la délinquance .................................................................................................141
Isabel Adnot

7

Troisième partie - Ouvertures et perspectives..........................................................153


Chapitre 1 - Estime de soi et réussite éducative : quelles relations ?
quelle dynamique ?.................................................................................................. 155
Patricia Welnowski-Michelet

Chapitre 2 - L’adolescent et l’activité théâtrale : de l’étrangeté
à la subjectivation ....................................................................................................171
Ruth Uscalovsky

Chapitre 3 - Pédagogie, intérêt, culture ...................................................................189
Jean-Sébastien Morvan

8










Liste des auteurs


Adnot Isabel
Docteur en sciences de l’éducation - Directrice d’une association de prévention
spécialisée (Val-de-Marne).

Auguin-Ferrère Nathalie
Docteur en sciences de l’éducation - Psychologue clinicienne - Chargée de
cours à Paris Descartes.

Billot Annie
Docteur en sciences de l’éducation - Infirmière puéricultrice - Formatrice IFAP
(Institut de Formation d’Auxiliaires de Puériculture).

Croisy Jean-Pierre
Docteur en sciences de l’éducation - Enseignant formateur à l’Université de
Cergy Pontoise, IUFM deVersailles - Chargé de mission à l’École Nationale
de Protection Judiciaire de la Jeunesse.

Gabillard Yannick
Docteur en sciences de l’éducation - Inspecteur de l'Éducation nationale chargé
de l'adaptation et la scolarisation des élèves handicapés.

Masson Nada
Docteur en sciences de l’éducation - Formatrice à l'IRTS Paris (auprès
d'étudiants éducateursspécialisés etmoniteurs éducateurs).

Morvan Jean-Sébastien
Professeur émérite, Faculté des Sciences Humaines et Sociales - Sorbonne Paris
Descartes.

9

Netter Gérard
Docteur en sciences de l'éducation - Enseignant spécialisé référent pour la
scolarisation des élèves handicapés.

Simonin Marie-Luce
Docteur en sciences de l’éducation - Psychologue clinicienne au sein d’un
Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique, accueillant des jeunes
épileptiques en difficulté scolaire.

Torossian-Plante Valérie
Docteur en sciences de l’éducation - Psychologue clinicienne - Chargée de
cours à Paris Descartes.

Uscalovsky Ruth
Docteur en sciences de l’éducation -Comédienne, metteur en scène, pédagogue
- Professeur d’art dramatique - Intervenante en milieu scolaire.

Welnowski-Michelet Patricia
Docteur en sciences de l’éducation – Psychologue au sein du Cabinet de
Psychologie Dopen.

10










Avant-propos
Le sujet handicapé :
Evocation(s) du lien psychique et du lien social


« Lesujet handicapé: évocation(s) du lien psychique et du lien social» est le
titre de cet ouvrage qui regroupe onzecontributions présentées dans le cadre du
séminaire «Psychologie clinique et éducation: questions de handicaps,
d’inadaptations et d’échecs scolaires » dispensé à Paris Descartes (2008-2012),
séminaire rattaché au laboratoire Éducation et apprentissages (EDA) et au
groupe GRAPHIES (Groupe de Recherches et d’Analyses Psychodynamiques
dans le champ du Handicap, de l’Inadaptation et de l’Échec Scolaire).

Tous les auteurs, titulaires d’un doctorat en sciences de l’éducation,
professionnels de l’éducation spécialisée, de la formation, de la santé, de la
psychologie à des titres divers de responsabilité, s’interrogent à partir de leurs
pratiques sur les éclairages de compréhension et d’action que peut leur apporter
leur inscription dans la clinique.

La question de l’adaptation scolaire et sociale des enfants et adolescents en
situation de handicap et en difficultés d’apprentissage ou de relation appelle un
repérage et une analyse psychodynamique qui prennent en compte les mobilisations
et les investissements qui se trouvent provoqués et convoqués dans le vécu
quotidien. Les représentations-affects qui sous-tendent puis traversent les
expériences d’intégration prennent ancrage dans la confrontation première au
handicap et à l’inadaptation. Cet ensemble originaire qui entremêle éléments de la
réalité et mouvements tant fantasmatiques qu’imaginaires peutse traduire en
attitudes freinantes et paralysantes,mais aussi se constituer en organisateurs
structurants et en conduites d’accompagnement par le biais de projets partagés.

Chaque partenaire, - enfant, famille, professionnel, institution, groupe - y est
partie prenante dans cet espace intra et interrelationnel. Le processus
d’intégration psychique et sociale, dans ses facilitations comme dans ses

11

blocages, s’éclaire et se comprend mieux à partir de l’émergence de ces effets
en retour, le plus souvent, déplacés et masqués dans la réalité.

Ce qui peut alors faire sens, dans cette mise en écoute et en commun,est que le
handicap et les difficultés d’adaptation se révèlent, sur fond de ré-évocation du
passé et d’évocation-anticipation de l’avenir, davantage affaire de similitude
que de différence autour des sentiments - éprouvés non sans angoisse et
souffrance - de rupture, de perte, de vide. Il résulte de cette prise de conscience
une meilleure reconnaissance de la place et du rôle qui revient à chacun dans sa
position de sujet en devenir, à la recherche d’un compromis de vie de part et
d’autre narcissiquement acceptable. La remise en perspective de soi et la
capacité de représentation et d’investissement qui en découle, dans la relation à
l’autre - le vivre ensemble des expériences et des pratiques - et dans le rapport
aux objets culturels communs, entrent dès lors dans le champ des possibles par
appropriation subjective et réciproque.

Après avoir situé ce qu’il en est de la clinique du handicap sous l’angle de
l’évocation et de l’intégration, l’ouvrage s’arrête successivement à la position
du sujet en difficulté de relation et/ou d’apprentissage puis aux impasses
institutionnelles face à la souffrance de l’enfant et de l’adolescent, aux positions
et aux attentes face à ce qui pourrait être un projet partenarial pour le sujet
handicapé.

Il est alors question des sujets (enfants, adolescents, jeunes, adultes) confrontés
à diverses situations de handicap, chacune, chacun étant à sa façon en recherche
de projetsde vie tant individuels que collectifs. Il s’agit bien de véritables
« cliniquesdu sujet handicapé» (psychique, épilepsie, mutisme, trisomie,
prédélinquance) aux prises avec ce que la société leur renvoie par représentations
interposées.
Sont enfin abordées les perspectives psychopédagogiques de réussite et
d’ouverture par le canal d’expériences profondément innovantes.


Jean-Sébastien Morvan
Professeur émérite - Faculté des sciences humaines
et sociales - Sorbonne Paris Descartes

12







Première partie













Chapitre 1
Handicap, évocation, intégration


Jean-Sébastien Morvan


Un objet : la situation de handicap et la capacité d’évocation

La fonction et la capacité d’évocation contribuent à la recherche et à
l’instauration - et au maintien - pour le sujet en situation de handicap et en
difficultés d’apprentissage et de relation d’un compromis de vie le moins
souffrant possible, le plus gratifiant possible. Dans l’entre-deux,
nonacceptation et acceptation, désespérance et plaisir de vie, mal-être et bien-être,
solitude et mutualité se font, par écoute de soi et écoute de l’autre, étayage
relationnel intra et intersubjectif. Elles sont processus dynamique et
soustendent ce qu’il en est tant des politiques et des actions d’intégration que de
l’intervention pédagogique.

« Evocare », appeler à soi, rappeler à la mémoire, faire apparaître à l’esprit par
des images et des associations, prend sa source dans «vocare »,appeler,
invoquer, terme lui-même issu de « vox» la voix. Evocare, c’est aussi appeler
aux armes et par là mobiliser et se mobiliser, métaphore du conflit se traduisant
en termes psychiques d’investissement.

L’évocation est par là temporalité ; temporalité récurrente car l’évocation du
demain se transmue en passé ; elle devient rétrospective influant à son tour sur
l’actuel et le futur. Elle est succession -« défiléfilmique »- empreinte de
mouvements contradictoires du coup effectivement conflictualisés que forces
d’opposition et forces de convergence sous-tendent.

Trois pôles se trouvent concernés, impliqués, convoqués pourrait-on dire (les
motions révoquées restant dans les profondeurs de l’inconscient) : ce qui
vientrevient du passé, ce qui se scénarise dans et pour l’avenir, ce qui se scénarise
dans le vécu expérientiel. Il y a à la fois mémoration du passé et anticipation de

15

l’avenir par mise en images du vécu et de l’éprouvé du présent. Imagination et
représentation servent alors ce qu’il en est (ce qui émerge à la marge et se met
en scène - se remet en scène) du désir lié à une expérience de satisfaction de
l’avant et à une projection du futur.

Capacité à se plonger dans le fantasme, capacité à s’en dégager, par le biais de
relais significatifs qui, d’association en association, impriment au vécu une
direction et un sens (à l’encontre de l’insensé - pouvant par ailleurs être fécond)
tracent ce qu’est et sera la représentation-but «ce qui ordonne le cours des
pensées conscientes, préconscientes et inconscientes» (J. Laplanche etJ.B.
Pontalis, 1967, p. 416).

Y trouvent place également le cours et le décours des affects, ce à quoi l’on
s’attache pour vivre. De l’aliénation à l’idéalisation tel est le chemin que
l’évocation cadre, contient, dynamise ; en ce sens, elle est fonction (effet et
capacité constituent la fonction) mais aussi elle-même affect par le plaisir pris
au travail del’être là, non sans être confronté à l’angoisse du « révoqué » et de
ce qu’il en sera du devenir. Pulsions de mort et pulsions de vie s’imbriquent à
ce niveau entre répétitions à vide et dégagements d’ouverture.

Du deuil du soi imaginaire vers un soi symbolisant qui pense, sent, agit, parle en
son nom propre, parle à soi et à l’autre (dia-logue) tel est - serait - la fonction de
l’évocation, entre toute-puissance et impuissance, vers un mode d’être
« réaliste ». Dans cette ligne, elle étoffe (nourrit) l’autonomie et l’actualisation
des forces du moi présentées et analysées par E. Erikson dès 1959 :
confianceespérance, vouloir-autonomie, initiative-poursuite des buts,
compétenceanticipation du succès, vision de soi dans le social, identité-fidélité. De
captative (handicaptive), l’évocation se transforme, par spirale,en libération
que les éclairs de vérité sur soi, par inconscient questionné, autorisent et
facilitent.

L’évocation est ainsi processus d’acculturation ; comme effet de liaison, elle
contribue à l’entrée dans la condition civilisatrice par le biais de la capacité
élaborative qu’elle suscite et entretient. Par là, elle est fonction tiercisante du
dépassement et de la réappropriation de positions anciennes.

Il importe en effet de questionner ce qui, au travers et en arrière-plan de la
situation de handicap et d’inadaptation, fait « travailler » la représentation, ce
qui en provoque la mise en tension, l’ébullition et le bouillonnement
affectivoreprésentationnel, ou à l’opposé, la paralysie sidérante. Le handicap est tout
d’abord confrontation-miroir au manque, atteinte agressant l’image de soi,
déstabilisation identitaire, prise avec le registre de l’indicible. La question est de
comprendre comment, à partir de cet inconnu-reconnu, histoires de chocs autant

16