//img.uscri.be/pth/3ace5b1918945b996a7951f0245f6c60fe8c4197
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Un sociologue au volant

De
190 pages
A partir d'"entretiens participants", comment comprendre le rapport de l'individu à son automobile ? L'automobiliste est un être techno-bio-psycho-social, dans la mesure où il apparaît comme un être individualisé (social), habitant l'espace intérieur de son automobile (techno) à travers différents états d'être et régimes d'engagement qui font intervenir aussi bien le corps (bio) que l'esprit (psycho).
Voir plus Voir moins
la spiritualisation de soi. L’observation Ine des indi
tantôt réexifs, tantôt engagés dans des routines, sans compter qu’ils développent des « routines réexives » ou de la « réexivité routinière ». In ine
Hervé Marchal
Un sociologue au volant Le rapport de l’individu à sa voiture en milieu urbain
Téraèdre
Un sociologue au volant Le rapport de l’individu à sa voiture en milieu urbain
ISBN 978-2-36085-053-2
©
[2014]
Hervé MarchalUN SOCIOLOGUE AU VOLANTLe rapport de l’individu à sa voiture en milieu urbain L’Harmattan
Du même auteur Les Lieux des banlieues, Paris, Le Cavalier Bleu, 2012 (avec J.-M. Stébé).Les Grandes questions sur la ville et l’urbain(2011), e 2 édition, Paris, PUF, 2014 (avec J.-M. Stébé). Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, 2010 (avec J.-M. Stébé). La Ville au risque du ghetto, Paris, Lavoisier, 2010 (avec J.-M. Stébé). La Diversité en France. Impératif ou idéal ?, Paris, Ellipses, 2010. Mythologie des cités-ghettos, Paris, Le Cavalier Bleu, 2009 (avec J.-M. Stébé). Traité sur la ville, Paris,PUF, 2009 (avec J.-M. Stébé). Penser la médiation, avec la collaboration de Fathi Ben Mrad et Jean-Marc Stébé, Paris, L'Harmattan, 2008. La Ville. Territoires, logiques, défis, Paris, Ellipses, 2008 (avec J.-M. Stébé). e La Sociologie urbaineParis, (2007), 4 édition, PUF, « Que sais-je ? », 2014 (avec J.-M. Stébé). e L'Identité en question2 édition,  (2006), Paris, Ellipses, 2012. Le Petit Monde des gardiens-concierges, Paris, L'Harmattan, 2006.
À Marie bien évidemment,
À Benjamin bien évidemment,
Et à Michelle…
« L’habiter est un fait anthropologique. L’habitation, la demeure, le fait de se fixer au sol (ou de se détacher), le fait de s’enraciner (ou de se déraciner), le fait de vivre ici ou là (et par conséquent de partir, d’aller ailleurs), ces faits et cet ensemble de faits sont inhérents à l’être humain. » (Lefebvre, 2001, p. 183)
«Le corps est le véhicule de l’être au monde, et avoir un corps c’est pour un vivant se joindre à un milieu défini, se confondre avec certains projets et s’y engager continuellement […]. S’il est vrai que j’ai conscience de mon corps à travers le monde, qu’il est, au centre du monde, le terme inaperçu vers lequel tous les objets tournent leur face, il est vrai pour la même raison que mon corps est le pivot du monde : je sais que les objets ont plusieurs faces parce que je pourrais en faire le tour, et en ce sens, j’ai conscience du monde par le moyen de mon corps. » (Merleau-Ponty, 1976, p. 97)