Vacillement de l'altérité

-

Livres
264 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le sujet est construit par l'altérité. L'expérience de la cure psychanalytique nous permet de repérer les défaillances de l'altérité dans la formation des psychoses et dans les scénarios des pervers. Les défaillances dans la construction de l'altérité ont des conséquences cliniques et sociales. Ces vacillements expriment la souffrance du sujet dans le collectif. L'un des enjeux de la psychanalyse d'aujourd'hui est de prévenir et de prendre soin des humains entraînés dans ce vacillement.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2011
Nombre de visites sur la page 6
EAN13 9782296474635
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
VACILLEMENT DE LALTÉRITÉ
Collection Che vuoi ? Psychanalyse et faits sociauxDirecteur de collection : Alain Deniau, alaindeniau@orange.fr Comité éditorial : , Alain Deniau, Henriette Michaud Marie Cousein Couverture : Nicolas Taffin Mise en forme : Marie Michaud
Alain Deniau VACILLEMENT DE LALTÉRITÉPsychoses et société
Préface de Jacques Sédat
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55730-7EAN : 9782296557307
Table des matièresPréface de Jacques Sédat 5 Introduction 7La psychose dans le transfert et dans la Cité I. De la perversion à la paranoïa 15 « L’inconscient, c’est la politique » -La conviction du pervers -Un discours en fragments - L’attente de l’analyste - La fascination à deux - Corps, affect, transfert chez le pervers - La vérité de leur être dans l’instant de la jouissance - La cure du pervers - La raison et l’acte pervers - La psychose et la perversion - La folie de l’acte pervers - L’altérité défaillante du paranoïaque - Le refuge sectaire : une illusion d’altérité - La difficile construction de l’altérité - La construction d’un sujet dans la civilisation - L’homme analysé à l’encontre de la secte et du populisme - La psychose et le travail de civilisation - La psychose et la sublimation II. Aux limites de la psychanalyse : la psychose et son écriture 71 François Perrier et l’écriture de la psychose - La métaphore impossible - La psychose est un pousse-à-penser - La mort psychotique - Le sujet perdu et le réel - Le signifiant dans la psychose - La vérité pour le patient psychotique - La narcissisation primaire - Une double approche de la psychose -Vers l’invention de la pulsion de mort - Du rêve au fantasme dans la théorie - La nécessité conceptuelle de la pulsion de mort - Le ternaire freudien - Le masochisme de l’homme aux loups -Le transfert de l’homme aux loups - D’une topique à l’autre : « un enfant battu » - Le prix de la suppléance imaginaire - Le besoin de théorie, la langue de la théorie - Le mortifère dans l’individu et dans la société - Le mortifère : la pulsion sans objet - Quelle transmission ? La langue entre Lamarck, Darwin et
Jung - L’homme moderne et l’homme analysé - L’altérité et le parlêtreIII. La psychose, l’intime, la pulsion de mort 135 dans la culture Anéantir l’intime, le lien social contre le sujet - La haine dans l’être - « La contrainte externe » - Le lien social de deux institutions : l’ecclésiastique et la psychanalytique - Le religieux sans fin - La destruction et les analystes - L’irruption de la certitude - La conversion : le retournement de la croyance -Dans un débord de l’angoisse : l’issue mystique - Le renversement - Histoire d’une conversion - La conversion d’Ingrid Betancourt - Se construire l’origine - L’advenue d’une certitude - L’écrire, après-coup - Evénement et expérience mystique - Instant ou chemin de conversion ? - La clinique de l’altérité - Le double jeu de l’altérité dans la transmission - Le psychanalyste, un converti à l’inconscient IV. La passion de transfert 195 Freud sur l’Acropole : l’étranger et l’intime - Le vrai dans la langue - Un moment psychotique dans la cure ? - Le devenir étranger, un concept freudien latent - Le fil d’une clinique -Freud, Ferenczi, Winnicott, Lacan - Le pousse-à-la-création de Freud - L’Entfremdung, expulser l’intime - Reliquat de jouissance du transfert entre Freud et Ferenczi - Le reliquat transférentiel - La jouissance du nom - Une terminaison de l’analyse dans la satisfaction ? - Les manifestations résiduelles -L’homme analysé, un humain sans jouissance ? - Quelle croyance pour l’homme analysé ? V. Pour conclure 243 La politique de l’homme analysé Index247 Remerciements256
›·ŠŒŽ ŠŒ’••Ž–Ž— Ž •ȂŠ•·›’·Šž›Š’ ™ž œȂ’—’ž•Ž›ž Œêž› Žœ ·—¸‹›Žœœ’ ˜œŽ™‘ ˜—›Š —ȂŠŸŠ’ ·“¥ ™›’œ ŒŽ ’›Žǯ Ž •’Ÿ›Ž œȂ˜žŸ›Ž ŠŸŽŒ ›Žž Ž œ˜— ˜‹·’œœŠ—ŒŽ ¥ •’Žđ šž’ •ȂŽ–™¹Œ‘Ž›Š •˜—Ž–™œ Ž ™Ž—œŽ› •Ȃ·—’–Ž Ž •Š œŽ¡žŠ•’·ǰ Š••·ŽŠ—ŒŽ ¥ ž— –ŠÉ›Ž œž™™˜œ·ǰ ŒŽ šž’ Žœ •ȂŽœœŽ—ŒŽ –¹–Ž Ž •Ȃ’—‘’‹’’˜— ’—Ž••ŽŒžŽ••Žǯ •Š’— Ž—’Šž ·ŠŽ •Žœ ŽŽœ ·œŠœ›Žž¡ Žœ ȍ ›ŽœŽœ Ȏ Ž ŒŽ ›Š—œŽ› œž› •Š ‘·˜›’Žǰ œž› •Š ™›Š’šžŽ Š—Š•¢’šžŽ Ž •Ȃ˜›Š—’œŠ’˜— –¹–Ž Ž •Š œ˜Œ’·· ™œ¢Œ‘Š—Š•¢’šžŽ Œ˜—›Ž •ȂŽ——Ž–’ Ž¡·›’Žž› ŽȦ˜ž ’—·›’Žž›ǯ Ž• Žœ •Ȃ‘·›’ŠŽ šž’ —˜žœ Žœ •·ž· Ž šžŽ —˜žœ ŠŸ˜—œ Ž—Œ˜›Ž ¥ ·ŸŠ•žŽ›ǯ • ›Ž—˜žŸŽ••Ž Šžœœ’ —˜›Ž •ŽŒž›Ž Ž ›Žž Ž— ›Ž˜ž›—Š— ¥ •Š œ’–™•’Œ’· Ž •Š •Š—žŽ ›Žž’Ž——Žǰ Ž— —˜žœ Š’œŠ— ›Ž·Œ˜žŸ›’› Ž —˜–‹›Žž¡ Ž›–Žœ Š••Ž–Š—œ ŠŸŽŒ •Žž›œ œž‹’•Žœ —žŠ—ŒŽœǯ Ž• ž— ›ŽœŠž›ŠŽž› Ž ™Ž’—ž›Žǰ ’• Ž—•¸ŸŽ ˜žœ •Žœ ŸŽ›—’œ —˜’›Œ’œ šž’ ˜— ˜‹œŠŒ•Ž ¥ •Ȃ·Œ•Š Žœ Œ˜ž•Žž›œǯ   ›ŠŸŽ›œ ž— ™Š›Œ˜ž›œ šž’ ™›˜™˜œŽ ž—Ž ›Ž•ŽŒž›Ž Žœ ™›˜‹•¸–Žœ •Žœ ™•žœ ’’Œ’•Žœ Šž¡šžŽ•œ ž— ™œ¢Œ‘Š—Š•¢œŽ Žœ Œ˜—›˜—·ǰ •Š ™œ¢Œ‘˜œŽ Ž œž›˜ž •Š œŒ‘’£˜™‘›·—’Žǰ •Š ™Ž›ŸŽ›œ’˜—ǰ •Š ‘Š’—Žǰ •Š Žœ›žŒ’˜—ǰ •Š’— Ž—’Šž —˜žœ Š’ ŠŒŒ·Ž› Šž¡ ’–Ž—œ’˜—œ šž’ —˜žœ œ˜— •Žœ ™•žœ ·›Š—¸›Žœǰ ŒŽ••Žœ šž’ ’—Ž››˜Ž— ŒŽ šžŽ ™Žž ¹›Ž •Ȃ‘ž–Š—’· Ž— •Ȃ‘˜––Žǯ • •ȂŠ‹˜›Ž Ž— ›ŽŸ’œ’Š—ǰ Š™›¸œ ›Žžǰ •Ȃꞟ›Ž Ž Ž›Ž—Œ£’ǰ Ž—”¢œ· Š—œ •Ž —˜– Ž ›Žžǰ –Š’œ Šžœœ’ ŒŽ••Ž —˜œ Œ˜—Ž–™˜›Š’—œ DZ •Ȃ˜žŸŽ›ž›Ž œž› •ȂŽ¡›¹–Žǰ ŠŸŽŒ Š‘Š•’Ž Š•£–Š—ǰ Ž •ȂŠŸŠ—Œ·Ž œž› •Š œŒ‘’£˜™‘›·—’Žǰ ›¦ŒŽ ¥ ›Š—³˜’œ Ž››’Ž› ˜— —˜žœ ú–Žœ ™›˜Œ‘Žœ ˜žœ Žž¡ǯ
ś
ŠŒ’••Ž–Ž— Ž •ȂŠ•·›’·
˜ž› ™Ž—œŽ› •Ȃ’–™Ž—œŠ‹•Ž Ž— •Ȃ‘˜––Žǰ •Š’— Ž—’Šž Œ˜—Ÿ˜šžŽ Šžœœ’ ‹’Ž— Š’— žžœ’—ǰ •ŠžŽ• šžŽ Š•·›¢ ˜— •Ȃꞟ›Ž —ȂŠ ·· šžȂž—Ž Ž—Š’ŸŽ Ž ȍ œŽ Ž—’› ¥ ’œŠ—ŒŽ Ž •Š ‹·Š—ŒŽ ’—˜ž‹•’Š‹•Ž Ž ˜›’’—Š’›Ž Ȏǯ Žœ ™ŠŽœ œŠ’œ’œœŠ—Žœ œž› •Ž Ž “Š—œ·—’œ–Ž ›Š—³Š’œ Š——˜—ŒŽ— ·“¥ •Žœ ·—˜Œ’Žœ ž  œ’¸Œ•Ž Ž •Žž› •’Ž— ˜›Š—’œŠŽž›ǰ •Š ‘Š’—Ž Ž œ˜’ Ž Ž •Ȃ’—’–Žǯ ˜––Ž— œŽ Ž—’› ¥ •ȂŠ‹›’ Ž œ˜’Ȭ–¹–Ž ™˜ž› —Ž ™Šœ ¹›Ž Œ˜—›˜—· Šž¡ ™ž•œ’˜—œ Ž Žœ›žŒ’˜— šž’ —˜žœ ‘Š‹’Ž— Ž ¥ •Š ™Žž› Ž ŒŽ ·›Š—Ž› •˜· Šž Œêž› Ž —˜žœȬ–¹–Žœ ǵ –’•¢ ’Œ”’—œ˜— •ȂŽ¡™›’–Š’ Š’—œ’ DZ ȍ Ž ‹Š——’› Ž –˜’ǰ œ’ “ȂŠŸŠ’œ ŒŽ ˜—ǰ ’—Ÿ’—Œ’‹•Ž –Š ™•ŠŒŽ ¥ ˜ž Šž›Ž Œêž› Ȏǯ Ž ŒŽŽ ›Š“ŽŒ˜’›Ž ˜ù œȂŽ—›Ž–¹•Ž— Ž— ™Ž›–Š—Ž—ŒŽ ™›Š’šžŽ Š—Š•¢’šžŽ Ž ‘·˜›’œŠ’˜—ǰ ’• ·Ÿ˜’•Ž •Ž •’Ž— ž•’–Ž Ž—›Ž •ȂŠ•·Š˜’›Ž Œ˜—œ›žŒ’˜— ž œž“Ž Ž •Žœ ˜›Š—’œŠ’˜—œ ™œ¢Œ‘Š—Š•¢’šžŽœ ™Š›˜’œ Ž—·Žœ Ȃ·•’–’—Ž› •Ȃ·›Š—Ž› Ž •Ȃ‘··›˜¸—Žǰ Šž —˜– Ž •Š ™ž›Ž·ǯ Ž ’• ›˜žŽ Ž ŒŽ ™Š›Œ˜ž›œ Žœ •Š ›Ž–Š›šžŽ Ž ŠŒŠ—ǰ ȍ •Ȃ’—Œ˜—œŒ’Ž—ǰ ŒȂŽœ •Š ™˜•’’šžŽ Ȏ ǻŗŝ –Š’ ŗşŜŝǼǰ šž’ œ˜ž•’—Ž •Ȃ’—›’ŒŠ’˜— Žœ ’ŸŽ›œ Œ‘Š–™œǰ Šž ›’œšžŽ Ȃž—Ž ·œž‹“ŽŒ’ŸŠ’˜—ǰ Œ˜––Ž •ȂŽ¡™›’–Ž ŒŽ ŠŸŽž ȂŠ› ˜›’—ǰ Š—œ œ˜—ž˜Œ›’’šžŽ’—Š•Ž–Ž—ǰǰ Ž— ŗşśş DZ ȍ œ˜žœ •Š ™›Žœœ’˜— Ȃž— ·œ’› Ž Œ˜––ž—’Ž› Š—œ •Š •žŽ Œ˜œ–’šžŽǰ Ž ›’œšžŽ› •Ȃ·™›ŽžŸŽ Ž Ÿ’Ž Ž Ž –˜›ǰ “Ž ·Œ’Š’ šžŽǰ “žœšžŽ Š—œ •Š ›·›Žœœ’˜— ‹Š›‹Š›Ž ˜ù Ž••Ž ŠŸŠ’ ™ž’œ· œ˜— ·—Ž›’Žǰ •Ȃ ™˜›Š’ Ž— Ž••Ž •ȂŽœ™˜’› Ž •Ȃ‘ž–Š—’·ǯ Ȏ Š ·–Š›Œ‘Ž Ž¡’’‹•Ž Ž ˜žŽ ’—’Ÿ’žŠ’˜—ǰ ŒȂŽœ Ž œŽ œ·™Š›Ž› ž ›˜ž™Ž Ž Žœ ’·Š•’œŠ’˜—œ ž ›˜ž™Ž Œ˜––Ž •’Žž ž—’šžŽ ˜ù •Ȃ˜— —·˜Œ’Ž œ˜— ’Ž—’·ǯ Ž •’Ÿ›Ž Žœ ¥ •Š ‘ŠžŽž› Ž ŒŽ šžŽ •Š ™œ¢Œ‘Š—Š•¢œŽǰ œŽž•Žǰ ™Žž Š›˜—Ž› Ž ·Ÿ˜’•Ž› Ž •Ȃ‘ž–Š—’·ǯ •Š’— Ž—’Šž —˜žœ ŠŒŒ˜–™Š—Ž Š—œ •Ž ›ŽŠ› šžȂ’• ™˜›Ž œž› •ȂŽ¡™·›’Ž—ŒŽ Žœ •’–’Žœ Ž Ž •ȂŽ¡›¹–Ž ¥ •ŠšžŽ••Ž ’• Š Žž •Ž Œ˜ž›ŠŽ Ž œŽ –Žœž›Ž›ǯ ŠŒšžŽœ ·Š
6
—›˜žŒ’˜— Š ™œ¢Œ‘˜œŽ Š—œ •Ž ›Š—œŽ› Ž Š—œ •Š ’·
— ŗşŘŗǰ Š—œœ¢Œ‘˜•˜’Ž Žœ –ŠœœŽœ Ž Š—Š•¢œŽ ž –˜’ǰ›Žž Š——˜—ŒŽ šžŽ ȍ •Š ™œ¢Œ‘˜•˜’Ž ’—’Ÿ’žŽ••Ž Žœ Šžœœ’ǰ ȂŽ–‹•·Žǰ œ’–ž•Š—·–Ž—ǰ ™œ¢Œ‘˜•˜’Ž œ˜Œ’Š•Žǰ Ž— ŒŽ œŽ—œ ŗ ·•Š›’ –Š’œ ˜ž ¥ Š’ ˜—· Ȏ • ·—˜—ŒŽ ’Œ’ •Š —·ŒŽœœ’· Ž •ȂŠ•·›’· DZ •Ž œž“Ž Žœ œ›žŒž›· ™Š›ž—Ž ™Š› •Žœ Šž›Ž Šž›Žœǯ ›¦ŒŽ ¥ •Š ›Ž•Š’˜— ŠŸŽŒ ŒŽ••Ž šž’ǰ ™Š› œ˜— ·œ’›ǰ •ȂŠ Š’ Ÿ’Ÿ›Žǰ ›¦ŒŽ ¥ ŒŽž¡ šž’ ˜— ™›’œ œ˜’— Ž •ž’ Ž ¥ ˜žœ •Žœ Šž›Žœǰ ¥ ŒŽž¡ šž’ •ž’ ˜— ™Š›•· Ž •Ȃ˜— –’œ Š—œ •Ž ‹Š’— Ž •Š •Š—žŽǰ •Ȃ’—Œ˜—œŒ’Ž— Žœ ŠŸŽ—ž Šž ™Ž’ ‘ž–Š’—ǯ Ž ™›˜ŒŽœœžœ ž—’’Š— Ȃ’—œŒ›’™’˜— •ȂŠ Œ˜—œ›ž’ǯ —Ž ›Š—œ–’œœ’˜—ǰ Š’Ž Ž ›ŠŒŽœ Œ˜›™˜›Ž••Žœǰ Ž ŽŽœǰ Ž œ™·Œ’’Œ’·œ •Š—Š’¸›Žœǰ œȂŽœ ŽŽŒž·Žǯ Š •Š—žŽ ’—’–Žǰ šžŽ ŠŒšžŽœ ŠŒŠ— —˜––Ž •Š•Š•Š—žŽǰ›˜žŸŽ œŠ œ›žŒž›Ž Š—œ •Š œŽž•Ž •Š—žŽ ’Ž –ŠŽ›—Ž••Žǯ Ž œž“Ž Š ‹Žœ˜’— Ȃž— Šž›Ž Ž Žœ Šž›Žœǰ —˜— ™Šœ ™˜ž› ¢ ›˜žŸŽ› •ȂŠ–˜ž›ǰ –Š’œ ™Š› •Ž Š’ šžŽ •Š ™Š›˜•Ž Ž¡’Ž Šž –˜’—œ ›˜’œ ™Ž›œ˜——Žœǯ Ž Žœ™ŠŒŽ ’—’–Žǰ •Ž ™•žœ ’—·›’Žž› Ž— œ˜’ǰ Žœ •Š •’–’Ž Ž—›Ž •Ž —˜— œ¢–‹˜•’œ· ž ™Ž’’—Š—œǰ ȂŠŸŠ— •Ž •Š—ŠŽǰ Ž ŒŽ šž’ •ž’ Žœ ™›˜™›Žǰ ™›˜“Ž· ¥ •ȂŽ¡·›’Žž› ™˜ž› Œ˜––ž—’šžŽ› ŠŸŽŒ •Žœ šžŽ•šžŽœ Šž›Žœ Ž œ˜— Ž—Ÿ’›˜——Ž–Ž— œŠ‹•Žǯ •œ ˜— ’Ž›œ Ž •Ž ™›˜¸Ž— Ž
ŗŒ ǯ ›Žžǰœ¢Œ‘˜•˜’Ž Žœ –ŠœœŽœ Ž Š—Š•¢œŽ ž –˜’ǰŗşŘŗ ǰ ǯǯ  ǰ ǰ Š›’œǰ ŗşşŗǰ ™ǯ śǯ
ŝ