Partition Vol.2, Dictionnaire de musique, Rousseau, Jean-Jacques par Jean-Jacques Rousseau

-

Partitions
408 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Découvrez les partitions de la musique Dictionnaire de musique Vol. 2, Dictionaries, fruit du travail de Rousseau, Jean-Jacques. Partition de style de musique classique.
La partition offre plusieurs mouvements et est classifiée dans les genres écrits, Dictionaries, langue française
Découvrez de la même façon tout un choix de musique sur YouScribe, dans la rubrique Partitions de musique classique.
Edition: Amsterdam: M. M. Rey, 1772

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 56
Langue Français
Signaler un problème

*"^~x-4Mr*^0ira+<m*~ a? %*^^>««ljwhnps
m
:-...•
^^^r>2k:sTFORr"* <*'!*#,V
**> <***c*±
BookRéférence
NOTTÔBETAKEN7EIOM
liBruiRYMUSICBICTIOK^AIEJE
MFSIQUE
W s
3PA3t JoJ ."TLQ-V.s.smA
dwcerait. JllartianUtvsallendi mafcriem La.p
TOME M.
Ckez MARC MICHfIUJŒI^or
mdcclxxnj( EFERENCEiAW EADiNG
THE LJBRARYn
Référence Booï
NOTTOBETAJŒNfFROM
JtBriÂRYMUSti
v-1/DICTIONNAIRE
D E
MUSIQUE.
N.
Aturel. adj.X\| Ce mot en Mufiquè a plu»
ufieurs fens. i . Mufique naturelle eft celle que
Forme la voix humaine par JVlu-oppofition à ta
Fique artificielle qui s'exécute avec des Inftru-
Qmens. a eft Naturel, quand
. On dit qu'un Chant
ïl eft aifé, gracieux, facile : qu'une Har-doux,
monie eft Naturelle quand elle a peu de ren-
,
rve^femêns de DiïTonnances qu'elle eft pro-, ;
duite par les Cordes eftentielles & Naturelles du
W
Àjodç. . Naturel fe dit encore de tout Chant3
qui n'eft ni forcé ni baroque qui ne va ni trop
,
trop bas nihaut ni , trop vite ni trcp lentement,
la fignification4°. Enfin la plus commune de
eft la feule dontce mot , l'Abbé Broaard n'a
point parlé s'applique aux Ions ou Modes, dont
la Gammel^s Sons fe tirent de ordinaire fans
altération : de forte qu unaucune Mode Naturel
éft celui où l'on emploie ni Dièfe ni Bémol
Dans le fens exact il ny auroit cu'un feul J on
Naturel qui feroit celui d'ut ou de C Tiercé,
mais on étep.d lemajeure nom de Naturels à,
tous les Tons dont les Cordes eiienneiles n©
Tome XI. DiZ, 'de T. ILIfafi A% NET.
?
permettent qu cmportant ni Dièfes ni Bémols
,
tels fontla Clef ni de l'un ni de l'autre :n'arme
Modes mi-Modes majeurs deG & deF lesles ,
Voyez Clefs trans-neurs $A& de D &c., (
Transpositions.)posées Modes,,
Italiens notent toujours leur Récitatif auLes
Naturel les changemens de Tons étant fi fré-, y
quel-quens & les Modulations fi ferrées que de,
la un Mode,que manière qu'on armât Clef pour
n'épargneroit ni Dièfes ni Bémols pour leson
autres & Von fe jetteroit pour la fuite de la
, ,
tres-Modulation dans des confufions de fignes,
laemr-arrafïantes lorfque les Notes altérées à,
par un figne fe trouveroient parClef
figne contraire accidentellement. (Voyez Ré-!e
citatif. )
au Naturel c'eil folfier par les nomsSolfier ,
1"des Sens de Gamme ordinaire fansnaturels ,
égard au Ton où l'on eft. (Voyez Solfier. )
C'étoit dans la Mufique GrecqueNtTE./. /.
Corde ou la plus aiguë de chacunla quatrième
qui fuivoientTétracordes les deux pre-des trois
l'aigu.du grave àmiers
étoittroifieme Tétracorde conjointQuand lec'étoit le Synnéménon^avec le fécond,
Ncte-Syrméméncn.sappelloitfa Nete&
Tétracorde portoit le nom detroifiemeCe
étoitquand il disjoint ou féparéDiézeugménon
l'Intervalle d'unpar Ton & h Netêfécond ,du
Netc-Diéieugménon.appelloits'N £ U. 3
portant toujoursEnfin Je quatrième Tétracorde
fa Nete s'appeîloitte nom d'Hyperboléon aufli,
toujours Nete-Hyperboléon.
deux premiers Tétracordes, com-A l'égard des
toujours conjoints ils n'avoientme ils étoient ,
ni l'un ni l'autre : la quatrièmepoint de Nete
Corde du premier étant toujours la première du
fécond s'appelloit Hypate Méfon & la quatriè-, ,
me Corde du fécond formant le milieu du fy(te-
rne s'appelloit Mèfe.,
Nete dit Bclce quafi mate td infe*> efî ,y ,
Diagrammesrior car les Anciens dans leurs;
mettoient en haut les Sons graves, & en bas les
Sons aigus.
Sons aigus. VoyezNetcjïdes. ( Lepsis. )
Neume./. Terme de Plaint-Chant. La Neu~f.
me eft une efpece de courte récapitulation du
Chant d'un Mode, laquelle fe fait à la fin d'une
une fimpleAntienne par variété de Sons & fans
joindre aucunes paroles. Les Catholiques autori-y
fent cefingulier ufage fur un patTage de Saint Au-
guftin qui dit que ne pouvant trouver des pa-, ,
roles dignes de plaire à Dieu l'on fait bien de lut
v
adreffer des Chants confus de jubilation. » Car
Ȉ qui convient une telle jubilation fans paro-
» les fi n'eftce à l'Etre ineffable?, & com-
binent célébrer cet Etre ineffable lorfqu'on,
» ne peut ni fe taire ni, rien trouver dans fes
»tranfports qui les exprime, fi ce n'eft des
» Sons inartisulés » ?
A aNE U.4
Neuvième. de la Seconde. CetOctavef.f.
Intervalle porte le nom de Neuvième, parceqiri!
faut former neuf Sons confécutifs pour arriver
Diatoniquement d'un de fes deux termes à Tau-
tre. La Neuvième eit majeure ou mineure, com-
me la Seconde dont elle eit la Réplique. (Vo-
yez Seconde.)
fuppofition, qui s'appelleIl a un Accord pary
Accord de Neuvième pour le diftinguer de l'Ac-
,
cord de Seconde qui fe prépare, s'accompagne
,
& fe fauve différemment. L'Accord de Neuviè-
me eft formé par mis à la Baffe, uneun Son
Tierce au-deffous de l'Accord de Septième; ce
qui fait que la Septième elle-même fait Neuvième
fur ce nouveau Son. La Neuvième s'accompa-
gne par conféquent , de Tierce, de Quinte , &,
La quatrièmequelquefois de feptieme. Note du
celle furTon eit généralement laquelle cet Ac-
cord convient le mieux mais on la peut placer;
par-tout dans des entrelacemens Harmoniques.
La baffe doit toujours arriver en montant à la
qui NeuvièmeNote porte la Partie qui fait la;
Neuvième doit fyncoper & fauve cette Neuviè-,
me comme une Septième en defcendant Diatoni-
d'un Degré furquement l'oclave , fi la Baffe
en place ou fur larefte , Tierce fi la Baffe, des-
deTierce. (Voyez Accord,cend Supposition,
Syncope.)
Mode mineur l'Accord fenfible fur laEn Mé-
perd le nom d'Accord de Neuvièmefiante &