124 pages
Français

Partition Act II, Le Cid, Opéra en quatre actes et dix tableaux

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Travaillez les partitions de musique Le Cid Act II, opéras, par Massenet, Jules. La partition romantique célèbre dédiée aux instruments tels que:
  • Vocal soli et chœur mixte avec Orchestra2 sopranos
  • 2 ténors
  • 2 baritones
  • 4 basses (10 roles)
  • chorus2 flûtes (2 aussi piccolo)
  • 2 hautbois (2 aussi anglais cor)
  • 2 clarinettes
  • 2 bassons 4 cornes
  • 2 cornets
  • 2 trompettes
  • 3 trombones
  • tubatimpani
  • percussion
  • 2 harpes
  • corde orchestre

Cette partition offre une variété de mouvements: 4 Acts et est répertoriée dans les genres
  • opéras
  • Stage travaux
  • pour voix, chœur mixte, orchestre
  • partitions pour voix
  • partitions chœur mixte
  • partitions pour orchestre
  • pour voix et chœur avec orchestre
  • langue française
  • pour piano (arr)
  • pour 1 musicien
  • partitions pour piano
  • pour piano 4 mains (arr)
  • partitions pour piano 4 mains
  • pour 2 musiciens

Visualisez encore d'autres musique pour 2 clarinettes, tubatimpani, 2 cornets, Vocal soli et chœur mixte avec Orchestra2 sopranos, chorus2 flûtes (2 aussi piccolo), 2 ténors, 2 hautbois (2 aussi anglais cor), corde orchestre, 2 baritones, 2 bassons 4 cornes, 2 harpes, percussion, 3 trombones, 4 basses (10 roles), 2 trompettes sur YouScribe, dans la catégorie Partitions de musique romantique.
Rédacteur: First edition
Edition: Paris: G. Hartmann, n. d. (1885). Plate G. H. 1571.
Libbretiste: Adolphe d' Ennery (1811–1899)Édouard Blau (1836–1906)Louis Gallet (1835-1898)after Pierre Corneille (1606–1684)
Dédicace: A Mes chers Directeurs et amis E. Ritt & P. Gailhard

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 59
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

104
ÂCTK II.
TABLEAU. 3V TABLEAUZ'
Une i»iie à Bui*gos.
duLa nuit. Peti rie Inné. A droite le palais Comte.
LK COMTK DE CORMAS. DON DIEGIK.CHIMKNE, ROhUIGlK,
.SFIGNKIHS, PKIPLK.
modoré.fsombre) (J=t04)Très
^fefei
vi*
PIANO.
À^^ ^^
rr^
^ w ^^-^W mm
-^^
JŒL
'
^^ l j^f
lOô
^m ¥## ^^^^
^XE ^* f^S^
s'avanre IpnlementJ(RodRIOUK HODRIf.lt p
^S :fc5^
~
- —(Uni./ pp
^^J=£ i^^3
<>» ïŒ,
-?^r^i^¥P^
-» r^
^ £EË^t=«t rrrrr g= ^ é J * gS
co jus(|uosaii (oikI tlu cœui" HtDune _ li'inU' itniire'.vin' ainsi
f^ipi^ ^mJ i i j
^^
T =^ g^^rr3=t"Hr' ^=^
-(^
—H r
» »Si gi^^ H i!=jg £
:^I
bien mortel _ le, P;ir lirijiis.tc n.^iiciJi- d'iiiK' |««que jiis_f<'<|U('rt'l _
?=^î^m W=ï4#H^
4*
'9- ^^> 1 J *F^ ±=m 2En:^
-#.-o^ -o-"l
^//n.
./
'— £X r g-! ssr ïy=p FF
.!<* deviens lavie.li _ me, en e _ tant !e venijeiir!
^/m
^^W ^^«
^-ilA-^ i^^^i^^:^H
hj^=gt Ml^^ *-^i:rz:3
C M 1671,- .
.' moiiv' plus auini«'.(J=fi1
—^ ^
•^i^
/
lL_L -^
1 s^•^-^
tV5f
'E/f
HODHICI'K.
-^— ^» eii\>rj' -S-^
\
>^ 1 1'^P
ne, pei ne. piè-*Dieu, letrange pei _ l'étrange Si île
retenir.sann -^p J^^ ^é4^^#M=i=i=J
^—rn I J ^ ^5Î ±jê:
> .rnjjjj± l7 1 1^-^ ]j'
-o-# r p ^
: PI ^' P-f^p
Kuvoir I amour reeompen _ se !.. eel af.
(ihn.
il iai =Cf jj.
I3=^ ï ï ïbV ^*
i pTf f
(liotiloui'fuv I
retenant un peuEn
(Uni. /«//. jj
' y=^ j^j.TT ^ r ip^prpppj' ^fr
père d*' Chimèpère lolTeu se.... Et r()rfenseur,le ._ IVoiil mou est _
r7 é ^ ±^f,.^\f
:^:— ^^« tn—i iffF
f suivezp
t- ^
Î2=2 ^=î:m w
iva.
1«)7iC II107
H J. i'Jr j' j'fk^ \^ y=^ J'iif
i ^
II»' ! . . Il vaut mieux courir autre,pas Que(J=J38)rJ=
plus anime,ITmouv'
N ' * t fr-r-4+i f I h I h^ > g h
I b
^>* i >^M fr^^ ^
,/•
e^Pi^ 'j^^ j j j j jP
^5^
R. ^^^ FF=T ^^
per_ (iredeux fois cel le qui m'est si chè re! Jal.
k l\>i j'
» «S i\\ rf ta 2EH f J
V
^^ ^^ ï^ 5W
• • # ,_a
^ >—
w r r r
r r ^r'' r
tire en me vengeant sa haine et sa co _ _le re, Jat.
IJ:: ^J~^.h-"^-Ul #^
-4 ^
ir-1» =^ ^ ^ t \>^ f f^ << é d d I
I ^^^
_ re son me. pris nemeven^'eanl pas! Touf redouhie_ ti en ma
J ^5i^if''JJ J ^^J ^ ^ =5
(iim
M y
i1 J J ^J -• 3
(; H 1571,^ .
108
f
^ f'rfr^^^^a ^^
^'
- V
I \;m ^
- 'i<'! Kl _ le j^ran _ dit a la vouloir giu'- ne, ma (X'i -p(M
Ï^^F^ ^^^3->iI^M^1=FP
^3 ^\s fflH j-fu i ÈJ-j^j j
^^ • ;i;J
.En relomiiit un |><'u.
* ^
-if— ^^
ànie,et(jiiisqu'iiraiitmom-ir.Allons, mon. nr!...
1~ iz:— rB> ^^
-Ir^^i-^ ^i
^
=3221=11g
SE ^rfffl't^
(il veut s'éloi^er)^^ ^P
noser Chimè !Mouronsdumoinssans offen _
I.' iiioiix' plus aiiime.(J=144) J=.
P'-'l*M.
rPTPnanl( sur ses pas) J
zz:
Non!
Jeeé;^Ei
IliiJKZZE ^m w
/>
1
ïè^^^fe^fe^
}î*
r. . rj. )S7i^
109
-^ ^——tf^#-#— tee=^ ^' zl' l' i:a ^
Jedoistout à mon pcrc a.v;inl<|uVunamaî des_ se,
^-^^
à: M^ if4iJM i
1 ^^ "^^ -t^^^f^ w
W^

•P f^ ^i P ^m
Que je meure au com-bai 011 meii 1»'_ (le
(lih:
a i:
3 j <3^=^^^*=s=S vv ^1^ V ^ ^^ ^ ^
i1 iu : i ^
p
"^
f
i^ i^i> ^^ ^
les. se Je l'en _ (frai mon sanj;^
nni[>*
t^. ^ iûim
« « a
^i î g^M ;i^ Hr «^^m
f
a*J JJ ^^
I
r,. Il (',71.^ . .
110
ZiL
^3E^y' r rV: rr
qiiiiiipor io ma pel ne, ma peiÂh!
'
^ » .i i S. i\^Î 1 > > j j j1
^^^^ 1=3:s i=^3~T Iî»
>' *
! liiy or . r
/^^ F=^M. j; ^I
tio|) de' _ d'avoir tant balan _ ce!.no! C'est jà
dim
^-95 ^ ^ ^ ^?*
:P
5:
^ « «'
^i^i
./
4.— ff=^^ EÉiz: ^ E
sejour.d'hui mon père est l'ol'f'enPu IS quau
En retenant.
ra Égg^ 5^
Vè ^
/
./
#^
IZ
Me ^
/^'"s ''''<^-— c/vsf_ > x^-Tî^-^ /C\ Très animé.
//• -
i.
ifE^
?=It. " '
1^"''^^i^ 1 pr^
ti=J^ r r
.1ml'offenseur le pè.re de ChimèEt
Très anime. (W=lfiO)J.,«a/is rigueur.
/ou ^t
=^=3F
' î
: j,-^j ^
irXf
r\ ^
^!^m^t^ w ^m
ppd
r H f571.111
H^^^
fiM-mo pI très déride')RODHIfîl F..(tiè>;
-S- E =S=^e^
deuxmots.A moi, Comte,
ft» fe^
J»^P^ ^"^J- f
î*
!tf^^^i
ii^^
mouv1 et très décide'Avec du
f /O
i^w m^www^
moi d'un doute0_te
COMTE.LE
^
^)- - ^r
rdécidé.(J-l++)niouvl et trèsParle Avec du
"M^-*- p
I
/
'.^\SE
RODRlfiUE.
i5
' 1'
I ^
I
1 1 I T^
Diè . j,Mje?Con.nais-tubieiiDon
ê
(;.ii. ifi7i,112
COMTI': HODRIGl KLE
-# •-—*- i'f^
1m ^sm
Parlons has; ëcou _ le Saiais-Oui. _
(sans retenir) ^
-zÊli 3C^^^^^
i
i>
j^
T? -
y= î^^ ^^1 *^
i?- r^
LE COMTE
rfif
W * '^ ^1 ih ai tf
\>
i y
[7 w
Lésais . tu?... _Peiit - è.tre!...l,-U)ce etriionneiM'deson tenips?_
^^^ ^f^P ^^
.r
^: ^§S ^ ^ -^r^-1^
(sombre)HODHICI E
«5
gg i-J'i'i'iJ. Ji^
que dans les veux je por _ le.Celte ar _ deur
y* b ^ _^FS ^^ ^^ j^S=
soiitrint./>
J=--^ 33;. j _i_^m^ ^
-# -»
î>
( H l^i?!.-
lis
^ ±=^
s^. jn }} 1^ X^ ¥
cdcur el son»le lai prise en son San"; est le mien!
i. i * j.. j« >^ i ^^^f'.
T^
^zinp iX^ -^ -O-^
îsl
!_JS TT
LE COMTE.
tl
t=ttff
^^ M r^
r r
Coni _ te, le sais-tu bien?... —Quem ini _ por. te!
cresc. _ a
!^ i©fi: S5e
î* g â5?I «^f
r.^^^ feij; ^ ^J>*» ,1-r-^ -o- «^
TT. TT
RODRIGUE.
i5w-^
I^ i^ ^
' ^ ^FrM r r^ ^ r
A quatre pas d'i .ci je te le fais sa. voir
^^^ liUU
fV
il^^s;
I 'ly •^t' ^Lili.'
JT^
I.E COMTE
RODRUa K,
i S^r^^^:.;.T ^
eu nepre'sotnplii _ eux ! _l'ar le sans
( «'inou.
''
n.^i r .^i à —'»» -^>r-j^ ^^S
É^Ém^
î«te
J'^^ ^^^^^^^ r ^v^;^T
,, . r r^j^^r- ^
en. 1571,— —
ll'f
(très feiint' et fièreineiif)
I. i* «PK
I r fTn' r
Je suis jeune, ilvoir!.., est vrui.
4M «z±^é ^ *=^ i \ni Ki^^
dim.très
rythme.
J'y
i&
'
iiH^^^ T ^r i£'''V'^n^ ^^
mes es_ Lamais aux à - bien ne' _ valeur n'attend
Eri animant peu k peu
(sans rigueur) ^
I.K COMTE.
f'
o- ^=^^'^^^
• i'4'^ M'f F
|
es' _Telenombre (les an _ ne'pas ^
En animant peu.peu a
4^ R-^—II
-^? ^m^ J=«^^^
-¥-ê-9-ëV^ f
suivez.J/^ / _ _
^=à^sg^ 3^- 1^^
-^f ^ ^^^n^^
1^«*^f^
HODlilClE. f

ï^ -
^Mr M r
raire unJ'at - taque en te . me _
(' tit' ^ ^"y^fi
- à Va !me su _ rer moi!
--.su.
i=i=J=J m^—'*- 3^!(*—»J w
L Smm mV
(;. H. 1571
,
115
-obras toujours vainqueur ! .
XI
i
tremblerais pour toi !.
}••(
^m
"[j'tif
vaillance.)(avec
'^'^jl
H.
y 1^^ f:E .^ Fnr P? P
Oui, tout au _ tïTCjuo moi Pourrait treniblord'cf. tVoi
! .lai
5^
Te me_su_rer
Un peu reteuu. (J=120)
S^ ^'"p ^ :p p ^^
ta .que en te _ me _ rai _ re Un bras toujours vairujueur
P 9
ê\^(;.=z^ ^ [^^^ y
U)OI Jcficmblei-ais pour
(.11. 1571.