Partition Complete Book, Traité de contrepoint et de fugue, Dubois, Théodore
326 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Partition Complete Book, Traité de contrepoint et de fugue, Dubois, Théodore

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
326 pages
Français

Description

Pratiquez la partition de morceau Traité de contrepoint et de fugue Complete Book, Music théorie, fruit du travail de Dubois, Théodore. Partition de style de musique romantique.
La partition enchaine plusieurs mouvements et l'on retrouve ce genre de musique répertoriée dans les genres écrits, Music théorie, langue française
Travaillez encore tout une collection de musique sur YouScribe, dans la catégorie Partitions de musique romantique.
Edition: Paris: Heugel, 1901.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 134
Langue Français
Poids de l'ouvrage 22 Mo

Exrait

5
IRONTO
76
1
TO
OF
07206
UNIVERSITY
761
IC=—co
.'^O .fHB'\éM
^Ss.,!-%"-ï^-^•k
^ii#e^'^.^?' :^C'r !:atev#.''y-^'c-"^y:jK,Ni*- -WWat TA'STJ

LM\i;iisiTv OF OHONTO
lS^
Vy
l'nsctiirci t< the
Ei)\\ AHi) Johnson- M l'SIC ijllHMlV
Dr . Arriola M. V.'alterDigitized by the Internet Archive
in 2010 with funding from
University of Ottawa
http://www.archive.org/details/traitdeconterpOOduboTRAITÉ
DE
CONTREPOINT ET DE FUGUE
—PARTIE.r-^ CONTREPOINT SIMPLE
— IMITATIONST PARTIE.
3= —PARTIE. Double, Triple cl Ouadruple.
4"= —PARTIE. FUGUE
PAR
THÉODORE DUBOIS
Membre de l'Institut
Directeur du Conservatoire
:PRIX NET 25 FRANCS
PARIS
lis Vivienne, HEUGEL & C"AU MÉNESTREL, 2 Rue
Tous droits de reproduction et de traduction réserves en tous pays
la la Norvège.V compris le Danemark, Suède et
Copyright by HEUGEL et C'*, iqoi.T)^
OF TORONTOH
JOHNSOND
>» laDASVTABLE DES MATIÉEES
rages.
ISTRODUCTION \1
PREMIÈRE PARTIE
CONTREPOINT SIMPLE
Rôgles et Instructions générales sappliquant à toutes les espèces de Contrepoint 3
CONTREPOINT A 2 PARTIES
Première note contre noteespèce, 9
Deuxième deux notes contre une 11
Troisième espèce, quatre notes contre une 13
Quatrième syncopes lo
Cinquième espèce, Contrepoint fleuri 19
CONTREPOINT A 3 PARTIES
Première espèce, note contre note 22
deux uneDeuxième notes contre 25
Troisième espèce, quatre notes contre une 27
Mélange des rondes, blanches et noires 30
33Quatrième espèce, syncopes
Mélange des rondes, blanches et syncopes 36 des noires et 38
fleuri 40Cinquième espèce. Contrepoint
43Mélanges
CONTREPOINT A 4 PARTIES
44Première espèce, note contre note
Deuxième deux notes contre une 4o
quatre notes contre une 48Troisième espèce,
50Quatrième syncopes
53Midauges
dans une. deux et trois parties 55Cinquième espèce, fleuri
58Mélanges
A 5 PARTIESCONTREPOINT
59fleuriNote contre note et A 6 PARTIES
fi'Note contre note et fleuri
A 7 ET 8 PARTIESCONTREPOINT
6iNote contre note et fleuri
thèmes Chants donnés 68a choisir pour les desRemarque sur les valeurs choisies et
ET A CHŒURS 69FLEURI A 8 PARTIES 2CONTREPOINTDEUXIÈME PARTIE
IMITATIONS
Pages.
1° Imitation par mouvement semblable, à 2 parties , . . . 73
2" par contraire, à 2 "G
'73° Imitation par mouvement contraire rétrograde, à 2 parties
4» par augmentation 78
5° diminutionImitation par 71*
6° par contretemps 79
7° Imitation interrompue 79
8' périodique 80
9° Imitation canonique 80
IMITATIONS A PLUS DE DEUX PARTIES
1° deux imitation sur un ChantA trois parties, dont en donné 81
2" A trois avec imitation canonique dans les 3 parties 83
3° quatre parties, dont deux en imitation et une ad libitum sur 83A un Chant donné
4° A dont trois en sur un Chant donné 84
5° A quatre parties, avec imitation canonique dans les 4 parties 84
6° A o, 6, 7 et 8 parties 8o
Remarque sur l'emploi du genre chromatique 88
TROISIÈME PARTIE
CONTREPOINT DOUBLE, TRIPLE ET QUADRUPLE
Contrepoint double à l'octave 89 à la neuvième 92
Contrepoint double à la dixième 93
93 à la onzième
Contrepoint double à la douzième 94 la treizième. 95à
Cantrepoint double à la quatorzième 95
Contrepoint double la 96à quinzième triple et quadruple à l'octave 97
Autre manière de pratiquer le contrepoint triple quadi'uple à l'octave 101et
102Contrepoint triple et quadruple à la dixième triple et à la douzième 104
105RemarquesQUATRIÈME PARTIE
FUGUE
Pages.
Aperçu général. ,.,....,. 109
Remarques diverses; harmonie usitée 111
Plan général d'une Fugue à 4 parties 111
Le Sujet 113
Ia Réponse 114
Le Contre-sujet.
. . . , 123
La Coda 129
EXPOSITION
Expositions à deux parties 131 à trois 133
Expositions à quatre parties 13o
LE DIVERTISSEMENT OU ÉPISODE
Divertissements à deux parties 14 i à trois 149 a quatre parties loO
Modifications que peut nécessiter le changement de mode dans certains sujets 15o
LE STRETTO ET LA PÉDALE
Stretto et Pédale 158 deuxâ parties 1G9
Stretto à trois 170
Strettos à quatre parties 172
Le Nouveau Sujet 184
Les parties libres 189
La Pédale supérieure et intérieure 18!)
Conclusion 190
Remarque sur la Fugue à 2 et à 3 parties 190
Fugue à deux voix 190 à trois voix 193
Fugues à quatre voix 196
Fugue à cinq voix 224 à six voix 230
Fugue à sept voix 235
Fugue à huit voix ; , 241
1"'Fugues d'élèves ayaut remporté le prix au Conservatoire de Paris 249
Thèmes ou chants donnés pour servir aux exercices de Contrepoint 280
SUJETS DE FUGUE
Sujets donnés aux concours du Conservatoire 290
"îujets aux d'essai pour le Grand Prix de Rome 296
Sujets composés par l'auteur de cet ouvrage 302
Sujets divers 303FUGUETRAITÉ DE CONTREPOINT ET DE
INTRODUCTION
Traité de Contrepoint et de Fugue; je le croyais moi-peul paraître superflu de pul)lier unIl
démontré le contraire. En effet, les ouvragesmême avant que l'expérience du professorat ne m'eût
déconcerter l'élève, autant à c;iuseexistants sur la matière sont souvent de nature à décourager et
sont fréquemment en contra-sécheresse pédagogique des règles que parce que les exemplesde la
sur les belles et saines tradi-avec le texte. J'ai donc pensé qu'un ouvrage qui s'appuieraitdiction
admirer, les prendre pourchorales des maîtres du passé, qui apprendrait à l'élève à les àtions
plus en rapport avec l'art de notreen le dirigeant en même temps dans une voiemodèles, tout
rendre des services. C'est danspeut-être quelque chance d'être bien accueilli et deépoque, aurait
publie ce livre.ce dessein que je
sévère, d'assouplir la maindes études du Contrepoint est de familiariser avec le styleLe but
rigoureusede l'écriture, de préparer insensiblement à la pratique de la Fugueà toutes les formes
de toute belle composition.et libre, type architectural
remarque sirapidement sur les inutilités, j'allais dire sur les puérilités, qu'onJe passerai
formes d'imitations,ce genre, lorsqu'il s'agit par exemple de certainessouvent dans les ouvrages de
l'audition, et quicontrepoints renversables dont on ne peut supporterou de certaines espèces de
le sentiment musical qu'à le développer.sont plutôt de nature à faire perdre
lesl'oreille est totalement étrangère. JeL'œil seul a quelque intérêt à ces combinaisons; y
montrerai donc sans m'y appesantir.
auditif est déhcat, n'applique ces j)rocédés scientifiquesmusicien bien doué, dont le sensUn
rapport avec le Sujet qu'il traite.composition que si l'effet en est saisissable et ende
toutes ses formes, sous ses multiples aspects,Je veux en un mot que le Contrepoint, dans
combinaisons de notes. Je sortiraireste toujours de la musique, et non point seulement dessoit et
auteurs au profit de la beauté mélo-parfois la sévérité excessive des règles de certainspeut-être de
disposition de l'ensemble.simplicité des différentes parties et de la belledique, de la
desl'étude du Contrepoint est la meilleurepas en tous cas perdre de vue queIl ne faut
maîtrise de son art. Aucune étude negijmnasliques jeune musicien qui veut arriver à lapour un
pas difficile de reconnaître les auteursau poir)t de vue pratique, et il n'estpeut remplacer celle-là
leurs œuvres en témoigne suffisam-moelle substantielle. La lecture doqui se sont nourris de cette
ment et indéniablement.
d'harmonie doit écrire le Contre-l'élève fait de bonnes et sérieuses étudesDu reste, qui a
manière de réaliser ne sontdivergences qui peuvent exister dans lapoint avec facilité, puisque les
d'employer telles ou tellesl'obligation où l'on estque le résultat de la variété des espèces et de
valeurs ou tels ou tels accords.Je m'efforcerai d'être aussi court,, aussi simple et aussi clair que possihle j'indiqueraiet ie
Lravail faire avec des exemplesà à l'appui. Mais afin de ne pas grossir démesurément ce volume, je
ne donnerai pas toujours des exemples toutesde les combinaisons. Ainsi, s'il s'agit de trouver trois
ou quatre contrepoints différents sur un même chant donné placé à la même partie, un seul
exemple suffira souvent pour éclairer l'élève sur la manière de les traiter.
Il m'a paru utile de ne pas suivre pour les études de Contrepoint le système g(;néralement
adopté en Allemagne, iloù est difficile d'établir une démarcation précise entre ces études et celles
d'harmonie supérieure.
En effet, en Allemagne, les études d'harmonie proprement dites sont toujours élémentaires,
c'est-à-dire basées sur la simple connaissance des accords et de leurs enchaînements à l\Hat plaqué;
eUes sont complétées ensuite par celles du Contrepoint. Tandis qu'en t>ance, nous poussons l'étude
de l'harmonie très loin et nous en faisons pour ainsi dire Contrepointdu moderne. De là, l'aspect
d'apparente sévérité donnée au présent Traité, sévérité qui n'est adoptée en réalité que pour
permettre aux élèves d'acquérir une souplesse absolue dans toutes les formes de l'écriture musicale.
J'ai la persuasion que celui qui aura fait des études d'harmonie et de Contrepoint dans cet
ordre d'idées ne sera arrêté par aucune difficulté matérielle dans la manifestation de sa pensée.
C'est là le point essentiel et le but final que doivent viser professeurs et élèves.
Quant la Fugue, je tâcherai d'en expliquer leà mécanisme et la belle ordonnance de manière
à permettre à l'élève de la pratiquer sous les formes diverses qu'elle peut revêtir.
Pour finir, je tiens à reproduire ici une Remarque du traité d'harmonie Bichter,de F. dont le
sens peut être également appliqué à Tétude du Contrepoint; cette remanjue me paraît fort sage et
d'un esprit judicieux, la voici :
« Il est difficile de fixer l'élève les limites exactes du styleà sévère, car tous les théoriciens
» sont loin d'être d'accord sur l'ensemble des règles qu'on appelle ainsi. Beaucoup d'entre eux,
» surtout parmi les modernes, sont arrivés à laisser de côté les préceptes les plus essentiels, et à ne
)) plus enseigner l'harmonie qu'au hasard et selon ce que des essais prématurés de composition
» exigent.
cette condescendance» Nous n'avons pas lieu de croire que envers une impatience juvénile
» est justifiable, il est vrai, par lapuisse donner de bons résultats; elle tendance à créer trop tôt qui
organisations créatrices; mais, cependant, nous pensons que le travailK est le propre des patient et
» l'élève dans le droit chemin.réOéchi peut seul mener
» ceux qui suivront le plan de cet ouvrage faire leurs études sérieusementPuissent
;
» convaincus que ce qui leur sera défendu n'entravera en rien leur liberté danspuissent-ils être
» productions futures. Au contraire, ils se seront tellement identifiés avec les principes quileurs
avec» la base de l'art, que leurs facultés naturelles se développeront plus de vigueur. Avec lessont
sages entraves des fantaisies déréglées qui,» commençants, le travail du maître consiste à mettre de à
Ajoutons encore que les élèves ne peuvent» souvent, ne sont qu'une preuve de faiblesse d'esprit.
meilleurs auteurs, pour faire, eux mêmes, usagen s'autoriser des exceptions qu'ils trouvent chez les
voulussent faire de véritables compositions là où» de ces exceptions; il serait inutile, aussi, qu'ils
» leçons d'école. »il a lieu seulement à bien traiter desy
sans remercier mon élève et ami Georges CaussadeJe ne veux pas terminer cette Introduction
qu'il m'a prêtée dans l'accomplissement de ce long etde la collaboration dévouée, intelligente,
sûreté de main, son goût musical m'ont aidé précieu-important travail son esprit méthodique, sa
;
Qu'il permette luiclair et aussi utile que possible. me de ensement à rendre cet ouvrage aussi
témoigner gratitude.mon affectueuser: PAi\TiE.
CONTREPOINT SIMPLE.
Kèi^'lcs i^t Instr'uetions genéi-ales
espècess'appliquant à toutes les de Contrepoint,
cduijibl (l'Iiiirntdiiif.ili- <|(ii mhiI >iii\r<', I'oK'M' doil inoir l'.til un Coursl'uni- 1,1 ('(iiiiiHi'hiMi-idii
r.'i;!._.li|i' >ii|i|Hi-c ,l(iiir >'ii c-'ll., xictir.' cl Ii.iImIi' (I.miis Tari (rrcricc.iii->tniit <|i''i,i
soiin siiiniltjiMi'mt'iil :n l'f ccdi' difIti' i|nc rii.iniiiinic II' {'.mit n- ftouil c-l r.-iit «le ((iiiiliiinT 1,'n ,iiii'iiM' ,
Ir- ^| (-(1111 |miti' Inllti'S li'>> lllmlll l;i t Mill- 1 rlll|)l(il ilr loil-^ li'sCriilir.' c|(li> i" h.llllKillii' •-',l|)[lli(|lli' a |iMI~ V li'^ , ,
«•>! (|iJf leIr-, ipi'il |Mi>-.ililc (.riina^nruT, laiidis Cdiitrcixiiiil a un chamii;ii(unis, lie tdiis arliiicfs inn>lc,iii\
-ch \y<-- niiMi|iriMisi'>, sont rc|irMilanl II-r\|]liii;ill(Mi |ii',inr(Mi|) [lin- it,-I ii'iiil , (|ni' «•(irnliinaisnn-. , liii''n (|mi'il
(|nr j.' ilil d.ins riiitrodncl ioii,d"i_Mnlir-.,cl (jnr *«- ic'';;li- -i,nt |ilii-. i i^min ii-i^ . Il a |)uiir ujiii'l . aMi>.i l'ai
dunniT le ^iMiliniciit dn do^in i'd(''};anl l't de lanilirr l'idcM' an -t\li' -m'mTc des .inriiii^ runi|iii-il('ni's, de hii
|)arlif duil tiinjoni-s ciin-.TNcr vi^-ii m- cic~ anlii--- |)aiin'->,|)ar con.t'.iinir nn'do<ii(]ih' iiidi''|u'inj;uilc (|iii' cli.nin.'
ili' "on ,ii I en le «inidniNantluain dr niannrr ;i Ir irndif ni.Mli'i- ali-<<)lii dan> la li'(hiii(|ni"-(iinrfil (ra->,(iii|ilir >a
inn-icirn.Inil final de-, l'-lndi'^ cla^siqm^ de lont jcinic)n'ii a |>in a l,i |ir,ili<|iic de la Kniinr,
-dmI Iharmnnii- an (iunji cjxiinl je ne ronsi^riccai.Il' ia|i|ii>lliial |i;> tnidfs lf> ri'i;lr> .jiii <(pnnnniic-< ;i cl ;ne
cclli'^ ipii *<• ra|i|)nilcnt -|)ccialcnicnt ait < i<intrc|)i>inl .ici (]n<' li'^ |iln> ini|M)rtanlcs on
uccord jni/«.,leiir l'''>v/(_soiil: /V/rco»Y/ jiinJUit indj.,! /itirfaitUSITÉS. r_l.cx -cuU accord- .-niidovcsACCORDS
" :,' di' ?''i-ff/c dimiinit^i-,t(iu>i d-s (ticords/ i'-iiv>-rsemriit c/e l'accordr.-(S('j/(»'iif,ainsi (|ih' le

":>'
, i|naiid il jirodnil niic 'jnslc avec la l)asv(.),(U'i't' pi-i'itardliniiHli'Kia rriivi'rsrtiii'iitsi^:\n( le
7"* .">m de cet 'in_i]ni' rcrtainc- c>|ic(\'>< d>' ccnf'crnicnt '' diminiu'c, la riMulitcrrs(diitioii .—(Uu'ii
7', saii>, incon\éiucnl)lerxallc l'Linl (orri;:i'e par l;i on pourra l'eniiiloxer .
' '
'(VIOUVEYENTS
' .';i\i' :> ,dc ','''ji(sli-,MELODIQUES. •J"_ l.cs inonvonieiits inélodiqncN i''^' iiiiii.,t\i- »/if//. , de -T' o/mi .. de "i/k//
."")'
le^ ^'' J/io;/. >cnlenienl :i 7 cl s |)artifs.de /u^^^ de l>''' iniii .vl d's" >onl -enU n-ilé> I.a
GENRE
;> ^eiu'c cludni.iti(|ne e-| toni dn eonlripoinl ri-oiircn\.CHROIKIATIQUE. _l,e ;i (ait firnxci-it
»'TRITON. d''(/ii'' di'sV _ l.a laii-^e relation <le trihoi n'c-l à f'rili'r <\ur rlaiis l'i'ii</iiinii-nii'iif du ''iiii
di'iij iti()il<s,si el|i' ,L lien iiilre |e-< (|en\ jiaiiie- e\lrènie>,la -cii-ilde nionlani ,à l;i (oniqne à la
d,'j\„Ai,.
Il yy-rwis.
partie di'Miperienrc. AA •• aiN-i d,nis \'i'itili(iùu'itii'nl du V (tu .'i'et^R> R^^ J ) | |
ilii niodi- */((//'. les par'tu's extrêmes: A.V:un' ,éj;aleiiient dans deux ^^^^ o
On doit re>|e (|iic|i]iie> ronditions rjne re enchiiiiienieiit diAn >'al)-,lciiir île ]iralii|ner,daiis M)it ,1
•- dcn\ ileriiicr- arcui'd--.
'.'1,1 II. >,./ .1 ( lU'ji.C'." C:r'in.,l>lll.N 20404..'^1 iloiicfiirbatili'iiHMlt ^ii;\:inl |ii';it icaMr, Miitniil si lal.
'^•' =§:M'iisihlr il l(iiiii|iii';iiKinlf la
W=wi;iis (lUiK'M'a l'vikT coiiijilMfuit'iil le rftcjui' sur le [)ri'iiiii'f accnr'ii; /;.V: 'TJ, . _
.11' il(ii> sij;iKilrr (|iic,ilaii^ le- (riiM'cs «le I Eiuili' Viilcsl rhii<'ii)ii'\i\n rnicontn' tYrriuriniMciil ccKi'
fausse l'clatiiin ilaii- l>"^ parlirs cxlrèincs ._ I,i' caractèic |)arliiiitièri'iiu'iil si^îtc i'I ;i li^nrs pai'
1111 i\v rcltc cctti' iiiaiiiÎTi' ('Ci'in'.t'oi-^ peu l'iuli's (lc> iiilMa;:.»''- cniKHic cxplKiiU' d Kirii aLljiillid lliil
ilc^ (''IikJi's ici ordre d idi'i's.m- jii>-lit'u'rait (jd'uii fit
daii'^
/;v.^^
NOTES
ETRANGERES. r._l.,'-. iintr- <{,- |ia->a^i' et !.> broderies >oiit les seuis oi-iie)iieiits iivit,'^ ijaus ti- (;oiilre|)oiiil .
.")''"
(>"_ Le-. et S^'" eoiisiwnt i\e-. sont , eoiiiiiie eii harnioiiie, toujours (li'/i'itihn'^ .^n\[ par iiioiixeinriitCONSECUTIVES.
seinlilahie , contraire.-.oit jKir iiioii\eiiienl
<'e ."> "et S^'" une ou plii^ienr^ n"le> ,des rè|:le^Kii qui roiiceriii' le-- e(tiiM''<'iilive^ -l'iiarees par
e-pèce.spi'ciale^ -.l'ont données pour ehaijlle
(In le (l'iisrnu'iil mlri' des ro(j,' f/c ///i'//((' i/r//«/'(', limpre-.'-ion di'évitera de donner, par
deux (llllllle- on de dei|\ oefaSe-^.
i:.\.
dette d'eerire -era loli'ii-r pin-- de 'i partie*, ni.ii- itau diiiis /es deiKf l'jlrrnu'Smanière 'i
Il 1(1 ./ois,
I
s^'.-,''-. /-s /unii>'s e.c^/'.'uir.s ._ Kntie les par.DIRECTES. 7'_Le-, ! S"-direete-. ne suiil juni'iis ijrniiisi's mh''
>ni\ie (jin' paiir iiiidnii' •^aiû daii- les espielies iiiteriiit'diaires, on doit le-. nn')iii's n'-jil''s l'Ini ,
ee> trè". difficile-., qiielipies licence- pari.' en temps oji|iortiin) .oii -oui loiéri'o. (Il en sera
cl" 20io+.H. n—
|);iii> lis (iii\rcs <li' Kcnln l'.ilfsti'inii'iiin'adiiiii'.thli's 1' doiil un\\> |i;m1()iis |iIu> haiil ,iiii ri'iuiinlrc
|ir(irc'<1<'s d'c-critiii-i- (|iii jdiitiMil ;i l'i'ITt'l »(ci'rt.iin- n'a ficri i^i'in-i-al irm-citiblt' qu'un |Miiiirail
atijoiinl'hni "a hoii droit cuiisidi'irr (((iriim' dr> ii('^lij;fnccs; (elles sunt ft-rlaincs ri''"et S*'"" dont
dt'svoici «<|)('Tinn"ns:
m ^
^"f^^Hfr
r
4 -F» **J ^^m ^^
:Î!sï: SS uJrjTTT
r
nm
:^
^^=4] ^i^=^^^
(en^l.'éK'Ne doit les coniiaîl If , afin de n'èlre pas sin|Mis à la lednie de ce-; ^rand.'s el helles
Mes lin |ias^|., san.s |)()ni- eela se cruiie oiili^e de les |iiMli(|ner Ini nn'ine , </ inniiis ifii'il iif n-iiill,'
(l'IM/e li'illlilillidil .f'illl''
les ctianet'nn'iils de on del'l de ai'coiil ne delinisenl pasN.|{. Cmnnii' en harmonie, iiusilioii 1
les tantes de T.'' ^ iiU li'S^";
i
! I 'i
1 ^^— r^ 'i ! I é d é J I =V FTr- \ j
de i|'S"-,|es tantes n'e\is|enl |illMais si iiii acrol-d etian;;ei' si'.paie les iaji|i(ilts r>''^el
'
J^ JTi I J
' ±.M r> è
it
«( -icti'ii.II. c'yle (^uitr.'jioint soiil ci'llcs (titx hiits it'lutifs.K '_ Les -m'hI,'-, iii(i<lMl;ilions usitt'cs d.iii^MODULATIONS.
ddiihic cIkoih- •( S jtai'tioMarches il" harriniiiic jiis<jn'aii (vOiilit'iiolnl ii àMARCHES. 9"_()n doit l'vitt'r K's
t'xclllsivcilli'lll .
«laiis t^^,>itlll•.' luuinai.' de \(.i\!.•• /jfid l't ri' //vni.-^/Jos»'', afin de icsli-r la iaTRANSPOSITION. In'_ iliaii!
doniiiddlit on -r -mmI .
|)ar<'oiirii' ((cîidut' II''.<loniii'ji(ii!it ne doll pas.aiilaiil iiiii- |iossil)lf, une ih'ixissditi luÉtendue. ir'_ l.f
CONTOURS
|)ro_s'offorccr d-' rrridrc If (;(iiili-i'|)oiii( aii>si iiK'Iodnjiic <|iii> possible. A cfl cfli'l.oiiMÉLODIQUES, l'i' _(>ii dnil
cmijoiittsle [loiirra j)iir (li'ijn's .oî'drra aillant iju'"!!
J.i's iiiti'r\alli'> de 7'' on df \i'',fit (Irn.r ittonri'int^iils (lisjoiiils dan-- ime iiièin'' diii'ctioii,doi_
xni-(iMit rw vairnis coiirlrs , tcllrs (un' Manclifs et nuiic^;\fiif l'trc proscrits,
A-v.- È?jfa^ H^H-T7-p
•s icile-,II- [x'iiMMit l'in' admis (prmcijialriiii'nl la 7' iniii.) en \alt'iirs loiij;iies, daii> cas ilill
parties extrêmes;t indaiiMiieiil aiiN deux
Î*StV: S
direction les int<'r\allel.>'s de--ms ini'do(ll(|ne- dont les [xinits extrêmes tornieni dan- une même
."")'' (jiie dans les pa-de i)\\ de (///i/z/ic/f/c'c doi\ eut êj;alemei!l être i-vih's,:\ iniiiii-'i'' iimimmliù- ,
ne nionle tV un (li'inilnii , r{ dans les-.a|:e- ascendants la dernière note de l'intervalle ,in;;inentê
elle ne de-cende di'i/ri'.iiassai;t's descendants iV un
à
1
1—-1 irv A II{} -^5^ -rj
I 1— —1)" « 1Ëfed -o
' "r -*>r
/<-<,.
l:i"_ doivent être .^ it.Vs, surtoutARPEGES. l..'s il.nues
ar|H'ji..'e/;.\:
-nr le iiiein.- accoii ^m
<;.'II. -y 204114. . .
loiiitlili'.|t;iiili'> (|Mi ((iiislitiii'nl cr-. t'uciiio ;ii|)i-j;('cs mikiiI en cinil iittiii-liiiii (h'
t
^i^
^=8=%
(loimcrNOTE SENSIBLE. (Imibliirr di' l;i M'ii-ihlr t--l >()iiM'nt |ii;t(i'|iu'.' driio le (;.)iilir|)(iiiil |>uiir auxI'»"- l.a
[lailio iiiif toiiriiiii'' [ilii- iiu'liiilii|iU';
Smuciil aiir.»! Ii'> xalfiii-i /4==^=1$:i
>/.,•>un,,.. |,ar r.-|,;r..
n,^^ j\.\:
\|)iM-iiH'lti'ii( pas il.' la t'aiii'.
i L±
iniiiiti'i' à la loiii(|iic' ; f^ ^ :ii=Hl
/''^'/cj/i/j.s f/cs.liiM|ii'aii (;iiiilir|)iiiiil ii 'i |)ailic>., on ii.' (iull [ja-- f.iiii- d'iiiii-xiii-. Mir lc>UNISSONS. I.")"_
UK'.stn'cs, >iiiiiii à la I'" il a la
(iiTiiu'-iiA la «IitiiIîti" rii<'>iii'i\ mais iU doivciilCROISEMENTS. H)"_ Le-, rroi-fiiiciils xhiI luli'i('>,t'\n'|)lt' ;i la I" à
l'Ii'c de ((iKili- (htif'i' v\ <'iih|di)Vi's avfc l'rsi'iM'.
MOUVEMENT
<•( riioia tMiU'iitI7"_ moiivcnuMil coiiti ali.' Ir iiiniiNriMnil (.hli(iii.' xuil f)Vi-J>'><ihli'^ anHARMONIOUE l.c
siiiildaldi' on direct .
>!coniliiiiaisoii ddiniaiit le s,.|iliin.-iil (je Wtriaril ilr (in<ni>- sixtr.QUARTE ET SIXTE. |H_((m doit i'rih-r luiilr
REPETITION
"_ Scnic, la rf().'litioii d«'> ron-III lepelIliuM drs hianihfs .•! di-> noiia-s .-st di'ii'niliic-DES NOTES. l.a
des esl nsil.'e.
ACCORDSDEUX
wmi-.es|iè(es rondes, |ienl faire driix (Kconls par ittrsmr ,-JO". Kxceple dans les en onPAR MESURE.
({iiiis l'i iiii-inii'ii'.iiiin ('i'i>f'ii({iiitt
CONTACT AVEC
r/e ;h/s.s(/(/<' onen vai.'ins ,{, hlanehes, la imlc•jénéral on d(nl e\ iler. (oui an moinsNOTES ETRANGERES. -Jl-Kn
({•' noie réel!.'.iDiitinl si-rnndi' iitiiii'iiri- avec nnela hmdrrii' [irodnisant
••'Ce ra|)|)oil de notes n'a |>as irinconvénienl.\ distame de
iiiciniveiiieulé\ilei .11 l.jjiHrlu ;iiliiii>siljli' en nuire--. | S;iii-. ;i
;i
!»;,ll-l;.M.-e .le
^
'! 'i^ ^ :^•mv.. ^.
'
' I ' 1^rf
<:.'\i. 2iM(ii.M/
REPRODUCTION
i-rfiradnctiou htimi'didl'- ilii iiitMiic dDES DESSINS. •J-J'_()ii (Inil t'xiicr la iiioiiotonic fi'siillaril J,- la
>iii et le icloiir tViMjiU'iil (lc> rrirriics foi'iiiiilcsiiiclo(ll(iiit' ;
l't n'Ioiir lii.'» iiiriucs l'nrimik'- f'iiriiNiiil nii ('iiiitri'iiniiil iiiiMlidi'i'c l't riioiidlHrliiii.liiiiidii ,!r. iiiruii'- ik'--^iii^
iintc (tn-c luaiis<i,<'n \alciirs df lilanchfs, :] fois le fctoiir mii' la niriiifOn iluit
t'viliM^^-^^-^
"'f
t'aiil t'-vifiT (le taire i|eii\ fuis le inèiiit' dessin (laiiN la nièrmKii valeurs dr iKiiii's, il
ineviire
;
TT^ ,J
->*
tr-^
et li's suivantes sont trèv adM'nne mesure ;i Taulieja rmninldnie dispaïai'l ,
t'if;nrenil-^llile>;
/>'..„.R...,
^ ^ ^j jjN ,„ jTTrrgjî'>
i i^p
PASSAGE D'UNE YESURE
-j:'. de .'t"' ponr pa-^erUNE AUTRE AVEC DES Kx iter aiilan I (|ue |i(is-.i!)le ,a\ec ie^ \aleiir> de noires, Tinterx aileA _
VALEURS DE NOIRES
,]'„,,,, on de^-cen.,„,,^„,.,, ;, ,,,„. „„/,,-, (luaiid erlle [V itmlhno' nn inonve nt avc,.ndaiit
-r-f- ?Tp'"nTTg^^
HARMONIE DE
[ir('(V(|(' -dernn'Mv nir-urr A,' /'Ininiiniilc (!< t'iL'AVANT DERNIERE -J V'_ I.' aecurd l'inal doit être . dan-. Ta-, ant ,
'^^^^^^
le ne se lrnn\e pas a la hasse.,l,,„ninnil<-. lors(|iie ehanl
_':.'_CHANTS DONNES I.es e\erei.'es de ( lunt rejHiinl s,, tuill sur ,|,.s unis <hnnir's enrn|.nses de rendes;Cl,
li's (Ihants se tr(pn\enl ;i la dn prissent (]n\ ra^e . On en Ironx.'ra anssi nrie ((rlaiiie ijnanfin
lili' les pins rninis cinnine I hèmesdans |t;s traili's de (lliernliini i-t de Ha/in._(hi choisua
de travail.
II. u cl' 21(40+. —
CONTREPOINT A 2 PARTIES.
r" espèce Note contre note.
1"_ -1'(le (]oiiti-c|)()uil ciimiioM' lin (Jhiiiit tloiitii' ri (I (iiif li.utic fil njiitd's coiiihiiicc avec ce Ch;iiit (luiiiii-.
"1'" (.">i"_ La iiii'>iii>' (luil rire en rdii-umiaïui' jiaitaili' S*' on iiui^-dii) La <l(rriii'rc doit vin' en S^'On en
iiiii>«i)ii.
.">'.{" un (!<• S^'_ (hi (1(mI t'\ili'i',a iIcMix |)artn'>, 11' n-lnin' ( i('i|iii'nt i\r la I , riiiiinii' [inMliii>.anl iiiic haniio.
iHf lii>|) nicoiii|i|Mi'.
'•'_ On s'ah'^liiiKlra ili- l'am- |iln^ <li' Irais tifiii's on Irais sijili-s di' >nitt'.
r>' ne piMil ^i- i|n';i 1' r| ;i la ili'inii'i^ ini'>nri'._ L" nni->-<)n uralniniT la
',.")',li (;'',K" cl leur- rcdiiuliIrniriiN -(inl()"_T(inli' (llsxinancc doit èlrc .'V Id-i-; Ic^ >i'nl> inicix allc^ df
frn|dii\t''s.
_ <•( Iniiii/in- Il7 Lt'> din\ di'riiit'if-. ini'^in>'^ dodhanl- dunnc- ('laiil i^iMiiTahim'iil la siis-loniiiui- la ,
muI h'' itidji-un'.t'aul , lui-.|n.' \i' chanl i-'l à la |iailii' inl'c'i irni'c , (|M(' l'asanl diTiiiiTc ni>"<nrc imi
ètii' -t" niiiii-iiri'Si an cnnliaMc, 11- diaiil <•>( ii la |)artii' >n|H''ilrnif , l'avanl diiiiirif im-^nic ddit en .
t'ii-^i'iil -<'iiil)lal)lt--, di'riiiÎTf nn'>>iiri' jintirrait (/ttssii'hcl'uni- iMtrr (jui' louti'- l''-^ ti'iiiiinai'^dii^ TaN ani
ô''.<tflin r<ii>f)(irl
Cl»(. U
«1 «1-n—
^y
r- taV
„)
(, 1».
-oili\*—*^)î o 4*^-r^^II Pr-^
harmoMic •! [larllcs soil luicriin-iil patiMa- et \ai;iii',(iM (l"i| t'aiii- en M)f(.',[)ar If chdivS'_|{ii'n (iiK- r a
cunijilflf ft |)rfcisf .{\vs <iii|i|ni,., df dniniff /•' srutiiiii'iil d'iiiif harnionifiiilfi\allf> (IiTmii
' f l'nh'iiilnc /jIiis r/c di-iix'_ La iiifiHf niilf iii' doit |ia> fhf r.'|it''fi''f pln^ li'niif fui-., "fst-à-dlic J'ois
(il', suite.
«»;'. 20411+II.n — 1 » «o 1 — «« « _ i
10
EXEhCICES
>( scr_.! cohiikimt Mir rc Chant a conlrcpoiiils din'.MViit> fii(Ioiiik' la partie inf.'rit'iir.-I»l;icof II' Chaut ;i
IMaier eriMiite le nièiiie Chant donné à la partieclefs alTi'reiili's aux \<m\ . _vaut tour à tour ili'> <li\crM'>
Ti'i'enls Chacpie Chant donni- ser\ira>ons ce ChanI .'i coiitrepoiMls dit ._snpi'iieiire et cuinposer é;;aleinent
snr plusieurs Chants dou^
. ^()\\ s'.-\ercera de celle manièrethJ'nie ii (J CDnihiiKiisDiif^ di(f>-rrnlcsainsi de
soi! dexenu facile e( nal urid ._ Le r//(j).r '/es r/ç/s es/ /V/<'e (|ue ce lia\ailt\v^ uiaienis e! mineur- jusiiu'à
ce .(necet .'-ard .'•JéN,- de\ ra pourtant \eiller à I,- d.'U\précis,- nr peu! être doimiv a ._ L'<•(///'/>)'/•; aucune rèrle
/'. aussi (ju'o/» /icid iKinsfio^^rr li' i'Jiiinlfidii' (h' /'r/n// _ Se rappelerne soient pas tioji •'loiniir'i'spaities
COIVIPLET 0"UN CONTREPOINT DE CETTE ESPÈCEEXEMPLE
U- «— 1fi 1 ilr-«— —*-*/ o <> o —<> —
-w
p
o— tso '—*3 —'
' o— —»-»C. 1). 4^^—
ii
-t*<>
l.\ o<> o —n —— ** 1— l\
1., C> 1/ 1 r"^
:y4
i
—«—«~» oo —
f )Id,!- <t —e»l> —1-> II
Q. -«- Ii-*=*
«^ f1
1 *"* —*^ IV— 1—*"* — 1Ci 1 1 —*^
i
'^ I 1
( o/

-&J,
-,
-««"Io —*^—— ooo — —«^-ë-r^ — 1 —
\ <> Hl-.^ 1
o.ii- -*•-e»- etfi*^**"* 1
1 1 «* 11 —
fia,!, o
i
r n r^.^
i
o —— Cl Cl( > «O
f 111 U^".7 <^
1 H
CM et
II. fi <;'. ^11404.1 — —
CONTREPOINT A 2 PARTIES.
2'""'Espèce_Deux notes contre ime.
l"_Ce Coiidvpoirit se romposp du (Uiiiiil doitiu' el d iiin' pnrtif en hlfincfn-s coiiibiinV avec reChan) dmiii.'.
:2"_La l"^'nK'smv doit coutcnlf uni' dctni-pause ft uui' l)laii(hi-. KIU' doit T'Iie S*''ouon .'''a'u eu uiii>-miu,
en S"' ouet la dcruit'it' i-u unisson.
^'(lul |r> t'iiiinulcs de l'aNanl dcinii'r-f nn'surc-.
"
â l U Il
Cf— —c -» 75- f^
F f
Afin d't'viter qm- toutes Ifs tciniinaisotis sr losseiiibleat lequand chant donne est à la Basse, la syncope
i\ipeiil èlre l'Uipliivee criititihiirl li'iin'iil .
i:\:
'^ $^
cl^ ^^i
fort liiiil rlie couxonnaiire le temps taihle peul elle en consiiiinaMce on en (In'S'— Le ti'uips toiiiinii-^ en ;
^iiiiaiice de passaj;e.
V_ H^'^'oonsi-eutives l'iiln- noirs n-i-Ucs dnixenl être si-parées pai- deux blanches.I.es5"'""et
':.' Si la seconde estT) _ Les peti\ent n'i-lre ^eparee- ipie par luie -euie blanche dans les cas suivants: I"
' ;.'>"noie de jiassa^e sur un temps t'aible; -J Si lontes deux sont notes de passaj;e Si 1 une des deux e^t dimiiuieV;
V Par Mionvement conliaiie -.nr le lemp- l'aibli-.
tin,.
1 J'+^pl=*=^ h4-F=^ij..,.r-'^^H 'J =^=P—M=\ f=^h. \ f^i\'^ -4 c<, -S^^^-— 11-" l^^ -x^
t> y^ b^
l> _ La relation «ni\anle (du liilon dan- le mnde muieni) n'a iii'u de commun a\ec celle du V au ;i''def;i"e du
mode majeur, qm' j'ai -ii;iiali''e dan> le> li'iile-. j^t'iiéralcs;
/;-,.
''
' >-^ ^ ^^tf:-.
Klle peiil dnnc, mmi- cette Curnie , l'iie appli(juee sans ci'ainte.
"_
LI iinisxni e^l tolère au leiiip- faible.
'20+04.II. Ji c".— 1 — 1 — — J
12
KXEHCTCES.
(Ioiiik- .'{ IuIn la \inv[\>' iiifVrlciiic cl ;t t(ii>li.' la I' ''' i'^|)('0', pl.iccr le Chant àCoiimic pour II- (luiiln'iioinl
'>' !'• rtsj,. jrsf/j//('V»'>*/<'.s OhsciMT |j(iursniirViciiii' ce ilomu' lien aiM>i a <(itnbiit(ii>^(>ns. . _a la narlii' , (lui
1'"coiici'ini' la l'vpcci'.i)i<'--ci'i|)li(in-^ (IiTimi co (|niinniif^
EXEMPLES DE QUELQUES COMBINAISONS.
CI» m
^
^-f^W=^ kmm(^
^tazî^ .:..]m"^^"T ?^
rjrj
, & -1 , r^ 1 —,v 1 r>f -f-11
l >^^
1 H— ^— <:.!>./^i^la 1 ==T^ -M—±=^fe=^
jrf^t-i^ —Hp
Mlil
-«-o
1 n (i -«—A
11 -«-*^ jh>-" 11 K ^
11 r-H 1 r^11 (>S^-— fT7
»« -« -o \l -<^>--i)
[î=;^'
1
1=
__j^_
4-3- ^ r.-^-^ -r:>~ 1^^ -'—',— ;-& -(>— *
i'^ ^, fi-^-' &— J1 F^ Ff^— —& ^1^^3l=J : 1 1 4^^S^ -àj^A^^ èdy-4—^M- L=pJ t£=i^^
k.|iir.•-! -.cil .r«"- .l-r l.n.l .1 l.i \u\v
.).- ff,,, -.hiK, m.,i. r,,. „1,-, r» .r., .|.h- I 1.-. .I.mix und) li-i 1.1 (.arti.- Miiirri.-iir,. fninrhil „i, i„|.TN.ill.- .l,„x
I
|, ri. ;.(• .iiNiiili' |i;ir iiiiiUM'tiii'iil :i«i'i-ijil;nit .
|^.iil .!..ii- .).- ..,, -,.,iil.lMl.l.'- / s„)(/ ,/'H" rsl «.wi.<)„ f.jniiLl.T ;i i-M :--.\tA |.,H.-iii.ii.p:.' MU.M.I.-. <i
^^ ]
|
''*'
(m ,is.,ntl<iiil,\ -i ! /• """/ J'^"''W'(S- ^<lrs.;„,l„i,l,\., ^,.,r\\• .l.iil ...•,'.|..f ,7<s»(7.' /'Ur iiiniiirmriil -^-ypr^"*'"
.;, '^^^cemliuii.'V': .l.iit pr.MiM.r, ///-r/s l'inhrinll'' <! !f r/.'//.i sniilsjun inuii, ,inri,t d. ^•riiiiniit :
JiHn4.II. A( C.lA
CONTRp]POINT A 2 PARTIES
3'" espèce—Quatre notes contre une.
s,"I"_(;i' (;()iitiC|)uiii| coiiiiivi-i' ilii i'Ji(tnl (Idinir t( d'iiih' |);iilii' fii iioiii's l'oiiiliiiuV avec ce ('.h;uit (Ioiiik'.
':*"_ 1"La |ii»'iiiiri(' mi'siiiv dnil conli-iiir un soii|jii' fl \rin> iiuiifs. ili' ci--' iKurf-» liml rlff la ô S^'cîil,a , |
(|riiii("'ii' inoiiii' S*' ou en iiiii^-nri.
I iiiii»nii ._ I.a (loi! Lire on
QUELQUES FORMULES POUR L'AVANT DERNIERE MESURE;
— =»-njJ ' ^j- j. jjrrr^Ji - iJij Ji j i ii^
rff
rt»t\ ^f
;t''_ l.i' iiioinciiiint i)ii'loili(|iii' (|r a'' itiiiii'uii' iM'^l criipliiM- daii^ cclli' i'>|)iH'»' <|iii' dans la tni'ito' nti'siiri'
et priid.nil II ({nn-r i(ii iiirtni' iiicitid .
'•"_ 1" nu|i'l.a lie chaijii'' inf-m-,. doit t'iir ntn- iiin«.minaiic<'-, \r> anlir^ [jciim'iiI rln- cuiiMinnanio on '/is_
soininci')^ Juiniiiiil /(o/r.s di' ij(i>sii<ii' <iii htii({i'ri''s .
."»'_ .')'"!..> s^'-ct ii'fllc'^ l'iii- -.i''|iaiiv- iiono. ((uiliant' «)(•' /loi'/vfulii' nipl<'~ doJM'iit [lar 'i l'ar indUM'Uicnt
/'/ rr//rii(litiil ^i-iiiii<l<' se /;/(k/»(/S(' sur Ir /"trin/ts (d- lu^iitlit |i(iiii- II-. -.aii\''i, // ifiiiililidii (/iii- lu m' fin^
iiii's'ttri'
.
ô'''""^'''i-sl «''//•<///(/«''/•(', les sontdi'M\ iioto l'h'tiiitfi'-ifs nn .'nln- Anw nolt- don( la t"'' iv'rflr t'I laKnlr.'
uni', di'ii.t: mi //r)//'i.'.s.au\i-r* (iiiaihl idli'^ ..ont -.('|iait'i'> |)ai- Imis
KhIic I:i r"ii..l.' r.Vlli' cl
'2*''^^ t''li':iijj;i'rf.
l;i
Itnu.
II. CV iiUtU.N. —
:?'iin-iiic règle est ;i|)|)li(aMc -i la l"'i'sl \u)li^ l'.lrmint-rn cl la /-"e/A' , tuais il taiil daiis ci- ras (]iii' cfllf no_La
ti- l'i'elli' procède par (li'fjrc's conjoints iiffntl cl (tj)tvs so// ô/iissio/) e'e-t-.à-dlre (pTelle ait le id rdcli'ri' de
,
tioli' di' /v^/ss^/i/H- oii dr hrixh'fii':
' '-' |i;u-ii(/le i'Ii.imJtc. iK.lo l'celle (.r.MC.I.iiil yur rli-ie^ rniijnHil- 'J'iiiile ri'ell.- iiM.ii\eiiiciil ili^jdiiil .
I
jjjJTijijjj ii jjj'i |
/''
tmil cas si'cnndi' (|iimte ne se fjrodiiiri' sur /c im-sii ri',in toutes deiivKii la doif /iinutis h^nifis d< la
i'dis sur 1(1 si-<<nidi'la inaitii':
^^^ ^ ^
Jt ^ J ^ ' J ^;. j
1 J""r^"^-^ 15 u.:: — ^^\^ Il '- i-1K.--^ Il
TT-^
des •Iles s.iiuées, si'jinri'i'sSi lime deux (|iiiii(es rs( f/ii/(///i(('''. si,iil fxir uiu' ,<l''ux ou trois »(o)r('S;iiiais
seconde ne doit pas non pins se jjiodiiiie sur le {"leiiips (Je la nH'sure.la
'
B'»,.
fTynTj:n^ii^^^rn »6 ni^r U^^^i^n ^
ces seti_Si les (jnalii- ii'iire> i l'presi.nleiil ,|eii\ accords dii'fV>ifii|s , accords dcueiil duiserde di'U.v eu
di'UX Hoiri'S
I.a>aiit dernièic mesure ne doit [•pn'seiiter Ipl'/f/l Si'ul itifOrtl.
""_ "es|l.nnissiui loliMi', mais non sur l'i I' n<)l<' di' lu nii'sun-.
1
-lin peiilOn <inil é\ lier d \ afiolitir p;ir Mais (jiiilier"!•< I"-I ii : -rrrJ
:^=i
iiisson parce nièiii<onli(fl di' xcro/d/c
niiui'ur<T=fff
r
i
'_ On Ile iloit jamais tane la hrodi'rn' df l unisson
r> #^*-*TO ^' '
1 r
rr
/n;,liaih/.>,.''"_l.a tormidi' siuMmi,. |j|.|it nralii|iii'r soks f'ornu' di- rrhuir à la j- ,>
nièiii"' note sans pinir e,da sciitimenl sceiind ren\er^.'meiit , T *tlminer le dnn p ^-f |
~ ^^^mais tuiijonrs sm- niie temps:partie t'aihie du
uni- modu/ulion.l(»_ La note de pa-sage el broderie su jn^riioiri' ne peinent être alt/'c/'cs sans iiroftKjwrla
( 1-* 1 L_l.
,11 II cil s.
I
iJJj.i
Mais la hriideiie iuf'i'ri'-u rf n'/dn-anle pas la tonallli', /. \ :
* (;'.'M. *j 20404.) — — — —
EXEtiCICKS.
Vr-o(t'(l('i' (If la iii'Miir m.iiiiiMc (juc d;ui^ le» oiii-ct'-» |)ri'cf'(lt'ntt's.
EXEMPLES DE QUELQUES COMBINAISONS
âfe
iCl». i iË . : » ^ Èm-^rir.rrpi ^
« tel:
àm^^
''^ r r rr TTjt^rm ^^ ^
^
Sît
/Il oL
3r=rF^'•"'^^^^ g^^ ^ ^mmm ^
a
Ï^F^^ ?Tt~
a^iP^ 7rj''nrrrrl"^rNJjj ljrrr IrrTT
rfrr ien.
i r^fL^jL^jjjjuprrijTrr ^W^
(N^
A ^
___
,|-«-»-—Il -t» '^
-«-»ini
^' f «—3- p-#- • *
1 1 i »6^ • 1- f H rrr-r-^-r-r- J(, n -1 K—«IH—i -+-^ i — . -5^ »—r 1 \ r^ 1 Jtd ti4=t=N- ii ^1' .
'^r
<>
1C i p« <> —*-»—> o o —«-»
d^
(i
-p-—— •^^-m- 1 :
I ' '
i # ^ # 1
1H— J* ' • '* tn^ 1—r 1 i g^ :;J ^--—n;-^ â • i 1 1 1 ' ' J
1 1
1
1 \ ;
(•';'
Il.« :i(Uiij.
16
CONTREPOINT A 2 PARTIES
4'"" Espèce Spicopes._
1'"s///Moy;»',s,|"_ Cf (Contrepoint m- ooinposc du C.IkuiI ilmna' et d iim- [larlic imi dotil la nioitit' m- lroii_
Vf sur lo l('m|)-> t'aibli' diiiic nifsnrt- ,fl I aiilii' sur le ttMii|is tort dr la mesure suivante;
J -J J"T
2"_ I.a r"niesnre doit eoninieiicer par nue denii-|)an>e . Klle doit rire en oonsunnanee partailc; r)'',H"'(
unisson di^rnière niesiuc doit ('Ir-e eu s^'du iiuissiui.
. I,a
dount' te diTuirie uiesiue ddil t(iuj<inrsSi le idiant piTuiet, I a\anl i-duteuir une d^soiiauce sxuedjK'f:
'i rii
F=^ -f> T^
:>"_ \\\\i- e.s/l.a ^Mieope |)cilt rtiv ou iiou d i-~^iin:iUri' _ // /iir'/'i'r'lhli- (jii'i'/li' If sdil _ Dans le l'as 011 elle
est eonsunnaiiee , elle peut proei'der par dti;rr> cnujoiul'^ ou disjouils.
'•"_ '''Les disv(Miance> cniploM'cs suul crllr^ de 2''''et de ;!"',retardant la dr 7'""' retardant la ()''!,et de
!•' rtdardant I S^' . KlL's .s(.' ii'solvfitt l(ii(i<iiirs fti ({l'stt'iiddut ti'iin di';/ri'.
Lorsipic les syncopes sont a la partie iidÏTicure. ou peut, piuu' ne |)a^ a
'» -les inleii-iuupie eni|)loyer la 'Counne retard ile la r>'' ,iuai- a\ec résiTveîi
, q(^
i i7^=^•2 parties,;! i\<- >(''rhen's-c de rhainiome;(•;iu->e la |iauvn't(' et de l;i
|
u^^=^
!,;» dl--oiiance de -i''' ailnllieutei- peut '"'Ile liriltifinee in-> if lUoilr linuelir :d ^
.')' Les_ T) '''et H*'"'eoiiseeuti\c-% luitre Ir- Irinp-, faible- suut didciidiies ._ (lidies prodiiiti- entre tes temps
tiirl> s(uit pernii»es, ct'ptMKbuil IfH H"'' s<,iit nniins htinm-s ijid' d's ^,''",h ejuisc dv l'id'l'et mon (jiii en résulte;
.Am7./,' i,:sh.„.
^^=niP
'" '^l.i's ô par iiioiivemeiit contraire sdut lol.^ré.-. -nr I.'- taihles:t.iiip- J^
.')'"('!Dans la succession suivante: o 4 r\ riin]iressioii
\ le- (j'^sfuibleut ii'tardcr le- l'on;!/_ '(kl \fr^
de Heux r)'''"'qi«'il faut évit»M'.
w.H. r"; 204oi.. ^ -
17
Si au foiih-'nirc c»'t ctlfl m' |)i()(1iiit i» \:\ |)artii' mtV'iicurt', on la scii>ali(>tia de dt'iix acooi'ds.t-l 1' iin|)i'(>s!<ioii
.">''"dlsp;!! ait
p*-*
1 r-O 1t\'f3 7^ 1
'- ''rj ''
, 1 1 1f> ^ i r'
'
1-'I r
(jiiaiil a I iiiii»oii. il n-li- -oinnis aii\ pitri-driitcs, (•'f>t-;i-diit' |Miiiii>, aii\ li'ni|t-. f'alhlo,r»'f:lf- di-lciidii
an\ l('iir|)> tort»..
•V'_()ii |ii'iil iiiti'iroiii|)ri' >\ii(ii|ii' jiai' uni' cjriin paiix- on nni" /y'/ hlani'h*'la [lar l>laii('lii'._ l'sf }tri'f\'
*(//;/'._ Mais pour iiili'iroiii|iic la N\n<(i|)r il tant a\oii' ('iniiM' Ion-. Ii's ni(>\i'ii> «le l'airi' auln'ini'iil ._Kii tout
cas on iii- (loil fiii|)loVcr ci' |iro(i'(|i- (|ii(" idn'iin'iil dan-- le nnMiii' rontccpoml .
~"_ <aii--i' de I olili^alion di' -viico|ii'r, on i'-.| ^oiufiit olilii;i''' de (ana- |)ln> de li'oi> tierces on tfoisA
x|\les lie suite.
H"_ On iii' dmt |,,iN taire la rept'l it ion d nue note
-\nco|M'e.
M"_ l.a dnreli- ([•• la l'an-^e l'elation de triton : ^y— - dis|)araîl en ;;raiide partie avec
^j
In;
i i,n,lln,hlr,
|
\'y '.. ' '>
1 r/
r^-r rf
•_|n |{clati\eiiienl an\ .">'''e| ah\ S"~iioii ^epai-i'e-. par un ae<ord l'traii^ei-, il >ntt'il de sii/i/jriiin'r la sj/ii
rojii- pour constater si la réalisation e«t correcte. Ain-i le passaf^esni-'^
'-**-^ T3
licopes ne pllls M Irf. :ijjit< ii/JUS Si)llllion avec l:i r(nilinnit>' des >\ . l'est I ,1 >J'^/J
I j'^j I
inti'i'rdiiifiiii's: m
dans !, les s\ lu-op.'s un oitlieiit;parce ipie {''ci-., en siippi'iniaiit .
'—**-rjp
"^tandis ,pie le s,.coik! donne: '^ /'^ jfk
«*-om
.'>'' e pemeni s,, produire avecIl _ Les tailles de ~ et d's''-dire< '
I ^i '^/ ^ IH
j JH.
snni ti'i's —s\ii( oiies. 1,,.^ pass;i^,.s s|ii\ ,i!its et ;nilre- sunilairi's dom- -^ -^
Ty
lions:
f:A7':/{(;/(:/<:s.
partie iiilerieiire cl troistrois fois le Chant diMin.'- a laProc'der eoiniiie preW-deiiiiiieiit .c'estii-diie inetir.'
suprii.•nre.fois ;i la partie
<".'."Il.« •20 +04.18
EXEMPLES DE QUELQUES COMBINAISONS.
^V
i>c:
CI».
^^^
u f>-Ê ^^mm^m
-^ j2r,
fe
' f 3É « 1 1
[ -^—<,..(h
-^
^^ ^
s
>< < . 'JiUiii.II..
19
CONTREPOINT A 2 PARTIES
5' -ContrepointEspèce fleuri.
1"_ (li's fisyxVre.v /J/•^(^<''f/»'/(/(^^ (:i 1"(le (jOrilri>|)()iiil i'>t un coniposi- ri'\ci'|)ti(iii de l:i ), ;ui\(|iit'llcs on :ii
jdint fies crochi-s >'f r/cs hl(tn(h>'s iinind'i's.
^i\i(i''i\f\- r\yi-\iyri-rt\ri-J"_ L.'^ rrcKhr-. (|(ii\<'iit l(iii|oms m- ntdKi'i'Uii'itf conjaiii/ .\u:\\^i-\\es \M'\\\f\\\fj(ir
(lisjoinl. <lnil, ;tnl;int (|iii' po>sil)l(' n't'ii pas(l'un inunMMiH'nt On n<' ini'ltrt- iiln- dr iIimix |i,ir ni("-iii'f,('l rlli
!'iloix.Mit iMic plac.'i'-; (t(t)ts moitii- f/'-s h'iu/is:lu
-et- *»
'»|i:ii't'(iis nii csl it ci'Di'hi's Han-. la ini''nii' nir-nri', ces croihrs iIuimmiI l'iii' rt''|>ai'l ii'Si :mn>iii'' à i-intilnN
'II- -i' -ihi'imIit ininicliatiMni'iil :la inanirii- -^iilNanl.' d non
-è^^^nu
d>ts cvinlu'x, ^\ l'un runsrrMT an (•(in(i'<'|)()int le ca.On ijnil (Ml loni i:i^ rire vk/i/v duits r'-iiiploi \<n\
lail l'iT ;;ra\i' i|ni (ll^lm^;n^' ci- :;cni'i' ilr cninixi^il lun
fs|;{"_ a lilanchi- [nilnl/'c n"f-l nsl(.'-c à «li'iix (laitn's i{H>' d'um- un-siiri' il l^tuln', i-t il il'nsa'^i'
«Icrt'.IcvW'- siiiis ('ornii- v\ nroiMM' liaison;la par la
-,ii|sLes ancifiis aiili (ii-s l'/ci-iv aiciil mmi\ciiI la i i I I
J j
*oniic Miivantr,inn'-i(i''i' aniiiiii'd'hiii. I^1 <.->
'»"_ |ias conMdt'rfi'sL.'s ilniN variant, s siii\aiit<'- in' muiI
q j 3b&
ô''."failles dr ri d's".'":iiiinii' Caisant des
.")"_ La pi'finirri- iiii'siiic pcnl ciiiiinii'iirrr:
1" siii\i.' d'iim- lilanch.' -par iiiii- dcini-paiisc f""/^
'-2" siiiv ii- d'iiin' Idanrht' sviicope.' jV - ['par mil' dfini-paiisf |
;j" sdiipir sium df Irnis hdii'i'spar lin t f P-^ J
4" sf/iipir d'une noire el d'une hianrhe sxneopeepar lin suivi ^m
W.H C" 20404.20
mesurenoiri's suivies d'une blanche dans la même . 'fi"_L.' rvthiiif (II' (iciix
I l P^ » f
'ri'serve:doit «Mre employé (iii'avee une grande 11 | Ieffet giuiehe; il ne T p"]e^t d'un ^
lescontraire exci-lh'itf si deux noiiesCe même ivthme est au
é=^^^=4hldnvhn sytK'djxîf:sont suivii's d'uni',
<(i'doit avoir lieu sur tu i'' uioitii- In inrsnr<-, (ju'il s ail on non7"_La rt'-olutiou d'un l'elard
une variante:
^ <-i IiS I i l Jo o
--'•
):l,llll„ls.
cas la \aleniOu ne doil dans aucun diuiinuef
la faiou suivante;d'un rctai'd de
tint' hldtirhf, ikdi nnr noindoit être [jrt'pai'é jjur fjiirLe l'itai'il ÉE^^J^-bg^
résniuliou ifiui l'etard peu! se produiri' de di\ersi'> nianièr'es, soit snnplement [jar rt-iiiissuni de laI,a
^iift eu faisant [ji'éct-der celte note réelii- de leiiaiiies variantes:iiute réelle,
JJ],j-t'j'jT
i d.j'ii'j Ji^+
| |
7^'^_ 7"note -vucopée fonnaul mineure a\ec basse ne si- i-('s()udre ipi»Exceptionelleuieut une la peut
la mesure suivante; «laus ce ca^ rlli; diiil hrodihi siipi'rit'iirf'innnf:>}tre
(>''et Il a d/>|à /lé pari.'H"_La formule suivante est souvent iisili'e; la V'
'
iL r rAcause de son peu de JL , j \ di" ciMti' toruKile dau-(|ui eu ré'siilte n'a ;uicuue importance ;'i
l'esiiéce en noires.flurée l't l:i plac (ju'tdie oc( npe dans la nie>ure:de
'.•"_ Les règles ^ont app I li'aldc selon Tcspérc i'UI|do\ée,
lO"_Comuie pour les espi'-r.'s pia'céd.Mlles, on prni i-roiscr les pai'lies. mais i'xci'jtfi<iiti/!,'ntrnf.
11 '—La tenninaison doit toujours é|re (,i le plaiii chaiil l<- jiecmel) la
III di- ri'fiir'l -< n'-soUant sur sriisible suivii' de la toini|ue; vO r> I ifiir)Hi' la
l:i"_Si une bhinchi' est suivie dr •d.'uxleiix noires tiaiis la niéniniriiK' ~A-a4X'l
II , ! JJiJ^
!"li'sure, de ces firoilrric; -P^la iioili-s pi-ut rtic Iiolle de passaj^e ou
i:'rH.N 20404.