248 pages
Français

Partition complète, Les cent vierges, Opéra-bouffe en trois actes

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Consultez la partition de musique Les cent vierges partition complète, opéras bouffes, composition de Lecocq, Charles. Cette partition de musique romantique écrite pour les instruments comme: chœur, orchestre, solistes vocaux
La partition est constituée d'une variété de mouvements: 3 Acts et est classifiée dans les genres
  • opéras bouffes
  • Stage travaux
  • opéras
  • Comic opéras
  • pour voix, chœur mixte, orchestre
  • partitions pour voix
  • partitions chœur mixte
  • partitions pour orchestre
  • pour voix et chœur avec orchestre
  • langue française
  • pour piano (arr)
  • pour 1 musicien
  • partitions pour piano

Retrouvez dans le même temps tout un choix de musique pour chœur, orchestre, solistes vocaux sur YouScribe, dans la catégorie Partitions de musique romantique.
Edition: Paris: C. Joubert, n. d. [1872].
Libbretiste: Louis Clairville (1811-1879)Henri Chivot (1830-1907)Alfred Duru (1829-1899)

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 111
Langue Français
Poids de l'ouvrage 14 Mo

Exrait

LES
CENT VIERGES
OPÉRA-BOUFFE EN TROIS ACTES
PAROLES DE
CLAIRVILLE, CHIVOT ET DURU
MUSIQUE DE
PARTITION CHANT ET PIANO
Arrangée par l'Auteur
net : i2 francsPrix
PARIS
G. JOUBERT, Éditeur
25, Rue d'Hautevitle, a5 m.
PARTITION CHANTa PIANO
l'AuteurArrangée par
PRIX NET: 12f
JOUBERT Éditeur, Rue d'Hauteville, ParisC. , 25,
tous paysTous droits do Traduction, de Reproduction et de Représentation rtsoroés tour
Belgique Allemagne, Autriche-Hongrie
LeipzigB. à Bruxelles »J. KATTO BREITKOPF & HÂRTELLES CENT VIERGES
OPERA BOUFFE EN TROIS ACTES
de MM. GLAIRVILLE,Paroles GHIVOT et DURU
MUSIQUE DE
CHARLES LEGOGQ
fois, à Bruxelles, théâtre des Fantaisies-Parisiens,Représenté pour la première sur le le 16 Mars 1872. et
des 1872.à Paris sur le Théâtre Variétés, le 13 Mai
DISTRIBUTION DE BRUXELLES. DISTRIBUTION DE PARISPERSONNAGES.
Quillenbois Mario WIDMER. MM. BERTHELIER.Le Duc AN4TOLE de MM.
KOPPSut Jonatb\> Pluperscnn JOLI.Y.
HITTEMANS.Pùi'ubdot CHARLIER.
Brididck. ... NAKDIN". LÉONCE.
DURIEU. BLONDELE'l.Cbockiet
Alex. MICHEL.Le Capitaine Thompson HALY.
Un Constable _ ERNOTTE. D BAC
*9 RINEVAL. BORDIER.Calsonn
DUVALBitter ACHILLE.
Bristow GOITTE. MILLAUX.
GENTIF.N. VAN-GHELL.G^bbielle M— M—
GAUTHIER.ÉIlamixe DELORME. G
REGNAULTParmi DUBOUCHET. A
Dol.irés GUÉMN. BESSY
SCHNEIDER.P»qiebf.tte DEBEER. A.
ARGÈME.Paola 0. VALLOT.
CAMILLE. SCHWESKA.Bettlt
Émigrants de tous les pays, marins, colons, soldats, hommes et femmes du peuple.
er ese passe à Londres, et le y" se passent dans l'Ile Verte.Le 1 acte le 2
TABLE DES MORCEAUX
ACTE PREMIER
Ouverture pages 1
..... (a. Chœur Vive le gin, vive la bière 10
introouction.1.
b chanson au porter. Quel est de toute la terre le plus beau pa\s . . 11j
1 bis. Chœur de sortie Qui rend l'existence douce n
2. Ariette J'ai la tète romanesque
18' forêts de l'Amérique3. Duo . . . . Dans les 22
i. Quintette Un turbot? un turbot'.' 33
Morceau d'ensemble et final .... Voici le moment de l'enrôlement. . . . 47
ACTE I I
Entr'acie .... 71
C. Couplets Sans femme l'homme est un corps sans âme . 78
r> bis. Chœur et musique de scène. .... femme, sans femme, eh bien! S?
7 Morceau d'ensunble bonhi'ur, la aujourd'hui livrez-voiuAu à joie, 87
8 Chœur A'iez, mes tourterelles, allez 108
Quatuor , Silence, silence, si l'on vous en etnla l . . . 112.
Grande valse 128-10. Je soupire et maudis le desti.i
I 1. Chœur Toutes ici, nous nous livrons lil
12. Ensemble et Ballade Deux nouvelles femmes, ici 116
des Mariages13. Final Ah ! cette idée est fort jolie l.'i7
ACTE II I
Entr'acie 173
,4. Chœur Pour faire honneur au Gouverneur. 178
. . .
ll:ltUOT table, chassons l'humeur noireA . . 185Q -?'15. Quatuor et chanson,14 j
( b. Chanson. . Un vieux et riche céladon 191
«0. Duello. Ah! .Monsieur le Secrétaire 217
.7. Déclaration. t'aime,Je je t'aime, mon beau séducteur. 22fc
18. Final . . . Vengeance! Vengeance! 231
S'jif'tsser, pour U mise en scène détaillée, i M. Rousseau, régisseur général du théâtre des Variée.
"y M traites internationaux, les éditeurs de celte partition se réservent le droit reimpiessicnde
et de traduction à l'étranger.
Paris.Imp. E. Butiner-Thierry, nie Lalutte,J4,Flûte.Petite
Grande
Fraie
RaUlh-âCbr. VIERGES
deMusique
Tr.
Ti; LECOCQ
TUTTI. _^^
^-gs
# * *I
i *\ J*qi ëi
±±3Ê
p^^F^P$EJfc^
9* «f-Hr^ m iH^i
F^tmii K-fl-*-»esSB
| !m S
a
! 4«—=-É
=»=:èaSI S3 ?3É^a Si^^ 3=3=^*
1^ x:n^ « «3^3 **? 3 'V
Andante(55=J)
f?s C\
fcl3gn=B^
pt-TTi ^p
i
Qoaioor. pin.
CN o>
tfiy
Timbr
"s Viol,i
Cl,
JU_t^^î^^L =gâ Ff=?^ â=£
Jb±
--«—#
.Ui9ë=d ï;-i^^- * î eee^ mnn
1g e»-i —
w***^ t
â fe^XJj BelP
'#r==B *M »g r*I
*

WfeëÊ
x s;.23»^ i XtEt*- t*t* F&
FI: .«la.
g^^f
P>.
4*—!
1^^=^
Ngi^ÉW^mmÊÉ^Êm jfi
^- ft r rp,^",^f St£-1-!-=ê:±L—3t£ i i : i . i i pu_ i | |pcg£f | i
"——- ' I II 1 » '. ' '---rr- m *1«ri
i-J —33 7 -F e rte s ~rcnF)
Hl £^£*è i4** '* Ft=mrwi ^— g?
** ê# ^ $ ** *
ir b i»1£ j^i âJâgï^ É^
yT»*f
>m ti
^ggfr&ÈMB a J=
';d-i-i-j- 3=5^ d * Œ É=^
OI>oï.
tîU.
H?"
£jF]~^^^g ±^'J g-J^ gxm
; #•» F=Fg M p P g gfr-g §£Éit
TtrrTl
VM
g^g
P
#__«_
SËfEF # #g
Qualmir
m ÉÉ^ ^^
SES1#1 P W 1
=ëg3
Quatuor.a Tempo poco moderato. py^
rail,
•Mm
-* •U J Lj . PETd&r ESiÉE pt1* for
l'.'fl.mprcK -
«_-M
3T#=^^^^ ¥fcm m
4J,
'- £P^P ^I
-*(- (- m--PH« ?SE ^PEU«f= ffi
a
^=^1 ^?* &£
* *- -4B C- -4t «_#—-P r*- J_^S »f-—-i p—
fi S:la 37:
£ Ê#
*
«-1 fi? * P
iî * iKf— C^
-*=ïJ *4^I„ll,î,l ,f-I^ | U***lre-,-rcr
-2—-4± , I , —
. , 1
» Jtt*4;*-jf
~
' ^^^m ^^^^^____ ^^T— . ^SS^SIZ. —^m^m
r As^
TlTTlJï
M.M.
£«t«£- ^*ࣣ ttm
4L^Ifess _=»^*ïS3
t~-»m— »--ta-* m
i
:*- g#4
fi*-«—*£
«l_JSuJ^ • * • •- m m
-^iI3C
^rr
yu,it
r«/7p ff "fl
i^f^M a t*^ E3E IêIëë
1*
a Tempo
**** -*-: »—- *-s •-= •-_— *—rt- 'JJLT
*=+=•=ÊP^i^l
Jt £ A
9• à=A£zi il¥1XKS—
^ ^!.i
mer j-rfs*
M. m. m.
i^L_^m 1^=^*ï*! ^^ >*^
•• y 1 ITTI
**
3£*^T=4 •^g *«i
Cl- , B?"
1ITT!.antmttto
ff«*i
P»ÉÏ
g3 : ig
^«i» -*—•
, — TZL.—5^Je* =*=£ ^
animez
»-•»——
* -*-—-* m-t*- -*-J*-jmiE-f-Ji ^EB ^^iF^FIi^L»
i m#
£^e»*** I!*£££ ifjg«.«f» g f ^m g=gjmm
A 3A
3t* -» »s*s S—
8 (l76rJ) III
f
Molto presto ± ±J_ jJi2L «i>
g g5 fia« a^ e
/C\
izara ^c^dH ES
m
* ï T",* êi-ii I
- -zj= ararzazzazz ._ : rifcCE « ri z-i Ji jM g|
** * iliâilm Hémm %
«*/'
l 3^3
* - - I Éi£
t *"*uM* fe f-T^t-Mm te ^FT^H ^
jSL/
nfr rt S ï^S £i i IPPf f
J- -J ^i^.J i
-EgEE zIzzIAfY^Ysm
ÏÇ=T #É#ëln ZJg. .T tŒ fit?i.i. i.i^ S
y=f
I^-W-M ^^
f
I
I
t »* r-P-^â^+
,f %É m $PÉ
5 éOtAAi RStffr©f
^M-ppy.^^J^ f » gm I "=faF VL$ I
1 i 4
or
m -m» »
^«fctrtté^
^¥^» Liiîz
I »
36 IE ïâlS Héé HBi* fr F
g«t f Ptte*P^ mfî
^1itfitiifiimimfaB»
o>
femi mm f i
xr
or
:i iFgs^&mBm w
Enchaînez.
l'*
10 W? 1.
INTRODUCTION
(B) CHANSON DD PORTER(A) CHŒUR
(A)
à
FANNï. ipm
CCI .
CBORLET.
I
TENOR.i" £Ë
MTENOR.2? '$p
:tt >»<hBASSE. »
TLTTI. I
1
troppo.(92:cl)AU .' non^i— JJ J3I.Im J
l^j jj
PIANO. /
9BË
*********53: *-#-*****#55 1
?t4^?fa*
jj jj ïïj nj i*jp
m i=i=j: - —* m d ïBb; a=i j jWè-rft* Hf R£ _ m***** -#-#5 * * rif⧧5i?ls?il§§5l
: AfaS*= É J
i t rrf r rr^rr^r
Vi _ ve le gin, vi _ vè la biè_re, vi _ ve le por_ ter le sher.
^
"J
i
f 71^=^f rr
Vi _ ve le vi ve la bie_re, vi ve slier_gin, _ _ le por.ter le
—JX- m1 m mW9 rf t2E5 MM mm
Vi _ ve le vi vegin, _ la biè, re, vi _ ve le por_ter le sber
%=^mpÉHÉ rrryrrron
T==$Bsa =F=^ i #— i*f r
11
rr r
i &r ^^m-n4=tM=?-tf-f
;i pleinry, Mes - mis, buvons a ver_re Enchantantnotre air fa_vo_
j>' r J jri ^ .^f ^ i ^^f r ^-tr-y
ry, Mes a _ mis, buvons a plein ver_re Enchantant notre air t'a_vo
^jLT-^^ !J m mE j ^^JLf | J m
r
mis, buvons pleinry, Mes a _ à "er^re Euchantant notre air fa vo _
jj^i^ÉHÉ*m
*. +
*E *i =Em ii *f
1 1^ **E=# * f^^VTTTT ^^
' Cr kk r^''T
_ri, Vive le gin,vLve, la 1ne re Mis a_mis buvons a plein
-^1& *S i^
Vi-ri. _ ve la biè _ re
m& ^m
n, Vi _ ve la bie
refe^^m WÊàM s=F
ji
*=Fs h^~Hf™!^
irkfe -©- S=?E^=K £ *=*:^f-F-^ E £ ï—
ver re En eban _ tant notre airfa_vo_ ri Enchantant
}
:fc11*= ^ -s -f—f- f^» ^^^ n
P^ —i^— P^TT
vi _ ve le gin, En eban _ tant notre airfa_vo_ ri Enchantant
_* m
» *p
r-m ¥—m~ £ : I. £
I
vi ve le gin,_ Eiichan_tant notre air fa_vo _ ri Enchantant
»*f J--o
£ ^W^£êffH^q £
\ n,i^ w.
12
fIi4RL£\".
s P^
Si quelquun de
1
r r gi?^rr
notre air l'a _ vo _ ri.
'J fir
notre air fa _ \o ri
=a M^-4
notre air fa _ vo _ ri
JL
zfc £3
ii » fff*
'^ i ^ : Éf
^ Hpêé
igi rf p^
ter, nièce Fan.vous le de' _ si _ re, Pour accompa _ gner le ehes _ Ma
'
1™^P^P^ ^
3E
^tqp im ^^?^^ wm
g:*= w* 4Ég3fc i r r tg ^#
du porva nous di _ re la vieille chan _ sonny
1 I =fc=== pp^P^
#^^ ÊHnÊ—^ 1
13
•-*^m
ter

1 1
, n . » m1 - J ihJ E^E ^J>^a rv I& FM F
dnOui, oui, la chanson por_ ter oui, oui la chanson du por.
J^T ^ 'ytJ^'J'JTJVr
I J Vfj H
Oui, oui, la chanson dn por_ ter oui, oui la chanson por.du
iMp *çJs ^rt^fiFi£t^=t=f^ir
Oui, oui, la chanson du por. ter oui, oui lachanson du por_
HÉ P^gliÉ ^^
j(r
#*--* k r rg ^ êèf r + — r ^H r f}z=Ua ÉniiÉP
-^—
_ter.
~3pi
ter._
Sg
ter.
(O
f r*=*&T=£h&igr>^ts' f^
/
r\
3rr p=a.^
u
ORCHESTRE COMPLET.
refile Flûle.
(B).Grmde Flûte. CHANSON DU PORTER.
OLr T. «.en
Cors en Re. t
Timh en Ré.
All"Moderato.(il6rJ)
Trijnçl*.
l'I \ i\«».
±iÉÉpJT* Ms£i=fL w i auîL»"r*
r\
*m i •• hpb ws
N
&f ^^^Sé T^H^^^r-m
lftf. 0i>e ' est de ton - te la ter_ re L^ plus beau pa ys?
2? c'. De-\ant la cho _ pe rem _ pli _ e De ce cor _
di
FI
Hjulb
t\ é j§m ^^9m
Quat Seul.
^C—^3ES gi V
.n/ ji|hji|^jrpj:-3r1
g jHH-fHnT
c'estMes a_ mis lÀngle_ter_ re Un \rai pa_ ra _ dis. Â bon droit la
L'anglais loin de sa pa_tri_e Songe au sol na _ tal El si par.fois
(1sPfHfr i iX~ fc ^
Cor.
Bnsson.
m £ f-f4-^m—
15
— -t-6 P J> J' |s J» lÉ | Bfiy St=tw m
De ses vins fa _ meû\est fié - re Mais pourFrance lan.glais
- se Dans les finis do - l'esil se gri il croit voir de
H.Llb:
. .
'fm^m mm^m
yf y y
utieo ///// a tempo.
f
ih j> ~jt>,£^=g
biè - re Qui! ai _ me le mieux«•est la
Ta Lesla _ mi _ se bords a _ do _ res
^s: *=£f^g m
H.IUlb, —p p-p =F=Fswééé= s
Kji ji
Ji ^=f
>imt h
| ¥ ¥m ^ m
Qui rend lex is e__ _ tenace don _ ce En te comme en hi^ver?
*f
i:
3S S^ ^ ^
Fi
TVinnçl
e i =*
I «=ff=
1MMJt] g
—" =¥pÉ^É ^S^^ £g^f
Cest no_ tre bie _ re qui mous_se C'est le por. ter, c'est le por.Jer
spu^ Wfl
—:£ p-p*s%g g^ LHJ-4di
16
j:
1i^£
'i Éigi^uuin
|'Quim rendretm iex _ is _ ten_ ce dou - ce _ te, Ed e comme en hi_ver
is==iÈ
juifln \i£ i' ij j gI g |
Qui rend lex _ is (en. ce don _ ce_ En e' _ te' comme en lii_ver
^S3E e
' ' f,f P T F FMF g^
u l'end I ex is ten.ce' _ _ dou _ ce En e' _Q té comme en lu _verTutti
-t, 1ê « _,— r— . , , . g >,^ î^^ ^î
*=*s p$Êi*« wm
i^±^g^ m j F f r i r c gtf^^tf
Cest no _ tre bie _ re qui motis_se Cest le por_ ter cest le por_ter!
p »F w mflflu. jW- te£zn* lE V p M$
C'est no- tre lebiè - re qui mous_se C'est por_ter c'est le por.fer!
S = ==tfc=^
'rm p m, e F r p fP rr f
C'est no _ tre biè _ re qui mous _ se C'est le por_ter c'est le por_ter!
*eS r^ 11
ferki —* fr t={ i=f=fs Sïm m B
f>f ftf
ÉÉÊÉ s wm
! fr
gj î g&m g=g Fgm ^
^#
/i^frfEJLLéêé 3MSÉSgg
/7\
?s ig g* Bip•• c r ew
t.COMPLETS.— — — r — r
M? 1. B!S.
RÉP. Aurevoir mes amis! Adieu capitaineX
1"~ mTEN.
i
Qui rend l'ex_is _ len_ce dou_«» En é -técomme
2*'
TF.!\.Ç
"*> m '/ * "~v
Qui rend Vex _ is _ ten_ce don _ ce En é _téocomme
/
-• 0- -0 * 0-BASSES. TO=^
:: — i rm-7 7=F=Y r i f— -r—b^——
)
Qui rend lex-is ten.re é_ dou_ce En _ técomme
PIANO
bv-U+-t. -f— ±=* ^=Êz
?=r£z^sg ^
l • •fc^ E§,g^p^^^^mUU
re moiisse,C'esten hLver, C'est no_tre biè _ qui le porler,C'est le porter.
en hLver, Ces* no . biè - re qui inoussê,C'est le porier,C'est le porter..Ire
•— -• 0--p p- ** r ^£=£m*Ejéé^m ?—— —
7 /'Vt r r- / f $ V i T~T~^
)
porter,C'est porter.enhLver, C'est no_tre biè _ re qui mousse,C'est le le
Ji *& ££eï u^*=*^« f^FfS 5^
» g£_fi 8=*^
inn^ii
Qt»lH
18
le
C'. Fl:
e
FI: .l'!
Cliir en L.'. M" 2.
RÛdeiiCois.en SOL.
ABIETTE.
Pist:
RÉP. Je préfère autre chose
Ail" animato. (84:j
GABRTEL
PIANO.
-M—i-M- =bi—
**
. r-'-^Hrjr-f^— £ / ;*9 r f f =F*=t
rom;mes_que, J'a_do_re le pit_to _ res-que, L imprévu, Ilinconnu,
Fl. m
1 *» m^ » ^s-*^~r ^f
Cl.
on
B.
i)U.-i- 1
»--*—
: /r^-LrL-L^-^ F =F^ g V
l'in_at_ten _ du. S'il se pou_vait vouje _drai s presque
h. n.
Fl. ci.
i Sm 3=PHiwm SM I 1
JLH±IWééé ==É
-Sr ri£
/TN ad libit:
qn* »
voir. voir Ce que l'on n'a jamais vu.
Tempoa
Q\ TUTTI, m
P
=P^£~ =*=±=3=+-** *ëP
f
f *f.
» • m
f^4 Éwtr
19
, E ^=*FF
- \ïi Tfê * ë f »m f^- 1 7 r
Dansd ne fa.çon pai _ si _ble lex_is_ten_Mar .cher u _
4=fc îEg^ SE *2SSS E3^=^J* 1g 3 3
pe'. ce pas a pas Je, ne sais rien de plus _ ni_ble Pour
8S^^5=^ HPa
Jt_*g g
FFï^ ^ *U^
* * »8 *ç#*
v y v
ce - me va pas, câr_moi la ne
Hfe
i
-^ S4* T=TH -»»
.L
fi
gi!=* et
* te,' »»£ é i0 s ~ c *=£ EEESm w? f iy
J'ai la tè te_ romanes, que, Ja_do_re le pit_t<> _ resjjue, imprévu,
k
a ^—a3 **» *^^~T ^STT
«=^20
0\ ad lib
^ JgF—->\U F EPHÏ F?
Ce l'on n'a jamais vuvoir, voir quepresque
. a Tempo.
SEÉ:£==
i i si £PS Iy/
* * y^s *iS ^f=r?/*
soutenu.
£=*«=UM^4*-IE
*
i y ?=¥ '/v ;y
jours _ nor.me.. a 1 a _ ven _ tu re Ce _ la me plaît e
*-:** ^«= 4P—TZ S 35*^ B^m
»*«
»
lS ±rt±
ppi
mf car_ nt, J'ai la tè _ te romanesque,
#*t ». I :
iSp=^^ #
fi^è
^S^iËfc
ms ta21
Ë rt^iEf lEnT??g ^^
.Fadojv le piLto _ résèque, i'imprevu, l'inconnu, l'in_at_ten _ du
£ E 3irgi'rtTS
S'il se pomait Je vou _ drais presque voir voir
/?\ animât».
« g iE£g i =ÊAraE :FTyF^F^^ ^
que vu, imprévu,Ce l'on n'a jamais" I inconnu, lirLat_ten_
TlTTI.
-a^- :»—>» « m^F
•^/C\' J** #*-•€—=t=fcP5^ mmi
•*
ai) libit=