Fraternité Matin n°16613 - Mardi 05 mai 2020

-

Français
36 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin n°16613 - Mardi 05 mai 2020

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 mai 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 11 Mo
Signaler un problème
Mardi 5 mai 2020 / N° 16 613 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orangeCi) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES
Retrait de la Côte d’Ivoire de sa déclaration
de compétence à la Cadhp
P. 11
Coronavirus /Ramadan 2020
Kablan Duncan et Gon Coulibaly main dans la main pour soulager les populations P. 12
Des maires Pdci-Rda Aimée Zébéyoux explique rejoignent le Rhdp La Secrétaire d’État chargée N’ZI Kouamé des Droits de l’Homme situe Antoine (Ouellé) :les enjeux de cette décision Amédé Kouakou“ J’adhère rassure sur laP. 3 à une façon poursuite des grands travaux Ramata Ly-Bakayoko de développer à propos des violences basées sur le genre :la Côte “ Les auteurs subiront d’Ivoire ” P. 14 la rigueur de la loi ” P. 6 Programme social du gouvernement P. 16 LuAtbtedocuornathremlaenceoCriossnéavmireutssous tension une localité de 2 000 habitants
pr sit
Nation 2 Mardi 5 mai 2020 Marché de nuit et coronavirus Enquête express Lecache-nez disparaît le soir
Porté de façon générale, le cache-nez semble facultatif au marché du soir.
Ici, au marché de nuit de la Palmeraie, aucune attention aux mesures barrières contre le Covid-19. (PHOTOS : Sébastien Kouassi)
i le cache-nez est por-té de façon générale dans les rues et même dans les transports seSmble pas systématique dans la journée, il ne les soirs et la nuit à certains endroits. Tel est le constat fait chez les commerçants et clients du marché du soir, au carrefour de la Palmeraie à la Riviera III et sites alen-tours. Ce samedi 25 avril, le carre-four grouille de monde. Il est 17h30, l’heure de pointe. Les mouvements humains sont plus denses de part et d’autre du carrefour avec ceux qui traversent les voies pour le quartier Palmeraie ou les autres qui convergent vers Bingerville, ou encore les piétons allant dans des sens contraires. Les klaxons de taxis communaux (woro-wo-ro) se font entendre égale-ment, comme pour marquer leur territoire. Car, à ce carre-four, l’on trouve plusieurs des-tinations à l’intérieur de Coco-dy, comme à l’extérieur de la commune. On peut donc ral-lier de l’intérieur, entre autres, « les Rosiers », « Marie-Rose Guiraud », « St Viateur », et de l’extérieur, des communes
comme le Plateau et Yopou-gon. Les commerçants de fri-perie, chaussures comme vêtements, s’installent. D’autres ont ni de déballer leurs marchandises sur des bâches noires. Ce carrefour se caractérise aussi par ces vendeurs du soir depuis des années, qui ont pour habitu-de de héler les clients. « La go choco, approche. Viens voir les nouveautés », crie Serges, devant la banque où il s’installe les soirs depuis plusieurs années. Il ne porte pas de cache-nez, de même que la jeune lle devant lui qui s’incline pour admirer les chaussures, constituées d’escarpins et de ballerines. La distanciation sociale n’est pas respectée non plus. A la question de savoir pourquoi ils ne sont pas protégés, Serges sort son tissu de sa poche et le présente. « Ma-man, le voici ». La jeune lle joue plutôt l’étonnée et nous jette un regard en signe d’agacement. Le voisin de Serge expose pratiquement les mêmes marchandises. Les prix pla-fonnent à 10 000 FCFA, ils peuvent pour dégringoler
jusqu’à 4000 FCFA si le client marchande bien. Lui non plus ne porte pas de masque, de même les deux curieux qui veulent en savoir davantage sur la qualité de ses mar-chandises. Plus « courageux », l’un d’eux, Jacquou, cone ne pas porter le masque « parce qu’on étouffe », mais assure qu’il en possède. « Ne t’en fais pas maman, nous en avons », rassure-t-il en bran-dissant son tissu.
Cache-nez dans la poche
Que savent-ils du Corona-virus ? Apparemment bien informés, ils répondent qu’il s’agit d’une maladie très dan-gereuse qui fait des milliers de victimes dans le monde entier. Et les mesures bar-rières ? « La récitation » est bien rendue avec ces deux orateurs qui relèvent qu’il faut se protéger en se lavant ré-gulièrement les mains à l’eau et au savon, en utilisant le gel hydroalcoolique et en portant un masque, etc. De l’autre côté du carrefour, sur la place occupée par les vendeurs de vêtements, le sort réservé au cache-nez n’est pas meilleur. En clair,
on ne le porte pas. « Maman, viens voir les robes. C’est moins cher. Fais ton choix », lance Prisca. Sa sœur Nina renchérit. « Tu vois, nos articles portent encore les étiquettes », dit-elle, en les présentant. Tout ce baratin est déroulé sans protection, avec les mêmes raisons à la bouche. « J’ai mon cache-nez. Il est dans mon sac ». Déscolarisée depuis la classe
de 6ème, la jeune lle se livre à ce commerce avec sa sœur pour gagner leur pitance. Assise sous les parasols des deux vendeuses, Josée, visi-blement une habituée, essaie des chemisiers. Son visage est aussi nu que ceux des autres clients devant l’étal du vendeur de baskets. « J’ai enlevé momentanément mon masque parce que j’ai transpiré. Je le remettrai de-
main après l’avoir lavé. De toute façon, il fait presque nuit », dit-elle avec un naturel surprenant. La nuit commence effective-ment à tomber. Bien que les marchandises soient moins distinctes du fait de l’obscu-rité, le commerce se poursuit avec les mêmes risques.
MARCELINE GNEPROUST
De qui se cache-t-on ? voir son cache-nez et autres lieux de culte ontpour l’heure plus de 211.000 dans sa poche pour suivi, de même que certains morts dans le monde entier. le présenter en casLes pays comme l’Espagnecommerces. Les déplace- A de besoin au lieu de ments en direction des villes(24 275 décès), l’Italie (27 le porter. Dire que le682 décès) ainsi que lesde l’intérieur du pays ont été message sur la dangerosi- interdits et un couvre-feuEtats-Unis (61 504) ont payé té du Coronavirus n’est pasinstitué, sans compter les le prix le plus fort. superfétatoire, surtout que campagnes de presse, laL’Afrique n’est pas épar-les populations sont bien mise en télétravail des em- gnée, avec 52 pays touchés informées des mesures ployés, la fermeture des aé-et 1 524 décès. barrières. Comment com- roports, etc. Le tout assortiDans ce décompte ma-prendre alors qu’on évoque d’une mesure rendant le cabre, la Côte d’Ivoire enre-des raisons sans fondement port du masque obligatoire. gistrait le mercredi 29 avril, pour ne pas respecter lesC’est dire que la maladie à 1238 cas conrmés, avec 14 restrictions du Conseil natio-décès et 557 guéris.Coronavirus n’est pas une nal de sécurité ? Qui, dès les vue de l’esprit. DéclenchéeIl y a des situations où on premières heures, a ferméà Wuhan en Chine en no-n’a pas besoin d’être Saint les établissements scolaires vembre 2019, cette maladie Thomas. pour freiner la propagationa fait plus de 3.030.240 in-M. GNEPROUST du virus. Eglises, mosquées fectés dans le monde, avec
Mardi 5 mai 2020
N ation
3
• Amedé KofI Kouakou rassure sur la poursuite des grands travaux malgré tout e Covid-19 a imposé un tion assez « timide » des 5contravention de deuxième A ce jour, 1189 personnes léger ralentissement sur centres de dépistage ouverts classe. Celle-ci peut donner ont été interpellées pour vio-les grands chantiers.à Cocody, Treichville, Marco-lieu à 10 jours de prison et lation du couvre-feu : 127 à leLLes gestes barrières deNotre devoir, c’est de leur de l’Équipement  ministre -mis en fourrière, 886 per-C’est le constat amer ry, Koumassi et Yopougon. à des amendes pouvant at-Abidjan et 1062 à l’intérieur qu’a tenu à partager hier« Les personnes ont peur.375 engins ont ététeindre 50 mille francs FCFA. du pays. et de l’entretien routier, Ame-dire que la maladie est,meurent en vigueur. La po- sonnes ont été assistées et dé Kof Kouakou. certes, contagieuse, mais140 corps de personnes dé-lice a dû fermer un lieu de « La pandémie a un véritableculte à Yopougon qui avaitelle n’est pas mortelle à cédées pour mort naturelle . impact sur nos activités. On100% », explique Dr Édith réuni plus de 100 dèles enont été enlevés peut même dire que les tra- Kouassi qui dénonce égale-n de semaine dernière. BENOIT HILI vaux connaissent un ralen- ment le « déni de la maladie tissement général, voire des». Une partie des Ivoiriens arrêts sur certains chantiersaurait encore du mal à croire Pouponnière de Dabou: Les enfants dus à la mesure du couvre- à la réalité de la pandémie. feu et à l’interdiction de cer-Au ministère de la Santé, l’on tains déplacements entre la estime donc que la vigilance «gâtés» par la fondation Maruthi grand Abidjan et l’intérieur doit être de mise à l’intérieur (PHOTO : SÉBASTIEN KOUASSI) du pays », a reconnu AmedéLe ministre de l’Équipement et de l’entretien routier admetdu pays même si aucun cas Kof Kouakou. Le ministrede livraison seront retardés par la pandémie.que des délais n’y a été signalé depuis le 21 était l’invité principal du pointavril dernier. Car tant que le qui doit être exécutée pardu pays. Un connement du de presse traditionnel dufoyer n’est pas éteint à Abi-les partenaires chinois est àpersonnel est appliqué au ni-gouvernement sur le corona-du territoire nedjan, le reste l’arrêt.veau des plateformes. virus, au cabinet du ministère sera pas à l’abri. « Dans ce contexte du Co- La crise frappe davantage de la Sécurité et de la Pro-Ce n’est pas dire que la ten-vid-19, je voudrais rassurerles gros travaux. Une cen-tection civile à Abidjan.dance soit au pessimisme. nos compatriotes quant à laentaine de petits chantiers Outre la réduction du per- Le taux de guérison des ma-poursuite de l’ensemble ducours sont moins impactés. sonnel sur les chantiers lades est de 50% en Côte programme routier, notam-Quoiqu’il en soit, la menace imposée par le couvre-feu, d’Ivoire contre 30% au plan ment le programme d’entre-du virus est toujours réelle. la fermeture des frontières mondial. Et Abidjan reste ou-tien routier 2019-2020 ins-Selon Dr Édith Kouassi, compromet la circulation duvert à toute coopération de crit au programme social duconseillère technique du mi-personnel étranger et l’ap- recherche. gouvernement (PSGouv) », nistre de la Santé et de l’Hy-provisionnement en matérielCôté sécuritaire, la police a néanmoins assuré le mi-giène Publique, « le virus est Le président de la fondation Maruthi (à gauche) remet symboliquement d’équipement. travaille à passer à la répres-nistre.toujours actif » dans le pays. du matériel hygiénique à la directrice de la pouponnière. La conséquence de tous ces sion dans le milieu du trans-Des dispositions prises parAvec toujours pour épicentre, désagréments, c’est le ral- port où le port du masque de Les membres de la Maruthique nécessaire de faire ce le gouvernement permettentle grand Abidjan. longement de certains délais protection est déclaré obliga-Ressouces Fundation (Fon-geste à l’endroit des enfants exceptionnellement aux en- Et même si la prise en charge de livraison. Il en va ainsi dutoire. Le manquement à cette dation Maruthi) ont fait parler de la pouponnière de Dabou. treprises du Btp de circulerest totalement gratuite, 4e pont d’Abidjan. La partieobligation représente une leur cœur en cette période « Nous sommes venus avec entre Abidjan et l’intérieuron déplore une fréquenta-de crise sanitaire que tra- des dons composés de vivres verse la Côte d’Ivoire. En ef-et non vivres, ainsi que des • Le Fidra remet plus de 40 millions de FCfaponnière de Dabou a reçu la aider nos enfants à lutter fet, le samedi 2 mai, la pouhygiéniques pour- produits visite de ces membres les contre le Covid-19 ». Le pré-de kits sanitaires aux associations de retraitésbras chargés de vivres etsident a rappelé, par ailleurs,non vivres notamment plu-qu’en décembre 2018, la e siège du Fonds de les bénéciaires au respect sieurs cartons de savons, defondation avait fait un don en développement de lades gestes barrières. S’ex-pâtes alimentaires, de sacs promettant de revenir. «Voilà retraite active (Fidra) à primant au nom de ceux-ci, de riz, de jouets etc. Selon pourquoi nous sommes là», LLa pouponnière de Dabouà la tête de la délégation, ce Cocody a abrité, le 30 Mathurin Kouassi, président le président de la fondation a-t-il indiqué. avril, la cérémonie ofla Fédération des asso-- de cielle de lancement de laciations de fonctionnaires et don a une valeur de plus de compte 97 pensionnaires. campagne de distribution agents de l’État à la retraite, quatre millions de F Cfa.Elle a la particularité d’ac-de kits sanitaires d’une va-a traduit leurs remercie-C’est Ouattara Korotoum,cueillir des enfants porteurs leur de 40 millions de FCfa à ments au Fidra et à sa pre-inspectrice principale d’édu- de handicaps lourds aban-l’ensemble des associations mière responsable. Il a aussi cation spécialisée, directricedonnés par les parents. de retraités et de veuves salué les mesures prises par de la pouponnière de Dabou, Cette maison a vu le jour de fonctionnaires. Les dons le gouvernement pour proté-qui a réceptionné les dons.en 1950, mais c’est en 2015 sont constitués notamment ger les populations en géné-«Nos enfants sont gâtés», qu’elle a été spécialisée dans de masques, de gel hydroal-ral et les personnes du troi-a-t-elle déclaré au terme del’encadrement et le suivi des coolique, de gants. Avant de sième âge en particulier, tout la cérémonie de remise. Bien enfants en situation de han-donner le top départ de cette en marquant son adhésion avant, dans son allocution dedicap et abandonnés. Quant campagne, Hélène Diarra, à l’appel de la Pdg du Fidra bienvenue, elle a salué l’élan à la Fondation Maruthi, elle Pdg du Fidra, a expliqué invitant les retraités à ne pas de solidarité des heureux regroupe les membres de que son institution ne saurait oublier leur vulnérabilité. Son donateurs. «Nous sommesla communauté indienne ré-Hélène Diarra (à droite) a invité les bénéïciaires à respecter les rester en marge de l’élan de message a été appuyé par connés ici. Et vous y êtessidant en Côte d’Ivoire. Elle mesures barrières.(PHOTOS : DR) solidarité qui a cours dans Nanan Camara Ban, prési-venus pour faire preuve decompte à son actif plusieurs le pays depuis l’appel du dente de l’Association des plus à risque. La Pdg a faitsolidarité ».que ces derniers recevront actions sociales dans les Président de la République. veuves des fonctionnaires et savoir que des dispositionsdes kits sanitaires dans les Au nom des membres depouponnières, orphelinats, ont été prises pour assu-agences du réseau de l’ins-.la fondation, le présidentainsi que des dons de sang Elle a déclaré que le Fidra est concerné au plus haut. agents de l’État, Mobla rer les services essentielstitution. Hélène Diarra n’a Hussen a fait savoir que face point puisque les personnes ABOUBAKAR BAMBA à l’endroit des retraités etpas manqué de sensibiliserà la pandémie, il était plusMARCEL APPENA du troisième âge sont les