Baromètre de la politique nationale - sondage BVA

Baromètre de la politique nationale - sondage BVA

-

Documents
24 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Conséquences des européennes sur l’exécutif : un Président qui stagne à des records historiques d’impopularité et un Premier ministre en recul même s’il reste relativement apprécié. Aussi, la gauche au pouvoir n’est pas la seule à être « plombée » par le contexte politique actuel : l’UMP est particulièrement atteinte, affaire Bygmalion oblige. Enfin, le rejet de la classe politique est violent : 8 Français sur 10 déclarent ne pas lui faire confiance.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 juin 2014
Nombre de visites sur la page 94
Langue Français
Signaler un problème
Observatoire de la politique nationale Mai 2014
BVAOrange pourL’Express, laPresse Régionale etFrance Inter
LEVÉE D’EMBARGO LE2 JUIN 201418H00
2
Diffusion et levée d’embargo
Ce sondage est réalisépour
et
oles portails Internet :Diffusé sur http://www.orange.fr/,http://www.lexpress.fr/, http://www.radiofrance.fr/franceinter/ethttp://www.bva.fr/oEt sur le portail mobile Orange World (SMS, MMS, WAP) oPublication dansla presse régionale etL’Express, les quotidiens de diffusion sur France Inter
Levée d’embargole2 juin 201418H00
Fiche technique
Recueil
Echantillon
Enquête réalisée auprèsd’un échantillonde Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internetle 27 et 28 mai 2014.
Echantillon de1 093 personnes,représentatif de la population française âgée de18 ans et plus. La représentativité del’échantillon estassurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession de l’interviewé aprèsstratification par région et catégorie d’agglomération.
Les évolution signalées dans ce rapport correspondent à des évolutions depuisavril 2014, date de la vague précédente. Evolutions3
Note sur les marges d’erreur
Comme pour toute enquête quantitative, cetteétude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentesaux loisstatistiques. Le tableau ci-résultat obtenu et la tailledes marges d’erreur suivant leconsidérde l’échantillondessous présente les valeursé :
Taille de l’échantillon 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1 000 2 000 4 000 6 000 10 000
5 ou 95% 4,4 3,1 2,5 2,2 1,9 1,8 1,6 1,5 1,4 1,4 1,0 0,7 0,6 0,4
Intervalle de confiance à 95% selon le score 10 ou 90%20 ou 80%30 ou 70%40 ou 60% 6,0 8,0 9,2 9,8 4,2 5,7 6,5 6,9 3,5 4,6 5,3 5,7 3,0 4,0 4,6 4,9 2,7 3,6 4,1 4,4 2,4 3,3 3,7 4,0 2,3 3,0 3,5 3,7 2,1 2,8 3,2 3,5 2,0 2,6 3,0 3,2 1,8 2,5 2,8 3,0 1,3 1,8 2,1 2,2 0,9 1,3 1,5 1,6 0,8 1,1 1,3 1,4 0,6 0,8 0,9 0,9
50% 10,0 7,1 5,8 5,0 4,5 4,1 3,8 3,5 3,3 3,1 2,2 1,6 1,4 1,0
Exemple de lecturecas d’un échantillonde: Dans le1 000 personnes, pour un pourcentage obtenu par enquêtede20%, lamarge d’erreur est égaleà2,5d’être compris entre 17,5% et 22,5%.. Le pourcentage a donc 95% de chance
4
Principaux enseignements
1 - Conséquences des européennes surl’exécutif: un Président qui stagne à des records historiquesd’impopularitéet un Premier ministre en recul mêmes’ilreste relativementapprécié
Après la lourde sanction des européennesl’exécutifaffecté : le Président stagne à un médiocre niveau record de 21% de bonnes opinions contreest 78% de mauvaises. Est-ce le fond de la piscine ? Difficile à dire, mais aucun Président avant luin’avaitenregistré moins de 30% de bonnes opinions sur notre baromètre Avec21% Hollandeégale sonpropre record historiqued’impopularité datant du moins dernier.
Le Premier ministre, Manuel Valls, toujours deux fois plus populaire que le Président, recule de 3 points pour se situer désormais à 49% de bonnes opinions contre 50% de mauvaises.C’estle Premier ministre conservant un niveau de popularité tout à fait acceptablesans doute un moindre mal, au regard du contextepolitique actuel.
Au-delà du révélateur des européennes, toutl’enjeupourl’ exécutifsera de convaincre les Françaisqu’ilque à la foisest capable de mener une politi juste et efficace.Avec 88%de Français jugeant quela politique menée par le gouvernementn’ estla jugeant pas juste, cettecace et 74% nepas effi mission semblerelever de la gageure. 2 - La gauche au pouvoirn’estel :» par le contexte politique actuêtre « plomb éepas la seule àl’UMPaireement atteinte, affest particulièr Bygmalion oblige.
Nicolas Sarkozy, ex-champion des sympathisants de droite, est lourdement affecté parl’affaireBygmalion.L’ex-Présidentn’apparaî tplus comme un ème recours, chutant de 6 points auprès des Français (7avec 31% de coted’inf luence)nts auprès des sympathisants de droite (58%,et surtout de 12 poi désormais à 11 pointsd’A lainllon-Raffarin » engrange des points sur notre cote desJuppé) tandis que le triumvirat en charge du parti « Juppé-Fi personnalités.
Alain Juppé apparaît plus que jamais comme le sauveur à droite, en étant premier de notre coted’inf luence(56%, à 12 points du second, François Bayrou) et surtout premier auprès des sympathisants de droite (69%). François Fillon est aussi le grand gagnant de la crise àl’ UMP,il gagne 3 points auprès des Français (38%) et 5 points auprès des sympathisants de droite (54%). Jean-Pierre Raffarin, le troisième « sage » du triumvirat progresse lui aussi gagnant 2 pointsauprès des Français (31%).
5
Principaux enseignements
Aux antipodes de ses trois successeurs, Jean-François Copés’effondre,largement dernier et tombant au niveau record de 8% de cote étant d’influence (-8 points).
Le parti lui-aussi est durement frappé en termesd’image.L’UMPchute de 8 points, passant de 39% à 31% et se situant désormais à des niveaux très proches du PS (28%)et du FN (26%).
Le centre-droit semble le grand gagnant de cette séquence politique mouvementée.UDI (52%) et MoDem (51%) sont désormais, et de loin, les deux partis les plus appréciés des Français. Parallèlement, François Bayrous’envole,devenant la deuxième personnalité politique préférée des Français, avec 44% de coted’influence. 3 - Le rejet de la classe politique est violent : 8 Français sur 10 déclarent ne pas lui faire confiance
82% des Français déclarent ne pas faire confiance aux partis politiques. Dans le détail : 80% estimentqu’i lsne font pas de propositions intéressantes, 86%qu’ilscandidats et 93%ne sélectionnentpas les meilleursqu’ilsne sont pas gérés de manière transparente.
Seule « consolation », ils restent incontournables : 63% des Français estiment tout de mêmequ’i lssont essentiels pour le bon fonctionnement de la démocratie.
S’agissantclasse politique,nos concitoyenssemblent donc àla foisregard sur leurde leurécœurés etrésignés.
6
Céline Bracq,directrice deBVA Opinion
7
La popularitéde l’exécutif
8
PopularitéduPrésidentde laRépublique
oqueQuelle opinion avez-vous de François Hollande en tant Président de la République ? ST Mauvaise : 78%ST Bonne : 21% = = Très bonne (NSP) 2% Plutôt 1% bonne 19%
Très mauvaise 45%
Plutôt mauvaise 33%
9
Evolution de lapopularité duPrésidentde laRépubliqueoQuelle opinion avez-vous de François Hollande en tant que Président de la République ? 78% 78% 73% 72% 68% 66% 66% 71% 64% 69% 68% 61% 61% 66% 59% 64% 55% 55% 55% 56% 53%
38% 37%
46% 43% 44% 44% 44%
35% 40% 33% 32% 31% 29% 35% 34% 28% 31%
26%
27% 21% 21%
Bonne opinion
Mauvaise opinion
10
Historique de lapopularitéduPrésidentde laRépublique
Réelection Mitterrand Mitterrand
Réelection SarkozyHollande Chirac Chirac
Bonnes opinions
Mauvaises opinions
11
Popularitéministredu Premier
orem erQuelle opinion avez-vous de Manuel Valls en tant que ministre ? ST Mauvaise : 50%ST Bonne : 49% + 3 pts (NSP) Très bonne-3 pts Très 1% 5% mauvaise 15%
Plutôt mauvaise 35%
Plutôt bonne 44%