Baromètre politique avril 2015 : la cote de popularité de l

Baromètre politique avril 2015 : la cote de popularité de l'exécutif à nouveau en baisse

-

Documents
22 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Effet des départementales ? L’Exécutif et les personnalités de gauche reculent tandis que les le Pen tante et nièce progressent. A droite, Sarkozy devance Juppé pour la primaire UMP, profitant visiblement des candidatures putatives de Le Maire, Fillon, NKM et Bertrand

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 21 avril 2015
Nombre de visites sur la page 15
Langue Français
Signaler un problème
Baromètre politique Avril 2015
Sondage réalisé par
pour
Publié le mardi 21 avril 2015
Levée d’eŵďaƌgo le ŵaƌdi Ϯϭ avƌil –05h00
Méthodologie
Recueil
Echantillon
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais interrogés par Internet les16 et 17 avril 2015
Echantillon de1 003 personnesreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité del’ĠĐhaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégoried’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultatd’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé. Sile pourĐentage oďservé est de … Taille de5% ou 40% ou 30% ou 20% ou 10% ou 50% l’EĐhaŶtilloŶ95% 90% 80% 70% 60%
800
900
1 000
2 000
1,5
1,4
1,4
1,0
2,5
2,0
1,8
1,3
2,8
2,6
2,5
1,8
3,2
3,0
2,8
2,1
3,5
3,2
3,0
2,2
3,5
3,3
3,1
2,2
Lecture du tableau: Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20%, la ŵaƌge d’eƌƌeuƌ est Ġgale à2,5%. Le pouƌĐeŶtage ƌĠel est doŶĐ Đoŵpƌis daŶs l’iŶteƌǀalle [17,5 ; 22,5].
Principaux enseignements
Effet des dépaƌteŵeŶtales ? L’ExéĐutif et les peƌsoŶŶalités de gauĐhe ƌeĐuleŶt taŶdis Ƌue les le Pen tante et nièce progressent. A droite, Sarkozy devance Juppé pour la primaire UMP, profitant visiblement des candidatures putatives de Le Maire, Fillon, NKM et Bertrand
1 - Cote de popularité del’exéĐutif: le Président (-3 points) et le Premier ministre (-2 points) reculent encore en avril et retrouvent désormais leurs très bas niveaux del’autoŵŶe2014
François Hollande (21%), en baisse de 3 points, et Manuel Valls (39%), en baisse de 2 points, retrouvent leurs très bas niveaux del’autoŵŶe2014. ème Avec seulement 21% de « bonnes opinions », le Président retrouve son 2 plus bas niveau depuisƋu’Odoxa l’eŶƌegistƌe(16% en novembre 2014) et accuse un niveau en baisse de 10 points par rapport à son « pic de popularité » (de seulement 31%) obtenu en janvier 2015 dans la période post-Charlie. Il ne parvient même plus à convaincre une majorité de sympathisants de gauche (50% de bonnes opinions contre 49% de mauvaises) et reste deux fois moins populaire que son Premier ministre, qui pourtant est lui aussi en baisse. Car pour Manuel Valls, si la comparaison avec Hollande est toujours flatteuse, la périodeŶ’estguère favorable en termesd’opiŶioŶ: depuis le 11 janvier, le Premier ministre a reculé de 14 points, passant de 53% de bonnes opinions il y a trois mois à seulement 39%aujouƌd’hui. Lui aussi se rapproche désormais des plus bas niveaux de popularitéƋu’il Ŷ’aitjamais enregistré depuisƋu’il est ministre (il était à 37% en octobre et novembre dernier). La période polémiqueƋu’ilvient de traverser, notamment après les départementales, explique largement cette situation. Mais malgré les polémiques des frondeurs, et mêmes’ilbaisse sensiblement auprès des sympathisants de gauche (-4 points), Valls parvient toujourscontrairement à Hollandeà être populaire auprèsd’uŶelarge majorité de sympathisants de son camp (61% de bonnes opinions).
Principaux enseignements
er 2 - Palmarès del’adhésioŶavec 38%), mais ce sont les Le Pen,: Juppé est toujours nettement en tête (1 tante et nièce, qui enregistrent les plus fortes progressions ce mois-ci (+2 et +4 points)
Notre palmarès del’adhĠsioŶàl’Ġgaƌddes hommes politiques témoigne du discrédit dont souffrel’eŶseŵďle du personnel politique Français. Aucun homme politique ne parvient à recueillir 40% de soutien, ou au moins de sympathie, de la part des Français. Plus fâcheux, la plupart des hommes politiques voient encore leur cote baisser ce mois-ci, àl’edžĐeptioŶdes deux femmes du FN, Marine et Marion Maréchal le Pen. Les départementales sont passées par là.D’ailleuƌs,les divisions provoquées parl’ĠĐheĐde la gauche sont palpables sur notre palmarès : les 4 femmes préférées depuis des mois par les sympathisants de gaucheNVB, Taubira, Aubry et Royalconservent leurs rangs et demeurent les seules personnalités politiquesƋu’ils créditent de plus de 50% de jugements positifsmais elles perdent respectivement 3 à 6 pointsd’adhĠsioŶ en un mois. Le record de baisse estd’ailleuƌspour Martine Aubry (-6 points) dont les atermoiements sur la posture à tenir àl’Ġgaƌddel’edžĠĐutifdans la perspective du congrès du PS ont fini par agacer les électeurs. Fronde ou soutien il fallait choisir. Del’autƌecôté du spectre politique, ilŶ’estpas illogiqueau regard du succès du FN aux départementales et du retrait final du père/grand-pèrece soit les deux Le Pen, tante et nièce qui recueillent les plus fortesque hausses du palmarès. Marion Maréchal gagne 4 points par rapport à mars. Sa tanteŶ’estpas en reste, gagnant encore 2 points ets’aŶĐƌaŶtsolidement dans le top-10 des personnalités politiques préférées des Français, et le podium de celles que préfèrent les sympathisants de droite. MaisĐ’estun homme de droite parlementaire qui demeure le premier de notre palmarès, Alain Juppé. Il reste devant ses poursuivants, mais recule. Il ne recueille plus que 38%d’adhĠsioŶdansl’opiŶioŶ,soit presque 10 points de moins que ses niveaux de la fin del’aŶŶĠe2014 (47%d’adhĠsioŶàl’ĠpoƋue). Son grand rival, Nicolas Sarkozy, actuel favori de la présidentielle de 2017, recueille 11 points de moins avec seulement 27%d’adhĠsioŶ. Auprès des sympathisants de droite, en revanche, il est toujours le numéro 1, avec 56%d’adhĠsioŶ,devançant Marine le Pendeuxième avec 51% - et Alain Juppé, troisième avec 50%.
Principaux enseignements
3 - Primaire del’UMP: Sarkozy, toujours en tête au premier tour, et Juppé, deuxième auprès des électeurs potentiels, écrasent la concurrence. Au second tour, le match serait extrêmement serré (51/49), signe que les « petits » candidatsdont Fillonprennent surtout des voix à Juppé
Odoxa a choisid’iŶteƌƌogeƌles Français déclarantƋu’ilscomptent voter à la primaire UMPune foisƋu’oŶ leur en a précisés les règlesAinsi, contrairement àd’autƌessondages portant sur des préférences ou des souhaits de sympathisants de la droite et du centre et excluant les électeurs potentiels (certes très minoritaires) apartisans ou issusd’autƌes formations (gauche et surtout FN), notre enquête intègrel’eŶseŵďledes Français qui envisagent de voter les 20 et le 27 novembre 2016, et à qui nous avons précisé les règles de cette primaire, à savoir : une « élection qui sera ouverte à l'ensemble des sympathisants de droite et du centre inscrits sur les listes électorales ou ayant 18 ans à la date de l'élection présidentielle. Les votants devront adhérer à la charte de la primaire, payer deux euros et signer un texte dans lequel ils assureront partager les valeurs républicaines de la droite et du centre et «s’eŶgageƌpourl’alteƌŶaŶĐeafin de réussir le redressement de la France ». On a ensuite analysé plus en détail les intentions des électeurs par ailleurs sympathisants del’UMPetl’UDI. Résultat : une fois de plus, N. Sarkozy, toujours en tête, devance A. Juppé de 10 points avec 45% contre 35% des voix. Surtout,l’iŵŵeŶseatout del’edž-Président estd’ġtƌetrès, très largement préféré à Juppé par les électeurs potentiels qui se déclarent par ailleurs sympathisants del’UMP. Auprès de ceux-ci, qui seront sans doute bien plus mobilisés que les autres pour venir voter effectivementl’aŶŶĠeprochaine, il pulvérise son adversaire avec 65% de voix contre seulement 18% à Alain Juppé. Inversement, auprès des électeurs centristeset notamment ceux del’UDI – Đ’estJuppé qui rafle la mise réunissant 66% de leurs voix. Seul problème pour lui : les sympathisants del’UDIsont 4 fois moins nombreux que ceux del’UMPet risquent fort, en plus, de moins se mobiliser pour cette primaire.
Principaux enseignements
Mais au-delà de cette avance par ailleurs assez stable de Sarkozy au premier tour (elle était déjà de 44% contre 37% en février dernier),l’autƌeenseignement de notre mesure est que tous deux écrasent totalement la concurrence, réunissant 80% des voix exprimées. Les autres candidats putatifs ne réunissent que 20% des voix. Parmi eux, un seul figure très honorablement, Bruno le Maire : avec 11% des voix, il réunit à lui seul la moitié des voix de tous les « petits » candidats. François Fillon très en vue médiatiquement ces dernières semaines, ne parvientƋu’à7%, NKM et X. Bertrand ne recueillant que 1% chacun. Surtout, la nouveauté de notre mesure est de proposer un second tour entre les deux favoris. Ce second tour montre combien le match entre eux serait bien plus serré que ce que le premier tour ne pouvait suggérer : Sarkozyl’eŵpoƌteƌaitavec seulement 51% contre 49% auprès del’eŶseŵďledu corps électoral théorique de la primaire. Mais de nouveau, il est largement le préféré (70%) par les sympathisants del’UMPqui seront probablement bien plus nombreux que les autres à se mobiliser effectivementl’aŶŶĠe prochaine. L’edžisteŶĐece second tour en duel nous permet aussi de mesurer combien la multiplicité des candidaturesde favorise au premier tour Nicolas Sarkozy bien plusƋu’AlaiŶJuppé. En effet, ces « petits » candidats prennent bien davantage de voix à Juppé plutôtƋu’àSarkozy.D’ailleuƌsles électeurs de ces « petits » candidats du premier tour se reporteraient nettement plus sur Juppé plutôt que sur Sarkozy au second tour (59% contre 41%). Ainsi, la candidature de F. Fillon est-elle finalement un atout pour N. Sarkozy dans cette primaire UMP.
Gaël Sliman, Présidentd’Odoxa @gaelsliman
Popularité de François Hollande
8
Diriez-vous que François Hollande est un bon Président de la République ?
Non 78% +3 pts
(NSP) 1%
Oui 21% -3 pts
Evolution de la popularité de François Hollande
9
Diriez-vous que François Hollande est un bon Président de la République ?
100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0%
80%
20%
oct.-14
83%
16%
nov.-14
78%
21%
déc.-14
68%
31%
janv.-15
73%
26%
févr.-15
75%
24%
mars-15
78%
21%
avr.-15
Oui
Non
Popularité de François Hollande selon la proximité partisane
10
Diriez-vous que François Hollande est un bon Président de la République ?
Ensemble
Sympathisants de gauche
5% Sympathisants de droite
21%
50%
Oui
78%
94%
Non
49%
(NSP)
1%
1%
1%
-3 pts
-5 pts
+1 pts
Popularité de Manuel Valls
11
Diriez-vous que Manuel Valls est un bon Premier ministre ?
Non 60% +2 pts
(NSP) 1%
Oui 39% -2 pts