Chômage - 54% des Français estiment que le chômage ne commencera pas à baisser durablement d ici 2017
10 pages
Français

Chômage - 54% des Français estiment que le chômage ne commencera pas à baisser durablement d'ici 2017

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
10 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

54% des Français pensent que le chômage ne commencera pas à baisser durablement d’ici 2017. 43% se montrent plus optimistes, imaginant que le chômage commencera à baisser en 2017 (23%), en 2016 (16%) ou même pour une infime part dès cette année (4%).

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 04 mai 2015
Nombre de lectures 4
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait


Les Français et la lutte
contre le chômage
Mai 2015
Sondage réalisé par pour et
LEVEE D’EMBARGO : DIMANCHE 3 MAI A 18H Diffusion et levée d’embargo
Ce sondage est réalisé pour et
o Diffusé dimanche à 18h00 sur iTELE dans l’émission « 18H Politique »
o Diffusé sur les portails Internet :
http://www.orange.fr/, http://www.itele.fr et http://www.bva.fr/
2 Fiche technique
Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français
recrutés par téléphone puis interrogés par Internet les 29
et 30 avril 2015.
Recueil
Echantillon de 1028 personnes, représentatif de la
population française âgée de 18 ans et plus.

La représentativité de l’échantillon est assurée par la
méthode des quotas appliqués aux variables suivantes :
sexe, âge, profession du chef de famille et profession de
Echantillon
l’interviewé après stratification par région et catégorie
d’agglomération.
3 Principaux enseignements (1/2)
L’i nv ersi on de la courbe du chômage, une perspective lointaine pour la majorité des Français
Près de 3 ans ont passé depuis ce souhait formulé par François Hollande sur l ’ i n v ersio n de la courbe du chômage d’ i ci la fin de l ’ an né e
2013. Enoncé sur un plateau de télévision, ce souhait avait pris la forme d’ un e promesse que les chiffres de l ’ I N S E E ont tôt fait de
contredire. Ce mois-ci, les chiffres étaient de nouveaux implacables, le chômage ne baisse pas, il augmente encore.

Le scepticisme semble depuis s’ êt r e muté en résignation chez les Français : ils sont ainsi une majorité de 54% à penser que le chômage
ne commencera pas à baisser durablement d’ i c i 2017, quand 23% pensent q u’ i l commencer à baisser durablement en 2017. Seule une
minorité de 20% se montrent plus optimistes, imaginant que le chômage commencera à baisser en 2016 (16%) ou pour une infime part
même dès cette année (4%). Au global, ce sont donc 43% des Français qui jugent que la courbe du chômage s’ i n v erser a d’ i ci 2017,
année d’ él ectio n présidentielle où les chiffres de l ’ I N S E E auront à n’ en pas douter un fort impact sur l ’ i ssue du scrutin. En effet, face à une
telle résignation d’ un e nette majorité des Français, l ’ i n v ersio n de la courbe du chômage, si elle devait intervenir avant le mois d’ av r i l 2017
pourrait créer un choc propice pour la candidature de François Hollande, dont les Français ont pour l ’ i nstant une bien mauvaise opinion
(seuls 26% des Français avaient une bonne opinion du président de la République dans notre Observatoire de la vie politique du mois
d’ av r i l ).

Dans le détail, on observe que les sympathisants socialistes sont les seuls à avoir majoritairement confiance dans le gouvernement pour
résoudre le problème du chômage d’ i c i 2017 (83%) : 8% pensent q u’ i l commencera à baisser dès cette année, 43% l ’ an prochain et 28%
en 2017. Les sympathisants des partis plus à gauche que le PS se montrent, de ce point de vue, aussi sceptiques que ceux de l ’ U M P
(seuls 28% pour les premiers et 29% pour les seconds jugent que le chômage commencera à baisser durablement d’ i c i 2017). Tout le défi
pour François Hollande et son gouvernement réside dans ce problème : redonner confiance à la gauche de son camp avant 2017 pour
rendre crédibles les promesses d’ un e campagne présidentielle.

17 ans après son instauration, les Français jugent majoritairement que les « 35 heures » ont été une mauvaise chose pour
l ’ emploi
57% des Français trouvent que, globalement, la réduction de la durée légale du travail à 35 heures par semaine, a été une mauvaise
chose pour l ’ empl oi , ils sont même 26% à penser que cela a été une très mauvaise chose. Seule une minorité de 41% jugent que la
réforme a été positive pour l ’ empl oi.

Symbolique du gouvernement Jospin, la loi Aubry reste extrêmement clivante politiquement. Dans le détail, la lecture des résultats par
proximité partisane porte un coup à l ’ i dé e répandue que les notions de gauche et de droite en politique n’ on t plus de sens. En effet, alors
que 73% des sympathisants de la gauche jugent que la réduction du temps de travail a été bénéfique pour l ’ empl oi , les sympathisants
centristes du MoDem sont tout à fait partagés sur la question (50%/50%) tandis que les sympathisants de la droite sont 88% à estimer
que les 35 heures ont été une mauvaise chose.
4 Principaux enseignements (2/2)
Au sein de la gauche, les sympathisants du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon sont 85% à juger positivement cette mesure, pour
72% parmi les sympathisants du parti socialiste (27% estimant tout de même q u’ el l e a été une mauvaise chose). Au sein de la droite, si
sa fraction libérale est vent debout contre cette loi q u’ el l e critique lors de chaque campagne électorale (94% des sympathisants de l ’ U M P
et 91% de ceux de l’UDI jugent qu ’ i l s’ ag i ssai t d’ un e mauvaise chose), les sympathisants du Front national sont aussi largement négatifs
dans leur avis (78% pensent que c’ étai t une mauvaise chose pour l ’ empl oi ).

Pour lutter contre le chômage, les Français préconisent surtout d’al l ég er les charges pour les entreprises
79% des Français considèrent q u’ al l ég er les charges pour les entreprises constitue un moyen efficace pour lutter contre le chômage, un
chiffre quasiment similaire à celui que nous mesurions en 2005 déjà. Cette opinion est majoritaire dans tous les camps politiques, mis à
part celui des sympathisants des partis plus à gauche que le PS, qui sont tout de même 31% à le penser.

Le renforcement des mesures visant à contrôler les chômeurs est également perçu comme un moyen efficace de lutte contre le chômage
par une majorité de Français (64%), une part cependant en recul par rapport à 2005 (73%). Si les trois-quarts (77%) des sympathisants
de la droite sont de cet avis, les sympathisants de la gauche sont nettement plus divisés (49% pensant que c’ es t un moyen efficace, 50%
un moyenne inefficace), les sympathisants socialistes étant majoritairement favorables à ces mesures (59%) et ceux de la gauche du parti
socialiste majoritairement opposés (62%).

Portée par le Medef pour donner plus de « flexibilité » aux entreprises, la proposition de faciliter les licenciements est au contraire rejetée
par une majorité de 6 Français sur 10. Seuls 36% jugent q u’ el l e constituerait un moyen efficace pour lutter contre le chômage. Si cette
idée est en progrès dans l ’ op i n i on depuis 2005 (ils étaient alors 23% à penser q u’ el l e constituer un moyen efficace de lutte contre le
chômage), elle reste très majoritairement rejetée. Seuls les sympathisants de l ’ U M P sont une majorité à la soutenir (64%).

Enfin la dernière proposition testée était celle d’ u ne nouvelle réduction de la durée légale du travail. Logiquement, au vu de la majorité de
Français jugeant négativement les 35 heures, ils sont près de 3 sur 4 (73%) à juger inefficace cette mesure pour lutter contre le chômage
pour 25% qui pensent qu ’ e l l e serait efficace. Seuls les sympathisants des partis plus à gauche que le PS sont une majorité à penser que
cette mesure serait efficace (53%). Les sympathisants du parti socialiste, qui tirent pourtant un bilan largement positif des 35 heures (72%
pensent que cela a été une bonne chose pour l ’ e m pl oi ) sont 62% à penser q u’ un e nouvelle réduction du temps de travail ne constituerait
un moyen efficace pour lutter contre le chômage.

Thomas GENTY, chargé d’études, BVA Opinion
5 Une majorité de Français ne croit pas que le chômage
commencera à baisser durablement d’ici 2017
o Pensez-vous que le taux de chômage en France commencera à vraiment
baisser durablement … ?
Cette année, en 2015 4%
D’ici 2017
L'an prochain, en 2016 16%
43%
Dans 2 ans, en 2017 23%
Plus tard 54%
Ne se prononce pas 3%
6 Une majorité de Français ne croit pas que le chômage
commencera à baisser durable

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents