La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires

La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires

Français
15 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

LA CITOYENNETE CHEZ LES COLLEGIENS DES QUARTIERS PRIORITAIRES Enquête réalisée en mai / juin 2015 auprès de 653 collégiens scolarisés dans des collèges des quartiers prioritaires, au titre de la politique de la ville et/ou au titre de l’éducation prioritaire Groupe Reflex_ Passation assurée par l’AFEV et résultats analysés par Trajectoires Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h Année 2015 Contact : Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN Tél. :04-78-69-02-88 Mail :p.bavoux@trajectoires-reflex.org v.pugin@trajectoires-reflex.org Site web:www.trajectoires-reflex.org Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h SOMMAIRE 1 > L’ENQUETE.............................................................................................................. 3 > Objectifs de l’enquête et thématiques traitées....................................................... 3 > Nature de l’enquête et précisions méthodologiques.............................................. 3 2 > 4DES COLLEGIENS CONCERNES PAR LES ENJEUX CITOYENS ....................... > Deux tiers des collégiens se sont sentis en colère contre les terroristes ou tristes après les attentats contre Charlie ................................................................................4 > Des collégiens qui ont une définition multiple de la citoyenneté et de la laïcité.....5 3 > LES LIEUX D’APPRENTISSAGE DE LA CITOYENNETE........

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 23 septembre 2015
Nombre de lectures 2 446
Langue Français
Signaler un problème
LA CITOYENNETE CHEZ LES COLLEGIENS DES QUARTIERS PRIORITAIRES Enquête réalisée en mai / juin 2015 auprès de 653 collégiens scolarisés dans des collèges des quartiers prioritaires, au titre de la politique de la ville et/ou au titre de l’éducation prioritaire Groupe Reflex_ Passation assurée par l’AFEV et résultats analysés par Trajectoires
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
Année 2015 Contact : Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN Tél. :04-78-69-02-88 Mail :p.bavoux@trajectoires-reflex.orgv.pugin@trajectoires-reflex.orgSite web:www.trajectoires-reflex.org
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
SOMMAIRE 1 >L’ENQUETE.............................................................................................................. 3>Objectifs de l’enquête et thématiques traitées ....................................................... 3>Nature de l’enquête et précisions méthodologiques .............................................. 32 >4DES COLLEGIENS CONCERNES PAR LES ENJEUX CITOYENS ....................... >Deux tiers des collégiens se sont sentis en colère contre les terroristes ou tristes après les attentats contre Charlie ................................................................................ 4>Des collégiens qui ont une définition multiple de la citoyenneté et de la laïcité..... 53 >LES LIEUX D’APPRENTISSAGE DE LA CITOYENNETE ...................................... 6>Le collège, le lieu possible de l’apprentissage citoyen........................................... 6>Pour autant, il est surtout vécu comme le lieu des apprentissages et de la transmission des savoirs.............................................................................................. 7>Pour une partie des collégiens, le temps libre n’est pas non plus identifié comme un espace facilitant l’échange citoyen.......................................................................... 9>Le débat d’idées a surtout lieu dans la famille et avec les copains ..................... 104 >UNE CITOYENNETE A TRAVAILLER AVEC L’ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTE EDUCATIVE .......................................................................................... 11>Un besoin de faire de l’espace scolaire un lieu de participation concrète à la citoyenneté................................................................................................................. 11>Une citoyenneté à travailler en prenant en compte leur utilisation d’Internet et des réseaux sociaux ......................................................................................................... 12>Ouverture au monde versus attachement au quartier.......................................... 12>Un travail autour de la citoyenneté des collégiens qui nécessite un travail conjoint de l’ensemble de la communauté éducative .............................................................. 14
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
2
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
1 > L’enquête
>Objectifs de l’enquête et thématiques traitées Comme chaque année pour la Journée du Refus de l’Echec Scolaire, l’AFEV, avec Groupe Reflex_ Trajectoires , ont souhaité mener uneenquête quantitative, permettant d’interroger les enfants et jeunes scolarisés ou vivant dans des quartiers prioritaires, sur desenjeux éducatifs et de société. Les questionnements qui ont guidé l’enquête cette année ont émergé suite aux évènements de janvier 2015, et aux diverses polémiques qui ont eu lieu au sein des collèges, notamment ceux des secteurs de l’éducation prioritaire. Ainsi, l’enquête a souhaité interroger les collégiens sur leur rapport à la citoyenneté : Comment sont caractérisés ces collégiens aujourd’hui? Se sentent-ils bien ? Ont-ils confiance en leur avenir ? Quel est leur rapport au collège, au quartier, à la société ? Quelles perceptions ont-ils de la citoyenneté? Quelles perceptions ont-ils de la laïcité ? Comment définissent-ils ces termes ? Quels sont les enjeux démocratiques et citoyens qui les intéressent et qui les concernent ? Où les collégiens apprennent-ils à être citoyens? Où apprennent-ils à débattre, à exprimer leurs idées et leurs opinions ? Et où se sentent-ils le plus à l’aise pour le faire ? Comment, concrètement, font-ils l’exercice de la citoyenneté, et comment pourraient-ils le faire davantage ?
>Nature de l’enquête et précisions méthodologiques L’enquête a ainsi été menée auprès decollégiens scolarisés au sein des quartiers prioritaires, au sens de la politique de la ville et/ou au titre de l’éducation prioritaire, au sein de sept communes de taille importante sur le territoire national. Les collèges ont été choisis parmi ceux avec qui l’AFEV a développé un partenariat. 653 collégiens au total ont été interrogés par classe complète par questionnaire . Parmi eux, 49% étaient des garçons, 51% étaient des filles. Une majorité d’entre eux e e e e étaient des 6 (33%) ou 5 (41%). On compte également 17% de 4 et 10% de 3 .
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
3
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
2 > Des collégiens citoyens
concernés
par
les
enjeux
Après les attentats de janvier 2015, les thématiques de citoyenneté, de laïcité, de liberté d’expression ont été mises au premier plan, non seulement au sein de l’Ecole, mais aussi de la société toute entière. L’enquête a ainsi permis de questionner les collégiens d’une part surleur ressenti par rapport à l’attentat de Charlie, et d’autre part sur leur perception de ce que sont la citoyenneté et la laïcité.
>Deux tiers des collégiens se sont sentis en colère contre les terroristes ou tristes après les attentats contre Charlie Pour une grande majorité des collégiens interrogés, les sentiments dominants après les évènements de Charlie ont été la colère et la tristesse. En effet,un tiers des collégiens interrogés se sont sentis « en colère contre les terroristes » et29% se sont sentis « tristes ». 17%et 13% « indifférents » en colère contre lesse sont sentis « caricaturistes ».
Résultats en % / réponses Cette question de la réaction des jeunes aux attentats contre Charlie avait, à l’époque, suscité certaines polémiques au sein des classes, quant au respect de la minute de silence, quant aux paroles de certains jeunes. On voit cependant que, passés le choc et l’émotion,le positionnement des collégiens par rapport à ces évènements qui ont touché les valeurs de la République, reste questionnant pour une partie d’entre eux. On compte environ un tiers des collégiens qui manifestent une certaine distance avec les enjeux citoyens liés à ces évènements (17% ont été indifférents 13% ont été en colère contre les caricaturistes). La question est donc de savoir comment ont-ils compris ces évènements ? Comment cela a-t-il été abordé au sein de l’Ecole, mais aussi au sein de leur environnement social ? L’ont-ils relié à des enjeux citoyens ? Et comment perçoivent-ils la citoyenneté aujourd’hui ?
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
4
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
>Des collégiens qui ont une définition multiple de la citoyenneté et de la laïcité La définition de ce qu’est la citoyenneté ou la laïcité est multiple pour les collégiens. En moyenne, ils ont en effet donné plus de deux définitions à la citoyenneté, et plus d’une définition à la laïcité. Un quart des collégiens analysent la citoyenneté à travers la liberté d’expression puisqu’ils la définissent comme le fait de « pouvoir exprimer ses idées librement ». 18% lient la citoyenneté au fait de voter, 17% estiment qu’il s’agit de « faire des actions concrètes qui aident les autres », 15% « d’agir pour modifier des choses », 13% « se faire un point de vue sur les choses ». Lorsqu’on les interroge sur la notion de laïcité,42% ont indiqué « c’est accepter toutes les religions », 30% « c’est avoir le droit de ne pas croire », 9% « c’est refuser toutes les religions ».
Résultats en % / réponses On note ainsi qu’une partie des collégiens (entre 10 et 15%) ne sont pas arrivés à se positionner sur une définition précise de ce qu’est la laïcité ou la citoyenneté.Ces thèmes, qui sont vus comme des notions fondatrices de notre société, sont pourtant largement évoqués au sein de l’école et de l’espace public,et ce d’autant plus après les attentats de janvier 2015. Il convient donc de s’interroger sur les lieux d’éducation à la citoyenneté, de transmission des valeurs démocratiques et républicaines pour ces collégiens.
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
5
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
3 > Les lieux d’apprentissage de la citoyenneté
>Le collège, le lieu possible de l’apprentissage citoyen Tout d’abord, les collégiens se sentent bien au collège.91% des collégiens interrogés déclarent se sentir bien ou très bien au collège. Cela est notamment dû aux liens de sociabilité qu’ils y développent: 87% des collégiens qui se sentent bien mettent en avant le fait d’avoir des copains/copines. A noter que la moitié d’entre eux le relie au fait d’aimer apprendre des choses nouvelles en classe, 21% de se sentir bien avec les adultes au collège. Parmi les collégiens qui déclarent ne pas se sentir très bien, voire pas bien du tout, laprincipale raison évoquée est « à cause des moqueries, des insultes, des bagarres avec les autres collégiens »(la moitié d’entre eux), « à cause du stress, des contrôles, la peur d’être interrogé par les professeurs » (un peu plus du tiers d’entre eux).
Résultats en % De même, les collégienssont globalement fiers de leur collège,puisque près des trois quarts des collégiens interrogés ont déclaré se sentir plutôt fiers, voire très fiers de leur collège.
Résultats en %
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
6
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
Par ailleurs,ils ont également plutôt confiance aux professeurspuisqu’ils sont 22% à faire confiance à l’ensemble de leurs professeurs, et 63% à faire confiance à quelques professeurs.
Résultats en % Enfin, le collègeest un lieu potentiel d’apprentissage de la citoyenneté pour les collégiens: ils sont près des trois quarts à déclarer que leurs professeurs leur parlent de citoyenneté.
Résultats en %
>Pour autant, il est surtout vécu comme le lieu des apprentissages et de la transmission des savoirs Pour les jeunes interrogés, le collège est d’abord un lieu d’apprentissage. En effet, lorsqu’on les interroge sur les personnes avec qui ils ont le sentimentd’apprendre les choses les plus utiles, trois quarts d’entre eux répondent « les professeurs ». Viennent ensuite « mes parents », pour 60% d’entre eux, « Internet », pour 42%, et les « copains du collège » pour 39% d’entre eux.
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
7
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
Question à choix multiples – Résultats en % / répondants Le collège est ainsi le lieu de la transmission du savoir et des connaissanc es scolaires. Les collégiens l’identifient en revanchemoins comme un lieu où ils arrivent à se confier lorsqu’ils rencontrent des problèmes, oulorsqu’ils ont des questionnements par rapport ce qu’ils voient, ce qu’ils ressentent. En effet, 45% des collégiens interrogés n’auraient personne à qui se confier en cas de problèmes au sein du collège. De même, la moitié des collégiens a déclaré qu’ils étaient déjà tombés sur des images qui les ont choquées sur Internet, et parmi eux, seuls 4% d’entre eux en avaient parlé à leurs professeurs.
Résultats en % Si le collège est un lieu potentiel où les jeunes apprennent à être citoyens, ce n’est en tout cas pas perçu par ceux-ci.D’une part, la moitié des collégiens ont plutôt l’impression que la citoyenneté, telle qu’elle est abordée par les professeurs, ne correspond pas à leurs préoccupations.D’autre part, si, on l’a vu, leur perception de la citoyenneté est majoritairement liée « au fait de pouvoir s’exprimer librement »,ce n’est pour autant pas au collège que les collégiens y arrivent le plus aisément. Ils sont ainsi seulement la moitié à déclarer facilement exprimer leurs idées et leurs opinions au collège, tandis que cela concerne 90% des collégiens lorsqu’ils sont avec des amis ou leur famille.
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
8
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
Résultats en %
Résultats en %
>Pour une partie des collégiens, le temps libre n’est pas non plus identifié comme un espace facilitant l’échange citoyen Une partie des collégiens n’identifie pas les institutions du temps libre comme des lieux où est favorisé le débat citoyen, où il est facile d’exprimer ses difficultés ou ses opinions. Rappelons-le, à la question « en cas de problèmes, y a-t-il un adulte de confiance à qui tu pourrais en parler ? », 40% d’entre eux n’identifient personne au sein de leurs activités. Aussi, on voit qu’ils sont moins nombreux à exprimer leurs idées et à dire ce qu’ils pensent lorsqu’ils font leurs activités en dehors du collège (57%), que lorsqu’ils sont dans leur famille ou avec leurs copains/copines (90%). Cela est aussi lié à la fréquentation plus limitée des structures sportives ou socio-culturelles. En effet, d’autres travaux, tel que le baromètre annuel du rapport à l’école des enfants des quartiers populaires (AFEV, 2013) avaient pu montrer, par exemple, que trois quarts des collégiens interrogés pratiquaient une activité extrascolaire sportive, mais que seule la moitié d’entre eux en faisaient au sein d’une structure.
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
9
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
>Le débat d’idées a surtout lieu dans la famille et avec les copains C’est en effet au sein de leur famille et avec les amis que les collégiens arrivent à débattre, échanger leurs opinions, parler de leurs difficultés. Rappelons-le,alors que la moitié des collégiens estiment qu’ils peuvent facilement exprimer leurs idées au collège, 90% déclarent qu’ils peuvent le faire dans leur famille ou avec leurs copains et copines. De même, ils sont également 95% à avoir identifié une personne à qui ils pourraient se confier en cas de problème au sein de leur famille (contre 54% au collège). Ils se sentent ainsi à l’aise pour pouvoir exprimer leurs questionnements par rapport à des thèmes, des évènements, des images choquantes sur Internet.Parmi les collégiens qui sont déjà tombés sur des images qui les ont choquées (la moitié des interrogés), ils étaient près des deux tiers à en avoir parlé à leurs copains, et un tiers à en avoir parlé à leur famille.
Résultats en % Question à choix multiples – Résultats en % / répondantsC’est ainsi que se pose la question de l’apprentissage de la citoyenneté pour ces jeunes, qui, selon eux, se fait plus facilement au sein de la sphère privée, plutôt qu’à l’école, ou dans le cadre extrascolaire.
Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015
10
Résultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h
11
4 > Une citoyenneté à travailler avec l’ensemble de la communauté éducative
>Un besoin de faire de l’espace scolaire un lieu de participation concrète à la citoyenneté Les collégiens se sentent certes bien au sein de leur collège, mais expriment aussi le désir de transformer cet espace scolaire en un lieu d’actions concrètes, qui leur permettrait de pouvoir participer à l’exercice de la citoyenneté. Cela est notamment perceptible à travers les thèmes qu’ils ont évoqués lorsqu’on leur demandait ce qu’ils changeraient au collège s’ils le pouvaient : les questions du rapport aux adultes et à l’autorité, les questions des locaux, de l’organisation du collège ou du travail, les questions de liberté ont été mises en avant. Et s’ils voient le collège avant tout comme un lieu de transmission des savoirs, ils souhaitent pour autant avoir d’autres temps au sein du collège, plus récréatifs, qui participent à leur épanouissement personnel.
Question à choix multiples – Résultats en % / répondantsLorsqu’on revient sur la définition qu’ils donnent à la citoyenneté, 17% d’entre eux pensent qu’il s’agit de « faire des actions concrètes qui aident les autres », et 15% « d’agir pour modifier des choses ». Il y a donc cette envie de participer à la vie collective, de pratiquer la citoyenneté de manière concrète. On voit d’ailleurs qu’il semble important pour eux de participer aux décisions et de comprendre les règles. La moitié des collégiens interrogés ont, par exemple, le sentiment que les sanctions données au sein du collège sont injustes et disproportionnées. Cela est d’autant plus important, que certains travaux, telle que la note du Cnesco sur l’apprentissage de la citoyenneté dans l’école française, a montré que la participation des élèves aux instances de gouvernance 1 de leurs établissements était en décalage avec les intentions proclamées . 1  CNESCO,L’apprentissage de la citoyenneté dans l’école française : un engagement fort dans les instructions officielles, une réalité de terrain en décalage, 13 janvier 2015 Pascal BAVOUX – Valérie PUGIN >La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires>2015