Le chef de la MINUSCA démissionne suite aux exactions des casques bleus en République centrafricaine

Le chef de la MINUSCA démissionne suite aux exactions des casques bleus en République centrafricaine

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Amnesty International accuse des casques bleus du viol d’une fillette et de deux homicides aveugles à Bangui.
Le chef de la MINUSCA en Centrafrique, Babacar Gaye, rend sa démission auprès du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 13 août 2015
Nombre de visites sur la page 1
Langue Français
Signaler un problème

8/13/2015 UN News Centre
Centrafrique : sur fond d'allégations d'abus par des Casques bleus, le chef
de la MINUSCA démissionne
12 août 2015 – Sur fond de nouvelles allégations d'abus commis par des soldats de la paix en République
centrafricaine, le chef de la Mission des Nations Unies dans ce pays (MINUSCA), Babacar Gaye, a présenté
sa démission qui a été acceptée par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki­moon.
« De nouvelles graves allégations sont apparues concernant le comportement de soldats des Nations Unies
en République centrafricaine. Je ne saurais exprimer à quel point je suis angoissé, en colère et honteux
concernant ces informations répétées d'abus et d'exploitation sexuels commis par des troupes de l'ONU au
cours de ces dernières années », a dit M. Ban lors d'un point de presse mercredi au siège de l'ONU.
« Lorsque l'ONU déploie des Casques bleus, nous le faisons pour protéger les personnes les plus
vulnérables de la planète dans les lieux les plus pauvres de la planète. Je ne tolèrerai aucune action
susceptible de pousser les gens à passer de la confiance à la peur », a­t­il ajouté. « Ceux qui travaillent pour
les Nations Unies doivent respecter nos idéaux les plus élevés ».
Le Secrétaire général a déclaré que toute allégation devait faire l'objet d'une enquête complète, rappelant qu'il
avait nommé un groupe indépendant externe de haut niveau pour étudier les informations sur ces abus en
République centrafricaine et sur la manière dont l'Organisation a réagi et qu'il attendait de recevoir ses
conclusions bientôt.
Le chef de l'ONU a indiqué qu'il avait « accepté la démission » de son Représentant spécial Babacar Gaye,
chef de la MINUSCA, à qui il a rendu hommage pour ses efforts en faveur de la paix et de la réconciliation en
République centrafricaine.
Ban Ki­moon a tenu à préciser que l'exploitation sexuelle était « un fléau global et un problème systémique
qui nécessite une réponse systémique ». Il a demandé à la Présidence du Conseil de sécurité d'organiser
une réunion spéciale sur la question jeudi. Le chef de l'ONU participera également à une téléconférence avec
les hauts responsables des missions de maintien de la paix des Nations Unies pour « souligner leur
responsabilité ».
« Je vais répéter que les dirigeants doivent signaler les allégations immédiatement, enquêter de manière
complète et agir de manière décisive. Ne pas le faire aura des conséquences claires », a­t­il précisé devant
les journalistes. « Je veux des leaders qui savent qu'ils sont responsables de leurs troupes, de leurs policiers
et de leurs employés civils. Ils doivent s'assurer également que tous reçoivent une formation concernant les
droits de l'homme ».
Le chef de l'ONU a rappelé également qu'il relevait de la responsabilité des Etats membres de faire en sorte
que leurs troupes rendent des comptes et que des mesures punitives et préventives soient prises.
Il s'est enfin adressé aux auteurs de crimes pour leur dire que l'ONU fera tout son possible pour les
poursuivre et les traduire en justice. Il s'est aussi adressé aux victimes pour leur dire de ne pas avoir honte.
http://www.un.org/apps/newsFr/printnews.asp?nid=35348 1/1