Le rapport dirigé par Frédérique Dumas
294 pages
Français

Le rapport dirigé par Frédérique Dumas

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

/¶DXGLRYLVXHO SXEOLF j O¶qUH GX QXPpULTXH /(6 0(',$6 '( 6(59,&( 38%/,& ¬ /¶Ê5( '8 180e5,48( Au service de la diversité, du pluralisme, et de la cohésion sociale CONTRIBUTION Des député(e)s Mme Frédérique Dumas, M. Pascal Bois, M. Raphaël Gérard, Mme Marie-Ange Magne, Mme Sophie Mette, Mme Sandrine Mörch, M. Pierre-Alain Raphan 1 /¶DXGLRYLVXHO SXEOLF j O¶qUH GX QXPpULTXH PREAMBULE ....................................................................................................................................... 6 PREMIERE PARTIE : DES MISSIONS REFONDEES ET RE-LEGITIMEES ADAPTEES A /¶(92/87,21 '(6 86$*(6......................................................................................................... 10 CHAPITRE 1 : DES MISSIONS REFONDEES ET RE-LEGITIMEES ......................................... 14 I.&¶HVW DX QLYHDX HXURSpHQ TXH OHV Ppdias de service public trouvent leur fondement....... 14 A. Atravers le principe de diversité culturelle....................................................................... 14 B. Atravers le triptyque « informer, éduquer, divertir » ....................................................... 14 C. Atravers les huit valeurs fondamentales deO¶8(5........................................................... 15 D. Atravers la contribution des médias de service public a la société................................... 16 1.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 septembre 2018
Nombre de lectures 2 308
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
LES MEDIAS DE SERVICE PUBLIC À L’ÈRE DU NUMÉRIQUEAu service de la diversité, du pluralisme, et de la cohésion sociale CONTRIBUTION Des député(e)s Mme Frédérique Dumas, M. Pascal Bois, M. Raphaël Gérard, Mme Marie-Ange Magne, Mme Sophie Mette, Mme Sandrine Mörch, M. Pierre-Alain Raphan
1
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
PREAMBULE ....................................................................................................................................... 6 PREMIERE PARTIE :DES MISSIONS REFONDEES ET RE-LEGITIMEES ADAPTEES A L’EVOLUTION DES USAGES......................................................................................................... 10 CHAPITRE 1 : DES MISSIONS REFONDEES ET RE-LEGITIMEES ......................................... 14 I.C’est au niveau européen que les médias de service public trouvent leur fondement....... 14 A. A travers le principe de diversité culturelle....................................................................... 14 B. A travers le triptyque « informer, éduquer, divertir » ....................................................... 14 C. A travers les huit valeurs fondamentales del’UER........................................................... 15 D. A travers la contribution des médias de service public a la société................................... 16 1. Les médias de service public comme acteurs de la société démocratique..................... 16 2. Les médias de service public comme acteurs de la création et de la diversité culturelle  ................................................................................................................................. 17 3. Les médias de service public comme acteurs économiques .......................................... 17 II. La nécessaire re-légitimation du triptyque « informer, éduquer, divertir » ..................... 19 1. Informer......................................................................................................................... 19 2. Eduquer et cultiver ........................................................................................................ 20 3. Divertir .......................................................................................................................... 21 A. Premier impératif : la nécessitéd’« innover» et de s’adapter constamment................... 22 1. Investir dans les contenus « originaux »........................................................................ 22 2. Investir dans le numérique, dans les nouvelles technologies ........................................ 22 B. Deuxième impératif : créer du lien et renforcer la cohésion sociale ................................. 23 1. Eduquer aux médias ...................................................................................................... 23 2. Toucher effectivement tous les publics ......................................................................... 23 CHAPITRE 2: L’ETUDE DE L’EVOLUTION DES USAGES: UN OUTIL INDISPENSABLE POUR REPENSER LES OFFRES.................................................................................................... 24 I. La consommation des médias en 2018 ........................................................................... 25 A.L’importance de la démographie....................................................................................... 25 B. Une révolution mobile en marche ..................................................................................... 26 C. La multiplication des modes de réception ......................................................................... 28 D. L’augmentation du temps consacré par les français àl’usage des médias ........................ 32 E. Nouveaux modes de consommation .................................................................................. 36 II - Le service public et ses concurrents .................................................................................... 40 A. La télévision ...................................................................................................................... 40 B. Internet............................................................................................................................... 43 C. La radio.............................................................................................................................. 46 III - Le comportement spécifique des enfants........................................................................... 48 IVLa mesure des audiences se doit d’intégrer un volet qualitatif....................................... 56 CHAPITRE 3: LA NECESSITE D’ADAPTER LES OFFRES DE CONTENU A L’EVOLUTION DES USAGES ................................................................................................................................... 59
2
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
I - France Télévisions: le périmètre du service public et la réaffirmation d’une offre éditoriale claire etlisible pour l’ensemble des chaînes............................................................. 59 A. Conforter le périmètre de France Télévisions et renforcer la spécificité et la complémentarité des chaînes ..................................................................................................... 59 1. France 2 : la chaîne du rassemblement et de l’innovation.63............................................ 2. France 3 : la chaîne des territoires et de la proximité .................................................... 67 3. France 4 : la chaîne du service public à destination des enfants ................................... 75 4. France 5 : la chaîne de la connaissance et du savoir ..................................................... 80 5. Les outre-mer premières et france Ô : un partenariat à conforter et à réinventer.......... 84 B. Réaffirmer de nouvelles ambitions éditoriales .................................................................. 90 1. A travers trois dimensions universelles ......................................................................... 90 1.1. Le sport.......................................................................................................................... 90 1.2. La musique .................................................................................................................... 92 1.3. La science ...................................................................................................................... 94 2. Réaffirmer de nouvelles ambitions éditoriales : à travers la représentation de la diversité à l’écran.................................................................................................................................... 98 3. Réaffirmer de nouvelles ambitions éditoriales : à travers un redéploiement vers le numérique ............................................................................................................................... 102 4. Réaffirmer de nouvelles ambitions éditoriales : à travers des approches inédites....... 104 5. Réaffirmer de nouvelles ambitions éditoriales : à travers la fiction ............................ 107 C. La nécessaire alliance entre producteurs et diffuseurs doit impérativement être refondée  ......................................................................................................................................... 114 1. La BBC un modèle qui évolue .................................................................................... 114 2. Les rapports entre producteurs et diffuseurs................................................................ 117 2.1. La fiction ..................................................................................................................... 117 2.2. Le flux ......................................................................................................................... 129 2.3. Le cinéma .................................................................................................................... 132 II - Radio France : une transformation en bonne voie........................................................... 136 IIIL’audiovisuel public extérieur : un outil indispensable au service du rayonnement de la France dans le Monde qu’il convient de renforcer............................................................. 140 A. France Médias Monde ..................................................................................................... 140 B. TV5Monde ...................................................................................................................... 150 IV - Arte : renforcer et accompagner la dimension européenne de la chaîne culturelle franco-allemande ....................................................................................................................... 152 V - Les synergies d’ores-et-déjàpossibles entre les entreprises de l’audiovisuel public..... 155 A. Les principales synergies proposées par l’Ina ................................................................. 155 B. France info : vers le média global ................................................................................... 158 C. Un rapprochement France Bleu / France 3 : mais lequel ?.............................................. 161 D. Des synergies France 2 / Radio France à accompagner .................................................. 163 VI - Les concepts de « plateformes communes » .................................................................... 164 A. Une plateforme commune de distribution mais de quelle nature et laquelle ? ................ 164
3
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
B. Une plateforme éducative, mais laquelle ?...................................................................... 173 VIIQue signifient les concepts de Netflix à la française et de Netflix européen ?............ 176 DEUXIEME PARTIE : LES CONDITIONS DE LA TRANSFORMATION............................. 184 CHAPITRE 1 : NE PAS REPRODUIRE LES ERREURS DU PASSE ......................................... 186 I. France Télévisions : de la présidence commune àl’entreprise unique en passant par la holding, chronique d’unéchec répété.................................................................................. 186 A. Les conséquences de l’entreprise unique......................................................................... 186 B. Les conséquences de la succession du non-respect des contrats d’objectifs et de moyens et la technique du rabot budgetaire.............................................................................................. 190 IILa véritable transformation repose sur l’élaboration d’un nouveau pacte social491........ - L’organisation et le temps de travail doivent être au service de l’évolution du modèle, en contrepartie d’un grand plan d’investissemen............ 195t dans la formation et les compétences  - Il doit être définitivement mis fin au phénomène de sur-encadrement ................................. 210 III - Filière de production et de fabrication interne : une indispensable réorganisation structurelle ................................................................................................................................. 219 A. Un chantier éternellement repoussé................................................................................. 219 B.Grand Soleil, le nouveau feuilleton quotidien de France Télévisons ou le risque d’une catastrophe industrielle............................................................................................................ 225 IV - Radio France : les conditions de la poursuite de la transformation............................. 227 CHAPITRE 2 : LA GOUVERNANCE DES MEDIAS DE SERVICE PUBLIC ........................... 235 IC’est au niveau européen que la gouvernance trouve ses fondements............................ 235 A. La gouvernance doitgarantir l’indépendanceéditoriale comme l'autonomie institutionnelle ......................................................................................................................... 237 B. Le concept de responsabilité doit dorénavant s’étendre aux parties prenantes en général et au public en particulier ............................................................................................................ 243 C. Les organes de surveillance des MSP ............................................................................. 244 D. OUVERTURE ET CAPACITE DE REACTION ........................................................... 247 II - Les exemples concrets au niveau européens: l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique et l’Italie...................................................................................................................... 249 A. La spécificitéde la gouvernance de l’audiovisuel public enEurope............................... 249 B. Nomination et modes de gouvernance............................................................................. 250 C. Les autorités de surveillance ........................................................................................... 251 III - Pistes de réflexion concernant l’évolution du modèle français...................................... 252 A. Vers une présidence commune ........................................................................................ 252 B. Le choix des dirigeants : la création d’un jury ad hoc..................................................... 254 C. La mise en place d’outils de pilotage et d’évaluationpertinents, adaptés à la transformation ......................................................................................................................... 257 1.L’évaluation de la contribution des MSP à la société................................................. 258 2. La mise en place de « test ante » ou «test d’Amsterdam» : débat public et consultation ouverte .................................................................................................................................... 260 D. Des documents stratégiques inadaptés et inutilement consommateurs de ressources ..... 262
4
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
E. La nécessaire transformation de la composition et du rôle des Conseils d’administration de l’audiovisuel public. ........................................................................................................... 263 1.La révision de la composition des conseils d’administration...................................... 263 2.Le renforcement du rôle des conseils d’administration............................................... 265 3.La création d’un Comité de déontologie..................................................................... 265 IV - Le rapprochement CSA-Arcep, une voie incertaine....................................................... 267 CHAPITRE 3 : LE FINANCEMENT ............................................................................................. 270 I -L’universalisation de la contribution àl’audiovisuel public: un levier pour une refonte légitimée...................................................................................................................................... 270 A. Écarter toute budgétisation sur les modèles espagnol et néerlandais .............................. 270 B. Écarter toute reconfiguration del’assiette de la contribution àl’audiovisuel public qui serait corrélée a des réalites technologiques............................................................................ 271 C. Privilégier l’universalisation de la CAP conçue comme la contrepartie d’une offre potentielle, accessible pour tous, sans lien avec la détention de récepteurs ............................ 273 D. Élargir le débat sur l’audiovisuel publicen associant les citoyens a l’évaluation des opérateurs sur les modèles britannique et finlandais ............................................................... 277 E. La réévaluation, ou non, du montant de la CAP.............................................................. 278 II - La publicité .......................................................................................................................... 279 A. La nécessité de prendre en compte l’é......................................... 279cosysteme publicitaire B. Le maintien ou non de la ressource publicitaire .............................................................. 280 CHAPITRE 4 : LA METHODE ET TEMPS DE TRANSFORMATION...................................... 284 I - L'innovation est à la base des méthodes de transformation ............................................. 284 II -L’...................................................................... 286exemple de la RTBF, un modèle à suivre ANNEXES ...................................................................................................................................... 289
5
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
PREAMBULE «Les médias de service public » (MSP), quel que soit l’écran à travers lequel ils sont consommés, quelles que soient leurs déclinaisons, restent avant tout le véhicule privilégié pour «l’information» et « la culture au quotidien ». Véhicule de toutes les « expressions », de tous les « genres », ils permettent de pénétrer dans tous les foyers, sur tout le territoire, de faire le lien entre tous les publics. Ils représentent tout autant la culture populaire qui fabrique un imaginaire collectif, que la possibilité de contenus spécifiques adaptés à chacun. C’est la possibilité d’apporter à tous cet imaginaire,ces imaginaires. C’est un des rares instrument au service de la République qui peut permettre de contribuer à la réduction de l’ensemble des fractures: culturelle, sociale et territoriale, en s’adressant à la fois à tous et à chacun. Pour toutes ces raisons, nous nous devons de renforcer son attractivité, sa puissance et son agilité. Notre responsabilité est immense.Le Président de la République a souhaité que «les acteurs de l’audiovisuel public eux-mêmes, les parlementaires qui sont très attachés à cette idée de service public et les professionnels concernés, puissent participer à un grand travail de réflexion au cours de l’année 2018de ses vœux à la». Lors presse, il réaffirmait qu’un des sujets essentiels était bien celui de «l’attractivité de l’offre et des moyens d’y avoir accès, notamment auprès des jeunes publics». Le Président plaçait ainsi l’audiovisuel public au cœur même de la politique culturelle en rappelant qu’il s’agissait du premier budget de la culture. Car c’est bien 3,895Mds€ que la France consacre à son audiovisuel public. La priorité qui lui est donnée est, comme nous le verrons dans ce rapport, l’une des particularités du modèle européen puisque les Allemands y consacrent 9,5 Mds€, et les Anglais 7 Mds€.Alors, pourquoi s’engager dans un grand chantier de transformation des MSP et, d’une manière générale, de régulation de l’écosystème public et privé? Dans notre rapport pour avis portant sur les créditsMédias, livre et industries culturelles,et au compte de concours financiersAvances à l’audiovisuel publicdu Projet de loi de Finances (PLF) 2018, nous avions pris acte que les opérateurs dans le cadre de leurs contrats d’objectifs et de moyens (COM) avaient déjà amorcé des trajectoires de transformation mais que face à la multiplication des contenus, des modes de diffusion, des écrans, et par conséquent des usages, il était temps d’accélérer cette transformation en profondeur et d’adapter notre régulationdans son ensemble. Nous sommes en pleine « troisième révolution industrielle ». Le monde est devenu « numérique ». Tous les secteurs sont impactés et en premier lieu, le secteur des médias, des contenus et de la propriété intellectuelle. Mais c’est aussi parce que les citoyens ressentent confusément que cette « révolution » peut se faire sans eux, que peut naître une nouvelle grande fracture. Cette période d’incertitude crée des craintes liées aux bouleversements politiques, économiques, démographiques ou climatiques mondiaux, qui se nourrissent du sentiment d’abandon que certains instrumentalisent, que d’autres refusent de voir, et que d’autres enfin ont tout simplement peur d’affronter. Cette réalité qui se dévoile à nos yeux chaque jour de manière plus douloureuse est au cœur de la réussite, ou de l’échec, de chaque projet de transformation. C’est cette réalité qui nous a permis de dégagerquatreconvictions. Notre première convictionest qu’il est impératif de réaffirmer le rôle fondamental du service public comme garant de notre modèle de société, celui de laliberté d’expression et de la défense de la diversité, nécessaire à l’édification d’un monde multipolaire où chaque civilisation se respecte.
6
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
C’est notre volonté de réaffirmer le rôle du service public comme l’un des instruments qui permettentde maintenir la cohésion sociale et de donner une âme au lien qui nous unit. C’est notre volonté de réaffirmer que l’audiovisuel public est l’un des moyens les plus efficaces d’émancipation et de réduction des fractures.L’audiovisuel public doit devenir une des dimensions puissantes et concrètes du « passe culture ». Au sein de la société dans laquelle nous évoluons, nous avons plus que jamais besoind’un servicepublic fort et attractif, et nous devons dire haut et fort pourquoi.Les médias de service public sont : -au cœur de l’exception culturelle, au cœur du financement et de la diffusion de la création dans sa diversité ; -au cœur de l’indépendance et de la souveraineté nationale face aux géants mondiaux des contenus et àl’heure des fausses informations ; -au cœur du pluralisme et de la liberté d’expression; L’un des rares instruments dont nous disposons pour créer un imaginaire collectif, construire notre identité, éduquer, émanciper et réduire les fractures. Les médias de service public sont donc au cœur même de la démocratie et trouvent leur fondement au niveau européen. Il s’agit enfin de notre capacité à porter ce modèle dans le reste du monde.Notre deuxième convictionnotre volonté de donner des moyens pertinents et adaptés pour un est audiovisuel fort et attractif. Il nous semble ainsi indispensable de mettre fin, « enfin », aux méthodes improprement appelées « de transformation» qui ont prévalu jusqu’ici: -Les rabots budgétaires au moment de l’adoption des Projet de Loi de Finances supposés « obliger les entreprises à faire des économies structurelles » ; -Les rapprochements de structures dictés par « » supposés « le haut forcer les femmes et les hommes à travailler ensemble et à s’adapter» ; -Les volontés de « plaire » qui conduisent à des projets de transformation pensés « hors-sol » comme de simples concepts. Nous avons trop de fois entendu « Mais que veut le Président ? ». Et nous avons trop souvent eu à répondre : « Il veut que cela marche, que cela « vole » et « atterrisse » ». Avectrois impératifs : -La question des moyens ne saurait précéder celle des finalités ; -Les objectifs ne doivent pas être seulement quantitatifs mais aussi qualitatifs ; -Les curseurs entre mutualisation, agilité et singularité doivent impérativement être mis au bon endroit pour que la transformation soit solide et se traduise dans la réalité. Le constat est simple: on ne peut transformer l’audiovisuel de demain avec les méthodes d’hier, méthodes qui ont devancé toute élaboration d’une vision et d’un cap, d’objectifs partagés, de propositions concrètes et opérationnelles.
7
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
Ce désir de redonner du sens et de la méthode doit s’accompagner d’une volonté de transparence et de clarification à tous les niveaux : -La lisibilité, la spécificité, la complémentarité des offres, et le maintien de leur diversité ; -La lisibilité, la spécificité et la pérennité du financement ; -Le renforcement des outils de pilotage, d’évaluation et de contrôle.Nous avons voulu aussi partagerune troisième conviction, celle de la méthode et du temps de transformation. Nous nous devons d’atteindre nos objectifs.C’est la seule question qui nous oblige car c’est bien notre modèle de société qui s’en trouverait profondément impacté. Ce sont bien les fractures territoriales, sociales et culturelles qui se creuseraient, c’est bien la promesse d’émancipation qui s’éloignerait. Et c’est bien cette promesse de «changer le réel » au quotidien pour les Français qui ne serait pas tenue.Enfin nous avons une quatrième conviction :nous devons conduire une transformation qui redonne de la visibilité et de la lisibilité à la fois pour les acteurs du secteur, pour les salariés et pour les citoyens. Il est temps de redonner du sens, de re-légitimer le rôle et la place des MSP. Cela ne pourra se faire qu’en assumant politiquement larefondation de ses missions, la modernisation de sa gouvernance et de son financement. Et cela ne pourra se faire qu’en associant d’une part, les salariés des entreprises concernés, d’autres part, les citoyens, à cette transformation. La mutationnécessaire des entreprises publiques audiovisuelles doit s’inscrire dansun plan de transformation profond et global, trouvant sa source dans les missions et valeurs du service public et son objet dans la mutation irréversible d’une société aujourd’hui numérique, dont les médias ont convergé. L’évolution du modèle organisationnel et opérationnel est indispensable: A une structure verticale, fondée sur des silos plus ou moins étanches entre radio et télévision, devra se substituer, une organisation construite autour d’un pôle de production de contenus multimédias, et de publications multiplateformes. Il est impératif de nouer un nouveau pacte social. L’organisation et le temps de travail doivent être au service de l’évolution dumodèle, en contrepartie d’un grand plan d’investissement dans la formation et les compétences. En effet l’adhésion au projet de transformation et le rétablissement de la confiance, ainsi que la transparence et l’ouverture aux citoyens sont les conditionsdu pilotage de la transformation, de la mobilisation des acteurs et donc de l’achèvement des réformes.La stabilité financière et la visibilité pluriannuelle doivent être assurées, le redéploiement des moyens de la structure vers l’offre doit être assumé et piloté et la contribution sociale culturelle et économique des services des MSP à la société doit être visible et partagée. D’autres Etats européens s’y sont attelés comme l’Allemagne, laGrande-Bretagne, la Belgique ou les pays nordiques. Ils ont tous lancé ce grand débat et conduit la réforme.
8
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
Les Français y sont prêts puisque, selon le baromètre image des chaînes IFOP 2018, 87% des personnes interrogées ont une bonne image de l’audiovisuel public.Ces quatre convictions sont les piliers de la refondation et de la re-légitimation du service public, et la base du consentement des citoyens. Il est impératif que nous tenions nos promesses : accompagner tout le monde et ne laisser personne au bord du chemin. Par conséquent, il est nécessaire de redonner du sens et de s’adresser à chacun d’entre nous dans ce que nous avons en commun et dans le respect de nos différences. C’est bien le rôle et la raison d’être des services publics de l’audiovisuel, non-seulement en France mais en Europe. Pour cela, les constats et les diagnostics doivent être les plus justes possibles, nous devons nous donner les moyens d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés et nos actes doivent habiter nos mots. Nous avons le devoir de poser le bon diagnostic tant sur le contenu de la réforme que sur la méthode à adopter, ainsi que sur le temps de la transformation. Ces trois éléments sont essentiels et déterminants pour parvenir à atteindre nos objectifs. Pour ce faire, nous avons multiplié les auditions, les déplacements sur le terrain, les rencontres, les réunions de travail, l’étude des systèmes étrangers, la prise de connaissance des travaux antérieurs.Ce rapport ne pouvait pas être exhaustif, nous avons toutefois tenté de couvrir le champ le plus large dans le temps imparti. Certains sujets ont étéapprofondis plus que d’autres suivant la nature des problèmes posés. Il était important pour nous de réintroduire des éléments de compréhension, face à des propositions qui ont pu être avancées, et qui nous semblent trop arbitraires, souvent anachroniques. Il s’agit d’une contribution au débat à venir. Son objet est de proposer autant d’outils et d’aides à la décision.Il s’agit donc d’une matière vivante et d’un objet de travail.Le travail se poursuivra d’ailleurs au sein même de l’Assemblée nationale.
9
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
Première partie :
Des missions refondées et re-légitimées adaptées à l’évolution des usages
10
L’audiovisuel public à l’ère du numérique
CONTEXTE Un monde en transformation…1. Un bouleversement du marché audiovisuel national, dans tous les pays européens De l’avènement de la radio et de la télévision commerciale au début des années 1980 en France, jusqu’au début des années 2010, le marché français, comme l’ensemble des marchés audiovisuels européens, se caractérise par une situation oligopolistique tant en radio qu’en télévision. A côté des opérateurs publics, la concurrence se répartit entre trois à quatreopérateurs privés disposant d’une audience forte, sur un marché publicitaire en croissance continue, leur permettant une rentabilité importante. Pendant cette période, aucun acteur audiovisuel n’occupe de position dominante, ni même significative, au niveau mondial. Cette fragmentation des acteurs privés se constate également à l’échelle européenne. Au tournant des années 2010, la généralisation de l’accès à des débits numériques élevés permet la consommation de contenus audiovisuels dans des conditions de confort et de prix accessibles au plus grand nombre. La montée en puissance des moteurs de recherche, puis des réseaux sociaux, ainsi que la diversification des activités et des services des grands manufacturiers de l’industrie numérique bouleversent la situation des marchés, tant sur le plan national que mondial. Aujourd’hui, les marchés nationaux en Europe sont très fortement fragmentés, entre des acteurs locaux en nombre croissant et des acteurs internationaux occupant des positions notoires sur chaque marché local européen. La concentration des acteurs numériques au niveau mondial s’est accélérée jusqu’à créer un oligopole d’acteurs disposant globalement d’audiences et d’un poids économique importants, voire dans certains secteurs et sur certains marchés, quasi-monopolistiques. Plus récemment encore en Europe se sont développées sur plusieurs marchés la concentration des acteurs locaux et celle de la chaîne de valeur (c’est-à-dire des sociétés de production, des diffuseurs et des distributeurs) dans le cadre d’une intégration verticale plus forte.2. Une transformation des habitudes de consommation Le développement numérique des contenus audiovisuels a entrainé un bouleversement des habitudes de consommation. Quelques éléments illustrent ces modifications profondes et accélérées : -La diminution rapide de la durée d’écoute des médias linéaires, particulièrement chez les jeunes. En effet, entre 2007 et 2016 en France, la population âgée de 15 à 24 ans a réduit sa durée de consommation quotidienne de télévision linéaire de 25 %, et sa durée quotidienne d’écoute de la radio de 28 %; -La transformation des habitudes de visionnement des contenus audiovisuels diffusés par les chaînes de télévision, avec une croissance régulière et rapide de la vision différée de programmes linéaires. En France en 2018, les programmes de première partie de soirée sont visionnés par 10 à 20 % des téléspectateurs en différés ; -La croissance exponentielle du nombre d’abonnés à des services audiovisuels non-linéaires en ligne. Le plus connu d’entre eux est le service proposé par la plateforme Netflix. En décembre
11