Service public 2.0
62 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Service public 2.0

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
62 pages
Français

Description

Service public 2.0

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 juillet 2013
Nombre de lectures 46
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Etsil’aveniredntoerssyètem’adindmtrisioatupnqilb,euojuahuiurd’utdàbofulfeossaas,epuarpitslupneiednargitacilpmtiyonesnodsecproductidanslacivrupednoesupp’aanuyicblS?rbuenmoredtusepaesdemplxexsilE,ednomelrmeomdhosGrhetabcsnetteton’leulLdinriécdatrusedsednrèierémergence,aucoaelèdomitanretlesnéansund’,builnopfnouq,eadmifd’ratinistgiloesqutesnochmseneyosédlrutionnelsorganisaniiceps,elsrpp«»,02.«tripse’dtaté’lteauxréseesuel,»qeerotp-ee-rmoell.Eusarentemmocisesectnauxsocicontontéàirubgarerppourjohud’suii-ffmmastnema’duelpxpérimentations,qiuotnpirsuatêàtneiarengagséegnpaomccareriêuoovrupropes,riséthéotreoctnxeetadsnles.françaiSPHÈRE PUBLIQUE - SPHÈRE PRIVÉE

NOUVEAUX ENJEUX, NOUVEAUX MODÈLES

par Élisabeth Lulin

Axilénditncnnuéttunil’dminittindnéutniléi icndiéildildnéiictdminil’AAuénédictditninéAmuyuénuluéctAilihiumnicmitllénéutcidtndinmntiAntnéllinintnidtcéunAiténditiicuclléilitudnnutyihtxtnditudnélfgtuéntdicéidnnnActnmiéAdiihhtnéuéctdintidAéédnutnctndiénitihlilncnçiiinAéidntguiuctcntccinélénituilluAAnidnéiitclAnucccnldinhAiécniA’idtcditnl’AluénéncAulinzéAAnitugtcidtndiiéltnéuéidAéicdéncéiditnidtcéuénl’uduinéidntunilimd’ttinbiniéAinntidilunmi’dttnié iticélliitnAdiénullttnigitutiéét’nntndinbfé édciicuénuicdliébtinnt’hnnunCréé en 1975, l’Institut de l’entreprise est un think tank indépendant de tout mandat syndical
ou politique. Profondément ancré dans la réalité économique, il concentre sa réflexion sur
la relation entre l’entreprise et son environnement et met à contribution un vaste réseau
d’experts pour réaliser ses études. également lieu de rencontres et pôle de formation,
l’Institut développe une vision de l’entreprise ouverte sur le monde et sur la société.

THINK TANK
L’activité de réflexion se déploie autour de l’entreprise, conçue à la fois comme organisation,
comme acteur du monde économique et comme acteur de la société. Pour diffuser ses
analyses et ses études, l’Institut de l’entreprise s’appuie sur :
• Des rapports et des notes, vecteurs traditionnels de diffusion auprès d’un public de
leaders d’opinion.
• Un site, Débat&co (www.debateco.fr), dont l’objectif est d’animer le débat économique
et social.
• Une revue trimestrielle,
Sociétal
, qui propose des analyses et des réflexions sur
les grands débats d’économie et de société ( www.societal.fr).

Pour en savoir plus
: www.institut-entreprise.fr

RENCONTRES
Ouvertes à un large public ou réser vées aux adhérents, les manifes tations organisées par
l’Institut de l’entreprise visent à favoriser le par tage d’expérience sur des enjeux liés aux
questions économiques et à l’entreprise.
Les manifestations de l’Institut de l’entreprise visent à stimuler la réflexion sur des sujets
d’intérêt collectif. Dirigeants d’entreprise, personnalités politiques, experts issus de l’entre -
prise ou du monde universitaire sont invités à s’exprimer à l’occasion de déjeuners, de
conférences et de débats.

FORMATION
L’Institut de l’entreprise propose des programmes pédagogiques qui ont pour objectif
de sensibiliser les différents publics appartenant à l’écosystème des entreprises aux
enjeux économiques et sociaux auxquels elles sont confrontées. Dans ce cadre, l’Institut
s’adresse prioritairement aux enseignants de Sciences économiques et Sociales
(SES), avec le programme Enseignants-Entreprises et aux Jeunes « hauts potentiels »
issus de tous corps de métier, avec l’Institut des Hautes Études de l’Entreprise (IHEE)

Service public « 2.0 »

par sa e L

SPH REPUBLIQUE-SPH REPRIV E
NOUVE UXENJEUX,NOUVE UXMOD LES

J e 2013

©I s e e repr se,2013
To s ro s erepro o , e ra o , a ap a o e e o
r serv spo r o s espa s

D re e r e ap a o :Fr r Mo o s-F , ra e I s e e repr se

SOMM IRE

Synthèse
..................................................................................................................................................................................................................
7

1
Un cas d’école pour réfléchir

11
Quelles leçons tirer de cette histoire ?
........................................................................................................................................................

13

2
Une idée ancienne, un contexte nouveau

15

1. UN FOISONNEMENT D’EXPÉRIMENTATIONS
.......................................................................................................................
16
1.1.
Citizen Science
ou la science participative
......................................................................................................................................

17
1.2. Cartographie et surveillance
....................................................................................................................................................................

18
1.3. Gestion urbaine
................................................................................................................................................................................................

2
1.4. Santé
.......................................................................................................................................................................................................................

22

2. UN CHANGEMENT DE DOCTRINE DANS LES RELATIONS
ENTRE LE SERVICE PUBLIC E T LES USAGERS
..................................................................................................................
2

Sp rep q e-sp repr v e: o vea e je , o vea o es J e 2013

Serv ep «2.0

3. LE DÉVELOPPEMENT DE L’ÉCONOMIE COLLABORATIVE
.........................................................................................
27
3.1. L’intelligence collaborative
.........................................................................................................................................................................

28
3.2. L’économie du partage
................................................................................................................................................................................

2
3.3. Le financement participatif
......................................................................................................................................................................

3
3.4. La production décentralisée des
utilities
locales
........................................................................................................................

31

3
De l’utopie à la mise en œuvre :

trois grands principes d’organisation

33

1. METTRE EN ÉVIDENCE LES CAPACITÉS DISPONIBLES
.............................................................................................
3

2.
GOVERNMENT AS A PLATFORM


3
2.1. Définir les modes d’implication – types de contribution – tâches unitaires proposées aux utilisateurs
.......

37
2.2. Mettre à disposition du public les moyens qui vont faciliter l’accomplissement de la contribution
..............
38
2.3. Assurer que les multiples contributions s’agrègent, se complètent, s’enrichissent les unes les autres,

et ne restent pas une accumulation disparate
.............................................................................................................................

3
2.4. Générer la confiance
......................................................................................................................................................................................

3. SUSCITER L’ESPRIT DE CONTRIBUTION
....................................................................................................................................
2
3.1. L’altruisme
.............................................................................................................................................................................................................

2
3.2. Le moindre effort
............................................................................................................................................................................................

3
3.3. Le plaisir
...............................................................................................................................................................................................................

3
3.4. Les monnaies sociales
................................................................................................................................................................................


Gérer les risques et les effets pervers

1. LE RISQUE DE QUALITÉ
.............................................................................................................................................................................
5

2. LE RISQUE DE CONTINUITÉ
....................................................................................................................................................................
51

3. LE RISQUE D’UNIVERSALITÉ
.................................................................................................................................................................
52

5
Conclusion

55



58

S se

Un système administratif à bout de souffle

Les s e a s ra o p q eave eq e o savo sv ep s es e es
est aujourd’hui à bout de souffle.

Il l’est pour des raisons financières
– un déficit des comptes publics qui perdure sans
err p o ep s1975
1
,q es o pas e e o jo re e a r se o o -
mique, mais bien une insuffisance structurelle des recettes par rapport aux dépenses.

Il l’est pour des raisons économiques
poss ,q a 57% pro r e r
r re ve e a pe sep q e, ass rer a o p v es43%res a s e o re
o o e a s o e o a s e o rre e .

Il l’est pour des raisons sociales
so apa ,e p es o e s o s s,
résoudre un certain nombre de difficultés majeures de notre société : le chômage des
je es, s r , e s o a re.

Il l’est pour des raisons sociétales
a q a o serv ep or e,
one

size fits all
,ave eso eve e versee p r e e, arq epar esasp ra o s,
ess es ev e, ese je perso e s sor a s r s re s v a re.

Il l’est enfin pour des raisons politiques
e« o s r s e esserv esp s
q s es a a e e ve opp or e e ra s or er es o e se sa ers/ass je s/
e sa e e esre re o-respo sa es, o-pro e rs e r ra e
e o .

1.
Voir la série longue « Capacité ou besoin de financement des administrations publiques » publiée par l’Insee,
o vra ap r o e o e pora e ep s1959(a resse :
www. see. r/ r/ e es/ a ea .asp re =0&re
=N TTEF08338
).

Sp rep q e-sp repr v e: o vea e je , o vea o es J e 2013

Serv ep «2.0

Le service public participatif, un modèle alternatif qui ne
relève plus de lutopie

Face à cet essoufflement, le propos de cette note est de
mettre en lumière l’émer

gence, au cours des dernières années, d’un modèle alternatif d’administration
publique, fondé sur l’implication des citoyens dans la production du service
public.

La o ver e e ep s e rs a o ss rve esa o rs es e o ro s er res
e es vo o e aso vers ava a e a ve v e e, e e es
e o o esvers eso sper e a p s a e e q e a re es o es or a -
sa o e ra s s, o rar q ese apa es rer es o r o s -
tiples et disparates, celle enfin de l’économie vers une reconnaissance de nouvelles
or es a ee e r a o eva e r per e e e e
envisager l’idée d’un
service public participatif de façon concrète
.

U e e e ar e v e
considérer sous un jour entièrement nouveau la manière
de définir et de produire le service public
, et surtout le partage des rôles entre l’usa
-
ere a s ra o .Ce e er reavo a o e e rerp e e e a re o vra e
d’une part, décisionnaire des finalités poursuivies et des normes de service souhaitées
v s- -v s es sa ers,e a re vre a repar , o ep r ee es o a re e a
p a e- or eper e a p a o es o e s/ sa ers, o e re er a a s e
e e ps a o r o e ers,a - e esesse sa e s, a o r re
serv e.

Co ra re e er pa ese o aq e e es o espar pa ssera e apa -
nage des cultures anglo-saxonnes, difficiles à acclimater dans des cultures plus latines,
a p e r vo a e Fra e(40 % e apop a o )es po r o srappe erq e
esFra a sso pr s s ves re e e o j ar e e e.
L’enjeu majeur
est donc moins de susciter la participation que de faire en sorte que celle-ci soit
articulée au service public, et non développée en marge de celui-ci, voire contre
lui, dans une ignorance ou une méfiance réciproque.

8

S se

Anticiper et prévenir les risques associés au service public
participatif

La see p a e serv ep par pa es passa sr sq e,s r o a s
pa s o s o rea s ra ve o e e or o s a po ra er re o rs

e apro o serv ep par es o e s.
Réels, ces risques – de continuité,

de qualité et d’universalité – ne sauraient toutefois constituer en eux-mêmes
une objection suffisante au développement de la participation des citoyens à la
production des services publics
, pour peu qu’on réfléchisse aux mesures de prévention
o e es o e a re e p er esr sq es ese a r a sero o s e
pro re e rs ve e se e s o a ea es.

Trois domaines à privilégier pour initier un changement de modèle

S e s epas e o e ra epo rpasser s a a e o ea s-
ra ra o e o epar pa ,o vo a o sse ess erasse a re e
esq e q ese je po r esq e s espro r ssera e s s:

Acculturer les pratiques participatives
– c’est-à-dire faire en sorte que le réflexe
a re es o o a resso es s ere e a er p a o es o e s/ sa ers
et que, symétriquement, le réflexe naturel de ces derniers ne soit pas d’attendre un
serv e se a , a s o r er.

Standardiser les outils informatiques qui sous-tendent la coopération
,o
a
moins les interfaces applicatives, afin que tout service public ou collectivité souhaitant
se a er a s ave re eso pas o ra ves r ass ve e , e e e e e
et financièrement, pour tout réinventer.

Définir le ou les cadre(s) juridique(s) les plus propices pour faciliter l’implication
du public, en évitant l’écueil d’une solution uniforme
, susceptible de figer les expéri
-
e o s.
a

Collecter et évaluer les expériences en cours
afin de définir des « bonnes pratiques »
e er es er eor a sa o e ee e ev ers e o va o ( o a e es
o a es so a es).