Sondage
26 pages
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
26 pages

Description

Regard des Français sur le vaccin contre la Covid-19 > s ͛ D Z'K > : h / ϭϰ : Es/ Z 17H00 Sondage réalisé avec ƉŽƵƌ et Recueil Mét hodologie ŶƋƵġƚĞ ƌĠĂůŝƐĠĞ ĂƵƉƌğƐ Ě͛ƵŶ ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶ ĚĞ &ƌĂŶĕĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ƉĂƌ ŝŶƚĞƌŶĞƚ ůĞƐ13 et 14 janvier 2021. Echantillon Echantillon de1 003 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession deů͛ŝŶƚĞƌǀŝĞǁĠaprès stratification par région et catégorieĚ͛ĂŐŐůŽŵĠƌĂƚŝŽŶ. WƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĞƐ ŵĂƌŐĞƐ Ě͛ĞƌƌĞƵƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique queů͛ŽŶappelle margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌ. Cette margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌsignifie que le résultatĚ͛ƵŶ sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etĚ͛ĂƵƚƌĞde la valeur observée. La margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌdépend de la taille de ů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 janvier 2021
Nombre de lectures 18 839

Exrait

Regard des Français sur le vaccin contre la Covid-19
LEVÉE D’EMBARGO LE JEUDI ϭϰ JANVIER A17H00
Sondage réalisé avec
pouƌ
et
Recueil
Mét
hodologie
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais iŶteƌƌogĠs paƌ iŶteƌŶet les13 et 14 janvier 2021.
Echantillon
Echantillon de1 003 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité del’échaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession del’iŶteƌǀieǁéaprès stratification par région et catégoried’aggloŵéƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultatd’uŶ sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille de l’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé.
Si le pouƌĐeŶtage oďseƌǀĠ est de … Taille de l’EĐhaŶtilloŶ40% ou 60% 30% ou 70% 50%5% ou 95% 20% ou 80% 10% ou 90% 1004,4 6,0 8,0 9,2 9,8 10,0 2003,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1 3004,6 5,3 5,7 5,82,5 3,5 4004,0 4,6 4,9 5,02,2 3,0 5003,6 4,1 4,4 4,51,9 2,7 6001,8 2,4 3,3 3,7 4,0 4,1 8001,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5 9001,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 0002,5 2,8 3,0 3,11,4 1,8 2 0001,8 2,1 2,2 2,21,0 1,3 3 0000,8 1,1 1,4 1,6 1,8 1,8 Lecture du tableau:Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marged’eƌƌeuƌest égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc compris dansl’iŶteƌǀalle[17,5 ; 22,5].
Dans son analyse des réseaux sociaux, Véronique Reille-Soult de Backbone Consulting note que, sur Internet, les Français doutent de moins en moins et le cercle des antivaccins se réduit.
1.
D’ailleuƌs, plus de ϳ FƌaŶçais suƌ ϭϬ ĐƌitiƋueŶt plus gloďaleŵeŶt l’aĐtioŶ du gouǀeƌŶeŵeŶt ĐoŶĐeƌŶaŶt la ǀaĐĐiŶatioŶ. SeloŶ eux, elle Ŷ’est «» (70%), « ni efficace » (73%) et elle « ne leur inspire pas confiance » (70%).ni cohérente
Inversement, le «ƌetaƌd à l’alluŵage» sur la vaccination fait des dégâts: ϴϭ% des FƌaŶçais peŶseŶt Ƌue la ǀaĐĐiŶatioŶ Ŷ’est pas menée à un bon rythme en France et 63% des Français pensent que ce retard sur nos voisins est « préoccupant» et ϱϯ% Ƌu’il Ŷe sera pas rattrapé.
Retournement sur la vaccination : 56% des Français y sont désormais favorables
Retournement spectaculaire sur la vaccination (+14 points) : désormais une nette majorité de Français (56% vs 44%) veut se faire ǀaĐĐiŶeƌ… les seŶioƌs soŶt paƌtiĐuliğƌeŵeŶt deŵaŶdeuƌs: 77% des plus de 65 ans veulent se faire vacciner !
Ce sursaut du souhait de vaccination au moment où celle-Đi se ŵet eŶ plaĐe ĐoŶĐƌğteŵeŶt est la pƌeuǀe de l’effiĐaĐitĠ de la «politiƋue de l’offƌe» en santé.
Les principaux enseignements
Enseignements clés du sondage :
L’idĠe du passepoƌt ǀaĐĐiŶal peƌŵettaŶt l’aĐĐğs audž ƌestauƌaŶts, ĐafĠs et lieudž de Đultuƌe est uŶe piste pouƌ l’aǀeŶiƌ assezclivante, mais potentiellement intéressante pour accentuer encore le souhait de vaccination : seulement 43% des Français y sont favorablesŵais Đe Đhiffƌe s’Ġlğǀe à ϲϱ% aupƌğs de Đeudž Ƌui souhaiteŶt se faiƌe ǀaĐĐiŶeƌ.
5.
4.
3.
2.
Synthèse détaillée du sondage(1/5) Gaël SliŵaŶ, pƌĠsideŶt d’Odoxa
Retournement sur la vaccination : 56% des Français y sont désormais favorables
1) Retournement spectaculaire sur la vaccination (+14 points) : désormais une nette majorité de Français (56% vs 44%) veut se faire vaccinerles seniors sont particulièrement demandeurs : 77% des plus de 65 ans veulent se faire vacciner !
Les Français étaient une large majorité à ne pas souhaiter se faire vacciner lors de notre dernière mesure effectuée avant Noël : dans notre sondage effectué le 23 décembre dernier, 58% des Français assuraient ne pas vouloir se faire vacciner. Le refus du vaccin était même en forte hausse par rapport à novembre (50/50 le 22 novembre au moment del’aŶŶoŶĐede la découverte du vaccin). Or, en en quinze jours, nous avons assisté à une forte progression du souhait de vaccination (+14 points) et observons donc un retournement spectaculaire dansl’opiŶioŶ: désormais, une large majorité de Français assurent vouloir se faire vacciner : 56% vs 44% ! Et encore, ce résultat est une « moyenne » il masque de grandes disparités au sein de la population. En réalité la volonté de se vacciner est encore plus massive auprès des personnes désormais directement éligibles et/car les plus fragiles par rapport au virus. Ainsi, les plus de 65 ans sont plus des trois-quarts (77%) à souhaiter se faire vaccineret les plus âgésd’eŶtƌeeux, les plus de 75 ans, qui peuvent désormais le faire, sont même 86% à le vouloir. L’âge Ŷ’estsujet : le sexe (les hommes sont 66% à vouloir se faire vacciner alors que les femmespas la seule variable discriminante à ce ne sont que 51%),l’haďitat(60% auprès des urbains vs 47% auprès des ruraux), le milieu social (66% auprès des cadres vs 58% auprès des ouvriers) sont des facteurs largement corrélés au souhait de vaccination. L’oƌieŶtatioŶpartisane, il est vrai souvent corrélée à ces facteurs sociologiques, est aussi un facteur différenciant très important concernant le souhait de vaccination : ainsi, 68% des sympathisants LR, 74% des PS, 56% des EELV et 80% des LaREM veulent se faire vaccineralors que les sympathisants des partis « antisystèmes » (RN, LFI) sont une majorité à ne pas le souhaiter : 51% des Insoumis et 63% des RN ne veulent pas de la vaccination.
Synthèse détaillée du sondage(2/5) Gaël SliŵaŶ, pƌĠsideŶt d’Odoxa
2) Ce sursaut du souhait de vaccination au moment où celle-ci se met en place concrètement est la preuve del’effiĐaĐitĠde la « politique del’offƌe» en santé.D’ailleuƌsle fait de voird’autƌespersonnes vaccinées autour de soi est encorel’uŶedes attentes les plus citées par ceux qui ne veulent toujours par se faire vacciner
C’estla « politique del’offƌe» qui explique vraisemblablement ce retournement del’opiŶioŶ: les Français avaient besoin de voir la vaccination se mettre en place concrètement pour se projeter sur leur propre vaccination. Tant que le gouvernement et les autorités de santé semblaient « frileuses » ou douter sur le sujet, ilsŶ’ĠtaieŶtpas rassurés et ne souhaitaient pas se faire vacciner. Ainsi en décembre, à un moment où les messages de ces autorités étaient entièrement tournées vers la pédagogie etl’idĠe Ƌu’ilfallait prendre tout notre temps, le souhait de vaccinations’effoŶdƌait(-8 points entre le 22 novembre et le 23 décembre)mais à partir du moment où la vaccinations’estconcrètement mise en place en France et où elle a fait ses preuves sur des millions de personnes dans le monde et chez nos voisins européens, les doutes des Français se sont estompés. D’ailleuƌs« le fait que de nombreuses personnes en France et autour de vous se soient faites vacciner » estl’uŶedes deux raisons les plus évoquées (23% de citations) par ceux qui, encoreaujouƌd’hui,refusent la vaccination. C’estun phénomène fréquent chez nos concitoyens, structurellement moins confiants ou enthousiastes que leurs voisins face aux innovations, quellesƋu’ellessoient : ce phénomènes’estnotamment observé pour la téléphonie mobile, puis les smartphones ou encorel’ĠƋuipeŵeŶtinternet à domicile. A chaque fois, les Français ont été en retard ou plus frileux que leurs voisins (UK, Allemagne notamment) avant de les rattraper en voyant leur entourage progressivements’ĠƋuipeƌ. Il ne fallait donc pas attendreƋu’uŶemajorité de Français soient « pour » la vaccination pour la mettre en place, mais au contraire, mettre en place une large vaccination en population générale le plus rapidement possible pour que les Français se mette à y croire. Cela ne signifie pas que de nombreux Français rétifs au vaccin ne souhaitent pas plus de temps ou plusd’edžpliĐatioŶ. Bien au contraire. Ainsil’autƌeraison principalement citée par ceux qui refusent toujours la vaccination rejoint la posture de prudence initialement véhiculée par les autorités de santé : ceux-là souhaitent « un délai plus important entrel’iŶfoƌŵatioŶdonnée par un professionnel de santé sur le vaccin et la vaccination » (27%).
Synthèse détaillée du sondage(3/5) Gaël SliŵaŶ, pƌĠsideŶt d’Odoxa
Certains « frileux » disent encore « souhaiter plus de communication sur le vaccin de la part du gouvernement et des autorités de ème santé » (3 raison citée avec 19% de citations). Chose intéressante, ceux qui disent préférer « attendre un vaccin traditionnel plutôtƋu’uŶvaccin à ARN messager » ne représentent que 17% des raisons évoquées par les opposants. En tout cas, une chose est sûre, la posture « anti-vaccinodrome » initiale du ministre de la SantéŶ’estguère partagée : seulement 7% des réfractaires justifient leur refus du vaccin parceƋu’ilssouhaitent se faire vacciner par leur médecin personnel. D’ailleuƌs,peu importe le lieu de vaccination, puisque ceux qui veulent absolument éviterd’alleƌchez un médecin pour se faire vacciner en « vaccinodrome » ou en pharmacie sont encore moins nombreux (2%).
3) Le « retard àl’alluŵage» sur la vaccination fait des dégâts : 81% des Français pensent que la vaccinationŶ’estpas menée à un bon rythme en France et 63% des Français pensent que ce retard sur nos voisins est « préoccupant » et une majorité (53% vs 47%) estime Ƌu’ilne sera pas rattrapé
81% des Français pensent que la vaccination en FranceŶ’estpas menée à un bon rythme dans notre pays. Cela signifie que même les Français les plus frileux sur la vaccination pour eux-mêmes ne comprennent pas que le gouvernementŶ’aillepas plus vite pour la proposer à ceux qui la souhaitent. Or, ce « retard àl’alluŵage», un temps assumé voire vanté par le ministre de la Santé ne semble pas anodin à nos concitoyens. Contrairement à Olivier Véran (àl’ĠpoƋueͿ,eux, ne pensent pasƋu’il Ŷ’estpas grave que notre pays compte actuellement moins de personnes vaccinées que la plupart des pays voisins européens (Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Espagne, etc.). Au contraire, 63% des Français pensent que ce retard sur nos voisins est « préoccupant ». Plus fâcheux encore, contrairement au gouvernement qui assure que ce retard est conjoncturel etƋu’ilsera bientôt rattrapé, une majorité de nos concitoyens (53% vs 47%) estiment àl’iŶǀeƌseque ce retard ne sera jamais rattrapé.
Synthèse détaillée du sondage(4/5) Gaël SliŵaŶ, pƌĠsideŶt d’Odoxa
4)D’ailleuƌs,plus de 7 Français sur 10 critiquentl’aĐtioŶdu gouvernement concernant la vaccination. Selon eux, elleŶ’estni cohérente (70%), ni efficace (73%) et ne leur inspire pas confiance (70%)
Au-delà de cette question du « retard », plus globalement, la perception des Français surl’aĐtioŶdu gouvernement en ce qui concerne la vaccination est extrêmement sévère. 7 à 8 Français sur 10 jugent quel’aĐtioŶdu gouvernementŶ’estni cohérente (70%), ni efficace (73%), ni claire (76%). Pour tout dire, etĐ’estencore plus grave, elle ne leur inspire pas du tout confiance (70% de défiance). A chacune des trois grandes étapes de la lutte contre la pandémie, les Français ont toujours été une très large majorité à juger très négativementl’aĐtioŶdu gouvernement : ce fut le cas sur les masques (où en plusl’idĠedu mensonged’Etat s’estinstallée dans l’opiŶioŶͿ,puis sur les tests (àl’autoŵŶeils reprochaient un temps trop long entre le test et le résultat) et enfin,aujouƌd’hui,sur le vaccin.
5) Le passeport vaccinal pour les lieux de loisirs et de culture est rejeté par une majorité de Français mais largement approuvée par ceux qui souhaitent se faire vacciner
Pour rebondir et corriger cette imaged’iŶeffiĐaĐitĠ,et aussi pour inciter davantage de Français à se vacciner, le gouvernement pourrait envisager des innovations.L’uŶe d’ellesconsisterait à mettre en place une sorte de passeport vaccinal permettantl’aĐĐğsaux restaurants, cafés et lieux de culture à toutes les personnes qui seraient vaccinées. Cette piste est pour le moment écartée par le gouvernement. Elle est assez clivante, mais potentiellement intéressante : en effet, si seule une minorité de 43% de Français est favorable à cette solution (57% de rejet), près des deux-tiers (65%) de ceux qui comptent se faire vacciner y seraient favorables. Une telle solution pourrait donc mécontenter les irréductibles rétifs au vaccin Covid, mais elle aurait sans doute le mérite de convaincre les hésitants et doncd’augŵeŶteƌencore la part de Français souhaitant se faire vacciner.
Synthèse détaillée du sondage(5/5) Gaël SliŵaŶ, pƌĠsideŶt d’Odoxa
S’ilest encore trop tôt pour imaginer mettre en place une telle solutionaujouƌd’hui(trop peu de personnes sont et seront bientôt vaccinées), elle pourrait peut-être prendre plus de consistance dans les semaines à venir.
Gaël SliŵaŶ, pƌésideŶt d’Odoxa
Synthèse de la résonance sur les réseaux sociaux Véronique Reille SoultCEO de BACKBONE Consulting
Sur Internet, les Français doutent de moins en moins et le cercle des antivaccins se réduit
Depuis quelques jours, une blague moquant les Français circule sur les réseaux sociaux : «pour les Anglais un gentleman se vaccine. Chez les Allemands, il le fait pour obéir à un ordre. Pour un Américain,c’estparce que son voisinl’afait. Et pour un Français…c’estparceƋu’oŶlui ditƋu’il Ŷ’ya pas droit !»
Au-delà de la plaisanterie,l’oďseƌǀatioŶdes expressions spontanées des Français sur les réseaux sociaux montre clairement que les doutes sur les vaccins diminuent. Le petit nombre résidueld’aŶtiǀaĐĐiŶsprofondsŶ’estpas écouté et reste dans un cercle fermé. On constate que les désinformations ne fonctionnent pas et sont peu partagées.
Les Français qui doutaient trouvent de plus en plus de réponses à leurs questions (les scores enregistrés par les vidéos positives à l’Ġgaƌdet ceux qui doutent encore sont de plus en plus à la recherche des derniers arguments pour sedu vaccin en sont le témoin) décider. Leurs questions tournent toujours autour des effets secondaires et du manque de recul, elles concernent aussil’effiĐaĐitĠdu vaccin face à un virus qui mute : «A quoi va servir le nouveau vaccin si le COVID 19 mute aussi vite ! »
On constate donc surtout une évolution positive del’opiŶioŶ,combinaison des informations satisfaisantes partagées par les influenceurs et des comparaisons avec les autres pays, mais aussi et surtout àl’auŶedes chiffres à la hausse del’ĠpidĠŵieet de la crainted’uŶconfinement. Les Français ont ainsi de plus en plus envie du vaccin, identifié comme une solution possiblenouveau pour sortir de la situation actuelle et retrouver une « vie normale ».
« 24h après avoir reçu la première injection du vaccin : pas de fièvre, pas de frissons, une petite douleur au pointd’iŶjectioŶ (normale comme pour tous les autres vaccins). Mais je ne capte toujours pas la 5G. Et pas de nouvel organe qui pousse ! Faisons confiance à la science #COVID ».
Résultats du sondage