Comment vivre au Sénégal

Comment vivre au Sénégal

Documents
5 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Comment vivre au SénégalExtrait du Ferloo.comhttp://www.ferloo.comConsommation et vie quotidienneComment vivre au Sénégal- Chroniques - Enquêtes - Date de mise en ligne : jeudi 14 fvrier 2008Ferloo.comCopyright © Ferloo.com Page 1/5Comment vivre au SénégalEn matière dhabitat et déquipements, comment vivent les Sénégalais ? Quel est le profil deleur cadre environnemental immédiat ? Lenquête sénégalaise auprès des ménages réaliséeparla Direction et la Prévision et de la Statistique a tenté de répondre à ces questions, enétudiant de manière approfondie leur niveau et mode de vie. Lanalyse de leurs conditions devie, du confort de leur logement, des équipements domestiques dont ils disposent a permis decamper les différents profils de la famille sénégalaise. Le type de logement, le statutdoccupation (propriétaire ou locataire), le nombre de pièces des habitations, les éléments deconfort comme le téléphone, la voiture, lélectricité, leau courante, etc, ont été passés aupeigne fin.Tendances : RéalismeLes princes de lostentation continueront pour longtemps encore à défier le bon sens, mais les Sénégalais sont demoins en moins nombreux à les prendre pour modèles, parce quayant convenablement assimilé les leçons de lacrise des années quatre-vingt et celles de laprès-dévaluation. Plus réalistes que naguère, ils ont plutôt tendance àinvestir dans des valeurs sûres, à dépenser juste.Ce revirement trouve une assez nette illustration dans la ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 75
Langue Français
Signaler un problème
Comment vivre au Sénégal
Extrait du Ferloo.com
http://www.ferloo.com
Consommation et vie quotidienne
Comment vivre au Sénégal
- Chroniques -
Enquêtes -
Date de mise en ligne : jeudi 14 fvrier 2008
Ferloo.com
Copyright © Ferloo.com
Page 1/5
Comment vivre au Sénégal
En matière dhabitat et déquipements, comment vivent les Sénégalais ? Quel est le profil de
leur cadre environnemental immédiat ? Lenquête sénégalaise auprès des ménages réalisée
parla Direction et la Prévision et de la Statistique a tenté de répondre à ces questions, en
étudiant de manière approfondie leur niveau et mode de vie. Lanalyse de leurs conditions de
vie, du confort de leur logement, des équipements domestiques dont ils disposent a permis de
camper les différents profils de la famille sénégalaise. Le type de logement, le statut
doccupation (propriétaire ou locataire), le nombre de pièces des habitations, les éléments de
confort comme le téléphone, la voiture, lélectricité, leau courante, etc, ont été passés au
peigne fin.
Tendances : Réalisme
Les princes de lostentation continueront pour longtemps encore à défier le bon sens, mais les Sénégalais sont de
moins en moins nombreux à les prendre pour modèles, parce quayant convenablement assimilé les leçons de la
crise des années quatre-vingt et celles de laprès-dévaluation. Plus réalistes que naguère, ils ont plutôt tendance à
investir dans des valeurs sûres, à dépenser juste.Ce revirement trouve une assez nette illustration dans la forte
augmentation des constructions en dur, aussi bien dans les villes quen milieu rural. Et si les cases et les baraques
tendent à leur céder la place, cest que tout un chacun est convaincu quune maison bien à soi est un placement qui
libère du diktat des spéculateurs fonciers et immobiliers, peut donner des opportunités de rente, et surtout sécurise
durablement une famille, dans un cadre que lon cherche à rendre le plus confortable et agréable possible.Par le
biais de lauto construction évolutive, et des programmes immobiliers dans une bien moindre mesure, près de la
moitié des ménages sénégalais sont aujourdhui propriétaires de leur demeure. Lautre moitié nest toutefois pas
près de sortir de lauberge.Le réalisme sénégalais se mesure également à la taille des ménages qui tendent à se
contenir dans des limites raisonnables. Ce nest pas seulement le planning familial qui explique cela. Les familles
urbaines se restreignent de plus en plus à leur noyau de base, pour limiter leurs charges et soffrir des commodités
et conditions de vie compatibles avec leur niveau de revenu. La solidarité avec la famille élargie en prend bien
évidemment un sacré coup, quoiquelle devrait pouvoir sorganiser autrement.Mais le réalisme ne résout pas tous les
problèmes. Les Sénégalais ont en effet beau sajuster à la conjoncture, serrer la ceinture, chercher à mieux orienter
leurs dépenses et gérer leurs charges, leurs ressources leur permettent difficilement de joindre les deux bouts.
Comment pourrait-il en être autrement avec un revenu moyen per capita qui ne dépasse pas un dollar par jour ? A
quelques rares exceptions près, les charges incompressibles des salariés sont largement supérieures à leurs gains,
ce qui réduit très fortement leurs possibilités dépargne. On comprend pourquoi la plupart sadonnent à des activités
parallèles pour quelques expédients. Les difficultés sont encore plus aiguës dans le monde rural, et plus
particulièrement dans les zones où la production agricole est tributaire dune pluviométrie on ne peut plus
capricieuse. Linformel a ses hauts, mais également beaucoup de mauvaises passes du fait de son engorgement et
de ses aléas. Aussi est-il normal que la demande sociale sexprime avec insistance pour laugmentation des salaires
pratiquement bloqués depuis la dévaluation du franc CFA, la baisse de la fiscalité directe, et la répercussion de la
réduction générale des droits de porte sur les prix pratiqués sur le marché local. Il est sans doute vrai que les acquis
engrangés depuis le changement de parité du franc CFA sont encore fragiles, et quil faut laisser mûrir ce blé, plutôt
que de le consommer en herbe. Toujours est-il que lamélioration, par quelque moyen quil puisse être, du revenu
des populations devenues beaucoup plus réalistes, leur donnerait encore plus de motivations à participer à lSuvre
collective du développement national, à la concrétisation de cette quête incessante pour le mieux être. Dautant
quune consommation mieux orientée est un facteur de dynamisme pour la production locale quil sagit de stimuler
plus vigoureusement.
Confort :
des ménages mieux lotis, mais...Ainsi, 37,5% des ménages sénégalais habitent dans des cases ou des
baraques, alors que 62,5% habitent dans des maisons en dur. Ces taux ne sont respectivement que de 3,7% et
96,3% s'agissant de Dakar. Alors qu'en milieu rural, 55% des ménages vivent dans une maison en dur.
Le logement
des ménages s'améliore avec l'urbanisation , note d'ailleurs le rapport de l'enquête, qui a mis en relief l'existence de
Copyright © Ferloo.com
Page 2/5
Comment vivre au Sénégal
777.931 ménages pour l'ensemble du Sénégal, par rapport à une population totale estimée à 7.884.257 habitants en
fin septembre 1994.Sur l'ensemble des ménages, 66,7% seraient propriétaires de leur logement. Ce ratio est de
42,8% à Dakar, de 57,3% dans les autres centres urbains et de 79,7% en milieu rural. Parallèlement, 13% des
ménages seraient locataires simples au Sénégal. A Dakar, ce sont 40,1% des ménages, 18,4% dans les autres
centres urbains et seulement 0,5% en milieu rural. Les
locataires-acheteurs
des programmes immobiliers ne
représentent qu'une infime portion (0,5% de l'ensemble des ménages sénégalais) et ne se rencontrent qu'à Dakar et
dans les centres urbains du Sénégal.Le document indique aussi que dans l'ensemble, 79% des ménages sont
normalement peuplés
(soit trois ménages sur quatre environ). Cet indice de peuplement souligne qu'un ménage est
surpeuplé si le nombre de personnes qui le composent est supérieur au nombre de chambres du logement. Ces
ménages surpeuplés sont par ailleurs plus fréquents en milieu urbain qu'en milieu rural. L'indice de peuplement
donne une idée de la
promiscuité
qui existe dans le ménage. Au chapitre des éléments de confort, 81% des
ménages vivant en milieu rural ne dispose d'aucun moyen de confort (eau, électricité et WC). Seuls 5% des
ménages sont concernés à Dakar contre 23,5% dans les autres centres urbains. Dans l'ensemble, 19,1% des
ménages sénégalais disposent de ces trois éléments de confort, signe d'un certain niveau de vie.C'est ainsi qu'en
milieu rural, la lampe-tempête constitue le principal moyen d'éclairage. C'est seulement, un peu plus du quart des
ménages sénégalais (28%), qui s'éclairent à l'électricité. A Dakar et dans les centre urbains, ce sont respectivement
73% et 51% des ménages qui ont accès à l'électricité. Mais, un paradoxe est à relever :
c'est à Dakar que la bougie
est relativement la plus utilisée ; 13,2% des ménages dakarois y ont recours contre 4 à 6% dans le reste du Sénégal
.A travers le rapport de l'ESAM, l'on note aussi que 55,5% des ménages utilisent le bois de chauffe pour faire la
cuisine et 21% le charbon de bois. C'est à Dakar et dans les centres urbains que l'utilisation du gaz et du charbon est
plus importante. Dans la capitale sénégalaise, 66,3% des ménages emploient le gaz contre 29,1% pour le charbon.
Ces ratios sont respectivement de 25% et 39,3% dans les autres centres urbains.L'enquête révèle aussi, au chapitre
de l'équipement des ménages, que
l'utilisation du téléphone à domicile et de la voiture personnelle, semble
connaître un accroissement vigoureux . N'empêche, le nombre de ménages possédant ces deux attributs de confort,
est encore faible. Au moment de l'enquête, seuls 5% des ménages sénégalais avaient le téléphone à domicile. A
Dakar et dans les centres urbains, ce sont respectivement 11,4% et 9,3% des ménages. Comme le téléphone, la
disposition d'une voiture personnelle est encore faible (moins de 4% des ménages). Dans la capitale, ce sont 10,2%
des ménages qui sont dotés de véhicules privés.Il ressort aussi de l'enquête que la radio et la radio-cassette sont les
équipements les plus répandus dans les ménages sénégalais. Près de 72% des ménages en seraient équipés. Par
contre, seuls 5,5% des ménages possèdent une vidéo. (16% à Dakar), 21% disposent d'un téléviseur (50% des
ménages à Dakar), 13,1% ont un réfrigérateur (environ le tiers de ménages de Dakar)... Une grande disparité est
ainsi notée entre Dakar et le reste du Sénégal. Les ménages dakarois ont en effet un meilleur accès aux commodités
de la vie moderne. Si 14% des ménages dakarois possèdent une chaîne à musique, il reste que l'ordinateur est
encore loin d'être un bien courant.
Fortes dépenses alimentaires
: En 1994, année référence de lenquête, 777.931 ménages ont globalement
dépensé 114 milliards 482 millions de francs CFA. Ce qui donne une dépense moyenne par personne et par an
(DPA) de 147.495 F CFA et une dépense moyenne annuelle par ménage de 1.494.852 F CFA. Le rapport estime
que la DP réelle est de 114.225 F CFA si lon soustrait la part de lautoconsommation. De 1991, année de la
réalisation de lEnquête sur les Propriétés (ESP) à 1994, le taux daccroissement moyen annuel de la DPA a été de
7,8%.Si 23,6% des ménages sont concentrés à Dakar, 18,9% dans les autres centres urbains et 57,5% en milieu
urbain, ces ménages nont pas les mêmes habitudes de consommation, ni les mêmes niveaux de réserves. Cest
ainsi que les dépenses moyennes par personne ou par ménage sont différentes selon les milieux. Cest ainsi que
60% des ménages ruraux ont une DPA inférieure à 100.000 F contre 17,5% des ménages des autres centres
urbains et 7,7% à Dakar .Bien évidemment, les dépenses des ménages sont proportionnelles à leur taille. Ce dernier
élément accentue ainsi la disparité dans les dépenses des ménages.Dans la distribution, le nombre de ménages
dirigés par les hommes est le plus important et sélève à 80,4% de lensemble. Ces ménages constituent 84,8% de
la population globale et leur part de dépenses est de 82,1% de lensemble des dépenses annuelles des ménages.
En moyenne, la dépense des ménages dirigés par les hommes est de 1.527.110 F, contre 1.362.957 F pour celle
des femmes. Au niveau individuel, les dépenses sont respectivement de 142.813 F et 173.570 F. A retenir que les
ménages dirigés par les femmes sont moins peuplés.Le rapport révèle aussi quil existe une grande disparité entre
les dépenses moyennes par tête, suivant le niveau dinstruction. Ainsi, les chefs de ménage de niveau supérieur ont
Copyright © Ferloo.com
Page 3/5
Comment vivre au Sénégal
une DPA plus élevée (4.920.300 F), alors que ceux
sans instruction
ont une DPA plus faible (1.206.636 F).
Lappartenance à un groupe socio-économique est aussi source de disparité dans les dépenses. Les moyennes de
dépenses par personne sont plus élevées chez les chefs de ménages salariés
: cadres supérieurs (381.371 F),
employés (288.918 F), professions intermédiaires (286.340 F) et ouvriers (165.377 F). Par contre, ces niveaux sont
faibles chez les employeurs et indépendants (agricoles : 93.095 F) ; (non agricoles : 165.345 F), chez les chômeurs
(120.734 F) et les inactifs (164.359 F).Les dépenses de consommation des ménages varient aussi suivant le milieu :
urbain ou rural. Les ménages destinent la plus importante part de leurs dépenses à des consommations de type
alimentaire ; 70.381 F par personne et par an, soit environ 53% du total des dépenses individuelles. Les 47%
résiduels sont affectés à des consommations non alimentaires, parmi lesquelles le groupe
Logement, eau, électricité
et autres combustibles
est le plus important. En effet, 20,3% du budget des ménages sont consacrés à ce
groupe.Aux postes
alimentations et dépenses liées au logement , sont consacrés 73% du budget des ménages. A
travers l'étude, l'on note d'ailleurs que les charges locatives grèvent leur budget. Si au Sénégal, 85% des ménages
sont propriétaires de leur logement, 70% des ménages dakarois sont des locataires, contre 27,3% dans les autres
centres urbains et seulement 2,7% en milieu rural. Pour ces ménages locataires, plus de la moitié (59%) consacrent
moins de 10% de leurs dépenses globales à leurs charges locatives. Près de 30% d'entre eux mettent entre 10% et
19% de leurs dépenses dans les charges locatives. Et un ménage sur dix paie un moyen compris entre 20% et 49%
de sa dépense annuelle totale. Ces charges sont plus importantes à Dakar que dans les centres urbains et en milieu
rural.Dans la hiérarchisation des dépenses, l'habillement vient en troisième position puisque en moyenne annuelle,
chaque Sénégalais lui consacre 10.4777 F, ce qui représente 8,1% dans la consommation globale. D'autres groupes
de dépenses suivent, n'excédant pas 5% :
ameublement, équipements ménagers, et entretien courant , 4,8% ;
transport et communication
4,2% ;
santé
3,4% ;
enseignements
1,4% ;
loisirs, spectacles, culture
0,6%, hôtels,
café et restaurants" 0,6%. les autres biens et services occupant 3,4% des dépenses.
Disparités dans les revenus au Sénégal : le revenu moyen par tête d'habitant est estimé par l'ESAM, à 220.950 F
alors que le produit national brut par tête était de 253.306 F en 1994 et de 279.456 F en 1995. Cette moyenne est de
416.423 F à Dakar, 403.098 dans les autres centres urbains pour ne se situer qu'à 100.038 F en milieu rural. Le
document souligne aussi que 50% de la population sénégalaise ont un revenu global annuel inférieur à 975.839 F.
Un ratio qui se situe à 2.175.325 F à Dakar et à 1.930.328 F dans les autres centres urbains, pour 600.000
seulement en milieu rural. En matière de réserves aussi, de profondes disparités existent selon le milieu urbain ou
rural.L'enquête souligne d'ailleurs que 14% de Sénégalais ont un revenu annuel compris entre 100.000 et 300.000 F
CFA, tandis que 3,1% ont annuellement moins de 100.000 F. Chez les Sénégalais les plus nantis, l'on constate
d'après les conclusions de l'étude que 4,4% de Sénégalais ont un revenu annuel supérieur à 10 millions de francs.
Dans la même dynamique, 6% de Sénégalais ont un revenu annuel compris entre 5 et 10 millions de francs CFA. La
strate la plus importante (20,7% de la population) est constituée de nationaux ayant un revenu annuel compris entre
un et deux millions de francs.Au plan des ménages, le revenu moyen annuel est 2.231.867 F plus élevé en milieu
urbain (soit 3.769.093 F à Dakar et 3.873.423 F dans les autres villes), qu'en milieu rural (1.075.662 F).
Globalement, 50% des ménages sénégalais auraient un revenu annuel inférieur à 763.758 F, une moyenne qui est
de 472.093 F en milieu rural et 1.604.348 F à Dakar. 4,3% au total des ménages ont un revenu annuel inférieur à
600.00 F (soit 50.000 par mois).A Dakar, 22,4% des ménages ont moins de 600.000 annuellement contre 19,5%
dans les autres villes et 61% des ménages ruraux. Alors que globalement, 3,2% des ménages sénégalais ont des
revenus annuels supérieurs à 10 millions de francs, tandis que 4,7% perçoivent annuellement des revenus compris
entre 5 et 10 millions. Au niveau de la distribution des revenus, les mêmes disparités apparaissent, selon le milieu
urbain ou rural. A relever qu'en milieu rural, seul 1% des ménages ont des revenus annuels supérieurs à 10
millions.L'étude révèle aussi que paradoxalement, dans un pays agricole comme le Sénégal, les revenus agricoles
sont encore trop faibles. En réalité, les revenus agricoles ne représentent que 3,2% pour l'élevage.En valeur
moyenne, les revenus globaux des ménages sont constitués des rémunérations des salariés (24,4%), des revenus
tirés des
unités de productions agricoles
(UPNA) : (27,9%) ; des revenus de la propreté (12,5%), des transferts
reçus (18,9%), des revenus de l'élevage (11,2%).Les revenus des ménages sont généralement complétés par des
ressources issues de l'épargne (compte bancaire ou tontine) et des emprunts qui constituent 88% de ces
ressources. La vente de biens, l'héritage et les jeux de hasard ne représentant que 12%. Il est à signaler que dans
ce poste,
autres ressources des ménages , les emprunts sont les plus significatifs avec 44,7%.
Copyright © Ferloo.com
Page 4/5
Comment vivre au Sénégal
Mamadou Matar Gueye, statisticien-démographe :
Une meilleure compréhension des besoins
L'enquête sénégalaise auprès des ménages a été menée sur la demande du ministère de l'Economie, des finances
et du plan, pour mettre à la disposition des autorités publiques des éléments de décision économique. Comme
l'explique Mamadou Matar Guèye, statisticien-démographe à la Direction de la Prévision et de la Statistique :
ses
principales conclusions vont d'ailleurs servir pour approfondir la lutte contre la pauvreté, inscrite au rang de priorité
dans les orientations tracées par le gouvernement .
Ces indicateurs socio-économiques révélés par l'enquête vont
aussi permettre une analyse différentielle entre certaines catégories de ménages pour mieux faire apparaître la
compréhension des phénomènes de pauvreté, en milieu urbain comme rural , a précisé M. Guèye.
Il sera possible ainsi pour les autorités, dans la lutte contre la pauvreté, d'inclure plus d'équité en matière de
distribution de revenus et d'infrastructures de base .Dans le domaine de l'accès à l'eau potable, à l'éducation et à la
santé, le statisticien-démographe explique que les tendances dégagées par l'enquêtes vont être prises en compte
dans la définition et la mise en Suvre des politiques sociales. Et les autorités vont, sur la base des conclusions du
document, tenter une correction de certains déséquilibres entre les ménages, en milieu urbain et en milieu rural, pour
améliorer la productivité des populations sénégalaises.
Il y a des choix à opérer ainsi que des urgences, et l'Etat va
maintenant bien mettre l'accent sur certaines priorités .Le statisticien démographe souligne que l'enquête a d'autre
part permis de mieux mesurer l'impact des politiques économiques mises en branle depuis quelques années et leur
conséquences sur le vécu quotidien des ménages sénégalais.
Oumar Diagne, socio-anthropologue :
La pauvreté, une notion à relativiser
En occident,l'on est pauvre quand, en deçà d'un certain seuil, l'on est inapte à satisfaire certains besoins primaires
relatifs au logement, à la nourriture, à l'éducation, aux loisirs... Alors qu'en Afrique, l'on est pauvre selon une certaine
tradition bien établie, quand on a rien à partager avec ses proches, cela, tant du point de vue psychologique que du
point de vue matériel . Pour le socio-anthropologue Oumar Diagne, maître de conférence à l'université Cheikh Anta
Diop de Dakar, la pauvreté comme la promiscuité, notions largement usitées maintenant du fait de la crise, est à
relativiser parce que ne recoupant pas les mêmes réalités en Afrique et en Occident.Son sentiment est que
ce
concept de pauvreté des ménages est véhiculé au niveau de l'Administration sénégalaise, ainsi que dans certaines
classes sociales, repose davantage sur des considérations liées au pouvoir d'achat que sur des questions
proprement humaines .
Dans la société sénégalaise, quelqu'un qui a les moyens et qui les partage avec les autres,
on dira de lui qu'il est large ( yaatu ). Or un tel individu, en Occident, ne pourrait jamais réussir socialement, étant
donné tous les calculs dont est enclin l'homoéconomicus . Le professeur Diagne est ainsi d'avis que
sans cette
notion de partage généralement bien admise en Afrique, de sérieuses questions de survie se poseraient
pour les
individus et les populations. Part ailleurs, il souligne que les contraintes de la vie moderne n'autorisent plus ce sens
du partage et de la générosité ,
étant donné toutes les charges qui régissent aujourd'hui, le goût du bien-être dans
une famille équilibrée, l'éducation des enfants . Sans bannir cette légendaire générosité communautaire africaine et
sénégalaise, véritable rempart contre la pauvreté, Oumar Diagne fait remarquer qu' un certain sens social devra
nous incliner à nous régler sur les exigences de la modernité, tout en ne sacrifiant pas l'élan de solidarité parentale
ou généalogique, qui est encore un bienfait dans nos sociétés .
Cheikh THIAM Economiste/Journaliste
LE SOLEIL
BP 92 Dakar-SENEGAL cheikhthiam@hotmail.com
Copyright © Ferloo.com
Page 5/5