//img.uscri.be/pth/814012e180c776092aaf7da57164ad102712de2e
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

communiqué du MRC92 sur les Elections Départementales de mars 2015

De
2 pages
MOUVEMENT RÉPUBLICAIN ET CITOYEN - MRC COMMUNIQUÉ DE PRESSE Élections départementales des 22 et 29 mars 2015 Bourg-la-Reine le 30 janvier 2015 Après la semaine sanglante, l’urgence est de répondre aux aspirations de nos concitoyens qui souhaitent une consolidation de nos institutions républicaines. Le 11 janvier, en réponse aux terribles attentats dont la France a été victime, le peuple de ce pays a fait preuve d’une grande maturité politique en envoyant aux terroristes un message fort : « nous sommes un peuple, nous sommes unis, nous sommes debout, nos valeurs ont pour nom Liberté, Égalité, Fraternité, Laïcité, Patriotisme ». Le Mouvement Républicain et Citoyen s’honore d’être une des composantes de ce peuple là. Reste maintenant à traduire cette volonté populaire dans le projet républicain commun. Évidemment, le bel élan unitaire qui s’est manifesté après l’électrochoc des 7, 8 et 9 janvier 2015 ne peut pas s’exonérer du débat : Le débat d’idée vivifiant est le garant de la démocratie ! Le débat ? Mais quel débat ? A notre sens le débat nouveau qui doit s’instaurer doit conduire à consolider l’État et ses institutions : son école, sa police et plus généralement l’ensemble de ses services publics. Pourquoi ? Parce que lorsque l’État s’affaisse, laisse flétrir ses symboles, ce sont les communautarismes, illuminés ou non, qui prennent le pas sur le désir du vivre ensemble et le désir de porter, comme seul un peuple sait le faire, un projet commun.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

MOUVEMENT RÉPUBLICAIN ET CITOYEN - MRC COMMUNIQUÉ DE PRESSE Élections départementales des 22 et 29 mars 2015 Bourg-la-Reine le 30 janvier 2015
Après la semaine sanglante, l’urgence est de répondre aux aspirations de nos concitoyens qui souhaitent une consolidation de nos institutions républicaines. Le 11 janvier, en réponse aux terribles attentats dont la France a été victime, le peuple de ce pays a fait preuve d’une grande maturité politique en envoyant aux terroristes un message fort : « nous sommes un peuple, nous sommes unis, nous sommes debout, nos valeurs ont pour nom Liberté, Égalité, Fraternité, Laïcité, Patriotisme ». Le Mouvement Républicain et Citoyen s’honore d’être une des composantes de ce peuple là. Reste maintenant à traduire cette volonté populaire dans le projet républicain commun. Évidemment, le bel élan unitaire qui s’est manifesté après l’électrochoc des 7, 8 et 9 janvier 2015 ne peut pas s’exonérer du débat : Le débat d’idée vivifiant est le garant de la démocratie ! Le débat ? Mais quel débat ? A notre sens le débat nouveau qui doit s’instaurer doit conduire à consolider l’État et ses institutions : son école, sa police et plus généralement l’ensemble de ses services publics. Pourquoi ? Parce que lorsque l’État s’affaisse, laisse flétrir ses symboles, ce sont les communautarismes, illuminés ou non, qui prennent le pas sur le désir du vivre ensemble et le désir de porter, comme seul un peuple sait le faire, un projet commun.
Des élections départementales qui tombent au plus mauvais moment ? On aurait pu croire que l’élection départementale en mars 2015 serait l’occasion d’amorcer ce débat démocratique nouveau… Hélas, sommes-nous trop près de la vague d’attentats pour que la réflexion ait totalement porté ses fruits ? Nous ne pouvons que constater, et regretter, que les vieux réflexes reviennent avec force… Avant les joutes électorales droite/gauche, au sein de la gauche (mais la situation doit être la même à droite), chacun tente d’avancer ses pions, négligeant pour cela la discussion sur le programme ! Dans notre département où la droite a de grandes chances de rafler la mise, nous déplorons que, les bisbilles à gauche pour un hypothétique mandat, prennent le pas sur la réflexion politique que nos concitoyens attendent. Ces petits calculs ne grandissent pas le personnel politique et les électeurs le lui ont fait savoir à maintes reprises et de maintes façons : abstention, vote pour les extrêmes… Ces déchirements fratricides sont d’autant plus regrettables que l’on sait le caractère éphémère et incertain de cette élection : - Pour la première fois, nous allons élire des personnes dont la tâche sera de supprimer l’instance dans laquelle elles viennent d’être élues. En effet, cette collectivité territoriale est appelée à disparaître après la mise en place de la Métropole du Grand Paris er (normalement au 1 janvier 2016) - A, environ deux mois du scrutin, les compétences de cette collectivité n’ont toujours pas été discutées au Parlement… Le seront-elles au moment du vote ?
Ambitions personnelles, situation transitoire, la politique est la grande perdante ! Regrettable, oui ! Il est déplorable que la politique n’ait pas pris le pas sur les ambitions personnelles car l’avenir de notre région-capitale relève évidemment de structures organisationnelles mais au moins tout autant des orientations économiques gouvernementales et locales.
Des mesures comme les 41 milliards du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE) ou les exonérations de charges sociales pour les salaires égaux au SMIC (dispositif qui tire l’ensemble des salaires vers le bas) n’ont pas eu les effets escomptés sur la confiance des entreprises. Cela mériterait certainement un audit car ces efforts consentis par la puissance publique diminuent considérablement les recettes des collectivités territoriales. Elles sont de plus en plus contraintes de réduire les prestations sociales, sont conduites – choix insensé ! – à baisser les commandes de bâtiments (bâtiments publics et logements lesquels font pourtant cruellement défaut en région parisienne) plongeant le secteur dans une crise sans précédent ! Pour ne citer que deux exemples, au niveau des territoires, une politique de gauche, c’est : - Une organisation territoriale qui garantisse l’égalité des citoyens, une organisation qui ne renforce pas les inégalités entre les Métropoles riches et le reste du pays ; - Une politique de grands travaux, incluant les fonds européens concernant tous les secteurs économiques : recherche, maillage territorial avec des réseaux optiques indispensables pour construire la ville connectée… Il faut déclarer grande cause écologique, les travaux d’isolation des logements.
Les choix du MRC Fort de ses convictions, le MRC a refusé de prendre part aux jeux tacticiens, même si cela nous prive de quelques (petits) moyens d’expression au moment de la campagne. Vous ne trouverez donc pas de candidats ni de candidates MRC pour les cantons des Hauts de Seine. En revanche, nous sommes profondément attachés aux valeurs républicaines et nous appelons donc les électrices et les électeurs à ne pas s’abstenir lors de l’élection départementale de mars 2015 : votez pour le candidat et la candidate de gauche qui défend le mieux votre sensibilité politique. S’abstenir serait faire le jeu de la droite voire du Front national.