22 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
22 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE

Informations

Publié par
Nombre de lectures 120
Langue Français

Extrait

COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE Palais de la Paix, Carnegieplein 2, 2517 KJ La Haye, Pays-Bas Tél : +31 (0)70 302 2323 Télécopie : +31 (0)70 364 9928 Site Internet : www.icj-cij.org
Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé (Requête pour avis consultatif)
Résumé de l’avis consultatif du 9 juillet 2004
Historique de la procédure (par. 1-12)
Résumé Document non officiel
Résumé 2004/2 Le 9 juillet 2004
 La Cour rappelle tout d’abord que le 10 décembre 2003 le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies a officiellement communiqué à la Cour la décision prise par l’Assemblée générale de lui soumettre la question pour avis consultatif énoncée dans sa résolution ES-10/14, adoptée le 8 décembre 2003 lors de sa dixième session extraordinaire d’urgence. La question est la suivante :
 «Quelles sont en droit les conséquences de l’édification du mur qu’Israël, puissance occupante, est en train de construire dans le territoire palestinien occupé, y compris à l’intérieur et sur le pourtour de Jérusalem-Est, selon ce qui est exposé dans le rapport du Secrétaire général, compte tenu des règles et des principes du droit international, notamment la quatrième convention de Genève de 1949 et les résolutions consacrées à la question par le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale ?»
La Cour donne ensuite un bref aperçu de l’historique de la procédure.
Questions de compétence (par. 13-42)
 Au début de son raisonnement, la Cour fait observer que, lorsqu’elle est saisie d’une demande d’avis consultatif, elle doit commencer par déterminer si elle a compétence pour donner l’avis demandé et, dans l’affirmative, s’il existe une quelconque raison pour elle de refuser d’exercer une telle compétence.
 La Cour se penche en premier lieu sur la question de savoir si elle a compétence pour donner l’avis consultatif. Elle relève premièrement que la compétence de la Cour en la matière est fondée sur le paragraphe 1 de l’article 65 de son Statut, aux termes duquel la Cour «peut donner un avis consultatif sur toute question juridique, à la demande de tout organe ou institution qui aura été autorisé par la Charte des Nations Unies ou conformément à ses dispositions à demander cet avis», et deuxièmement que l’Assemblée générale, qui demande l’avis consultatif, est autorisée à le faire en vertu du paragraphe 1 de l’article 96 de la Charte, qui dispose que «[l]’Assemblée générale ou le Conseil de sécurité peut demander à la Cour internationale de Justice un avis consultatif sur toute
- 2 -
question juridique». Comme elle l’a fait parfois dans le passé, la Cour se penche ensuite sur la relation entre la question qui fait l’objet de la requête pour avis consultatif et les activités de l’Assemblée. Elle observe à ce sujet que l’article 10 de la Charte a conféré à l’Assemblée générale une compétence à l’égard de «toutes questions ou affaires» entrant dans le cadre de la Charte, et que le paragraphe 2 de l’article 11 lui a spécifiquement donné compétence à l’égard de «toutes questions se rattachant au maintien de la paix et de la sécurité internationales dont elle aura été saisie par l’une quelconque des Nations Unies…» et pour faire des recommandations sous certaines conditions posées dans ces deux articles. Elle note que la question de la construction du mur dans le territoire palestinien occupé a été soumise à l’Assemblée générale par un certain nombre d’Etats Membres dans le cadre de sa dixième session extraordinaire d’urgence, convoquée pour examiner ce que l’Assemblée, dans sa résolution ES-10/2 du 25 avril 1997, avait considéré comme constituant une menace à la paix et à la sécurité internationales.
 Après avoir rappelé la chronologie des événements qui ont conduit à l’adoption de la résolution ES-10/14, la Cour aborde la première question de compétence soulevée en la présente espèce. Israël a prétendu que, compte tenu du rôle actif joué par le Conseil de sécurité à l’égard de la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, l’Assemblée générale avait outrepassé la compétence que lui confère la Charte, sa demande d’avis consultatif n’ayant pas été conforme au paragraphe 1 de l’article 12 de la Charte, qui dispose que : «Tant que le Conseil de sécurité remplit, à l’égard d’un différend ou d’une situation quelconque, les fonctions qui lui sont attribuées par la présente Charte, l’Assemblée générale ne doit faire aucune recommandation sur ce différend ou cette situation, à moins que le Conseil de sécurité ne le lui demande.» La Cour, tout en faisant observer qu’une requête pour avis consultatif ne constitue pas une «recommandation» de l’Assemblée générale «sur [un] différend ou [une] situation», au sens de l’article 12, n’en juge pas moins opportun d’examiner le sens qu’il convient de donner à cet article, compte tenu de la pratique des Nations Unies. Elle note que, en vertu de l’article 24 de la Charte, le Conseil de sécurité a «la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales» etque le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale interprétèrent et appliquèrent l’un et l’autre, dans un premier temps, l’article 12 comme faisant obstacle à ce que l’Assemblée puisse formuler des recommandations sur une question relative au maintien de la paix et de la sécurité internationales restant inscrite à l’ordre du jour du Conseil, mais que cette interprétation de l’article 12 a évolué par la suite. La Cour prend acte d’une interprétation de ce texte donnée par le conseiller juridique de l’Organisation des Nations Unies lors de la vingt-troisième session de l’Assemblée générale et d’une tendance croissante à voir l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité examiner parallèlement une même question relative au maintien de la paix et de la sécurité internationales. Elle considère que la pratique acceptée de l’Assemblée, telle qu’elle a évolué, est compatible avec le paragraphe 1 de l’article 12; elle est en conséquence d’avis que l’Assemblée générale, en adoptant la résolution ES-10/14 portant demande d’un avis consultatif de la Cour, n’a pas enfreint les dispositions du paragraphe 1 de l’article 12 de la Charte. Elle conclut que, en présentant la demande d’avis consultatif, l’Assemblée générale n’a pas outrepassé sa compétence.
 La Cour rappelle qu’il a cependant été soutenu devant elle que la demande ne satisfaisait pas aux conditions essentielles énoncées dans la résolution 377 A (V), au titre de laquelle la dixième session extraordinaire d’urgence a été convoquée et a poursuivi ses travaux.
Aux termes de la résolution 377 A (V) :
«dans tout cas où paraît exister une menace contre la paix, une rupture de la paix ou un acte d’agression et où, du fait que l’unanimité n’a pas pu se réaliser parmi ses membres permanents, le Conseil de sécurité manque à s’acquitter de sa responsabilité principale dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales, l’Assemblée générale examinera immédiatement la question afin de faire aux Membres les recommandations appropriées sur les mesures collectives à prendre…».
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text