1, 2, 3 : Je mange durable !
2 pages
Français

1, 2, 3 : Je mange durable !

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

" S’alimenter est un besoin vital. C’est aussi un plaisir convivial. Surtout, une alimentation variée et équilibrée est
la base d’une bonne santé. Toutefois, l’évolution de l’alimentation ces 50 dernières années et les choix alimentaires posés ne sont pas sans conséquences. Aujourd’hui, l’alimentation est largement constituée de produits transformés, industriels, importés, ne
respectant souvent pas les saisons (...) ".

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 07 novembre 2011
Nombre de lectures 222
Langue Français

Exrait

alimentation
comment s’y mettre ?
1, 2, 3 nge ble !
S’alimenter est un besoin vital. C’est aussi un plaisir convivial. Surtout, une alimentation variée et équilibrée est la base d’une bonne santé. Toutefois, l’évolution de l’alimentation ces 50 dernières années et les choix alimen-taires posés ne sont pas sans consé-quences. Aujourd’hui, l’alimentation est largement constituée de produits transformés, industriels, importés, ne respectant souvent pas les saisons.
D’abord, les modes et choix alimen-taires ont des conséquences sur la santé : exposition à de multiples pro-duits chimiques accumulés dans la chaîne alimentaire et responsables de maladies graves, augmentation de la
Chaque consommateur peut, par des choix et des gestes simples, réduire ces impacts sans pour autant passer au « tout bio » ou devenir végétarien.
consommation d’aliments sucrés, gras et salés à l’ori-gine de maladies cardiovasculaires, problèmes d’obé-sité et de surpoids, etc.
Ensuite, ils ont aussi des implications sur les conditions de vie et de travail des citoyens : dans les pays produc-teurs, les cultures vivrières sont remplacées par des cultures industrielles destinées à l’exportation ; elles concurrencent les productions indigènes et déséqui-librent les économies locales.
Enfin, les dégâts sur l’environnement sont lourds : pol-lution des sols et des eaux, déforestations, appauvris-sement de la terre et des mers, génération de déchets, etc. On estime que l’alimentation est à l’origine de quelque 30% des émissions de gaz à effet de serre et la production de viande, gourmande en eau et en énergie et consommée en trop grandes quantités, y est pour beaucoup.
De nombreux paramètres entrent en effet en ligne de compte et l’équilibre « durable » de l’assiette repose sur plusieurs possibilités en lien avec l’environnement, l’économie et le social.
avàNT MES àChàTS :ē jerédige une liste de courses pour éviter toute tentation d’achats inutiles. Je fais ainsi des éco-ē jeprends le temps de faire l’inven-nomies tout en évitant le gaspillage alimentaire. taire de ce qu’il me reste et de ce étape dont j’ai vraiment besoin.Pour mes petites courses, je pense au vélo, aux transports en commun ou à la marche à pied. Je 1 regroupe aussi mes achats le même jour et dans une même région.
Acheter et cuisiner malin !et l’impact sur les écosystèmes marins moindre qu’en aquaculture conventionnelle. Pour la ēJE pRIvILéGIE LES pRODUITS LO-viande, j’évite les produits importés. CàUx ET DE SàISON :référence à étape un calendrier des fruits et légumesēJE pRIvILéGIE LES pRODUITS ISSUS DE L’àGRICUL-de saison, décryptage de l’origineTURE BIOLOGIQUE OU INTéGRéEafin de réduire 2 des produits sur les étiquettesles impacts sur l’environnement (les produits bio des fruits et légumes, abonne-émettent 30% de gaz à effet de serre en moins ment à un « panier de fruits et/que ceux issus de l’agriculture intensive) tout en ou de légumes », achat en directpréservant ma santé. au producteur ou adhésion à un ēa L’àChàT DE DENRéES « ExOTIQUES »(thé, groupe d’achats, etc. Le respect de café, cacao, bananes, etc.), je choisis cellesIS-la saisonnalité évite la production SUES DU COMMERCE éQUITàBLE, qui garantit sous serres chauffées. La proximité aux petits producteurs un revenu et des condi-réduit la consommation d’énergie tions de travail décents. fossile et la production de COdues 2 ēJE LIMITE Mà CONSOMMàTION DE pLàTS pRé-au transport (importation) et contri-pàRéS OU D’àLIMENTS TRàNSfORMéS/pRé-bue au développement socio-éco-DéCOUpéS encuisinant moi-même à partir nomique local. d’ingrédients frais, de base, complets et non raf-ēJE LIMITE ET vàRIE Mà CONSOM-finés (farine complète, huile végétale première MàTION DE vIàNDEET DE pOIS-pression, etc.). La lecture des étiquettes permet SONréduisant les grammages en d’écarter les aliments à base d’huile de palme, (75 à 100 g par jour suffisent) de graisses hydrogénées, trop riches en sel ou en mangeant végétarien une à ou en sucre, contenants des additifs suspects deux fois par semaine. Les produits et des OGM. Des conserves maison faites au de la mer seront issus d’une pêche moment de l’abondance prolongent les plaisirs durable (label MSC) et de préfé-tout au long de l’année. C’est à la fois plus sain rence pêchés en Europe afin d’évi-et plus économique ! ter de longs transports nécessaires ēJE GèRE MON STOCk : RESpECT DES DàTES à leur importation. Les poissons LIMITES DE CONSOMMàTION, CONSERvàTION d’élevage proviendront de préfé-CORRECTE ET CUISINE DES RESTESde évitent rence de l’aquaculture biologique, devoir jeter des aliments. dont la qualité santé est supérieure ēJE BOIS L’EàU DU ROBINET !
PRévENTION ET GESTION DES Dé-en vrac ou des grands conditionnements et j’évite le ChETSsuremballage. Je trie les déchets d’emballages et je composte les déchets organiques de cuisine (éplu-Les emballages sont générateurs de étapechures de fruits et légumes, marc de café, sachets déchets à l’origine d’émissions de gaz de thé, etc.). Je leur offre ainsi une seconde vie et à effet de serre (GES) et représentent 3profite du compost pour nourrir mes plantes sans jusqu’à 20% du prix du produit. devoir acheter d’engrais de synthèse. JE pRIvILéGIEdes conditionnements réutilisables (consigne) ou recyclables,
Pour aller Plus loin !
du conseil à l’action
Publications d’écoconso : ē Lesbrochures : -J’aime pas les chicons ! -Les étiquettes sans prise de tête -Le calendrier des fruits et légumes de saison en format de poche ! ē Ledossier de l’Art d’éco... consommer n°52 : Conservation :manger local... hors saison ! ē Lesfiches-conseils - n°160:Additifs alimentaires : à boire et à manger. - n°157: Alimentation bio, équitable, locale...
- n°125:Halte au gaspillage alimentaire - n°152:L’alimentation durable - n°150:Poisson durable - n°127:Si on mangeait moins de viande ? Information, documentation, appui : ēwww.topino.be: plateforme de commande de fruits et légumes du terroir ēwww.gasap.be ēhttp://ec.europa.eu/agriculture/organic/home_fr ēwww.infolabel.be ēwww.bioforum.be ēwww.natpro.be ē LeGuide des additifs alimentaires, Maria Denil et Paul Lannoye. 2e édition, Frison-Roche, 2004
www.ECOCONSO.BE Des réponses personnalisées à vos questions : 081 730 730 | info@ecoconso.be
Cette publication est mise à disposition sous un contrat Creative Commons
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents