5eme Rapport sur l
272 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

5eme Rapport sur l'Accident de Bretigny - Guillaume Pepy - 18 Nov. 2014

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
272 pages
Français

Description

Le 12 juillet 2013, le train Intercités n° 3657 Paris-Limoges a déraillé en amont de la zone de
la gare de Brétigny-sur-Orge faisant 7 morts et de nombreux blessés.
Photo : CHSCT Traction PAZ
Suite à cet accident ferroviaire, le premier à ce niveau de gravité depuis plusieurs décennies1
,
diverses enquêtes ont été réalisées ou sont en cours2
:
La première a été réalisée par la Direction des Audits Sécurité de la SNCF, juste après
l’accident et à la demande conjointe de la Direction de la SNCF et de la Direction de
RFF. Elle s’est achevée le 22 juillet 2013.
La seconde a été réalisée – comme la loi le prévoit en cas d’accident grave de transport
terrestre – par le BEA-TT (Bureau d’enquêtes sur les accidents du transport terrestre3
).
La troisième est l’information judiciaire ouverte par le Parquet d’Evry suite à l’accident :
celle-ci a consisté, d’une part, en une série d’entretiens menés par les Officiers de Police
Judiciaire (OPJ) avec les agents et encadrants du secteur et de l’Etablissement et, d’autre
part, en une double expertise technique et métallurgique réalisée par deux experts
judiciaires.
Enfin plusieurs CHSCT, dont l’activité des personnels était d’une manière ou d’une autre
touchée ou concernée par l’accident, ont ouvert des enquêtes dans le cadre de leurs

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 novembre 2014
Nombre de lectures 110
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Exrait

ANALYSEPLURIDISCIPLINAIRE DUTRAVAIL,ETUDES ETINTERVENTIONSSOCIALES
Expertise portant sur laccident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge du 12 juillet 2013
Expertise demandée par le CHSCT- EVO de lEtablissement ISOF (Infrapôle Sud-Ouest Francilien) selon les dispositions de larticle L. 4614-12 du Code du travail
Rapport remis le 24 octobre 2014Expertise réalisée par : Mélanie BERNARD Jean-François PERRAUD Nicolas SPIRE Aptéis est un organisme agréé par le Ministère du Travail pour les expertises auprès des CHSCT Adresse : 56, rue du Faubourg Poissonnière75010 Paris • Tél. 01 82 09 89 64 •Fax. 01 82 09 89 65 expertise@apteis.frwww.apteis.fr
Avant-propos
Ce rapport dexpertise a été transmis le 24 octobre 2014 au Président et au Secrétaire du CHSCT EVO (EssonneVal dOrge) de lEtablissement ISOF de la SNCF.
Il sera présenté ultérieurement lors dune séance réunissant lensemble des membres duCHSCT EVO de lISOF.
Il concerne lexpertise portant sur laccident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge survenu le 12 juillet 2013 pour la réalisation de laquelle le cabinet Aptéis a été désigné.
Les intervenants dAptéis remercient lensemble des personnels de lISOF-EVO, ainsi que lensemble des interlocuteurs (au sein de la branche Infra de la SNCF comme en dehors de lentreprise) qui ont bien voulu répondre favorablement à leurs sollicitations. Nous remercions enfin particulièrement le Président, le Secrétaire et les membres du CHSCT ISOF-EVO pour leur contribution à la bonne réalisation de cette expertise.
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/20142
Sommaire
SOMMAIRE............................................................................................................................................................ 3GLOSSAIRE............................................................................................................................................................. 4INTRODUCTION....................................................................................................................................................... 51.La demande du CHSCT ......................................................................................................................... 52.La méthodologie .................................................................................................................................. 83.Problématique et principes d’analyse................................................................................................ 16CHAPITRE1RFFINFRA:DES RELATIONS SOUS TENSION...................................................................................... 221.1.La délégation de gestion, un dispositif lourd et complexe ............................................................ 221.2........................................................ 32Des moyens trop longtemps insuffisants, un réseau dégradé 1.3.Conclusion ..................................................................................................................................... 46CHAPITRE2L’ORGANISATION DE LA MAINTENANCE.............................................................................................. 482.1.L’organisation de l’Infra à la SNCF ................................................................................................ 482.2.Maintenir un réseau en état.......................................................................................................... 512.3.De l’expression des besoins à leur incertaine prise en compte...................................................... 642.4.Une programmation percutée par les aléas .................................................................................. 74CHAPITRE3EFFECTIFS ET RENOUVELLEMENT DES COMPETENCES:DES ENJEUX CRUCIAUX............................................. 833.1.Des effectifs en baisse ................................................................................................................... 833.2.Un recul des compétences sous-estimé ......................................................................................... 97CHAPITRE4LE METIER DE MAINTENEUR DE LAVOIE............................................................................................ 1094.1.Les 3 métiers de la voie : la sécurité, la surveillance et la maintenance des installations........... 1094.2................................................................................................... 117Un métier pénible et dangereux 4.3.Des CEV déresponsabilisés et mis à l’écart.................................................................................. 122CHAPITRE5LEDPX:UNE RESPONSABILITE DE DIRIGEANT, DES ATTRIBUTIONS REDUITES........................................... 1305.1.Une montée en compétences sous pression ................................................................................ 1305.2.Une légitimité difficile à établir ................................................................................................... 1425.3.Des marges décisionnelles réduites ............................................................................................. 1595.4.Une viabilité aléatoire de la fonction .......................................................................................... 164CHAPITRE6DERIVES ORGANISATIONNELLES ET DEGRADATION DE LA CULTURE DE SECURITE........................................ 1726.1.Une organisation qui s’est déformée vers la production dans l’urgence.................................... 1726.2.Unecohérence de l’organisation restant à construire et à stabiliser.......................................... 186CHAPITRE7L’ACCIDENT................................................................................................................................ 1897.1.Le déroulé de l’accident............................................................................................................... 1897.2.Les causes immédiates de l’accident........................................................................................... 1967.3.Analyse des facteurs ayant pu contribuer à l’accident................................................................ 2027.4.Conclusion ................................................................................................................................... 247CHAPITRE8SYNTHESE.................................................................................................................................. 2498.1.Le rôle de l’analyse de l’organisation et du travail...................................................................... 2498.2.Un réseau dégradé, des moyens drastiquement réduits ............................................................. 2508.3.L’accident du 12juillet 2013 : résultat des dysfonctionnements organisationnels ..................... 257CHAPITRE9RECOMMANDATIONS................................................................................................................... 2599.1.Refonder l’organisation de la maintenance sur des bases fiables............................................... 2599.2.Les conditions opérationnelles de la récupération ...................................................................... 2629.3.Recommandations liées à la survenue de l’accident................................................................... 268ANNEXES........................................................................................................................................................... 2711.Les deux résolutions du CHSCT ......................................................................................................... 271
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/20143
Glossaire ADC: agent de conduite (conducteur de train) ADV: appareil de voie AENV: agent dentretien équipement AENKV: agent dentretien qualifié équipement ATENV: agent technique dentretien équipement ATENVP: agent technique dentretien principal équipement BEA-TT: Bureau dEnquêtes sur les Accidents du Transport Terrestre BS: branchement simple CAT :caténaireCDT: chef de district CER: comité dEtablissement régional CEV: chef équipe équipement CEVP: chef équipe principal équipement CGI: Convention de Gestion dInfrastructure CHSCT: comite dhygiène, de sécurité et des conditions de travail DET: directeur détablissement DMR: direction de la maintenance réseau DPx: dirigeant de proximité DU: dirigeant dunité EIC:Etablissement Infra-circulation EPSF: Etablissement Public de Sécurité Ferroviaire EVO: Essonne Val dOrge ISOF: Infrapôle Sud-Ouest Francilien KV: contrôleur équipement LGV: lignes à grande vitesse LTV: limitation temporaire de vitesse MAENKV: maître agent dentretien équipement PAI: Paris Austerlitz - Invalides PK: point kilométrique PN: passage à niveau RFF: Réseau Ferré de France SE: service électrique TA: technicien dappui TJD: traversée jonction double TJS: traversée jonction simple TO: technicien opérationnel TPA: territoire de production atlantique UIC: Union Internationale des Chemins de fer VA: valeur dalerte VI: valeur dintervention VO: valeur dobjectif VP: voie principale VR: valeur de ralentissement ZER: zone à évolution rapide
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/20144
1.
Introduction
La demande du CHSCT
Le 12 juillet 2013, le trainIntercitésn° 3657 Paris-Limoges a déraillé en amont de la zone de la gare de Brétigny-sur-Orge faisant 7 morts et de nombreux blessés.
Photo : CHSCT Traction PAZ 1 Suite à cet accident ferroviaire, le premier à ce niveau de g ravité depuis plusieurs décennies , 2 diverses enquêtes ont été réalisées ou sont en cours : La première a été réalisée par la Direction des Audits Sécurité de la SNCF, juste après laccident et à la demande conjointe de la Direction de la SNCF et de la Direction de RFF. Elle sest achevée le 22 juillet 2013. La seconde a été réaliséecomme la loi le prévoit en cas daccident grave de transport 3 terrestrepar le BEA-TT (Bureau denquêtes sur les accidents du transport terrestre ). La troisième est linformation judiciaire ouverte par le Parquet dEvry suite à laccident : celle-ci a consisté, dune part, en une série dentretiens menés par les Officiers de Police Judiciaire (OPJ) avec les agents et encadrants du secteur et de lEtablissement et, dautre part, en une double expertise technique et métallurgique réalisée par deux experts judiciaires. Enfin plusieurs CHSCT, dont lactivité des personnels était dune manière ou dune autre touchée ou concernée par laccident, ont ouvert des enquêtes dans le cadre de leurs
1 Le dernier accident ferroviaire grave sur le territoire national datait de 1991 : le 17 octobre 1991, en gare de Melun, un train de voyageurs était entré en collision avec un train de marchandises; l’accident avait fait 16 morts et 57 blessés. 2 Celles-ci sont détaillées ci-dessous, p. 16. 3  Créé en 2004, le BEA-TTest un organisme gouvernemental, dépendant du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie. Ilpour mission de réaliser, en toute indépendance, des enquêtes a techniques sur les accidents ou incidents graves ou potentiellement graves de transport terrestre afin d’en établir les circonstances, d’en identifier les causes certaines ou possibles et d’émettre des recommandations de sécurité destinées à prévenir de futurs accidents similaires. Le BEA-TT a ainsi une vocation purement technique ; ses enquêtes ne visent pas à déterminer des responsabilités.
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/20145
prérogatives légales. La plupart ont été achevées, mais toutes nont pas donné lieu à un rapport écrit. Directement concerné par laccident en raison des activités de maintenance dont ses agents ont la charge, le CHSCT de lInfrapôle Sud Ouest Francilien (ISOF) EVO avait été réuni quelques jours après laccident, le 18 juillet 2013. Suite aux premiers échanges et en raison de la gravité de laccident autant que de la multiplicité et de la complexité des problématiques en jeu, les représentants du personnel y avaient voté le principe du recours à un expert agréé dans le cadre de larticle L.4614-12 duCode du travail. Cette première demande évoquait dès labord une situation de «risques graves» révélée par laccident et précisait les domaines concernés : risques techniques, risques liés aux activités de maintenance, risques liés à lorganisation du travail, risques psychosociaux notamment 1 suite au «choc psychologique» quavait pu constituer laccident. Les membres du CHSCT de lISOF, et plus largement les agents quils représentent, ont été très marqués et profondément touchés par lampleur et la gravité de laccident survenu le 12 juillet 2013. Aucun agent ne comptait parmi les victimes, mais quun tel accident survienne 2 surleurlieu de travail, surleursinstallations, dansleurgare (celle de leur lieu daffectation ), 3 littéralement sous les yeux de plusieurs dentre eux, na laissé personne indifférent. Orientés par les résultats des premières observations et investigations sur place, les échanges en CHSCT se sont très vite portés vers létat de la voie et vers les conditions de réalisation de la maintenance : il sagissait non seulement den comprendre les causes, mais également très vite de se placer dans une logique de prévention où les questions et les hypothèses visent surtout à éviter que ne se reproduise un événement de cette nature. Dans un courrier daté du 31 juillet et adressé aux membres du CHSCT ISOF-EVO, la Présidente (Directrice adjointe de lEtablissement) indiquait dabord quelle acceptait le principe de lexpertise notamment en raison du «caractère exceptionnel de laccident». Estimant cependant que la motivation de la délibération votée le 18 juillet ne paraissait pas «suffisamment explicite» et que «les termes» de cette dernière demeuraient «imprécis», elle déclarait quelle souhaitait que le périmètre de lexpertise soit précisé. Cest notamment pour répondre à cette demande que lors dun second CHSCT extraordinaire consacré à cette demande dexpertise (le 27 septembre 2013), les représentants du personnel adoptaient une seconde résolution. Celle-ci précisait la demande initiale sur plusieurs points : Sur la finalité de lexpertise: les représentants du personnel demandaient «que lexpertise fasse toute la lumière quil est possible sur les causes de laccident». Sur les thématiques de lexpertise: la résolution mentionne plusieurs éléments sur lesquels lexpert devrait se pencher : «Les conditions de réalisation de la surveillance (tournées des brigades Voie) et les conditions de déclenchement et de réalisation des interventions des brigades Voie : quels sont les agents
1 L’expression est employée dans la résolution du CHSCT ainsi que plusieurs fois au cours des débats de la séance du 18 juillet. 2 Certains agents habitent également à proximité de la gare. 3 L’accident est survenu sur le plateau de voies faisant face aux locaux de l’Unité Voie de Brétigny.
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/20146
qui les font, avec quelle habilitation ou formation ? Dans quelles conditions de temps ou de moyens ? Limpact des réorganisations et des changements (en termes deffectifs notamment) intervenus ces dix dernières années sur les conditions de réalisation des activités de maintenance, de même que sur les changements intervenus sur les règles de maintenance. Les conditions de circulation des trains sur les voies à proximité de la gare de Brétigny (et conditions des interceptions : heure et durée). Les conditions dalerte et de prévention au sein des différentes « activités » de lentreprise : du côté des Circulations, de la Traction et de la Logistique. Les conditions de réalisation des travaux réalisés en 2011 sur le Pont-Rail Anatole France et surtout leurs conséquences en termes de stabilité des voies et de sécurité des circulations». Sur le périmètre de lexpertise: la résolution indique que lexpert devra «pouvoir solliciter des interlocuteurs à tous les niveaux de lentreprise» et donc ne pas se limiter au seul «périmètre des agents de Brétigny». Celle-ci mentionnait ainsi : membres de CHSCT de la région de PRG dont les activités sont concernées par« Des laccident ; Des représentants de la direction de ces différents établissements si nécessaire ; Lexpert Voie désigné par le CHSCT ISOF-EVO et lexpert Voie de lentreprise ; Des représentants des services en charge de lingénierie et des ouvrages dart ; La direction de linfrastructure ; La direction de la production ; Les services daudit ayant réalisé le rapport interne relatif à laccident ; Des représentants concernés de RFF (décideur en matière de maintenance des voies) et de lEPSF (décideur en matière de sécurité). » Peu de temps après ladoption de cette seconde résolution (le 2 octobre 2013), et à la demande du cabinet Aptéis, une rencontre tripartite avait lieu sur le site de lEtablissement. Outre le cabinet Aptéis, y étaient présents les représentants du personnel au CHSCT, la Présidente du CHSCT (Directrice adjointe de lEtablissementune représentante RDET), de la Région Paris-Rive-Gauche (PRG) et un représentant de la Direction du TPA de la branche Infrastructuredu Territoire de Production Atlantique (DRH  TPA). Il fut convenu, dune part, quil était préférable de reporter lintervention de quelques mois afin de ne pas risquer trop de confusions avec les autres enquêtes en cours et, dautre part, que les investigations de lexpertise (notamment en matière dentretiens) pourraient sétendre au-delà de lEtablissement ISOF afin de pouvoir disposer dun spectre de données aussi large que possible. Enfin, suite au changement de présidence du CHSCT, une seconde réunion tripartite a eu lieu le 18 décembre 2013 afin de finaliser les derniers éléments de la convention dexpertise. Outre le Président du CHSCT, Directeur nouvellement nommé de lEtablissement ISOF, la Direction y était représentée par le DRH du TPA et par le DRH adjoint de la branche Infra de la SNCF. Il y fut convenu que la Direction de lInfra relaierait auprès des interlocuteurs concernés les sollicitations du cabinet Aptéis ne relevant pas de lEtablissement. A la demande du cabinet Aptéis, il fut enfin convenu que les investigationset notamment les entretiensse dérouleraient sur deux phases afin de permettre à léquipe dintervenants de solliciter déventuels interlocuteurs complémentaires identifiés au cours de la première phase. Les travaux dexpertise ont démarré le 17 janvier 2014.
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/20147
2.
La méthodologie
La méthodologie mise en œuvre dans le cadre de cette expertise est de la seule responsabilité de lexpert. Elle est dictée par les méthodes denquêtes reconnues et validées 1 2 en sociologie du travail et en ergonomie . En outre, elle correspond aux principes de travail et dintervention présentés et défendus par Aptéis lors de linstruction de son agrément auprès du Ministère du Travail. Aptéis a mobilisé une équipe pluridisciplinaire de trois intervenants : une ergonome et psychologue du travail, un ergonome et un sociologue du travail. Aptéis adapte sa méthodologie à la nature et au contexte de chaque demande dexpertise qui lui est faite. Devant la singularité du contexte et la gravité de laccident, Aptéis apour répondre à la demande du CHSCT SNCF de lISOF EVOune intervention se proposé déroulant en deux phases : -A partir dune analyse documentaire, dentretiens, dobservations et de visites de terrain, la première phase a permis de recueillir les principaux éléments dinformations relatifs à lorganisation du travail et à son déroulement au quotidien, non seulement au sein des équipes en charge de la maintenance des voies, mais également auprès des différents acteurs dont la mission ou lactivité avait trait aux enjeux de sécurité en lien avec laccident. Cette phase a en outre permis didentifier et de préciser les interlocuteurs complémentaires utiles à la finalisation des analyses (et programmés ainsi pour la seconde phase). -Précisée et délimitée à loccasion dune nouvelle rencontre tripartite, la seconde phase a permis dapprofondir et de compléter, auprès de nouveaux interlocuteurs, les données recueillies initialement. Elle a en outre permis de confronter les premiers éléments danalyse auprès dinterlocuteurs déjà rencontrés (au niveau de lEtablissement comme au niveau de la Direction de SNCF-Infra). Aptéis a ainsi mis en œuvre trois modes de recueil de données: une étude documentaire, une série dentretiens individuels ou collectifs, des visites et observations de situations de travail.
2.1.UNE ETUDE DOCUMENTAIRE
Il sest agi de prendre connaissance ou danalyser les divers documents internes à la SNCF, à lEtablissement ISOF ou propres à la branche Infrastructure de lentreprise et susceptibles déclairer les intervenants à la fois sur laccident proprement dit et sur les situations de travail visées par lexpertise.
Documents généraux et documents relatifs à lEtablissement, à lInfra et à ses agents Les organigrammes de lEtablissement de la branche SNCF-Infra ; Les organigrammes de lEtablissement ISOF et de lUP Voie EVO ;
1 Voir notamment : S. Beaud et F. Weber,Guide de lenquête de terrain, Paris, La Découverte, 1997 ; ou encore, C. Avril, M. Cartier et D. Serre,Enquêter sur le travail, Paris, La Découverte, 2010. 2 Voir notamment : F. Guérin, A. Laville, F. Daniellou, J. Duraffourg, A. Kerguelen,Comprendre le travail pour le transformer : la pratique de lergonomie, Paris, Anact (coll. Outils et Méthodes),1997 ; ou encore P. Rabardel, N. Carlin, M. Chesnais, N. Lang, G. Le Joliff, M Pascal,Ergonomie, concepts et méthodes, Octarès, Toulouse, 2002.
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/20148
Le cadre dorganisation en vigueur de lEtablissement ISOF ; Les accords RTT et les documents présentant les modalités dorganisation du temps de travail ; Le Document unique dévaluation des risques professionnels ; Les Bilans hygiène et sécurité et les Plans de prévention 2010 à 2013 ; La liste des accidents du travail en 2014 ; Les fiches de poste des agents des équipes Voie (Agents, ATEN, CEV, TO, TA, DPx) ; Les données relatives à lâge et à lancienneté des agents concernés par lexpertise, ainsi que ceux de lactivité Voie à SNCF-Infra ; Les documents indiquant lévolution des effectifs et de lorganisation des différentes équipes chargées de la maintenance des voies (brigades Voie et encadrants de 1 proximité) ; Un historique des réorganisations ayant concerné lEtablissement pour les 10 dernières années ; Létude Infrastructure réalisée pour le Comité Central dEntreprise par le cabinet Secafi 2 en février 2011 «Situation et perspectives de lde la branche InfraÉquipement » activité « SNCF »; Les résultats économiques et financiers de la branche SNCF-INFRA depuis lannée 2000 (site Internet de la SNCF) ; La Convention CDM 08-029 de mandat entre RFF et la SNCF pour létude et la réalisation en 2008, 2009 et 2010 du programme de renouvellement «Voie» ; La Convention CDM 08-029 de mandat entre RFF et la SNCF pour létude et la réalisation en 2008, 2009, 2010 et 2011 du programme de renouvellement «Voie», Avenant n°1 ; La présentation de la Convention dentretien du réseau du 9 décembre 2013 ; SNCFLa productivité à lInfra, document du comité stratégique des 26 juin et 14 octobre 3 2011 ; Référentiel SNCF IN 0114Recueil de prescriptions générales concernant les agents de léquipement, Equipes dentretien de la voie, PGAV 2(Version 2 du 28/05/2009) ; Référentiel SNCF IN 01785Normes de maintenance des appareils de voie, Version 01/06/1999 ; Référentiel SNCF IN 0287Entretien des appareils de voieVersion n° 1, Édition du 23-03-2011 ; Référentiel SNCF IN 0230Conditions dimplantation des appareils de voie unifiés, version er n°1 du 1 août 2009 ; Référentiel SNCF IN 00312Tournées de surveillance sur les lignes classiques à V<220 km/h(Version 02 du 06/03/2012) ; Référentiel SNCF IN 2951Organisation de la maintenance des appareils de voie sur voies principales des Lignes Classiques et des Lignes à Grande Vitesse, Version n°02 du 21-11-2008 ; Référentiel SNCF IN 2640Normes de maintenance de la géométrie et de lécartement pour les voies parcourues à V ≤ 220km/h, Edition du 16/04/2003 ; Référentiel SNCF IN 3215Maintenance de la géométrie des voies principales des lignes classiques et à grande vitesse, Principes généraux, Version n°1, Edition du 21-11-2008 ;
1 Nous n’avons pu avoir les données qu’à partir de 2009.2 Document fourni par les représentants du personnel. 3 Document fourni par les représentants du personnel.
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/20149
Référentiel SNCF IN 3930Politique dentretien courant de lInfrastructure, Version n°1, Edition du 08-04-2009 ; Référentiel SNCF IN 4466Opérateurs de production Voie Maintenance et Travaux. Modules de formation initiale (CCFo H0.01), Version n°1, Edition du 13-12-2013 ; Référentiel SNCF IN 7203Formation des opérateurs Infrastructure Maintenance et Travaux. Modules communs de formation (CCFo J0.01),Version n°1, Edition du 15-10-2013 ;Référentiel SNCF INFRA SOF RG 0001 V2Management de la Sécurité; Référentiel SNCF INFRA SOF RG 0006Organisation et fonctionnement de lInfrapôle Sud-Ouest Francilien ;Référentiel SNCF INFRA SOF IN 0022Tournées de surveillance de la voie et des abords, version 03 du 23/12/2013;Référentiel SNCF INFRA SOF IN 0039Tournées de surveillance particulière à la saison chaudeversion 03 du 06/05/2013;Référentiel SNCF EVO RH 0029Sécurité des agents travaillant sur les voies de lEVEN Essonne Val dOrge ;Référentiel SNCF TT 00516 Référentiel du conducteur de ligne, Chapitre F, version 01 du 14/19/2012.
Documents relatifs à laccident, à la maintenance de lappareil et à létat du réseau ferré Le rapport réalisé par la Direction des Audits Sécurité de la SNCF relatif à laccident : «Déraillement du train n°3657 en gare de Brétigny-sur-Orge le 12 juillet 2013», Rapport denquête n°2013AS056, 22 juillet 2013 ; : «Le rapport réalisé par la SNCF INFRA Déraillement de Brétigny du 12 juillet 2013, Contribution technique aux enquêtes », Direction de la Maintenance Réseau, Direction de la Sécurité, 20 novembre 2013 ; Le rapport du BEA-TT : «Rapport détape sur le déraillement du train Intercités n°3657 le 12 juillet 2013 à Brétigny-sur-Orge», Ministère de lEcologie, du Développement durable et de lEnergie, Janvier 2014 ; Le rapport réalisé par l: R. Rivier et Y.école Polytechnique Fédérale de Lausanne Putallaz (dir.), EPFL-LITEP,Rapport daudit sur létat du réseau ferré national français, 7 septembre 2005 ;Le rapport de la Cour des ComptesLentretien du réseau ferroviaire national, juillet 2012 ; Le rapport du cabinetInexiaEtude de criticité de linfrastructure en Ile de France, Région Paris Rive Gauche, 15/12/2009 ; Le rapport de la Direction des Audits de SécuritéASNO Rapport de laudit 2013, Etablissement Infrapôle de Paris Nord, Version avant-projet du 13/11/2012 ; F. Daniellou, M. Simard, I. BoissièresFacteurs humains et organisationnels de la sécurité industrielle, Un état de lart, Les Cahiers de la sécurité industrielle, 2010 ; Le document SNCF RFF de présentation aux Elus TJD de BrétignyComprendre limpact du dérangement daiguillade de Brétigny, Perturbation de la ligne C et dispositif mis en place, 6 juin 2013 ; La notice dinterprétation des enregistrementsVoiture dinspection de la voie,rédigée par M. Miner, Section des Essais et Recherches, 1965. Les documents relatifs aux opérations de surveillance et de maintenance réalisées sur la zone depuis un an (surveillance visuelle, passage du Mauzin, exécution de travaux…); Les documents relatifs à la géométrie de la Voie pour les années 2012, 2013 et 2014 ; Des comptes-rendus de tournées de surveillance (2011-2014) ;
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/201410
La liste des appareils de voie sur ISOF et leurs caractéristiques ; Le programme de RVB 2014-2017 ; Le compte-rendu de la tournée de validation du 24 au 26 janvier 2012 ; Les rapports ou synthèses des différentes enquêtes réalisées par les CHSCT concernés par laccident ; Le rapport préventif CHSCT UOT SNCF Voyages, Résidences de Paris-Austerlitz et Ivry/Seine TJD, TJS et TO ; Les Carnets de Dérangement (Circulations) relatifs à la zone de la gare de Brétigny sur lannée 2013 ; Les PV de CER du 30 mai 2013, du 27 juin 2013, ainsi que celui du CER extraordinaire du 23/10/2013 dédié à laccident.
Documents que nous avions demandés et que nous navons pu consulter Les copies des cahiers de maintenance des brigades de Brétigny (2010, 2011, 2012, 2013) ; Les documents relatifs aux travaux du Pont-Rail Anatole France de Brétigny réalisés en 2011 (études préalables, cahier des charges, comptes-rendus…); Les documents ou référentiels relatifs aux règles de circulation des trains et éventuelles dérogations (vitesse, tonnage) sur la zone de la gare de Brétigny ; Les données relatives au temps passé par les agents (les «Crus») sur les différents appareils de voie du secteur de Brétigny pour les 5 dernières années ; Le document «Vérification de Famille B» de lappareil 6/9 de 2011 ; Les documents relatifs à la demande de remplacement (dossier «Emergence» et Compte-rendu de(s) tournée(s) de validation) de la TJD 6/9 en 2007 ; Les documents relatifs à la proportion de «familles B» et de «familles A» réalisées par les équipes voie de lISOF sur les différents secteurs de EVO (et la proportion de ces mêmes opérations réalisées par lInfra-Log ou par dautres intervenants) depuis 5 ans ; La part de la sous-traitance externe et de la sous-traitance à lInfra-Log dans les 1 opérations de maintenance, les travaux et les opérations dinvestissements depuis 5 ans .
2.2.UNE SERIE DENTRETIENS INDIVIDUELS OU COLLECTIFS
2.2.1.Une première série dentretiens, individuels ou collectifs (phase 1) La première série dentretiens a concerné des interlocuteurs susceptibles de nous éclairer sur lorganisation, lencadrement et les conditions de réalisation de la maintenance des voies. Dans cette perspectiveafin de ne pas limiter nos investigations aux seules équipes de et Brétigny très marquées par le contexte de laccident, nos entretiens relatifs aux métiers de la Voie ont commencé avec des agents des équipes Voie dEtampes. A la manière dune situation de référence, les entretiens et les observations menés auprès de ces équipes ont permis de prendre la mesure des contraintes et des conditions qui caractérisent les activités de la maintenance des voies (le site dEtampes a été choisi par le CHSCT en raison de conditions dintervention très similaires à celles des équipes Voie de Brétigny). Dans un second temps, les entretiens avec les agents de Brétigny ont ainsi pu être menés après que les intervenants dAptéis avaient pris connaissance des principales caractéristiques de leur activité. 1 Seuls des ordres de grandeur nous ont été donnés.
CHSCTEVO de l’ISOF- SNCFL’accident ferroviaire de BrétignyAptéis24/10/201411