9 - Etude sur les professionnels du Bois Energie au Mali - Rapport  final
22 pages
Français

9 - Etude sur les professionnels du Bois Energie au Mali - Rapport final

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR LUTTE DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAH EL SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP __________________ PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION DES ENERGIES DOMIQESUTES ET ALTERNATIVES AU SAHEL (PREDAS) CILSS - PREDAS (Projet 8ACP – ROC-051) Etude sur les professionnels du Bois Energie Au Mali RAPPORT FINAL Décembre 2006 Nianti Ousmane TANGARA 2TABLE DES MATIERES PREAMBULE--------------------------------------------------------------------------------------------------3 I INTODUCTION ---------------------------------------------------------------------------------------------4 II Description des filières actuelles------------------------------------------------------------------6 2- I La Production 2 -2 Le Transport 2 -3 Le Commerce : III 0rganisation de l’exploitation----------------------------------------------------------------------9 3 - 1 Les acteurs 3 - 2 La coupe du bois énergie 3- 4 Typologie des professionnels des énergies traditionnelles IV Historique du développement de la filière d’approvisionnement de la ville de Bamako- II 4- 1 Les axes d’approvisionnement 4- 2 La Réglementation V Approche Financière -------------------------------------------------------------------------------13 ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 282
Langue Français

Exrait

       COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR LUTTE DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL        SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP __________________    PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION DES ENERGIES DOMESTIQUES ET ALTERNATIVES AU SAHEL  (PREDAS )   CILSS - PREDAS (Projet 8ACP – ROC-051)      Etude sur les professionnels du Bois Energie Au Mali RAPPORT FINAL  
  
    
   Décembre 2006
Nianti Ousmane TANGARA
 
2
TABLE DES MATIERES  PREAMBULE--------------------------------------------------------------------------------------------------3                            I INTODUCTION ---------------------------------------------------------------------------------------------4  II Description des filières actuelles------------------------------------------------------------------6 2- I La Production 2 2 Le Transport - 2 -3 Le Commerce :   III 0rganisation de l’exploitation----------------------------------------------------------------------9    3 - 1 Les acteurs    3 - 2 La coupe du bois énergie  3- 4 Typologie des professionnels des énergies traditionnelles   IV Historique du développement de la filière d’approvisionnement  de la ville de Bamako- II   4- 1 Les axes d’approvisionnement   4- 2 La Réglementation    V Approche Financière -------------------------------------------------------------------------------13                5 -1 Structures des prix  5-2 Détermination des frais fixes  5 -3 Besoin de financement :  5 - 4 Chiffre d’affaire   VI Les organisations représentatives et les Partenaires  Des Professionnels des énergies traditionnels----------------------------------------------17  VII Interventions réalisées auprès des filières---------------------------------------------------17  VIII Les professionnels du bois et l’aménagement des formations forestières-------18  IX Les contraintes à la modernisation et les propositions d’actions de modernisation----------------------------------------------------19         10- 1 Les contraintes            10- 2 Les actions pour la modernisation de la profession   
                                                                i alt es     MLe                                                   ELUBM        EAPR                                                                   alp id s  aJ 5.%varirie ométluvimessiorccad xua2,e  delnuant enno easahna salz à 1200 mrienne  snio ed  tiam ednou  drd0 10 ammcie erfi 241de 1  mk2 63 aop 2S.s ay puné avclentnarvuocpus enu 0 millions dhabtinasta ev cnut lapuontist est eeémip à  sul1 edsemeglisdes nt  meneeullu  n tà ud saud rélgMa. etèyhosiron ud sans notre pays.  0mma d siapurd  ausisssnstoct an eDj sosruoon  anitig eoroltéoéla mpar ies ourn021 etèyhosil equ  nttenoe alonneen; m érg iuéna zone pm dans ltnecf senoitér snf imaors aies lruel ed birtnoc aun ioutopelév dtns epemé occooique nomiays du pser ruos secerofièsts reon sdt nu ergnaedi pmrotance en raison ormp ine uete quilaitnetop etnatnergis én boté el seaMilA  uei .det ai fet cta ép syesérl ,tap egrande dnte une b oioligvireisétitsuà e e unmodérbilse eor t upmhui que cet équisnatet ruaojrud eceor fcoe  dst euqsuj siam ,àlur ér leibrequilne tvaiaraedupg erbm esuep non uulopioat uar pneelemtnp tioinnletés trads exploiemètsysocé seL smetèysosécs dee ilrbqéiu rl tusmpacur ie leet dofertsèier scoacsionnée surtout enu gér sser noies des rursos ceruottns étc tué tériarac parséesort seL inred siéc desèr oesniens  besoi de leurtéqieu.ssné engrs ceurpoes rursocafsnoit al itas pop dessionpresl ses ruoisnlutantpalogae hiapgr al tnautnecca eraditionnelles. edp orudtcoisnt rtceneaizos s nea liuhc d ét snanerg léonsoie csèd  irp %ed e09rgne éisrnou fielaM uA  ob el ,iadsnl senoosmm éurtout con est sc elbrahegan ; sles més éemman d nnaeée ann rd pleulam de rendp enèmonéhp ec ,nsairb uestren ced sner  setmmoclee ot c. on eEnap reld vélepoepment des cultureuq ennosmgual eontitaena  lde  i  lffte tednseret  sec perpour plagrroivutà e s serepuissed noon cotonproducti tocsncéinrè esebié luvo éas pa eriartnoc ua nevés mblaes eficitnn edemr ne ;elrbha clemeom contu okama tnesilique.estitili Luubtsc mod mobielmeomne éiergom ditasd noob uc si villes et nos cseituq eadsnn sognol erocne tnorreeuem desgnpaamd uraeinov amitnsoma cos. Ltempiam le sua e,erté itunà  lnealoc aidpsnoileéà l surtout le  est ap rén elp exemen unseloude e éttS al ed eigétariergne Etiesom duq ealc noosmmtaion de charbon d sna selaném segBaà komast eas pn 191% ede 1sée 9159e  n1 %878à len losei ssau ;ed snoitamitse ste ménag lenquêés ene2  er aéile  d %305 00usplsegaB à sed ném tés  Uniire.récanop auits tiu en àesivatrnteals étivitca sed uo liativesités palsea tcvic moemd dèsintrees lon cnodatnens iu y espondances   seés te  selrroc mdeures ueslitineruocnoc iuq séioisovpraplà t d fiL se .  riseivit actntesfére iss sednepéua dcus nalibihadetuedl  aerbiliti é; elle dssource le; e iresmmhos  sel te q semmef touent s unjouretrus cenoads celee  curacarretèfni emro   ltsernnement des ménaeg,se  narsinod 
1m3 de bois = 2,3 stères (2 stères généralement admis) 1stère de bois = 330 kg (entre 300 et 350 kg) 1 kg de charbon est équivalent à 7 kg de bois 1stère de bois = 47 kg de charbon 1 sac de charbon (sac de mil) = 50kg 1 sac charbon ( boroba) = 100 kg
3
 
 
4
Les chargements en charbon de bois sont toujours Évalués en quintaux donc en « Boroba »   Les chiffres donnés ici sont des mesures standard utilisées généralement pour estimer le poids des sacs de charbon. Les sacs dits « boroba » peuvent prendre souvent 2 sacs (sac C) et demi de 50 kg ; c’est dire que leur poids réel peut atteindre le quintal   I. Introduction  Le Mali est un pays riche en sources potentielles d’énergie, notamment en énergie Hydraulique, en biomasse forestière et agricole et en énergie solaire.  Les disponibilités en bois de feu sont très importantes ; selon les estimations du Projet Inventaire des Ressources ligneuses (PIRL), on pense qu’elles couvriront nos besoins pour plusieurs décennies ; le Mali est classé parmi les pays de faible consommation d’énergie environ 240 kg d’équivalent pétrole par personne et par an tout secteur et sources d’énergie confondus. La prédominance du bois de feu comme sources d’énergie, même chez les ménages urbains et une partie du secteur tertiaire est considérable : 91 % de la consommation énergétique nationale.  Au Mali les sources d’énergies traditionnelles sont essentiellement le bois et son dérivé le charbon de bois. Il y a plus de deux décennies cette énergie traditionnelle devient de plus en plus un grand enjeu eu égard non seulement au rôle qu’il occupe tant en ville qu’en campagne mais surtout sa diminution de plus en plus constaté sous toutes les isohyètes notre pays Les grands centre consommateurs de bois énergie sont surtout les chefs lieu de régions (Bamako, Kayes, Koulikoro, Sikasso, Mopti, Tombouctou, Gao) et quelques cercles qui sont : Koutiala, San, Kati, Kita.  Les différentes études réalisées au cours de ces dernières années ont montré que cette consommation de bois en milieu rural se présente comme suit par région Région de Kayes 1, 4 kg par personne et par an Région de Koulikoro de 1,4 à 2,2 kg par personne et par an Région de Sikasso 2,2 à 2,5 kg par personne et par an Région de Ségou 1,4 à 2,2 kg par personne et par an Région de Mopti zone du Delta 0,30 kg par personne et par an Région de Mopti zone hors inondable 0,80 kg par personne et par an Région de Gao et Tombouctou 0,40 Kg par personne et par an Cette même enquête a estimé que dans les centres urbains comme Bamako, Ségou, Kayes,  Sikasso et Koutiala , la consommation individuelle de bois varie de 0,6 à 0,9 Kg /jour ; quand au charbon son utilisation dans les ménages urbains est évaluée 0,330 kg par personne et par jour   .   
 
 Carte I : Localisation des villes à consommation potentielle de bois énergie
5