Greenpeace : Rapport d

Greenpeace : Rapport d'analyse les cinq centrales nucléaires françaises à fermer en priorité

Documents
30 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Action : Fermez-les !
Ce matin à l’aube, des activistes ont projeté un immense message sur la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace). Le message ? “Pourquoi seulement moi ?“.
Cette action accompagne la publication d’un rapport qui révèle et analyse les cinq centrales nucléaires françaises à fermer en priorité : Blayais, Bugey, Fessenheim, Gravelines et Tricastin.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 28 mars 2013
Nombre de visites sur la page 98
Langue Français
Signaler un problème
50 % de nucléaire : 5 centrales nucléaires à fermer en priorité
G R E E N P E AC E . F R
introduction
En matièr E nucléair E la Franc E présEntE trois particularités :  la plus f orte dpendance au nuclaire · qui produit 75 % de l’lectricit ;
· un parc de racteurs standardis plus sensible au risque d’anomalie gnrique ; · 80 % des 58 racteurs construits entre 1977 et 1987 auront dpass les 30 annes de fonctionnement, limite d’âge initialement fixe pour les centrales françaises, d’ici à 2017.
le scénario de François hollande Face à la réalité : Pour Passer de 75 20 réacteurs dà o5i0v e%n, t être Fermés d’ici à 2020 Face à la promesse de François ollande et l’obectif très flou de passer de  à   d’électricité d’origine nucléaire, François ollande a trois réponses  le lancement de l’ER de Flamanville, un grand débat sur l’énergie devant déboucher sur une loi de programmation énergétique attendue pour début  et la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim pour l’heure annoncée en  En somme, son équation ne tient pas omment mettre la France sur la traectoire d’une baisse importante de sa dépendance au nucléaire en ne fermant qu’une centrale d’une puissance de    d’ici  tout en en mettant en service l’ER de Flamanville, un réacteur d’une puissance de    
Pourquoi une aPProche uniquement multirisques : Fessenheim ? comment « imaginer Sur la fermeture de Fessenheim, l’argumentationl’inimaginable » du candidat, puis du président de la République, puis du gouvernement par la voix de sa ministreet évaluer le réel de l’Environnement Delphine Batho a changé et évolué au fur et à mesure Risque d’inondation,niveau de risque risque sismique et âge de la centrale sontd’une centrale les trois principaux arguments avancés parnucléaire ? l’executif actuel pour ustifier la fermeture de la « doenne des centrales françaises » ourquoi l  a différentes façons d’aborder la question fermer Fessenheim  ourquoi ne fermer que du risque nucléaire l  a surtout un avant et un Fessenheim  Estce que la centrale de Fessenheim après Fuushima ’S, d’abord par la voix de est la seule et unique centrale qui présente un son ancien président ndré laude acoste, l’avait niveau de risque susceptible de ustifier une reconnu  « ersonne ne peut garantir qu’il n  aura fermeture urgente  ’est entre autres à ces pas d’accident nucléaire en France » uis c’est le questions que l’étude de reenpeace répond président de l’RS, acques Repussard qui l’a dit et En fonction des scénarios énergétiques, il rqéupi ésteér o «n t lr feapurit si àm laogcicnaesri loinn idemsa cgoinmamblée m»o rraotipoonss  faudrait avoir fermé entre  scénario RE nouveau mix et  réacteurs nucléaires scénario des deux ans de Fuushima par la ministre de reenpeace de ransition Energétique pour l’Environnement et de l’Énergie, Delphine Batho atteindre   de nucléaire uelles que soient les l s’agit en quelque sorte de la nouvelle doctrine hpothèses retenues, des fermetures de réacteurs en termes de sûreté nucléaire en France additionnelles à Fessenheim sont nécessaires ’approche de la sûreté était probabiliste lors de Dans son scénario de transition énergétique, la conception du parc nucléaire français ais reenpeace estimeil est techniquement leens  paluutso rsiutré sc ed ep rriéngcuilpaet ieot np rreôvnieenntn uennte  daep pprluocs he qu pos sible d’avoir compenser la fermeture de déterministe  réacteurs en   « a leçon essentielle, c’est qu’en matière d’accident nucléaire grave la doctrine probabiliste qui a largement prévalu à la conception initiale des réacteurs n’est plus acceptable par la société,
au regard de l’ampleur des conséquences pourgreenPeace a les populations et les territoires De facto, elle consistait à faire l’impasse sur des risquesdécidé d’aPPorter à très faible probabilité r, même très improbable, un accident grave est possiblesa contribution ême si elle est plus chère, l’approcheau débat national déterministe auourd’hui dominante en Europesur la transition et en France doit prévaloir » ais dans les faits, le travail effectué par exempleénergétique en lors des stress tests postFuushima sur lesPubliant une analyse centrales françaises est très loin d’avoir « imaginer l’inimaginable » puisque ces stress tests n’ont, de Fin amultiris ues, par exemple, pris en compte parmi les risquesq extérieurs que le risque sismique et le risquedéterminer quelles d’inondation, rien sur le risque de chute d’avion ou sur le risque industriel alentoursont les centrales armi les raisons invoquées pour ustifier lanucléaires qu’il fermeture de Fessenheim, on a souvent évoquéFaudra Fermer les seuls risques sismiques, d’inondation ou liés à l’âge de la centraleen Priorité Pour s’engager sur la voie souhaitée P ar François h ollande reenpeace a évalué toutes les centrales nucélaires françaises sous le prisme de nombreux critères Si, à la lecture des resultats obtenus, aucune centrale ne peut être considérée comme sûre et toutes doivent être fermées, cinq sites se détachent et doivent être fermés en priorité  Fessenheim, ravelines, Buge, Blaais et ricastin
1 http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/03/09/il-faut-arreter-la-course-a-la-puissance-et-imaginer-d-autres-types-de-_ _ reacteurs 1845541 3244.html
u cœur de l’analse de reenpeace figurent le risque d’un accident nucléaire maeur du tpe Fuushima et chernobl et ses conséquences
éléments méthodologiques
Pour chaque centrale, trois séries de critères ont été étudiées et ont constitué notre grille d’analyse : n°1 : l e niveau de sûret des centrales · l’âge des installations · leur taille, la puissance des réacteurs et la nature du combustible ox ou non · l’état des circuits primaires cuves, traversées de cuve… · la qualité de l’enceinte de confinement paroi simple ou double · le tpe de radier taille et qualité · la situation des piscines de refroidissement
n°2 : l es risques d’agressions externes naturelles ou non naturelles. c e critre englobe l’ensemble des risques extrieurs  la centrale comme :
· le risque d’inondation
· le risque sismique
· la vulnérabilité à une agression aérienne
· le risque industriel proximité d’un dépôt de pétrole, site Seveso, transports dangereux
· le risque incendie ex feux de forêt
· le risque de mouvements de terrain ex sols argileux n°3 : l es consquences d’un accident e critère tient compte de l’environnement, du contexte d’implantation de la centrale, de la situation en one agricole ou urbaine, de l’influence des vents dominants et de la météorologie sur l’éventuelle diffusion de la radioactivité… e critère prend donc en compte  · la diffusion éventuelle de la contamination
· la proximité avec une frontière ou avec des grandes métropoles
· la densité de population contraintes d’évacuation
· la configuration économique et sociale activités agricoles, nécessité de relocaliser des industries ou services…
BLayaIS
emPlaCement
Bordeaux45 km royan50 km refroidissementestuaire  de la Gironde
imPaCts soCio-ÉConomiQues
rÉaCteur 4 sruetcaér 3640 MWe 910 mW ÉleCtriQue Par rÉaCteur ComBustiBle : uranium enri Chi etmox
Château Lafitte, Château Margaux, Saint Estèphe, Saint Julien… dans un rayon de 10 k La centrale se trouve au milieu des grands domaines viticoles du Bordelais|Des activités viticoles de grands crues ne sont pas « transférables »| Chiffre de près de 4 milliards d’euros annuel|Région très touristique avec plus de 100 millions de visiteurs en Aquitaine tous les ans|
inondation
20 km
BORDEAUX
CENTRALE DU BLAYAIS
Côte et Premières Côtes de Blaye Côtes de Bourg Graves-de-Vayres Fronsac Pomerol Côtes-de-Francs Saint-Emilion Côtes-de-Castillon Sainte-Foy-Bordeaux Entre-Deux-Mers Entre-Deux-Mers Haut-Benauge Médoc Saint-Estèphe Pauillac Saint-Julien Listrac-Médoc Moulis-en-Médoc Margaux Haut-Médoc Premières Côtes de Bordeaux Pessac-Léognan Graves Loupiac Cérons Barsao Sauternes Sainte-Croix-du-Mont Cadillac et Premières Côtes de Bordeaux
La tempête de 1999, le scénario du pire est toujours possible Lors de la tempête de 1999, une des situation les plus critiques jamais vues sur le parc nucléaire français : rupture de l’alimentation électrique, systèmes de secours des réacteurs n°1 et 2 inondés, centrale isolée et inaccessible|La digue est encore sous dimensionnée : de 5,2 m en 1999, elle a été rehaussée à 8,5 m mais sa hauteur devrait être à 9 m|
DIGUE
Digue recommandée Digue aprés 1999 Digue avant 1999
STATION DE POMPAGE
G R E E N P E AC E . F R
PISCINE DU COMBUSTIBLE
BÂTIMENT DU COMBUSTIBLE
BÂTIMENT DU RÉACTEUR
âGe
 de 30 à 32 ans en 2013
1 19771981 2 19771982 3 19781983 4 19781983
2011
2012 2013 2013
risQues et C onsÉQuenCes Sûreté Parois simples des enceintes de confinement| Générateurs de vapeur en inconel non traités thermiquement sensibles au risque de rupture de tube|piscines non confinées, fragiles en cas de vidange et d’échauffement du combustible SéiSme Incertitudes fortes sur la prise en compte de l’aléa sismique|Normalement, sismicité faible dans la région mais centrale dimensionnée pour un séisme de 6,5 (Richter)|La question est posée à EDF| riSque indu Striel Un site de stockage pétrolier classé Seveso seuil haut à 5 km|Risque d’incendie et d’explosion|Ce dépôt est approvisionné par des pétroliers pouvant transporter jusqu’à 30 000 tonnes de fuel ou de gazoil| SéCurité, C hute d’avion Proximité de l’aéroport de Bordeaux |Topographie plane, réacteurs très accessibles|Piscines accessibles, non confinées et situées en hauteur|Réacteurs avec paroi simple| PoPulation Environ 1,5 millions de personnes à moins de 70 km|L’agglomération Bordelaise avec son million d’habitants se trouve à 45 km| 
Contamination Les vents dominants montrent que la contamination irait plus vers Bordeaux et les terres agricoles et viticoles alentours que vers l’océan| 
BLayaIS
BlayaiS n°1, n°2, n°3, n°4 4 racteurs à eau pressurise (palier CP1) - iBn 86 et 110 CaPaCité nominale 4 racteurs de 910 m We (total : 3640 m We)
loCaliSation dpartement de la Gironde | 45 km au nord ouest de Bordeaux| 50 km au sud est de r oyan| Surface de 230 hectares au coeur d’un marais sur la commune de Braud-et-Saint-louis| Sur la rive droite de la Gironde| 
Première diver GenCe1 Blayais 1 Blayais 2 Blayais 3 Blayais 4 mai 1981 juin 1982 juillet 1983 mai 1983
PéremPtion
sûretÉ de l’installation Les réacteurs 1 et 2 du Blayais ont dépassé les 30 ans de fonctionnement, avec très exactement 32 ans et 11 mois pour le réacteur 1 et 30 ans et 10 mois pour le réacteur 2. Les réacteurs n°3 et 4 auront atteint 30 années de fonctionnement mi2013. les générateurs de vapeur plus sensibles au risque de rutpure de tube La centrale du Blayais possède encore des énérateurs de vapeur en inconel non traités termiuement, plus sensiles au risue de rupture de tue, dont le remplacement a commencé sur les réacteurs du palier 00 e au déut des années uatrevintdix  le dernier remplacement de cette campane est prévu sur la trance 3 du Blayais en 2014.
Blayais 1 Blayais 2 Blayais 3 Blayais 4enceinte de confinement 2011 2012 2013 2013 Le âtiment aritant caue réacteur, d’un ComBuStiBleStutidé t esnscoetnitxe  enuecneéton erne en  ed ertèmaid pouiron env3 mtu , eam d  rudlnua  ec meonttXr,a llees  udtieliusxe  aduatnres sd  ruetuialxic sdteeer u.sress  ornta dcteemuarsn d  ôdem étst e ioramis  elp neois  parndricyliue riassl seoprueussaiép lurpor  te seud mc 0arc  mdpéémd  e0ri tione au o sa pour en onui les surmonte. ette p ProPriétairerecouverte, à l’intérieur, d’une peau d’étancéité edF à 100 %métalliue interne en acier de  mm d’épaisseur. Le principe d’une paroi simple rend les réacteurs plus vulnérales aux aressions externes.
1 Date de départ officiellement retenue par l’ aSN pour calculer l’âge d’un réacteur. La première divergence correspond à la première fois que la réaction nucléaire se produit à l’intérieur du réacteur.
La centrale est située à 45 km de l’agglomération bordelaise, plus d’un millions d’habitants menacés
Océan Atlantique
100 km
SAINTES ROYAN
BLAYE
BORDEAUX
ANGOULÊME
50 km
des piscines sans confinementrisQu aue réacteur dispose d’une piscine deexter décarement et de désactivation du comustile. La présence de comustile  renforcerisque inondation : la réactivité et la puissance termiue résiduelle e par sa situation éorapiue au ord des réacteurs ou des piscines, et arave les de l’estuaire de la ironde, dans une one conséuences potentielles d’un accident maeur par la présence accrue de plutonium.pmaartriéccualièeruesem iennot nedxapolse,é le aa cue rnitsraulee  ddui nBloanydaaitsi oesnt . es piscines ne présentent pas, au vu des conclusions des évaluations complémentaires alulex a uceollnens ua  léotrés cdoe nlfar toentmé plêe tpe adrec  dnéuccelémairree  f1ranç ais de sûreté conduites après uusima, de aranties . suffisantes contre le risue d’un accident rave La situation a été proce de asculer vers un consécutif à une vidane de la piscine et à accident rave. l’écauffement du comustile. La centrale est entourée d’une diue ui lors de e plus, comme sur tous les réacteurs français, la construction faisait ,20 mètres du côté de ces piscines ne sont pas protéées par une laironde et 4, mètres du côté du marais. véritale enceinte de confinement, elles rois risues sont liés à l’inondation  sont situées en auteur et donc facilement de la centrale par encerclement de accessiles par les airs. lles présentent ainsi une · L’isolement vulnérailité forte aux aressions aériennes.l4 eamuè. tLrea s pcliantefuoarnmtee  daeu  ldae csseunst rdaul e neisvte sauur délee lvaé em àe r le mox, un élément agravant· La rupture d’une diue La centrale du Blayais utilise dans deux de ses · Le sousdimensionnement des diues réacteurs du comustile , constitué d’oxyde · L’inondation de la centrale via le canal de reets de plutonium et d’uranium appauvri. La teneur en plutonium autorisée dans le  a été portée à d« esa teaarudxe adue  »r efdriosipdoissisteifm pernotv. isoni rdei sdpeo psiotrift edse  , , et la teneur de  dans les réacteurs est limitée à 30  du comustile. Les trances n° 1 et éatmé omviis làe  ddiessptoisniét iào ne pmopuêrcler  claesa du e dcer irseen. tLroerrs  a 2 de la centrale sont autorisées à utiliser du , es les trances n° 3 et 4 ont fait loet dune demande cdoe lmipnlsexpee clet isoyns tpèosmt e2é uuaml suia   . d’autorisation ui, à l’issue de l’enuête puliue tenue fin 2011, reste en cours d’instruction.
2 Compte-rendu de la Commission Locale d’Information 8 août 2011
page de gauche : En 1999, la centrale a été inondée avec perte du réseau électrique et totalement isolée. L’accident majeur a été évité de peu. Aujourd’hui, la centrale n’a pas intégré toutes les leçons de cet épisode mais surtout les leçons d’une autre catastrophe, celle de Fukushima.
Les inondations de 1 sont survenues À la suite des évaluations complémentaires de au moment d’une tempête d’une ampleur sûreté postuusima, l’ a demandé à la exceptionnelle pendant la marée aute. Les effets centrale de Blayais de présenter avant la fin de du vent local n’avaient pas été pris en compte. l’année 2013 un plan de renforcement du système Les conséuences ont été simultanément une de protection contre l’inondation au delà du perte du réseau électriue, l’inondation de la référentiel actuel. centrale par des vaues francissant des ostacles entre  mètres et  mètres 30 dont la diue derisque sismique protection. Les systèmes de secours situés dans les ti parties asses des trances n°1 et 2 ont été inondés lLee  ssééiissmmee  due Bliosué ipno duur  2di maennvsiieor n1ner  lda icnetnetnrasilteé  est et le site s’est retrouvé isolé, entouré par les eaux. c Les enrocements des diues ont été déplacés par a,ll esru dr el 4é à e.l lel  exist es osiut r ulan ec emntaranliet dued eB lpaoyuaivsa, nt le passae des pauets d’eau. comme sur ravelines, des incertitudes et es travaux de renforcement des diues avaient incoérences fortes uant à la prise en compte été prévus par  pour monter le niveau des de l’aléa sismiue. n effet, la centrale est diues à ,0 mètres mais ces travaux n’avaient officiellement classée en one sismiue 2, soit pas encore été réalisés au moment des incidents. un risue faile. lle serait pourtant selon  Les diues ui entourent les 4 réacteurs ont été dimensionnée pour faire face à un séisme de renforcées et relevées à ,0 mètres à l’aide d’un manitude ,, ce ui en ferait la centrale avec enrocement de 1 mètre supplémentaire et un le « séisme avec maoration de sécurité » le plus pareoule en éton de 2,3 mètres du côté de la important du parc uste derrière esseneim, alors ironde et de  mètres du côté du marais3. même ue plusieurs autres centrales sont en one ais à la suite de l’incident de 1 le roupement d’aléa sismiue modéré à élevé. des scientifiues pour l’information sur l’énerie ans un courrier du 2 uin 2003 adressé par nucléaire considérait pour sa part u’une diue le directeur énéral de la sûreté nucléaire de  mètres aurait été nécessaire4. our parvenir au directeur de la division de l’inénierie à ce ciffre le  s’appuie sur le seul appareil nucléaire d’, on peut lire ue des diverences de mesure istoriue existant à proximité de la d’interprétation existent sur les données relatives centrale, asé à auillac, ui ait enreistré des à la caractérisation des séismes istoriues sur le auteurs de marées istoriues à plus de  mètres site de Blayais. Le courrier stipule ue « L’évaluation malré un coefficient de marais faile  de l’aléa sismiue effectuée par l’ conduit à auxuelles il faudrait aouter les effets de vaue et un niveau de éisme aoré de écurité parmi les la mare de sécurité. plus élevés pour les sites  alors ue la réion de Bordeaux est caractérisée par une sismicité 3 Lumières n°69, mars 2011 http://goo.gl/PTe8Pans ce même courrier le directeur énéralfaile ». 4 la gazette du nucléaire n°181/182
La topogra rend la cen vulnér agression Les réact qu’une pa à leur e confinem piscines n confinées et
CENTRALE DU BLAYAIS
de la sûreté nucléaire demande à  de « pr en considération l’aléa sismiue minimal ». es informations sont incoérentes et mérit ddiêmtreen séicolaninrceimese ant rné dele  dsea lsas ucreenrt rdaul en idve eBalua ydaei s.naturelles ans le ilan fait par  dans le cadrerisques industriels ations c l taires de sûreté la liste ddeess  éâvtailmuents et éomuippéemmeennts résistants au séisme ans le périmètre de 10 m autour de la centrale se fait on trouve un site de stocae pétrolier classé eveso con tarep lpairnaoîntrdea tiuoen  lnese sny fsotnètm peass  dpea prrtioet.ectiseuil aut comportant un risue dincendie et d’explosion. e même ce dépôt est approvisionné instabilité des sols : marécageuxpar des pétroliers pouvant transporter usu’à 30 000 tonnes de fuel ou de aoil. La commune de Braud et aint Louis est situé en one d’aléa moyen concernant les mouvementsrisques liés  la chute d’avion de terrains liés à la composition arileuse du sol. Les sols ar ux s tent comme « une e par la toporapie des lieux les réacteurs épone » eni lsee one caonmt paorumentant leur volume de la centrale de Blayais sont particulièrement nt rétracta vulnérales à une attaue aérienne volontaire. lorsu’ils s’umidifient et se tasse  tion l en va de même pour les piscines situées en en période de sèceresse. auteur sans confinement spécifiue, ainsi ue es mouvements de terrains enendrent des pour les réacteurs dont l’enceinte simple est plus risues de dommaes importants sur les ouvraes fraile aux aressions externes. de protection contre l’inondation, comme les di ou L’aéroport de Bordeaux se trouve à une ues murets de protection, ainsi ue sur cinuantaine de ilomètres de la centrale. lus de d’autres éuipements comme les tuyauteries. 4, de passaers ont utilisé cet aéroport en 2012 et 000 tonnes de fret ont transité.
5 Courrier du 2 juin 2003 du directeur général de la sûreté nucléare au directeur de la division de l’ingénierie nucléaire d’EDF sur les Réexamens de sûreté des centrales nucléaires VD2 1300 MWe et VD3 900 MWe. Détermination des mouvements sismiques à prendre en compte pour la sûreté des installations nucléaires, en application de la RFS 2001-01 http://observ. nucleaire.free.fr/2003 sd2 337.pdf _ _