INSTRUCTIONS FINALES D’UNE ÉTUDE D’IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT

INSTRUCTIONS FINALES D’UNE ÉTUDE D’IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT

-

Documents
15 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

PROJET D’INSTRUCTIONS D’UNE ÉTUDE D’IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT CONCERNANT LE PROJET D’USINE À ÉNERGIE DE LA BIOMASSE Remis par la ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux pour la province du Nouveau-Brunswick à J. D. Irving, Limited (JDI) Le 17 août 2005TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION.........................................................................................................................................................................................2 1.1 Contexte...................................................................2 1.2 But................................................................................2 1.3 Processus de l’étude d’impact sur l’environnement (EIE).....................................................................................2 2.0 MÉTHODOLOGIE POUR L’EIE........................5 2.1 Généralités.............................................................5 2.2 Limites de l’étude...............................................5 2.3 Prévisions des effets environnementaux..........................................................................................................................6 2.4 Évaluation des effets environnementaux cumulatifs..................................................................................................7 2.5 Atténuation, urgence et indemnisation............................................................... ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 160
Langue Français
Signaler un problème
      PROJET D INSTRUCTIONS D UNE ÉTUDE D IMPACT SUR L ENVIRONNEMENT      CONCERNANT LE PROJET D USINE À ÉNERGIE DE LA BIOMASSE     Remis par la ministre de l Environnement et des Gouvernements locaux pour la province du Nouveau-Brunswick   à   J. D. Irving, Limited (JDI)      Le 17 août 2005
TABLE DES MATIÈRES  
1.0  INTRODUCTION ......................................................................................................................................................................................... 2  1.1 Contexte ..................................................................................................................................................................................................2  1.2 But ...............................................................................................................................................................................................................2  1.3 Processus de létude dimpact sur lenvironnement (EIE) ..................................................................................... 2  
2.0  MÉTHODOLOGIE POUR LEIE ....................................................................................................................................................... 5  2.1 Généralités ............................................................................................................................................................................................ 5  2.2 Limites de létude .............................................................................................................................................................................. 5  2.3 Prévisions des effets environnementaux .......................................................................................................................... 6  2.4 Évaluation des effets environnementaux cumulatifs .................................................................................................. 7  2.5 Atténuation, urgence et indemnisation ................................................................................................................................ 7  2.6 Engagement en matière de surveillance et de suivi .................................................................................................. 8  2.7 Consultation du public et dautres intervenants ............................................................................................................ 8  2.8 Mandat .....................................................................................................................................................................................................9  
3.0  ÉTUDE ET CONTENU DU RAPPORT ..................................................................................................................................... 10  3.1 But, portée et description détaillée du projet ................................................................................................................ 10  3.2 Identification et analyse des solutions de rechange ................................................................................................. 11  3.3 Description de lenvironnement actuel (biophysique et socio-économique) ............................................ 11  3.4 Index de renvoi ................................................................................................................................................................................. 12  
4.0  EFFETS POTENTIELS ......................................................................................................................................................................... 13  4.1 Impacts sur la qualité de lair ................................................................................................................................................... 13  4.2 Effets sur les milieux terrestres .............................................................................................................................................. 13  4.3 Effets sur les ressources en eau .......................................................................................................................................... 13  4.4 Effets sur la circulation des véhicules et linfrastructure routière .................................................................... 14  4.5 Effets sur linfrastructure ............................................................................................................................................................. 14  4.6 Effets sur lutilisation des ressources et des terres publiques et privées .................................................. 14  4.7 Autres effets sociaux et économiques .............................................................................................................................. 14  4.8 Effets de lenvironnement actuel sur le projet .............................................................................................................. 14  
 
Page 1 de 14
 
INTRODUCTION
1.0   1.1 Contexte   J. D. Irving, Limited (JDI) propose de construire et dexploiter une centrale de cogénération à la biomasse pour produire de la vapeur et de lélectricité. Linstallation proposée serait construite et exploitée dans un bâtiment actuel à lancien site de la Saint John Shipbuilding dans lEst de Saint-Jean. Lusine à énergie de la biomasse proposée comprendrait une chaudière alimentée à la biomasse dun taux continu maximum de 127 280 kg/heure brut de vapeur et du matériel de procédé connexe pour produire 15,5 mégawatts délectricité pour le réseau électrique du Nouveau-Brunswick et de la vapeur qui serait utilisée à des hôtes de vapeur à proximité. La chaudière produirait de la vapeur à partir de la combustion dune quantité maximale de 400 000 tonnes métriques vertes par année de biomasse provenant de lexploitation des forêts et des scieries et de la combustion de combustible secondaire.    1.2 But  Ces instructions seront utilisées par JDI comme cadre pour effectuer une étude dimpact sur lenvironnement (EIE) de la construction et de lexploitation proposée dune nouvelle centrale de cogénération alimentée à la biomasse pour la production de vapeur et délectricité verte à lancien lieu de la Saint John Shipbuilding à Saint-Jean.  Létude dimpact sur lenvironnement examinera les effets environnementaux possibles (néfastes et positifs) de la construction et de lexploitation des installations et de linfrastructure connexes, et indiquera les mesures datténuation ou doptimisation appropriées. Dautres solutions indiquées pendant létude environnementale pourront être étudiées selon ce qui sappliquera.      1.3 Processus de l étude d impact sur l environnement (EIE)  En vertu du Règlement sur les études dimpact sur lenvironnement (Règlement 87-83) de la Loi sur lassainissement de lenvironnement,  JDI, à titre de promoteur, a dû enregistrer la construction et lexploitation dune unité de coproduction alimentée à la biomasse et des installations et de linfrastructure connexes comme un ouvrage devant être soumis à un examen en vue de lEIE. La proposition a été enregistrée le 20 juillet 2005. Le 10 août 2005, le ministre de lEnvironnement et des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick (le ministre) a déterminé quune étude dimpact sur lenvironnement détaillée doit être effectuée pour évaluer la nature et limportance des effets possibles du projet.  Le ministre a nommé un Comité de révision composé de spécialistes techniques de divers organismes du gouvernement dont les activités pourraient être touchées par le projet. Les organismes sont les suivants :  Ministère de l'Environnement et des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick (MEGL); Ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick (MRN); Ministère de la Santé et du Mieux-être du Nouveau-Brunswick (MSM); Ministère des Transports  du Nouveau-Brunswick (MDT); Ministère de l'Énergie (MÉN)  
 
Page 2 de 14
Secrétariat à la Culture et au Sport du Nouveau-Brunswick  Section des services archéologiques (SCS); Ville de Saint-Jean; Pêches et Océans Canada (POC); Environnement Canada (EC); Agence canadienne de lévaluation environnementale.  Le Comité de révision technique (CRT) et le public évalueront ce projet dinstructions dune EIE. Les Instructions expliquent lapproche que le promoteur doit suivre pour effectuer lEIE. Elles indiquent les enjeux importants, qui doivent être pris en compte dans lévaluation des effets environnementaux du projet.  Les membres du public et les autres intervenants sont invités à commenter le Projet dinstructions et à déterminer toutes préoccupations qui ne figurent pas dans le document. Après la réception des commentaires du public, et une étude détaillée par le Comité de révision technique, la ministre remettra les Instructions finales pour lEIE.  Dès réception des Instructions finales pour lEIE, JDI ou son consultant doit fournir au ministre le mandat détaillé qui décrit lapproche devant être utilisée pour lEIE. Le mandat est évalué à laide dun processus de consultation auquel participent le promoteur et les organismes de révision gouvernementaux responsables (CRT). Le mandat sera soumis au public pour étude et commentaires.  Le principal objectif de lEIE est de prédire les effets prévus si le projet est entrepris, dévaluer ses effets et de proposer des mesures datténuation. LEIE effectuée en consultation avec les résidents de la région qui pourraient subir des effets, devraient indiquer aussi les méthodes pour optimiser les effets positifs et minimiser les effets néfastes du projet.  Linformation recueillie pendant létude est compilée dans lébauche du rapport de lEIE. Le rapport préliminaire est évalué par le Comité de révision technique qui détermine si létude a répondu de façon satisfaisante à tous les enjeux soulevés dans les Instructions finales. Si le Comité de révision technique détermine que le rapport ne répond pas adéquatement aux Instructions, le promoteur devra apporter des révisions pour corriger toute lacune indiquée afin de faire avancer le processus de lEIE.  Si, sur lavis du Comité de révision technique, le ministre est convaincu que le rapport final de lEIE est satisfaisant, la prochaine étape consiste à effectuer une consultation plus approfondie pour faire participer le public et les autres intervenants à lévaluation des effets possibles du projet.  Un résumé du rapport final de lEIE est préparé pour le ministre, afin daider les membres du public à se familiariser avec linformation. Le Comité de révision technique prépare aussi une Déclaration de révision générale qui résume ses commentaires sur le rapport final de lEIE. Ces documents sont mis à la disposition du public pour une période dau moins 30 jours afin quil puisse les étudier et les commenter, après quoi le calendrier et le lieu des séances portes ouvertes, des ateliers et des réunions publiques avec des groupes dexperts sont annoncés par la ministre.  Des rencontres publiques ont généralement lieu près de la région où le projet est proposé. Ces rencontres permettent à tous les intervenants intéressés de formuler des commentaires, de soulever des préoccupations et de poser des questions sur tous les éléments couverts dans létude dimpact sur lenvironnement. Après la rencontre publique, une période de 15 jours est réservée pour que les membres du public puissent soumettre des observations écrites au ministre. À la fin de cette période, un compte rendu de la participation de la population est rendu public et présenté au ministre. À nimporte quel moment après cette date, le Cabinet
Page 3 de 14
 
(lieutenant-gouverneur en conseil) peut décider de délivrer ou refuser de délivrer un agrément pour le projet.  Les modalités à suivre pour effectuer une EIE sont précisées dans le Règlement 87-83, Règlement sur les études dimpact sur lenvironnement  -Loi sur lassainissement de lenvironnement . Un sommaire de ces modalités est présenté dans la brochure intitulée « Un guide des Études dimpact environnemental au Nouveau-Brunswick ». Ces documents peuvent être obtenus du ministère de lEnvironnement et des Gouvernements locaux à ladresse suivante et à partir du site Web : http://www.gnb.ca/0009/0377/0002/index.htm  Tous commentaires concernant les Instructions préliminaires pour lEIE peuvent être envoyés au plus tard le 16 septembre 2005 à :  Madame Sheila Goucher Direction de lévaluation des projets Ministère de lEnvironnement et des Gouvernements locaux C.P. 6000 Fredericton (N.-B.) E3B 5H1 Adresse électronique : EIA-EIE@gnb.ca  Télécopieur : 506 453-2627
 
Page 4 de 14
MÉTHODOLOGIE POUR L EIE
 2.0   2.1 Généralités  Le processus de létude dimpact sur lenvironnement aboutit à une étude détaillée des effets environnementaux possibles et au choix des méthodes qui peuvent être appliquées pour atténuer ces effets. Létude dimpact sur lenvironnement doit aussi déterminer les méthodes à appliquer pour optimiser les effets environnementaux positifs et minimiser les effets environnementaux négatifs résultant du projet. Dautres solutions de rechange identifiées pendant le processus dévaluation environnementale peuvent être envisagées si cela convient.  Pour orienter lEIE, les éléments environnementaux dimportance principale, désignés comme les éléments environnementaux importants (EEI), doivent être identifiés dès le début du processus dévaluation. La méthode à suivre pour effecteur cet exercice doit être clairement énoncée par le promoteur. Le promoteur doit aussi faire appel à la connaissance de la population, des Autochtones et dautres intervenants pour identifier les éléments environnementaux importants. Les EEI proposés doivent être revus et approuvés par le CRT au cours des premières étapes de lEIE. LEIE doit clairement indiquer les dispositions concernant la conformité aux exigences de la réglementation pertinente, aux lignes directrices et aux meilleures méthodes de gestion.  La partie 4.0 des présentes instructions présente un certain nombre déléments à prendre en compte dans létude. Toutefois, ce cadre ne doit pas limiter létude dimpact sur lenvironnement proposée. Le promoteur doit inclure, dans lévaluation des effets environnementaux possibles, les autres éléments qui ressortent des discussions avec les membres du CRT, ou de la consultation des organismes de réglementation, des membres du public ou dautres intervenants.   2.2 Limites de l étude  Le promoteur (JDI) doit clairement décrire les limites spatiales et temporelles de létude utilisées pour lévaluation des effets environnementaux pour chaque EEI. Les limites temporelles de létude (la durée prévue des effets environnementaux du projet) doivent refléter la période de fermeture à long terme et la durée de tous les effets environnementaux pouvant savérer importants et les accidents ou les défaillances.  Les limites spatiales devraient indiquer la portée géographique prévue des activités liées au projet dans lenvironnement existant et la portée des effets environnementaux existants ou prévus, y compris les effets environnementaux cumulatifs pour chaque EEI (cest-à-dire positifs et négatifs). Les limites, comme les éléments administratifs, techniques, biophysiques et socio-économiques et les régions couvertes par les activités, doivent être définies et leur lien avec le processus dévaluation de limpact devrait être établi selon ce qui convient. Pour déterminer les limites spatiales appropriées, il faut tenir compte des effets environnementaux pouvant résulter du projet à léchelon local, régional ou provincial, selon ce qui sapplique.   
Page 5 de 14
 
2.3 Prévisions des effets environnementaux  LEIE vise principalement à prédire les effets environnementaux (cest-à-dire positifs et négatifs) qui peuvent résulter de louvrage proposé et de leur importance potentielle. Ces prévisions doivent tenir compte de tous les aspects et de toutes les phases (p. ex. construction, exploitation, désaffectation) du projet ainsi que de tous les effets environnementaux indirects, des effets cumulatifs et des effets qui peuvent résulter daccidents ou de défaillances. De plus, les effets potentiels de lenvironnement sur le projet doivent être indiqués, comme les effets qui peuvent être causés par les changements climatiques ou par des conditions météorologiques extrêmes (cest-à-dire précipitations intenses), etc.  Les prévisions de lEIE sont généralement basées sur un ensemble dévaluations objectives et subjectives. Lutilisation dune analyse objective (mesurable) est fortement préférée lorsque cela est techniquement réalisable et raisonnable. Toutefois, compte tenu des facteurs pouvant limiter la capacité de prédire ou de mesurer les réactions environnementales, les prévisions pourraient sappuyer en partie sur une évaluation subjective fondée sur une expérience ou un jugement professionnel. Les connaissances et expériences autochtones traditionnelles ou de la communauté pourront aussi être considérées lorsque cela sapplique. Les prévisions devraient donc être accompagnées dune explication des limites de lanalyse avec renvoi aux documents dappui ainsi quaux titres de compétences de ceux chargés détablir ces prévisions.  Des prévisions doivent être établies concernant la nature (néfaste ou positive), lampleur, la durée, la fréquence, létendue géographique et la réversibilité des effets environnementaux potentiels du projet. Limportance de ces effets doit aussi être déterminée. Ces prévisions doivent :  faciliter la prise de décisions concernant le projet; préciser clairement tout degré dincertitude inhérent aux prévisions; déterminer clairement les effets environnementaux positifs et négatifs (biophysiques et socio-économiques) du projet ou du statu quo; se prêter à une analyse et à une vérification dans la mesure du possible par une surveillance continue.  Afin de faire clairement la distinction entre les effets importants et les effets non importants, le promoteur doit définir « important » pour lEIE. La définition devrait être fondée sur les éléments scientifiques, les valeurs sociales, les inquiétudes du public et les jugements économiques. Elle devrait être soumise à lexamen et à lapprobation du CRT en même temps que les EEI proposés. En particulier, limportance des changements des éléments environnementaux importants induits par le projet proposé devrait être clairement indiquée dans le rapport de lEIE (Déclaration de limpact environnemental, DIE). Les seuils des effets néfastes sur les éléments environnementaux importants (positifs et négatifs) doivent être établis en fonction des critères applicables. Il faut une référence quantifiable à lamplitude, à la portée géographique, à la durée, à la fréquence, à la réversibilité et au contexte écologique des effets environnementaux potentiels. Limportance devrait être déterminée en fonction des effets propres au projet et des effets environnementaux cumulatifs et après la prise en compte de la mise en uvre de mesures datténuation ou doptimisation adéquates.  Limportance des effets sur les espèces (cest-à-dire les niveaux de tolérance liés aux organismes dans lenvironnement) doit tenir compte des effets au niveau de la population. Pour ce qui est des espèces en péril, les effets sur un individu constituent des effets au niveau de la population.    
 
Page 6 de 14
2.4 Évaluation des effets environnementaux cumulatifs  Les effets environnementaux cumulatifs désignent les effets que le projet, avec dautres ouvrages ou activités actuels, précédents ou probables (imminents), peuvent causer ou causeront pendant une période et sur une distance définies. Une évaluation des effets cumulatifs doit être effectuée dans le cadre de létude dimpact sur lenvironnement en tenant compte de chaque élément environnemental important désigné et des projets futurs qui pourraient être aménagés dans le parc industriel.  Lévaluation des effets cumulatifs aura pour but de déterminer les effets du projet, leur importance et les approches appliquées pour la gestion de ces effets par rapport à la situation globale. Elle doit inclure (de façon non limitative) les éléments suivants :   la détermination des préoccupations et des enjeux régionaux;  une description globale du choix des éléments environnementaux importants;  une justification précise des limites spatiales et temporelles utilisées pour trouver une solution aux effets cumulatifs;  une description précise de lanalyse entreprise pour évaluer les effets cumulatifs sur les éléments environnementaux importants (positifs et négatifs) et la présentation des résultats;  une description précise de la façon dont les mesures datténuation répondront aux effets environnementaux cumulatifs;  la justification pour déterminer si les effets cumulatifs résiduels sur les EEI sont importants.   2.5 Atténuation, urgence et indemnisation  Létude doit décrire les mesures générales et spécifiques, qui sont réalisables sur le plan technique et économique, que le promoteur (JDI) entend mettre en oeuvre afin doptimiser les effets environnementaux positifs et datténuer les effets environnementaux néfastes du projet ou du statu quo (cest-à-dire maximiser les effets positifs et éliminer, prévenir, empêcher ou minimiser les effets néfastes). Il faut inclure une description des mesures durgence (y compris les plans dintervention) qui ont été prévues pour intervenir en cas de défaillances ou daccidents pouvant entraîner des déversements ou des rejets imprévus de polluants dans lenvironnement. Les plans dintervention doivent prévoir les scénarios des pires cas et tenir compte des conditions et des vulnérabilités locales. Le promoteur doit expliquer clairement dans quelles circonstances les mesures datténuation seront déployées. Les solutions possibles en matière datténuation devraient être considérées de façon hiérarchique, une nette priorité devant être accordée aux mesures proactives visant à éviter limpact et à prévenir la pollution. Laccent doit être mis sur les possibilités de contribuer à une approche régionale pour la gestion des effets cumulatifs (voir Section 2.4 ci-dessus).  Des plans durgence doivent être élaborés de façon à pouvoir être mis en oeuvre dans les cas suivants :  si des effets environnementaux du projet sont dépistés dans les limites spatiales de létude;  si des effets importants attribuables au projet sont dépistés par la surveillance (ce plan doit être conçu de façon à être mis en oeuvre si des effets sont dépistés pendant la surveillance).  Létude doit examiner les méthodes dindemnisation qui seront utilisées en cas deffets accidentels ou résiduels non prévus. Ce plan ou ces méthodes dindemnisation doivent être élaborés en consultation avec les organismes fédéraux et provinciaux et autres intervenants
Page 7 de 14
 
selon ce qui convient. Lindemnisation doit être considérée comme une solution de dernier recours, mais elle peut être nécessaire si les effets environnementaux ne peuvent pas être atténués autrement.  2.6 Engagement en matière de surveillance et de suivi  Un programme bien défini de surveillance et de suivi à légard des effets environnementaux résultant du projet doit être expliqué dans le rapport de lEIE. JDI doit décrire tous les programmes de surveillance et de suivi proposés, y compris leurs objectifs, leur contenu, leur mise en oeuvre et les délais de présentation des résultats. Les programmes de surveillance devront:  établir les conditions de base; déterminer la conformité à la réglementation (surveillance de la conformité); vérifier les prévisions de lEIE (surveillance des effets environnementaux); évaluer lefficacité des mesures utilisées afin datténuer les effets environnementaux (surveillance des effets environnementaux).  Les programmes de surveillance et de suivi doivent inclure des protocoles qui guident linterprétation des résultats de la surveillance et la mise en oeuvre de mesures correctrices appropriées au moment opportun.  Les programmes de surveillance et de suivi doivent être fondés sur des données de base exactes concernant les milieux physiques, biologiques, et socio-économiques actuels. Le promoteur doit recueillir les données nécessaires en consultant les sources de données actuelles (« exploration de données ») ou en obtenant des données de sources directes, comme des travaux sur le terrain et des analyses en laboratoire, selon les besoins.  Lorsque les prévisions de lEIE ne sont pas fondées sur de linformation objective, les programmes de surveillance doivent être conçus dans la mesure du possible pour la collecte de données pertinentes qui ne sont pas déjà disponibles.  Les programmes de surveillance et de suivi doivent inclure des protocoles qui guident linterprétation des résultats de la surveillance et la mise en oeuvre de mesures correctrices appropriées au moment opportun.   2.7 Consultation du public et d autres intervenants  JDI doit consulter les personnes et les organismes susceptibles dêtre touchés par le projet. Elle doit aussi continuer dinformer et de faire participer à cette évaluation les particuliers, les groupes dintérêts et les autres intervenants. Ceux-ci comprendront les administrations locales et des groupes particuliers ayant des mandats et des programmes qui couvrent cette région. JDI devra tenir des séances de consultation publique et autres activités de consultation appropriées (mises à jour détudes, séances portes ouvertes) dont les buts sont les suivants :  permettre à la population susceptible dêtre touchée et aux autres intervenants de participer à des discussions valables et dêtre bien informés avant la prise dune décision par le gouvernement, par rapport à la nature et à létendue des effets environnementaux attribuables au projet (effets positifs et négatifs); assurer que les valeurs et les préoccupations du public et des autres intervenants sont incluses et examinées attentivement;  LEIE doit indiquer les dates et les formats pour les séances de consultation du public et des
 
Page 8 de 14
autres intervenants, et le matériel présenté au public. Elle doit permettre dobtenir des réactions et fournir un examen sommaire des préoccupations exprimées. Cette déclaration doit également indiquer clairement comment on a répondu à ces préoccupations. Il faut expliquer comment les résultats des consultations ont été utilisés dans lévaluation et quels changements ont été apportés au processus ou au projet à la suite des observations reçues.   2.8 Mandat  Le promoteur doit soumettre un mandat détaillé en réponse aux Instructions finales pour lEIE. Le mandat doit décrire clairement les méthodes proposées pour effectuer lEIE et les moyens que JDI entend prendre pour consulter le public et les autres intervenants pendant létude dimpact sur lenvironnement.  Le promoteur doit fournir, dans le cadre du mandat de létude, un index de renvoi (tableau de concordance) indiquant où le contenu et les enjeux précisés dans les Instructions finales ont été abordés. Le Comité de révision technique examinera le mandat et pourra faire part de ses observations et des lacunes au promoteur pour que celui-ci les règle avant que lEIE soit finalisée.  De plus, le mandat doit expliquer les composantes de tout programme sur le terrain proposé et tout défi ou obstacle prévu. Il doit aussi proposer des méthodes de modélisation (sil y a lieu), identifier les membres clé de léquipe chargée de létude et décrire clairement toutes les tâches à remplir dans le cadre de létude.  
Page 9 de 14
 
3.0 ÉTUDE ET CONTENU DU RAPPORT  Le rapport de lEIE (déclaration de limpact sur lenvironnement  DIE) doit être rédigé de façon aussi claire que possible. Lorsque la complexité des éléments abordés exige lutilisation dun langage technique, un glossaire définissant les mots techniques et les acronymes doit être fourni. Le Système international dunités (SI) doit être utilisé dans lensemble du rapport et dans tous les documents à lappui. Létude doit également examiner, de façon non limitative, les règlements et les lignes directrices appropriés.  Les titres suivants peuvent servir de guide pour lélaboration du rapport de lEIE :  Résumé   Introduction Cadre de réglementation (c.-à-d. Application du Règlement 87-83) Portée du projet Portée de lévaluation environnementale But et description du projet Définition et analyse des solutions de rechange Description de lenvironnement actuel Effets environnementaux (y compris effets des accidents et des défaillances et effets environnementaux cumulatifs) et mesures datténuation Importance des effets résiduels Consultation du public et des autres intervenants Programme de surveillance et de suivi Tous les engagements pris dans la DIE Conclusion et recommandations Références   3.1 But, portée et description détaillée du projet  Le rapport doit expliquer clairement le but du projet (c.-à-d. donner une justification précise du projet) afin de permettre une évaluation exhaustive des effets environnementaux possibles du projet (négatifs et positifs).  Le rapport de lEIE doit fournir une description exacte et complète du projet à partir de la planification jusquà la construction, lexploitation, et la désaffectation de la centrale de cogénération, cette description devant être appuyée par des cartes et des dessins appropriés. La durée utile prévue de la centrale de cogénération doit aussi être indiquée. Laccent sera mis sur la description des aspects du projet (y compris accidents et défaillances) qui peuvent raisonnablement se produire et qui pourraient nuire à lenvironnement. Cette description doit inclure, de façon non limitative, les éléments suivants :  emplacement, dimension, plan, capacité et limites de la centrale de cogénération à la biomasse; plan et description détaillée de linfrastructure connexe (p. ex. installations de stockage et de manutention, infrastructure routière, etc.); description détaillée des combustibles devant être utilisés, quantité et origine des combustibles pour lunité de cogénération ; méthodes proposées de transport et de manutention de la biomasse;   exploitation proposée de la biomasse, y compris exploitation normale et pendant les accidents, les défaillances et les événements imprévus qui peuvent survenir pendant lexploitation;
 
Page 10 de 14