Livre blanc – S’adapter à la vigueur du dollar canadien
13 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Livre blanc – S’adapter à la vigueur du dollar canadien

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
13 pages
Français

Description

RAPPORT D’ÉTUDE Le dollar canadien Comment nos entreprises s’adaptent à la vigueur du dollar canadien Comme le dollar canadien a pris de la vigueur au cours des dernières années, nos entreprises ont été amenées à relever des défis importants. Grâce au sondage effectué auprès de son Panel de recherche en ligne, EDC a pu recueillir des informations éclairées sur les mesures que nos exportateurs ont adoptées pour s’adapter à un dollar canadien fort. Au total, 424 participants ont répondu à ce sondage de dix questions qui a été effectué entre le 4 août 2010 et le 25 août 2010. Selon les résultats de ce sondage, la vigueur du dollar canadien continue de compter parmi les principales sources de préoccupations de la plupart de nos exportateurs. Certaines entreprises sont plus exposées que d’autres au risque que représente un dollar fort, de sorte que les répercussions qui en découlent en ce qui a trait aux coûts, à la compétitivité, aux ventes, aux bénéfices ou à la croissance varient selon chacune. Les exportateurs canadiens ont fait preuve de résilience, adoptant toutes sortes de mesures pour s’adapter à la situation et rester concurrentiels. Table des matières 3 Incidence de la vigueur du dollar canadien sur les ventes à l’exportation 6 Mesures adoptées par les entreprises pour s’adapter à la vigueur du dollar canadien et résultats positifs obtenus 8 Mesures de stimulation de l’innovation et défis à relever 9 Recommandations des ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 32
Langue Français

Exrait

RAPPORT D’ÉTUDE

Le dollar canadien
Comment nos entreprises s’adaptent à la vigueur du
dollar canadien

Comme le dollar canadien a pris de la vigueur au cours des dernières années,
nos entreprises ont été amenées à relever des défis importants. Grâce au
sondage effectué auprès de son Panel de recherche en ligne, EDC a pu
recueillir des informations éclairées sur les mesures que nos exportateurs ont
adoptées pour s’adapter à un dollar canadien fort. Au total, 424 participants
ont répondu à ce sondage de dix questions qui a été effectué entre le
4 août 2010 et le 25 août 2010.

Selon les résultats de ce sondage, la vigueur du dollar canadien continue de
compter parmi les principales sources de préoccupations de la plupart de nos
exportateurs. Certaines entreprises sont plus exposées que d’autres au risque
que représente un dollar fort, de sorte que les répercussions qui en découlent
en ce qui a trait aux coûts, à la compétitivité, aux ventes, aux bénéfices ou à
la croissance varient selon chacune. Les exportateurs canadiens ont fait
preuve de résilience, adoptant toutes sortes de mesures pour s’adapter à la
situation et rester concurrentiels.



Table des matières

3 Incidence de la vigueur du dollar canadien sur les ventes à l’exportation
6 Mesures adoptées par les entreprises pour s’adapter à la vigueur du
dollar canadien et résultats positifs obtenus
8 Mesures de stimulation de l’innovation et défis à relever
9 Recommandations des membres du Panel pour faire face à la
fluctuation des taux de change et à la vigueur du dollar canadien
13 Conclusion



EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 2 Incidence de la vigueur du dollar canadien sur les ventes à l’exportation

La vigueur du dollar canadien a une incidence considérable et déterminante sur les ventes
à l’exportation. Une forte proportion des répondants au sondage (42 %) affirment qu’elle
a une incidence très importante ou extrêmement importante, l’opinion selon laquelle elle
a une nce faible ou modérée étant partagée par 37 % et 21 % des répondants
respectivement. Sur le plan de l’activité sur le marché des exportations, 43 % des
répondants jugent que les ventes à l’exportation de leur entreprise ont diminué au cours
des cinq dernières années, tandis que 57 % pensent, au contraire, qu’elles ont augmenté.

Nos exportateurs subissent à divers degrés les effets de la vigueur du dollar canadien, de
telle sorte que ceux œuvrant dans un même secteur d’activité peuvent être touchés
différemment. Ces effets varient en fonction d’une foule de facteurs et de conditions
économiques. Nous avons demandé aux participants à notre sondage si leurs ventes à
l’exportation avaient diminué ou augmenté au cours des cinq dernières années et si
l’appréciation du dollar canadien y avait été pour quelque chose. Afin de mieux cerner
l’incidence de la vigueur du dollar canadien sur les ventes à l’exportation, nous avons
regroupé leurs réponses en quatre catégories (voir le tableau 1).

Tableau 1 : Incidence de la vigueur du dollar canadien sur les activités
d’exportation des entreprises

Incidence de
la vigueur
du dollar Forte incidence de la Forte incidence de la
canadien vigueur du dollar vigueur du dollar
canadien et canadien et
diminution des ventes augmentation des
à l’exportation ventes à l’exportation
Forte 20% 22%





Faible incidence de
Faible incidence de la vigueur du dollar
la vigueur du dollar canadien et canadien et augmentation des Faible diminution des ventes à
ventes à l’exportation l’exportation
23%
35%

Diminution Augmentation
Ventes à l’exportation




EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 3 1) Forte incidence de la vigueur du dollar canadien et diminution des
ventes à l’exportation

La plupart des entreprises de cette catégorie font face à une stagnation ou à une
diminution de la demande pour leurs produits. Elles doivent absorber l’appréciation du
dollar canadien en acceptant une baisse de leurs bénéfices, en procédant à des
compressions de coûts, en s’engageant dans des initiatives de rationalisation ou en
cherchant à diversifier davantage leurs activités sur les marchés, tout en se concentrant
fortement sur le marché national (soit le marché canadien). Elles se heurtent à une
concurrence intense, et leurs ventes sont très sensibles aux prix. Ces entreprises se
retrouvent donc dans une situation difficile qui les amène à devoir hausser leurs prix, ce
qui se traduit pour elles par un désavantage concurrentiel. Certaines sont donc exposées à
un risque de faillite élevé.

Certaines entreprises font face à un autre défi : les contrats avec leurs clients étant
honorés en devises locales, leurs revenus en dollars canadiens subissent fortement le
contrecoup de la hausse des taux de change.

Cette catégorie comprend des entreprises de toutes tailles, mais les petites entreprises y
sont proportionnellement plus nombreuses que les entreprises de taille moyenne et les
grandes entreprises. Il se révèle que 26 % des petites entreprises visées par notre sondage
se rattachent à cette catégorie, comparativement à 15 % des entreprises de taille moyenne
et à 10 % des grandes entreprises.

2) Forte incidence de la vigueur du dollar canadien et augmentation des
ventes à l’exportation

Si les ventes à l’exportation des entreprises de cette catégorie sont en croissance, c’est
parce que la demande pour leurs produits tend à être élevée. Dans certains cas, il s’agit
d’entreprises dont les produits présentent des caractéristiques uniques ou procurent un
avantage concurrentiel particulier, de sorte que leurs ventes sont moins sensibles aux
prix. Afin de pouvoir composer avec un dollar fort, certaines entreprises doivent
augmenter leurs prix, répercutant ainsi sur leurs clients les conséquences qui en
découlent, ce qui risque de les rendre moins concurrentielles. Les prix de la plupart des
entreprises sont cependant davantage sensibles à l’évolution de la demande. Ces
entreprises n’ont pas modifié leurs prix, ce qui a eu pour effet de réduire leurs marges
bénéficiaires, de sorte qu’elles sont devenues moins rentables et que leur capacité de
croissance est désormais limitée. La vigueur du dollar canadien a eu une incidence
négative directe sur leurs activités.

Certaines entreprises s’engagent sur la voie de la diversification des marchés, cherchant
ainsi à compenser la réduction de leurs marges. D’autres font preuve de plus de souplesse
et d’innovation quant à leur structure de prix, ce qui leur permet d’accroître leur volume
d’affaires, bien qu’elles doivent alors accepter une réduction de leurs marges et une perte
de leur capacité à percer de nouveaux marchés ou à tirer parti de nouvelles occasions
EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 4 d’affaires. Les entreprises de taille moyenne sont majoritaires dans cette catégorie
(32 %), suivies des grandes entreprises (27 %) et des petites entreprises (16 %).

3) Faible incidence de la vigueur du dollar canadien et diminution des
ventes à l’exportation

Les ventes à l’exportation de la plupart des entreprises de cette catégorie ont diminué, en
raison du recul ou de l’insuffisance de la demande pour leurs produits attribuable à un
contexte économique difficile. C’est particulièrement le cas des exportateurs œuvrant
dans les secteurs de la construction ou de l’habitation. Parallèlement à cela, comme ils
bénéficient d’une couverture naturelle et que leurs produits ou leurs services sont payés
en devises étrangères, l’incidence de la vigueur du dollar canadien sur leurs activités est
faible. Ainsi, bien que l’appréciation de notre dollar influe peu sur leurs revenus, elle peut
tout de même avoir une incidence négative sur leurs marges au moment des opérations de
conversion de change.

Par ailleurs, il y a des entreprises dont les activités au Canada bénéficient d’un dollar fort,
du fait qu’elles doivent payer en devises étrangères une partie importante de leurs
intrants. Ces entreprises ont augmenté leurs importations et sont devenues plus
concurrentielles au Canada. En outre, elles cherchent davantage à tirer parti des occasions
d’affaires s’offrant à elles au pays, de façon à compenser la baisse de leurs revenus
d’exportation. Les petites entreprises sont fortement représentées dans cette catégorie
(29 %), tandis que tant les entreprises de taille moyenne que les grandes entreprises
comptent pour 15 %.

4) Faible incidence de la vigueur du dollar canadien et augmentation des
ventes à l’exportation

Les produits des entreprises de cette catégorie sont moins sensibles aux prix. Il s’agit
d’entreprises qui œuvrent dans des secteurs où la concurrence est faible, qui se
concentrent sur des marchés de créneau, dont les produits sont uniques, dont la marque
est forte ou qui offrent une grande valeur ajoutée. Dans bien des cas, il s’agit également
d’entreprises dont les produits sont payés en devises étrangères, de sorte qu’elles
bénéficient d’une couverture naturelle, ce qui explique que la vigueur du dollar canadien
a une incidence faible ou modérée sur leurs ventes à l’exportation.

Les entreprises de cette quatrième catégorie sont dans une situation favorable à la
poursuite de leur croissance, du fait qu’elles sont modérément touchées par l’appréciation
du dollar canadien et qu’elles ont déjà adopté des mesures d’adaptation. Pour elles, la
pénétration et la diversification des marchés revêtent une grande importance. Ces
entreprises explorent d’autres marchés, sur lesquels elles prennent de l’expansion. Les
grandes entreprises sont majoritaires dans cette catégorie (47 %), les entreprises de taille
moyenne et les petites entreprises comptant pour 32 % et 16 % respectivement.

EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 5 Mesures adoptées par les entreprises pour s’adapter à la vigueur du dollar
canadien et résultats positifs obtenus

Les entreprises adoptent diverses mesures afin de compenser les effets de l’appréciation
du dollar canadien. Elles procèdent à des compressions de coûts, améliorent leur
efficacité, trouvent de nouvelles méthodes d’exploitation et se mettent à la recherche de
nouveaux produits et de nouveaux marchés. Les mesures les plus radicales visent leurs
activités d’exploitation (coûts, efficacité, recherche et développement), suivies par la
diversification des marchés et le recours à des instruments financiers.

La compression des coûts, la stimulation de l’innovation et les améliorations d’ordre
opérationnel sont les trois principales mesures citées par les répondants au sondage.
Environ 54 % des répondants affirment que leur entreprise a cherché à diminuer ses
dépenses, ce qui est une réaction naturelle quand il s’agit de s’adapter aux fluctuations de
coûts tout en maintenant le même niveau d’efficacité ou en l’augmentant : plus les
marges bénéficiaires vont en diminuant, plus on pratique des compressions de coûts.
Parallèlement à cela, 43 % des répondants soutiennent que leur entreprise mise surtout
sur des produits et des services novateurs, tandis que 34 % affirment que la leur cherche
plutôt à devenir plus efficace sur le plan opérationnel.

Les participants au sondage ont été appelés à évaluer l’efficacité des mesures adoptées
par leur entreprise. Il est intéressant de souligner que, bien qu’il s’agisse de la mesure la
plus populaire, les compressions de coûts ne sont pas réputées être la mesure la plus
efficace, un tiers seulement des répondants les jugeant «très efficaces», tandis que
l’externalisation et les investissements à l’étranger sont considérés comme étant «très
efficaces» par la moitié des participants. Les initiatives orientées vers l’innovation
viennent au troisième rang des mesures considérées comme étant les plus efficaces, 44 %
des répondants estimant qu’il s’agit d’une solution très efficace. Certaines mesures plus
rarement adoptées sont considérées comme étant plus efficaces pour les exportateurs
canadiens. Par exemple, les investissements à l’étranger, l’externalisation, l’offre de
produits novateurs et le développement des marchés se révèlent être les mesures les plus
efficaces quand il s’agit de s’adapter à la vigueur du dollar canadien (voir le tableau 2).

EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 6 Tableau 2 : Niveau d'efficacité des mesures adoptées par les
entreprises pour s'adapter à la vigueur du dollar canadien
Compression des coûts (n=222) 30 % 62 % 8 %
Orientation accrue vers des produits/services
44 % 51 % 6 %
novateurs (n=176)
Amélioration de l'efficacité opérationnelle (n = 143) 37 % 60 % 3 %
Intensification des efforts de pénétration des
36 % 50 % 15 %
marchés au Canada (n = 131)
Accroissement des dépenses réglées en dollars
31 % 63 % 6 %américains (n = 134)
Accès à de nouveaux marchés étrangers (n = 129) 40 % 50 % 10 %
Orientation accrue vers des marchés hors des É.-U.
38 % 55 % 8 %
où votre entreprise a déjà des activités de vente …
Externalisation à l'étranger (n = 100) 50 % 46 % 4 %
Investissements à l'étranger (n = 61) 49 % 44 % 7 %
Accroissement des dépenses réglées en devises
22 % 61 % 17 %
étrangères (N = 43)
Externalisation au Canada (n = 31) 19 % 71 % 10 %
Très efficace Modérément efficace Absolument pas efficace


Certains répondants au sondage ont formulé par écrit des commentaires selon lesquels la
vigueur du dollar canadien a, dans les faits, incité leur entreprise à effectuer une percée
sur de nouveaux marchés, favorisant ainsi sa croissance et sa consolidation. Ils pensent
qu’en se concentrant désormais sur de nouveaux marchés, leur entreprise pourra
améliorer sa situation, grâce à la diversification de ses ventes à l’exportation. Certains
constatent aussi que la vigueur du dollar canadien a incité leur entreprise à envisager la
possibilité d’adopter des chaînes d’approvisionnement mondiales comme solution lui
permettant de rester concurrentielle. Ces entreprises ont été encouragées non seulement à
se diversifier en accédant à de nouveaux marchés, mais également à investir dans leurs
chaînes d’approvisionnement, leur effectif et leurs installations de fabrication à
l’étranger.


EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 7 Mesures de stimulation de l’innovation et défis à relever

L’offre de nouveaux produits et l’amélioration de la qualité des produits sont les deux
principales mesures que les entreprises mettent de l’avant dans le cadre de leurs
initiatives pour stimuler l’innovation. La formation d’alliances et les investissements au
chapitre de la recherche et du développement constituent un deuxième ensemble de
mesures visant à stimuler l’innovation. Dans tous les secteurs d’activité et dans toutes les
régions, des entreprises de toutes tailles ont décidé de se concentrer davantage sur le
développement de nouveaux produits et l’amélioration de la qualité des produits, tandis
que le manque de fonds, de temps et de ressources constitue le principal défi à surmonter
en matière d’innovation. Selon les répondants au sondage, les petites entreprises auraient
davantage de problèmes de trésorerie que les autres.

Comme nous l’avons vu, bien que la vigueur du dollar canadien ait amené certains de nos
exportateurs à pratiquer des prix moins concurrentiels, un bon nombre d’entreprises se
servent de la perte de l’avantage concurrentiel associé aux bas prix comme d’un
catalyseur pour devenir plus concurrentielles sur d’autres plans, notamment sur ceux de
la qualité, de l’innovation (y compris la recherche et le développement), du service à la
clientèle, de l’amélioration de l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement et de la
structure organisationnelle.

Pour bien des entreprises, l’innovation passe nécessairement par des initiatives visant à
leur permettre de se démarquer grâce à de nouveaux produits et à l’offre de produits et
d’un service à la clientèle de qualité, de façon à réduire leur vulnérabilité à la fluctuation
des prix et aux effets de la concurrence. Leur proposition de valeur est orientée vers
l’efficacité, ainsi que vers l’innovation et la technologie, de sorte que leurs clients
attachent principalement de l’importance à l’efficacité des solutions offertes, leur prix
passant au second plan.

EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 8 Tableau 3 : Mesures adoptées par les entreprises ayant
décidé de s'orienter davantage vers l'innovation
Orientation accrue vers
64%le développement de …
Orientation accrue vers
63%la qualité des …
Formation d'alliances
43%stratégiques avec …
Accroissement des
41%dépenses de …
Établissement d'une
37%
culture d'entreprise…
Suivi plus étroit des
33%
nouveautés…
Intégration à la chaîne
13%d'approvisionnement …
Q8 : Quelles mesures votre entreprise a-t-elle adoptées après avoir décidé de s'orienter davantage
vers l'innovation?
N = 424, Réponses multiples acceptées


Puisque la réduction de leurs marges a une incidence négative sur leur capacité à financer
leurs innovations, les entreprises sont poussées à devenir plus efficaces et à réduire leurs
coûts, dans la mesure du possible, de façon à maintenir un niveau de trésorerie suffisant
pour financer de nouvelles technologies et de nouveaux produits. Elles considèrent donc
qu’une trésorerie insuffisante et un manque de financement pour la recherche et le
développement sont les principaux défis à relever dans le cadre de leurs initiatives en
matière d’innovation.

Recommandations des membres du Panel pour faire face à la fluctuation
des taux de change et à la vigueur du dollar canadien

Leçons apprises : Tirer parti de l’expérience des répondants à notre
sondage

Forts de leur expérience, les répondants à notre sondage ont bien des conseils à donner
aux exportateurs canadiens qui doivent composer avec la fluctuation des taux de change
et la vigueur de notre dollar. Les commentaires qu’ils ont formulés par écrit révèlent que,
pour s’adapter à cette situation, les exportateurs canadiens ont recours à diverses
stratégies, qui peuvent être regroupées en cinq grandes catégories.


EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 9

Nous nous efforçons de
composer avec la situation du
moment, ce qui nous amène
Cinq stratégies d’adaptation à la fluctuation des taux parfois à essuyer des pertes.
de change et à la vigueur du dollar canadien - Un membre du Panel de
recherche d’EDC
1. Ne rien faire ou suivre la tendance
L'appréciation du dollar a
occasionné une baisse de 30 %
Certains exportateurs affirment que leur entreprise a décidé de de nos revenus tirés de contrats
maintenir une attitude attentiste tant que les taux de change ne signés avant 2003, du fait que
nous n’avions pas la capacité lui sont pas favorables. C’est ainsi que des entreprises ont
financière de nous couvrir décidé de ralentir leurs activités d’exportation, préférant se
contre le risque de change.
concentrer sur le marché canadien, d’attendre que le dollar - Un membre du Panel de
perde de sa valeur ou qu’il se stabilise et, entre-temps, de recherche d’EDC
s’efforcer de rester à flot.
Malheureusement, une
majoration importante de nos 2. Diversifier les marchés aux États-Unis et
prix par suite de l'appréciation
ailleurs du dollar canadien se traduirait
pour nous par un désavantage
Considérant que la situation comporte tout de même un aspect concurrentiel.
- Un membre du Panel de positif, plusieurs répondants au sondage soutiennent que la
recherche d’EDC vigueur du dollar canadien a incité leur entreprise à faire une

percée sur de nouveaux marchés, favorisant ainsi sa croissance Si nous étions auparavant
et sa consolidation. orientés vers le marché
américain, nous nous tournons
maintenant davantage vers les Dans les faits, les réponses obtenues indiquent que les
marchés en émergence. Cela entreprises sont encouragées non seulement à se diversifier en
démontre que, dans les faits,
accédant à de nouveaux marchés, mais également à investir l’appréciation du dollar canadien
dans leurs chaînes d’approvisionnement, leur effectif et leurs peut avoir eu comme bon effet
installations de fabrication à l’étranger. de nous inciter à diversifier nos
activités à l'extérieur du marché
américain.
- Un membre du Panel de
recherche d’EDC
EDC | Panel de recherche | Le dollar canadien 10