Journal de l

Journal de l'exposition grandes heures des manuscrits irakiens

-

Documents
12 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Catalogue de l'exposition "Mésopotamie, carrefour des cultures" aux Archives nationales. http://bit.ly/1LlY1wj

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 20 mai 2015
Nombre de visites sur la page 141
Langue Français
Signaler un problème
MÉS
OPO
TA
MIE MÉSOPOTAMIECARREFOURDESCULTURES GrandesHeuresdesmanuscritsee irakiens(XIIIXIXsiècle)
JOURNAL DE L EXPOSITION Hôtel de Soubise
erre de civilisation antique, la Mésopotamie a livré de précieux témoignages sur les origines de l’écriture et les premiers récits de la genèse du monde. Du Moyen Âge à nos jours, les échanges intellectuels et de multiples traditions re-ligieuses n’ont cessé d’y prospérer. Penseurs, auteurs et copistes ont alors procédé à la confection de milliers de manuscrits qui circulent et s’échangent.
Partis en Orient dans la foulée de la fondation de leur ordre, les frères dominicains ont contribué eux aussi à écrire une page de l’histoire de cette région. Missionnaires, ambassadeurs, scienti-fiques et curieux du monde qui les entourait, ils ont constitué une collection méconnue de manuscrits arabes et syriaques dans le e couvent de Mossoul. La commémoration de leur 8 centenaire est l’occasion d’évoquer ce dialogue entre Orient et Occident
és véstigés dés sités urbains dé MÈsôpôtamié ônt attirÈ très tÔt LJéan-Baptisté Tavérniér qui rélaté, lés vôyagéurs, à l’instar dans sésSix voyages en Turquie, en Perse 1.surgeayoVet aux Indes, sôn pÈriplé jusqu’à Môssôul-Ninivé én 1644. SupÈriéur dé la missiôn et archéologues1760, lé Pèré Dôménicô Lanza dÈcrit dôminicainé dé Môssôul dans lés annÈés Ègalémént lés substructiôns antiqués dé la plainé dé Ninivé, sur la rivé gaucé du Tigré : « Vis-à-vis dé Môssôul, dé l’autré cÔtÈ du Tigré ét sur l’émplacémént dÈsignÈ par la traditiôn cômmé Ètant célui dé Ninivé, ôn vôit éncôré un villagé appélÈ du nôm du prôpèté Jônas qui prêca la pÈniténcé à la grandé citÈ ; çà ét là s’Èlèvént dés mônticulés rémplis dé dÈbris dé cônstructiôns anciénnését dé fôndatiôns dé muraillés rénvérsÈés ». Lé témps dés fôuillés dÈbuté vÈritablémént sôus Lôuis-Pilippé quand la Francé ôuvré un pôsté cônsulairé à Môssôul. Lés cônsuls Paul-Émilé Bôtta puis Victôr Placé                !  "#   !  $   dé « Ninivé», ét qui ést én fait célui déDur-Sharrukin(Kôrsabad), palais du rôi assyriénSargôn II. Il ést lé prémiér à utilisér la pôtôgrapié dans dés rélévÈs arcÈôlôgiqués, grâcé à l’ôpÈratéur Gabriél Trancand dônt lés Arcivés Le temps é natiônalés cônsérvént lés calôtypés. Au dÈbut du XX sièclé, c’ést des fouilles débute l’istôiré du patrimôiné mÈdiÈval qui intÈréssé lés arcÈôlôgués véritablement sous Louis-Philippe  %  &  '*+quand la France ouvre un poste consulaire à Mossoul
2
( ) Mossoul:Le Tigre et la villeADM 01293
Carte manuscrite de la Perse et de la Mésopotamie(arch. nat., cp marine6jj74, n°140)
Jean-Baptiste Tavernier, Les six voyages en Turquie, en Perse et aux Indes, 1676 (arch. nat.,bibliothèque)
SAVANTS DOMINICAINS L’archéologie et l’histoire des langues sont les deux domaines de prédilection des savants dominicains. La figure la plus marquante est le père Vincent Scheil (1858-1940), pionnier de l’assyriologie, discipline dont il a détenu la chaire à l’École Pratique des Hautes Études dès 1895. Il est le premier traducteur du Code du roi Hammourabi, découvert à Suse en 1901. Auteur de la première grammaire kurde imprimée (1786), l’italien Maurizio Garzoni qui dirige la mission de Mossoul à partir de 1770 est considéré comme le «père de la kurdologie». Citons aussi les pères Jacques Rhétoré (1841-1921), spécialiste des langues kurde, chaldéenne et soureth, Raymond Tonneau (1971), spécialiste de patrologie syriaque, et Jean-Maurice Fiey (1995), historien des sites chrétiens de Mésopotamie
3
partir dé l’installatiôn dés préÀnd fôrmé. FôndÈé sur lés livrés imprimÈs dôminicains italiéns à Môssôul én /%  22    2.quhèeaLbibtoil ét lés manuscrits appôrtÈs dé Rômé,  !3   5 #* dominicainedé la variÈtÈ dés œuvrés côlléctÈés ét dé léur   */ 8   é anciénnétÈ (XIII sièclé) : ôutré dés biblés, de Mossoul  9      tÈôlôgiqués, dés ôuvragés dé spiritualitÈ, dés œuvrés istôriqués ét littÈrairés, dés dictiônnairés ét dés grammairés dés langués lôcalés. Uné majôritÈ d’ôuvragés sônt Ècrits én langué syriaqué ét én sôurét (aramÈén côntémpôrain) mais ôn Imagesy répèré Ègalémént dés grands autéurs arabés, juristés, de la vie du Christgrammairiéns ét léxicôgrapés. Cértains dé cés ou des saints, portiquesmanuscrits, lés livrés liturgiqués par éxémplé, sônt dÈcôrÈs d’énluminurés : imagés dé la vié du Crist ornés d’entrelacs, croix ôu dés saints, pôrtiqués ôrnÈs d’éntrélacs, crôix portant des devises, pôrtant dés dévisés, cérclés ét tréssés pôlycrômés. cercles et tresses Durant lés trénté dérnièrés annÈés, lés acquisitiôns polychromes sé sônt multipliÈés auprès dés Èglisés lôcalés ôu dé m;ônastèrés, auprès dé famillés ét dé pérsônnalitÈs  22      <5 =  5!>5    2
4
( ) Cycle des lectures des Évangiles des dimanches et fêtes, achevé le 31 août 1723DFM 13
 ’ SEPT MANUSCRITS D EXCEPTION La médecine est à l’honneur avec un commentaire d’Averroès (1126-1198) sur lePoème de la médecined’Avicenne (1037), célèbre médecin et philosophe du monde musulman, qui servait aux étudiants à mémoriser les grands principes médicaux. Plus composite, le livre de médecine copié en 1784 par le diacre Jean réunit des recettes de remèdes et des prescriptions médicales. Deux ouvrages de grammaire arabe recopiés à la fin du Moyen Âge, celui d’al-Jawharî (vers 1003) et l’Alffiyyade Ibn Mâlik (1274), rappellent que les best-sellers continuent de circuler longtemps après leur rédaction. e Deux lectionnaires en syriaque du XVIII siècle sont pourvus de miniatures exceptionnelles, de même que leLivre de la Perle, ouvrage apologétique sur la vérité du christianisme, dû à un célèbre métropolite de Nisibe vivant à e la fin du XIII siècle,Abdishobar Berikha
Abdishobar Berikha,Livre de la Perle, (dfm13) copie non datée
DES MANUSCRITS TOUS USAGES La demande de textes à méditer ou à usage immédiat est importante parmi les chrétiens de Mésopotamie. Les auteurs déploient doncleur talent dans la langue des populations, à savoir le soureth, par exemple dans laComplaintede Mar Hnanisho, un hymne appelant au repentir des péchés à l’approchede la mort. Dans les familles, les manuscrits sont sources de connaissance: la chronique syriaque de Bar Hebraeus (1286) est lue par des générations de lecteurs qui calculent en marge les dates des grands événements. Ils sont aussi utilitaires: deux rituels de baptême et de mariage portent les traces de cire séchée provenant des bougies allumées durant les cérémonies
Langues et écritures syriaques
syriaquenom donné à la langue araméenne utilisée e e dans le royaume antique d’Osrhoène (II s. av. - II s. ap. J.-C.), appelé aussi royaume d’Édesse (auj. Urfa en Turquie), quand elle devient la langue religieuse et littéraire des chrétiens du Proche-Orient araméen ; presque disparue e de l’usage parlé depuis le XIII siècle.
l’écriture syriaqueécrite de haut en bas et lue de droite à gauche, comme l’hébreu ou l’arabe ; dérivée de l’écriture antique édessénienne en deux branches principales :
lécritureestrangel¯a:dérivée de l’écriture formelle . ou monumentale ; demeure dans tout le monde syriaque l’écriture de la calligraphie ; usitée dans le monde syriaque oriental où elle prend une forme calligraphiée parfois appelée « écriture nestorienne » ; elle prend une forme particulière en Asie centrale et en Chine (syro-ouïgoure) et en Inde (syriaque kéralais) ;
— l’écriture sert¯o:dérivée de l’ancienne écriture . araméenne courante d’Édesse ; diffusée surtout dans la partie occidentale du monde syriaque ; appelée aussi écriture jacobite ; c’est aussi l’écriture courante des maronites.
l’écriture garshunisystème de transcription de la langue arabe en caractères syriaques.
a soureth(sur y.t, « »)à la manière des Syriens nom donné à langue araméenne vernaculaire des populations du nord de la Mésopotamie, toujours existante ; écrite selon le même alphabet quelesyriaque,avecdesaménagements.
Cycle des lectures des Évangiles des dimanches et fêtes, copie de 1723 (dfmfol. 44v13 , ) 5
  "? @  5 'e A""+    @ dé prÈdicatiôn côntré l’ÈrÈsié albigéôisé, saint Dôminiqué 3.niasDoTuuolu h  "   5 5 Rômé téntér dé cônvaincré lé papé à la Mésopotamie:réligiéux sôus sa diréctiôn. Mais c’ést Innôcént III dé crÈér un nôuvél ôrdré & ooo '"?""/+   sept siècles de missions lé priéurÈ Saint-Rômain dé Tôulôusé à l’ôrdré dés canôinés dé Saint-Augustin ét lé placé sôus la prôtéctiôn du dominicaines<< '"" 2 "?+    5  " Q "/%   > =  =  W 5$ Y      ! 8 $ Q  Z Q 5  < 8    @   côuvént parisién sur l’émplacémént d’uné anciénné Ôtéllérié dité dé Saint-Jacqués ; sôn cônfésséur, Géôffrôy dé Béauliéu, ét l’éncyclôpÈdisté Vincént dé Béauvais, très prôcé dé lui, sônt dôminicains. Lé côuvént Saint-Jacqués sért aussi dé côllègé pôur accuéillir lés frèrés qui mènént dés Ètudés à l’univérsitÈ. Voyages, Léur fôrmatiôn intélléctuéllé lés cônduit à jôuér apprentissage lé rÔlé dé nÈgôciatéurs (racat dé la sainté des langues orientales, côurônné d’Èpinés du Crist à Cônstantinôplé collecte de manuscrits,  "#+  !   55 contacts avec én Oriént. Vôyagés, appréntissagé dés langués les autorités ôriéntalés, côllécté dé manuscrits, côntacts avéc lés autôritÈs musulmanés, léur éxpÈriéncé fôrgÈéaumusulmanes Môyén Âgé sé prôlôngé par la suité. Lés frèrés italiéns ét français sé succèdént ainsi én MÈsôpôtamié, auplus près dé cômmunautÈs crÈtiénnés très activés
ITINÉRAIRE MÉDIÉVAL DES FRÈRES PRÊCHEURS Dès1245, André de Longjumeau est envoyé par le pape Innocent IV en ambassade auprès des Mongols de Perse à Tabriz; il rencontre sur son chemin les dignitaires de l’Église jacobite, notamment à Mossoul, puis les prélats nestoriens à la cour mongole. À sa suite, le florentin Riccoldo da Monte Croce (1320) se rend à Bagdad, après être passé par Jérusalem et Mossoul (1290) ; au contact des religieux musulmans, il traduit et commente le Coran, dont il subsiste un exemplaire annoté de sa main. Utiles aussi aux souverains d’Orient, les dominicains sont employés comme diplomates vers l’Occident : ce sont deux dominicains, frère François et l’évêque Jean de Sultanieh, qui sont les ambassadeurs del’émir Tamerlan à la cour du roi Charles VI (1402)
(arch. nat., l945) Saint Louis exempte les dominicains de droit de péage, 1257
AUX ORIGINES CHRÉTIENNES DE LA MÉSOPOTAMIE L’évangélisation de la Mésopotamie est attribuée à deux disciples de l’apôtre Thomas, Addaî et Mari, qui auraient été envoyés depuis Édesse. L’Église de Mésopotamie, née hors de e l’Empire romain, devient autonome à la fin du V siècle. Parmi les figures majeures des premiers temps chrétiens, citons saint Ephrem, écrivain et théologien (373), et Narsaï de Nisibe (507), théologien de référence du courant nestorien. Les monastères sont nombreux dans la région. Le couvent de Mar-Matti (Saint-Matthieu) domine la plaine du Tigre au sud-est de Mossoul, celui de Mar-Behnam est situé non loin de Qaraqosh. Près d’Alqosh, village du prophète e Nahum et siège du patriarcat chaldéen à partir du XVI siècle, se trouve le monastère de Rabban-Hormizd
Les murs de Mossoul, vers 1880ADM 01393 ( )
Riccoldo da Monte Croce rencontre les musulmans, Livre des merveilles,vers 1400 (bnf, ms. fançais2810,fol.296v)
7
LES MISSIONS DE MOSSOUL  ’ À L ÉPOQUE MODERNE Après un relatif oubli des populations chrétiennes d’Orient, le mouvement de la Contre-Réforme et le dynamisme des ordres religieux réformés conduisent les autorités catholiques à réinvestir la région à partir e du XVII siècle. Une mission des capucins (franciscains réformés) de Touraine s’installe ainsi à Mossoul en 1636. Pourtant il faut attendre le pontificat de Benoît XIV pour que des dominicains italiens viennent à Mossoul (1750), avec à leur tête les pères Domenico Lanza puis Maurizio Garzoni. C’est à cette époque que se constitue la bibliothèque d’imprimés et de manuscrits du couvent
8
Victor Place, “Mossoul (Mésopotamie)”, dansNinive et l’Assyrie, 1867-1870 (arch. nat.,bibliothèque)
LE TEMPS DE LA MISSION FRANÇAISE Malgré une situation très tendue avec les autorités locales, les frères italiens se maintiennent à Mossoul jusqu’à l’arrivée des français en 1856. La restauration de la province dominicaine de France par Lacordaire et la volonté du pape Pie IX (1846-1878) conduisent à l’envoi de dominicains français et à la réorganisation de la mission sous la conduite du père Hyacinthe Besson (1861), peintre du Kurdistan à ses heures. Le couvent est reconstruit (1862-1866), son clocher financé par l’impératrice Eugénie (vers 1880), une horloge publique installée aux frais du gouvernement français (1881). Un hospice est créé en 1875 grâce au legs de la baronne Lejeune, et à partir de 1884, le champ de la mission s’élargit jusqu’à Van, en Arménie. Après les arrestations et les expulsions de novembre-décembre 1914, les dominicains reviennent à la mission en 1920
e Saint Éphrem, miniature du XIII siècle (bnf, ms grec 1561,fol.113)
Une presse d’imprimerie Marioni est transportée au couvent de Mossoul en 1860
LES ÉCOLES L’action scolaire se fait alors plus intense. En 1873, la mission de Mossoul est déjà chargée du fonctionnement de vingt-sept écoles, dont six de filles, tant en ville que dans les villages environnants, et jusque dans les diocèses de Kirkouk ou d’Amadiah. Tout un matériel pédagogique est inventé pour l’occasion: des abécédaires en arabe, en chaldéen ou en estrangelo, des grammaires, des recueils de fables, etc.
(adm01324) Les orphelins de Van et le père Simon , vers 1897
SOINS ET ASSISTANCE L’hospice de Mossoul et les dispensaires annexes sont tenus par les sœurs dominicaines de la Présentation de Tours jusqu’à leur départ à la fin de 1914 sous la pression des autorités ottomanes; elles reviendront après la guerre, en 1921. Des consultations gratuites sont offertes aux malades et des médicaments distribués. Dans la mission de Van (Arménie), deux orphelinats sont organisés pour les filles et les garçons à partir de 1884Une sœur de la Présentation soignant le père Eon, avant 1914adm05366 ( )
IMPRIMERIEL Grâce au soutien du gouvernement français, une presse d’imprimerie Marioni est transportée au couvent de Mossoul en 1860. Un frère franciscain forme des ouvriers au travail d’imprimerie et de reliure. Ouvrages de piété, manuels scolaires, livres liturgiques et grammaires savantes sortent des presses dominicaines jusqu’aux événements de la fin 1914 et à la destruction de la presse par les soldats turcs lors de l’occupation du couvent
(adm01306) Les ouvriers de l'imprimerie, vers 1890
9
é rénôuvéau dé l’intÈrêt dé la papautÈ L @ \  /   pôur lés Églisés crÈtiénnés d’Oriént s’ést traduit par l’énvôi d’uné missiôn 4.erareehhcclÀpar la circulatiôn dé manuscrits éntré la MÈsôpôtamié ét Rômé. Lés téxtés réçus des manuscrits; sôn prémiérVaticané, alôrs én pléin éssôr par Bénôît XIV réjôignént la Bibliôtèqué cônsérvatéur, Mgr Giuséppé Assémani orientaux '/#*/?+%  82 % Q un rÔlé clÈ ét fait côpiér dés livrés liturgiqués én syriaqué. L’intÈrêt pôur lés langués ôriéntalés ést plus ancién. Sôus lé règné dé Lôuis XIV, lés bibliôtèqués parisiénnés s’énricissént dé manièré dÈtérminanté. À la démandé dé Côlbért, un dôminicain linguisté ét vôyagéur, lé pèré Vansléb, récércé dés téxtés rarés à Cypré, én Égypté ôu én Syrié, qu’il énvôié à Paris à Piérré dé Carcavy, cargÈ dé la bibliôtèqué rôyalé. Un savant bibliôtÈcairé dé la Mazariné, Lôuis Picqués, rassémblé lui aussi dés manuscrits ôriéntaux qu’il cÈdéra aux dôminicains. Rappélôns qu’il Ètait dans la naturé dé cés téxtés dé passér dé main én main. Un récuéil d’autéurs grécs ét syriaqués ']^% 9 "#*+     *#   <\  <9%  !55  ?"? Colbert àun diacré dé Môssôul ét à sôn frèré qui l’ônt acétÈ engage un polyglotte à Cypré, puis à un Èvêqué dés syriaqués dé Cypré, allemand,qui l’a révéndu à un cértain môiné Géôrgés Johann Michael Vansleb
LA BIBLIOTHÈQUE ROYALE SOUS LOUIS XIV Afin de renforcer la bibliothèque royale en manuscrits orientaux, Colbert engage un polyglotte allemand, devenu dominicain lors d’un séjour à Rome, Johann Michael Vansleb (1679), pour aller au Levant à la recherche des précieux textes. Il a aussi pour mission secrète d’entrer en Éthiopie, mythique terre du «Prêtre Jean». Parmi les trois cents manuscrits que Vansleb a envoyés à Paris durant ses cinq années de voyage (1671-1675), il faut signaler une copie des premières homélies écrites en arabe (Bagdad, e fin du XII siècle), acheminée depuis Le Caire, ou le Dîwân(recueil de 326 poèmes) du célèbre poète arabe e al-Mutanabbî (né en 915), dans une version du XIV siècle expédiée depuis Alep
er Passeport du père Vansleb, 1 avril 1671 (arch. nat., marine B/6/3)
10
DIVERSITÉDESCOLLECTIONSLa Bibliothèque nationale de France s’est enrichie de manuscrits d’origines très diverses. Mgr Addaï Scher, archevêque chaldéen de Siirt (Turquie), a ainsi cédé deux textes précieux parmi tout un lot déposé à Paris: un Nouveau Testament en syriaque copié en 1223 dans le couvent de Rabban-Hormizd, e e un autre copié aux VIII - IX siècles et issu de la bibliothèque épiscopale de Siirt. Quant à Henri Pognon (1921), consul à Bagdad puis Alep, spécialiste d’assyriologie et de la langue syriaque, il a fait don de manuscrits copiés à Alqosh en 1900: une histoire universelle du e moine Jean Bar Penkayê (VII siècle), un recueil de médecine et de pratiques divinatoires
(bnf, ms arabe6716) Coran, Irak, 1289
LA BIBLIOTHÈQUE DU COUVENT DES JACOBINS Louis Picques (1699), théologien et bibliothécaire du Collège des Quatre-Nations fondé par Mazarin, est l’un des grands e orientalistes du XVII siècle. Il lègue au couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré, dont il connaît le bibliothécaire Michel Le Quien, une cinquantaine de manuscrits arabes, arméniens et syriaques, qu’il a annotés et parfois traduits en marge. Parmi ces manuscrits transférés à la Bibliothèque nationale à la Révolution, figurent les fragments d’un Coran médiéval copié au Maghreb ou en Al-Andalus, uneHistoire et description de La Mecquee (1609) et un recueil de psaumes copiés en Syrie au XVI siècle
e e Coran, Maghreb/al-Andalus, XIII -XIV siècle (bnf, ms arabe386)
11