LA TRADUCTION DES MOTS CLÉS DE CERTAINS TERMES EN FULFULDE
7 pages
Fulah

LA TRADUCTION DES MOTS CLÉS DE CERTAINS TERMES EN FULFULDE

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Nous vous conseillons de lire et retenir les mots clés en Fulfulde classique,car pour en parler mieux et écrire respectueusement, nous exigeons la codification des termes de l'expression Fulfulde.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 novembre 2016
Nombre de lectures 60
Langue Fulah

« MES CHERS LECTEURS, AMIS DE FACEBOOK ET DE
WHATSAPP »
Nous envisageons peut être transformé notre Bloc Youscribe,
pour vouloir faire un site de Pulaar Classique.
Par ailleurs, il y’a maintes reprises que nos amis ou
connaissances nous interpellent sur les sujets de leurs groupes
souvent en Whats-App et parfois en Facebook,en nous
demandant la réponse de certaines de leurs questions.
Alors comme nous disons toujours, que le Fulfulde et toute
autre langue Africaine ne sont que des langues en cours de
constructions, raison pour laquelle, nous préférons de répondre
certes, mais et les publier en même temps pour que l’opinion
puisse avoir un aperçu logique aux termes expliqués.
En efet, on nous a demandé le nom du ‘’ciel ‘’ en Fulfulde :
{…}, également le nom du ‘’courant’’ en Fulfulde : {…}, et du
jour en jour, partout les personnes en lignes nous demandent
des termes.
Cela veut dire qu’il est très nécessaire de publier les réponses,
de les préciser avec des exemples qui se concordent à la
réalité grammaticale.
Classons le vocabulaire à la place qu’il faut, tout verbe, un mot
ou terme a son synonyme, donc cherchons à les expliquer pour
convaincre les intervenants, les utilisateurs et tout le
département de ‘’Pulaagu’’.
Autrement, si nous répondons d’abord le nom du
‘’ciel’’,
Sachez que certains termes en langues
Africaines ; comme le Fulfulde, l’Haoussa, le
Soninké et le Swahili ne sont qu’originaires Arabe
à cause de la conquête de l’Islamisation.En métissage aussi des cultures et échanges de dialogues,
plusieurs voisins partagent le même vocabulaire. Mais si nous
voulons retrouver l’origine de ces termes, faisons une analyse,
voir s’il y’ en a des radicaux, adjectifs, verbes ou nom verbal
etc.
Evidement, ici pour votre question, en Fulfulde ce nom ‘’ciel’’
c’est don ‘’Asmaan’’ et ‘’Kammu’’.
‘’Asmaan’’ vient du Asma’u ou Asma’i en Arabe.
En outre le Fulfulde a ajouté ‘’N’’ pour lire ‘’Asmaan’’.
En savoir plus ‘’Asmaan’’ est au singulier et ‘’Asmaanuuji’’ au
pluiel.
Nous avons encore une citation en tradition orale :’’ So les
wulii,Kammu ŋabbotaako kala ɓurɗo farwude ko oon adotoo
maayde’’.
Enfn ‘’Kammu’’ est au singulier, son pluriel est ‘’Kammuuji’’.
Par contre, nous ne sommes d’accord à votre avis qui ne
répond pas logiquement à notre réalité.
Vous avez dit : ‘’Asmaan’’ que c’est ‘’le Ndoogu’’.
Selon votre explication, nous vous rectifons avec une certitude.
Il faut connaitre ce que veut dire ‘’Ndoogu’’ avant tout.
Ndoogu c’est le temps.
Lisez en Chassons ou termes poétiques: Jamma jenngii,Koode
ñaarii,Ndoogu fooyni…i
Cela veut dire : Jamma jenngii, c’est afn la nuit est déjà longue
ou est déjà partie.
Et Koode ñaarii ; ici les étoiles s’éteignent avec le verbe
‘’ñaarde ‘’ en Fulfude.
Enfn Ndoogu fooyni iexplique que le matin s’approche.Voir de nouveau ‘’Weet-ndoogo’’ c’est weetde et doogde font
un nom composé.
Fooynude c’est la visibilité, là en sens fguré, cette visibilité est
‘’l’Aube’’ vers le petit matin.
‘’Ndoogu’’ vient du verbe doogde, comme du début, un
commencement, au seuil de, mais ici c’est soit au petit matin.
‘’Ndoogu’’ ko fayndaade e weetde. Encore une fois ‘N’ doogu’’
se trouve entre l’aube et petit matin avant le levé du soleil,
c’est aussi diférent que weetndorde, car le verbe weetndorde
c’est de réveiller en retard.
Dans weetndorde il y’ a que beetndorɗo et
weetndorɓe,beetndoroowo ou weetndorooɓe.
En conjuguant :
Mi weetndorii
A weetndorii,o,min et be etc.
Par contre weet-ndoogin’de c’est très matinal, donc le contraire
de weetndorde c’est weet-ndoogin’de.
En un mot tous les Peuls du Sénégal, de la Mauritanie, du Mali,
de la Guinée, du Cameroun, tous connaissent ‘’Asmaan’’ et
‘’Kammu’’.
Revenons maintenant au ‘’courant’’.
Nous avions codé ce nom dans notre Roman de Nguurndam
Malal, par ce que, nous n’avons pas assez du temps et la
connexion toujours pour fnaliser certains propos.
Par conséquent, cela ne change pas le contexte, car le
vocabulaire employé est le même, sauf souvent nous retenons
les mots clés, pour attendre la réaction des lecteurs et amis en
ligne.
Ainsi nous n’avons pas refusé de partager les idées, mais nous
avons besoin de la reconnaissance.Depuis un très bon moment les avants propos ont été publiés,
si nous exigeons par la suite la suggestion de tout lecteur, c’est
seulement en vouloir se partager, se développer ensemble
dans le système éducatif de Fulfulde.
Chers lecteurs, pour le ‘’courant’’ que vous demandez ?
Le courant en Fulfulde c’est : ‘’Yaylunde’’, son pluriel est
Jayluɗe.
Le mot clé du courant, nous disons ‘’Yaylunde’’.
Pour un électricien on dit : Jayloowo au singulier et électriciens
en pluriel Yaylooɓe.
Ce nom vient du verbe ‘’Yaylude’’qui a son synonyme
‘’Yaynaade’’, et en français il explique ‘’allumer’’.
Ce verbe se conjugue en deux fois.
Voyons la conjugaison suivante pour certains temps :
Mi yaylii (yeylii)
A yaylii (yeylii)
O yaylii (yeylii)
Min njaylii
On njaylii
Ɓe njaylii.
_ Mbiɗo yayla
Aɗa yayla
Ombo yayla
Emin njayla
Oɗon njayla
Eɓe njayla.Qui a allumé, ici le contexte de la langue Fulfulde, il y’ a deux
style : comme on demande que quel est la personne qui
allume, c’est pourquoi la question, après le nom qui est adjectif
verbal et afn le point d’interrogation ?
Au faite, ça revient : hol jayluɗo ?
En pluriel : hol yayluɓe ?
Et n’empêche pas : hol mo yayli, c'est-à-dire qui a allumé ?
Toute fois, yaylude nous donne Jayli, jayngol, jeyngol, tous
c’est le feu.
Mes chers lecteurs quand on parle du courant,forcément on
doit évoquer ‘’l’installation’’.
Certes, ce n’est pas seulement le courant qu’on installe, et en
Fulfulde aussi son mot qui explique installation répond
signifcativement qu’ailleurs.
En fulfulde installer veut dire : ‘’lommbin’de’’.
‘’Lommbin’de’’ signife mettre en place ou placer au point de.
Dans des phrases suivantes : Mbiɗo lommbina yaylunde.
J’installe le courant.
Mi lommbinaani tawo yaylunde.
Je n’installe pas encore le courant.
Qui a installé ce courant ?
Hol mo lommbini yaylunde nde ?
Voir : Mbiɗo lommbina.
Mi lommbinii.
O lommbinii, ɓe ,ɓeya,ɓeen, avec d’autres personnes sujets
tous peuvent venir dans la conjugaison.
Et s’il s’agit d’installer le logiciel, là encore la même chose.Mais quel est d’abord le nom du logiciel en Fulfulde ?
En Fulfulde le logiciel veut dire : ‘’ɗowngo’’, son pluriel est
‘’ɗowe’’.
Pourquoi ɗowngo ?
Sans le logiciel on ne peut pas obtenir l’accès logique de
certaines données.
Le logiciel nous permet d’aboutir à un résultat d’examen ou
d’observation exercé.
Dans ce sens, en Fulfulde ‘’ɗowngo’’ est un mot clé de logiciel,
par ce qu’il dérive du verbe ‘’Ɗowde’’.
En français, ɗowde c’est orienter, amener, conduit vers,
montrer le ou la vers une bonne direction.
Alors, si nous comprenons bien, en installant on dit :
Mbiɗo lommbina ɗowngo
Aɗa lommbina ɗowngo
Emin lommbina ɗowngo
Sammba e Demmba ne lommbina ɗowngo
.
_ J’installe le logiciel
Tu installes le logiciel
Nous installons le logiciel
Sammba et Demmba installent le logiciel.
S’il y’ a plusieurs logiciels, on dit : min lommbinii ɗowe.
Tous nos pays savent ‘’.ɗowde’’.
Toujours dans la leçon du jour, avant de terminer, nous parlons
un autre mot qui est essentiellement au besoin des lecteurs.Disons le ‘’Menuisier’’.
En Fulfulde le menuisier c’est ‘’Soplekkoowo’’, en pluriel
‘’Soplekkooɓe’’.
Le mot est un nom composé, Sop est diminutif de ‘’soppude’’,
tailler ou couper en français.
Lekkoowo c’est la terminologie d’un nom de l’adjectif de celui
qui utilise le bois ou un arbre (lekki).
Merci à vous tous, nous vous souhaitons une très bonne
compréhension et vous sollicitant des meilleures suggestions.