"Les Français et les transports" : sondage BVA pour la presse régionale et Doméo

"Les Français et les transports" : sondage BVA pour la presse régionale et Doméo

-

Documents
29 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Observatoire de la vie quotidienne des Français Les Français et les transports Avril 2015 Sondage réalisé par pour et publié samedi 25 avril 2015 dans la presse régionale Fiche technique Recueil Echantillon Enquête réalisée auprèsd’unde Français échantillon recrutés par téléphone puis interrogés par Internetles 9 et 10 avril 2015. Echantillon de1000 personnes,représentatif de la population française âgée de18 ans et plus. La représentativité del’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Pour toute reprise totale ou partielle de ce sondage, il doit impérativement être indiquéqu’il s’agit d’un sondage BVA-Doméo-Presse régionaleouqu’ila étéréalisé par BVA, pour Doméo et la Presse régionale. Aucune reprise de ce sondage ne pourra être dissociée de ces intitulés. 2 Note sur les marges d’erreur Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 avril 2015
Nombre de visites sur la page 126
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Observatoire de la vie quotidienne des Français
Les Français et les transports
Avril 2015
Sondage réalisé par
pour
et
publié samedi 25 avril 2015 dans la presse régionale
Fiche technique
Recueil
Echantillon
Enquête réalisée auprèsd’unde Français échantillon recrutés par téléphone puis interrogés par Internetles 9 et 10 avril 2015.
Echantillon de1000 personnes,représentatif de la population française âgée de18 ans et plus. La représentativité del’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Pour toute reprise totale ou partielle de ce sondage, il doit impérativement être indiquéqu’ils’agitd’unsondage BVA-Doméo-Presse régionaleouqu’ila étéréalisé par BVA, pour Doméo et la Presse régionale. Aucune reprise de ce sondage ne pourra être dissociée de ces intitulés.
2
Note sur les marges d’erreur
Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques. Le tableau ci-dessous présente les valeurs des marges d’erreur suivant le résultat obtenu et la taille de l’échantillon considéré :
Taille de l’échantillon
100 200300400500 600700800900 1 0002 0004 0006 00010 000
5 ou 95%4,4 3,12,52,21,91,81,61,51,41,41,00,70,60,4
Intervalle de confiance à 95% selon le score10 ou 90%20 ou 80%30 ou 70%40 ou 60%6,08,09,29,8 4,25,76,56,93,54,65,35,73,04,04,64,92,73,64,14,42,43,33,74,02,33,03,53,72,12,83,23,52,02,63,03,21,8 2,5 2,8 3,0 1,31,82,12,20,91,31,51,60,81,11,31,40,6 0,8 0,9 0,9
50%10,07,15,8 5,0 4,54,13,83,53,3 3,12,21,6 1,4 1,0
Exemple de lecture: Dans le cas d’un échantillon de1 000 personnes, pour un pourcentage obtenu par enquête de20%, la marge d’erreur est égale à2,5. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 17,5% et 22,5%.
3
Les 4 principaux enseignements
1) La voiture, élément indispensable de la vie quotidienne :62% des Françaisl’utilisent tous les jours ou presque, 69% des actifsl’utilisentpour se rendre quotidiennement au travail. 2) Toutefois, les Français semblent ouverts à une évolution de la place de la voiture.7 sur 10 estimentqu’ilfaudrait diminuer sa présence en ville, mais les conditions de cette limitation restent à définir :la majorité des Françaisn’approuverait pasl’interdictionvoitures les plus anciennes ou roulant au diesel dans le des centre des grandes villes. 3) Sil’interdictiondes kits mains-libres et oreillettes au volant, qui entrera en vigueur le 30 juin prochain,est approuvée par la majorité des Français (62%), le passage de 90km/h à 80km/h sur les routes départementales serait une mesure particulièrement impopulaire (74% y sont opposés).Par ailleurs la discipline des Français au volant laisse à désirer :1 conducteur sur 2 déclare ne pas respecter les limitations de vitessesouvent ou parfois.4)Enfin le transport aérien se démocratise : 27% des Français utilisentl’avionau moins une fois par an.Seuls 19%n’ont jamais prisl’avion, particulièrement les Français issus des foyers les plus modestes.Mais la série noire des accidents aériens semble avoir un impact surl’appréhensiondes Français : 4 sur 10 ont peur de prendrel’avion,10% en ont « beaucoup » peur.Guillaume INIGO, BVA Opinion
4
Analyse détaillée (1/3)
Les Français et les transports
1) La voiture, moyen de transport utilisé le plus régulièrement, notamment pour les trajets domicile / travail
Au lendemain del’adoptionpar le Parlement du projet de loi « relatif à la transition énergétique pour la croissance verte »,l’effortà porter sur les déplacements et la place de la voiture dans le quotidien des Français semble considérable.
En effet,plus de 6 Français sur 10 utilisent la voiture tous les jours ou presque, pour se déplacer (62%).
Si la voiture est le moyen de transport le plus répandu, notons que le vélo, véhicule autant de transport que de loisir, est sorti du garage au moins une fois par mois par près de 2 Français sur 10 (19%). Enfin, prèsd’Français sur 2 utilise le train au moins une fois par an (46%) et plus1 d’unquart l’avion(27%). Ainsi, la voiture est le moyen de transport utilisé le plus régulièrement, notamment pour les trajets domicile / travail.7 Français sur 10 ayant un emploi utilisent la voiture pour se rendre sur leur lieu de travail (69%), même si de nettes différences apparaissent entre régions et types de communes.La voiture est utilisée par moins de la moitié des Franciliens ayant un emploi (41%)contre 7 à 8 résidents sur 10 dans les autres régions françaises.De même, seule une courte majorité des Français ayant un emploi résidant dans les agglomérations de 100.000 habitants utilisent ce transport pour se rendre à leur lieu de travail (54%), contre 84% des personnes issues des communes de moins de 20.000 habitants.
Les autres moyens de transports proposésn’ontété cités que par moinsd’1 Français en activité sur 10. Soulignons que le métro (utilisé par 9% des Français en emploi) est presque autant utilisé que la voiture en Ile-de-France (30% contre 41% pour la voiture). Enfin, 11% des Français en activité se rendent sur leur lieu de travail uniquement à pied. Les Français ayant un emploi mettent en moyenne 23 minutes pour se rendre de leur domicile à leur lieu de travail. Si 65% mettent moinsd’unedemi-heure,un tiers mettent 30 minutes ou plus quotidiennement pour se rendre à leur poste (32%).Sans surprise,les Franciliens passent nettement plus de temps dans les transportsque les autres Français,43 minutes en moyenne(autour de 20 minutes dans les autres régions), 62% ayant un trajet de plus de 30 minutes. Notons également que les ouvriers et les professions intermédiaires mettent en moyenne 27 minutes pour se rendre sur leur lieu de travail, contre 23 minutes pour les cadres et 19 minutes pour les employés. Enfin, les moins de 35 ans ont en moyenne une durée de trajet supérieure de 6 minutes aux Français âgés de 35 ans et plus(27 minutes contre 21 minutes).
5
Analyse détaillée (2/3)
2) Les Français très attachés à leur voiture, mais prêts, dans certaines configurations, à limiter son usage en villeLa grande majorité des Français ayant une voituren’imagine pas, un jour, pouvoir se passer de voiture. Signed’un attachement particulièrement important,qu’ilsoit affectif ou simplement pratique,82% des Français estimentqu’ilsne pourraient pas, àl’avenir,se passer de posséder une voiture, pour 44% cette idée étant totalement exclue (« certainement pas »).
Si cette perspective est rejetée par la majorité des Français, soulignons que29% des cadres déclarentqu’ilspourraient se passer àl’avenirde leur voiture, proportion nettement plus importantequ’auprèsouvriers et employés (13%). des Des disparités régionales sont également flagrantes : 24% des personnes possédant une voiture et résidant dans le sud-ouest et30% des Franciliens déclarentqu’ilsà pourraient, l’avenir, ne plus posséder de voiture contre une proportion de 1 résident du Nord-est (13%) et du Sud-est (9%) sur 10. Toutefois, il est assez consensuel de juger que la place de la voiture devrait diminuer dans les plupart des villes : 69% des Français partagent cette opinion, dont plusd’unquart jugeant que cette place devrait beaucoup diminuer (26%).Cette transition de fond amorcée dans plusieurs grandes villes est approuvée en priorité par les premiers concernés, les Français résidant dans les communes les plus importantes (100.000 habitants et plus : 75%).
Mais à quelles conditions cela pourrait-il être mis en place ?Si plus de 6 Français sur 10 se disent favorables àl’interdiction4x4 dans les des centres des plus grandes villes (63%, dont 34% sont tout à fait favorables), une minorité seulement approuveraitl’interdictionvoitures des mises en service avant 1997 (41%) et un tiers seulement seraient favorables àl’interdictiondes voitures diesels (33%), toujours dans le centre des grandes villes françaises.
Le rejet del’interdiction des voitures mises en services avant 1997par les Français (56% y sont opposés, dont 25% tout à fait opposés)s’inscriter dansun contexte de vieillissement important du parc automobile français, passant de 5 ans et demi dans les années 90 à 8 ans et demi au 1 janvier 2014*. Pareillement,la nette opposition àl’interdictiondu diesel dans le centre des grandes villes(64% y sont opposés dont 30% tout à fait opposés)n’estpas incongrue lorsquel’onrappelle que62% des voitures particulières du parc automobile français roulent au diesel, proportion en hausse constante depuis de nombreuses années*.
Aussi, iln’est pas étonnant de soulignerquel’interdiction des véhicules diesel ou mis en services avant 1997 clive fortement les Français en fonction de leurs revenus. Les ménages les plus modestes (revenus mensuels nets de moins de 2500) y sont plus opposés(66% opposés pour les véhicules mis en services avant 1997 / 72% pour les véhicules diesel)que les ménages plus aisés(51% opposés pour les véhicules mis en services avant 1997 / 57% pour les véhicules diesel).
6
er *Source : Comité des Constructeurs Français d’Automobiles –janvier 2014données au 1
Analyse détaillée (3/3)
3)L’interdiction des kits mains-libres, une mesure soutenue alors que le passage de la limite de vitesse sur les routes départementales à 80 km/h est largement rejeté Le 30 juin prochain entrera en vigueurl’interdictiondel’utilisationdes oreillettes ou kits mains-libres au volant.Cette mesure est approuvée par 62% des Français, 35% y étant même « tout à fait » favorables. Si les personnes résidant dans les régions du Nord-est de la France (68% favorables) et les Franciliens (71%) semblent plus favorables que la moyenne à cette interdiction, les plus réfractaires à cette mesure sont les habitants du Sud-est, une majorité relative y étant opposée (48% opposés contre 45% favorables).
En revanche,de 90 km/h à 80 km/h sur les routes départementales serait une mesure particulièrement impopulaire : seul un quartle passage des Français y est favorable (25%).La grande majorité y est opposée (74%), voire « tout à fait » opposée (50%).Les Français résidant dans les communes rurales sont particulièrement frileux à cette idée (16% seulement y sont favorables)alors que les résidents des agglomérations les plus importantes (100.000 habitants et plus : 29%) et notamment del’agglomération(39%) sont moins réfractaires que la moyenne des parisienne Français.
Si cette abaissement de la vitesse maximale est impopulaire,il ne faut pas oublierl’indisciplineFrançais sur la route : il est arrivé à 9 des conducteurs sur 10 de ne pas respecter les limitations de vitesse, au moins rarement (91%), 1 conducteur sur 2 dépassant les limites autorisées parfois, voire souvent (49%).Plus indisciplinés ou plus honnêtes, les conducteurs des régions du Nord-ouest sont 6 sur 10 à déclarer ne pas respecter souvent ou parfois les limitations (59%). 4)L’avionun moyen de transport qui se démocratise mais qui suscite des craintes,
Comme nousl’avonsdéjà évoqué, plusd’unquart des Français utilisentl’avionau moins une fois par an (27%) et 8 sur 10l’ontdéjà pris au moins une fois (81%). Ainsi,seuls 19% des Françaisn’ontjamais prisl’avion,ne serait-cequ’unefois dans leur vie.L’utilisationdel’avionest évidemment corrélée aux ressources des ménages :les personnes issues des ménages les moins favorisés (revenus mensuels < à 2.500) sont près de 3 sur 10 àn’avoirjamais voyagé en avion (27%). Les personnes issues des ménages plus aisés (2.500et plus) ne sont que 10%.
Si le transport aérien se démocratise, il fait également peur :42% des Français ont peur de prendrel’avion(un peu ou beaucoup),1 sur 10 déclarant même en avoir « beaucoup » peur. Notons tout de même que les Françaisn’ayantjamais prisl’avionont une appréhension plus marquée, 54% déclarentqu’ilsen auraient peur (18% « beaucoup »). *** Au-delà de leur attachement à la voiture et de leur difficulté à ne plusl’imaginercomme principal moyen de transport, les Français semblent plutôt ouverts à la transition vers de nouvelles manières de circuler.L’urbanisation croissante et le développement des grandes agglomérations sera certainement le fer de lance de ces changements de comportements. Gageons que la place accordée aux autres moyens de transports dans la vie quotidienne des Français évoluera lentement, mais sûrement.
7
Guillaume INIGO, BVA Opinion
Sommaire
Les pratiques des Français en matière de transport 1 Les Français et la voiture : usages et évolutions envisageables 2 Les Français et les transports aériens3
8
p. 9
p. 16
p. 27
9
Les pratiques des Français en matière de transport
La voiture, moyen de quotidien des Français Principaux résultats
transport
de
référence
dans
le
Pour chacun des moyens de transports suivants, dites-moi si vousl’utiliseztous les jours ou presque, 2 à 4 fois par semaine, 1 fois par semaine, 1 à 3 fois par mois, 4 à 10 fois par an, 1 à 3 fois par an, moins souvent ou jamais ? La voiture / Le vélo / Le bus / Le métro / Les deux-roues motorisées / le train / le tramway /L’avion
10
6 Français sur 10utilisent la voituretous les jours 62%
19%
2 Français sur 10utilisent le véloau moins une fois par mois
Prèsd’1Français sur 2 prend le trainau moins une fois par an 46% Plusd’un quart des Françaisprendl’avionau moins une fois par an 27%
Les Français utilisent au moins une fois par an
…lavoiture
…letrain
…lebus
…levélo
…lemétro
…letramway
…l’avion
…lesdeux-roues motorisées
94%
46%
42%
39%
38%
32%
27%
8%
12%
10%
7%
4%
1%
46%
OUI JAMAIS (NSP)
Au moins une fois par mois
13%
13%
de
Le bus
L’avion
Le train
12%
51% 47% (2%)
57% 41% (2%)
4%
5%
4%
12% 86% (3%)
50% 48% (2%)
42% 56% (2%)
transport
95% 4% (1%)
70% 28% (2%)
Au moins une fois par semaine
62%
85%
Le vélo
5%
Le métro
Les deux-roues motorisées
3%
2%
5%
13%
15%
39%
19%
12%
19%
-
5%
91%
58% 41% (1%)
32%
31%
32%
38%
24%
20%
8%
22%
1%
-
26%
6%
7%
24%
42%
27%
29%
Moins souvent
93%
11
3%
La voiture
10%
Au moins une fois tous les 3 mois
Au moins une fois par an
94%
Le tramway
Pour chacun des moyens de transports suivants, dites-moi si vousl’utilisez?M
Tous les jours ou presque
le
La voiture, moyen de quotidien des Français Résultats complets
dans
référence