Les Plans de répartition de la population en Israël - article ; n°415 ; vol.76, pg 288-304

-

Documents
18 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1967 - Volume 76 - Numéro 415 - Pages 288-304
Planning of spatial distribution of population in Israël (Abstract). — The problem of an optimum spatial distribution of population — a theoretical issue for the most countries— became a very practical problem for Israël which more than trebled its population since 1948, mostly by immigration. At the commencement of the Israeli State, — 1948 about 10 p. 100 of the total Jewich population of the country was concentrated within Tel-Aviv, Haifa and Jérusalem Metropolitan areas and about 80 p. 100 within the Central Coastal zone. The planned policy since 1948 aimedat réduction of population concentration in Coastal zone and tried to create an hierar-chical pattern of rural and régional urban centres. Country-wide plans for a désirable spatial distribution of population were several times elabotared and revised. The share of the three Metropolitan areas dropped by 1965 below of 50 p. 100. 20 new towns were erected as régional centres. The policy of planned «dispersai» of population is continued, encounters however more and more difficulties on its pace.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1967
Nombre de visites sur la page 46
Langue Français
Signaler un problème

Eliezer Brutzkus
Les Plans de répartition de la population en Israël
In: Annales de Géographie. 1967, t. 76, n°415. pp. 288-304.
Abstract
Planning of spatial distribution of population in Israël (Abstract). — The problem of an optimum spatial distribution of population
— a theoretical issue for the most countries— became a very practical for Israël which more than trebled its
since 1948, mostly by immigration. At the commencement of the Israeli State, — 1948 about 10 p. 100 of the total Jewich
population of the country was concentrated within Tel-Aviv, Haifa and Jérusalem Metropolitan areas and about 80 p. 100 within
the Central Coastal zone. The planned policy since 1948 aimedat réduction of population concentration in Coastal zone and tried
to create an hierar-chical pattern of rural and régional urban centres. Country-wide plans for a désirable spatial distribution of
population were several times elabotared and revised. The share of the three Metropolitan areas dropped by 1965 below of 50 p.
100. 20 new towns were erected as régional centres. The policy of planned «dispersai» of population is continued, encounters
however more and more difficulties on its pace.
Citer ce document / Cite this document :
Brutzkus Eliezer. Les Plans de répartition de la population en Israël. In: Annales de Géographie. 1967, t. 76, n°415. pp. 288-
304.
doi : 10.3406/geo.1967.14999
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1967_num_76_415_14999Les Plans de répartition
de la population en Israël
par Eliezer Brutzkus
INTRODUCTION
Le problème de la meilleure répartition de la population dans espace
semble de première importance quel que soit le pays qui se lance dans la
planification sur une grande échelle expérience de ce genre de phénomène
est pas très étendue Les migrations de arrière-pays vers les régions en
pleine prospérité et celles de la campagne vers la ville sont fréquentes aussi
bien en Europe aux tats-Unis Elles sont plutôt le résultat de tendances
démographiques et économiques spontanées que la conséquence une plani
fication systématique Même dans les pays de Est où économie est soumise
autorité de tat le plan de répartition géographique de la population
appliqué dans le passé était plutôt guidé par la présence des matières pre
mières et la localisation de industrie
expérience tentée par Israël présente donc un grand intérêt qui dépasse
largement ses réalisations quantitatives Les conditions particulières qui
ont prévalu ici dans la période qui suivi la création Israël ont facilité
cette entreprise et ont rendue plus facile exécuter que dans tout autre tat
Modalités de la planification
Cette planification concerne surtout la population nouvelle composée
immigrants et dans une plus faible mesure les anciens habitants du pays
En seize ans la population Israël triplé passant de 810 000 habitants
en novembre 1948 526 000 en janvier 1965 Environ les deux tiers de cet
accroissement sont dus immigration et un tiers seulement accroisse
ment végétatif Entre 1948 et 1951 la croissance moyenne annuelle de la
population atteignait 184 100 de la population antérieure
En général les immigrants arrivaient dans le pays sans aucun moyen
matériel ils dépendaient donc entièrement du gouvernement et de Agence NOUVELLES VILLES
CR ES PROJET ES
DEPUIS 1948
Fig Districts et centres urbains Israël
ANN DE G- OG LXXVIe ANN 290 ANNALES DE OGRAPHIE
Juive pour se loger et trouver du travail Ces deux institutions devaient
financer installation des immigrants aide de fonds provenant en grande
partie de donations israélites du monde entier En Israël la terre appartient
en grande partie tat par conséquent les problèmes fonciers ne faisaient
pas obstacle un plan intégration des immigrants
Un petit nombre de ceux-ci se sont établis leur propre compte sans
demander aide du gouvernement pour se loger Ils ont choisi eux-mêmes
leur lieu de résidence habituellement dans les grandes villes Par contre
la majorité des nouveaux venus était dirigée vers les régions fixées par le
plan dans lesquelles on leur fournissait un logement permanent ou tempo
raire et du travail
Le problème posé par la nécessité de trouver des zones établissements
pour le flot des immigrants été le point de départ du plan général de répar
tition de la population Le contrôle de tat sur habitat des immigrants
été instrument qui servi réaliser un nouveau plan aménagement du
territoire Non seulement on créé de nouveaux aspects sur la carte mais
les anciens patrons du peuplement ont été également transformés Appa
remment le problème purement théorique du meilleur projet de répartition
de la population dans espace est devenu en Israël aboutissement une
politique réelle et urgente Ce problème abord été pris en main par le
Service National du Plan National Planing Department) rattaché aujour
hui au Ministère de Intérieur créé immédiatement après la fondation de
tat Israël Plus tard le plan de répartition de la population est devenu
une des bases de la politique générale du gouvernement fig 1)
Types de répartition du peuplement urbain dans le monde
Les planificateurs Israël ignoraient pas les différents types de réparti
tion du peuplement urbain dans le monde
Tout abord celui de Europe centrale et occidentale un tissu serré
de centres hiérarchisés dont les dimensions sont très variées allant du marché
rural la métropole Ce type urbain est développé lentement au cours
des siècles qui ont précédé âge industriel De nombreux savants en parti
culier Christaller et Loesh ont essayé de découvrir les lois qui déterminent
ordre spatial de ce type occupation
Dans les pays population clairsemée on rencontre un autre type de
répartition du peuplement Un important contingent Européens origine
surtout urbaine été absorbé Des pays comme Argentine Uruguay
Australie la Nouvelle-Zélande offrent des exemples typiques de ce mode
occupation Nous qualifierons ce genre occupation du sol de polaire
ou marginal le flot des immigrants étant absorbé surtout par les grandes
villes qui jouent le rôle de pôles attraction et par les zones métropolitaines
de la côte la limite des régions géographiques Des villes comme Buenos
Aires Montevideo Sydney et Melbourne ont intégré un nombre croissant
immigrants sans que les autres parts du pays profitent de cet apport Les LA PARTITION DE LA POPULATION EN ISRAEL 291
villes petites et moyennes ne sont que faiblement développées Les relations
ville-campagne se présentent ici comme un lien entre deux pôles la grande
agglomération une part et la zone rurale peuplement clairsemé autre
part
Les anciennes colonies qui forment hui la plus grande partie des
pays sous-développés offrent pas un aspect différent On retrouve le
même contraste accentué entre les districts ruraux de arrière-pays sous-
développé dont la population est parfois très dense) privés totalement de
centres urbains et les fortes concentrations humaines de quelques villes
importantes et particulièrement des ports de mer Ces centres ont pour origine
le débouché extérieur du commerce de Europe auquel ajoute la présence
industries de transformation et de administration étrangère Dakar
Abidjan et Lagos en sont des exemples typiques
volution du peuplement juif en Palestine
évolution du dans le secteur israélite de Palestine sous le
mandat britannique est effectué de fa on très différente vers un type
polaire accentué Cette évolution été conditionnée non seulement par
ensemble des lois qui gouvernent les types de développement des pays
absorbant immigration mais par des conditions locales la fois sociales
politiques et idéologiques Les colonies rurales collectives kibbutzim et
coopératives moshavim du secteur juif dont influence été considérable
sur la vie politique et économique du pays envisageaient avec réticence et
hostilité la fondation un centre urbain dans la zone rurale La seule tenta
tive de création une ville nouvelle Affula dans la région rurale de la
vallée de Jezreel eu lieu sous le mandat britannique 1925-1926 Elle
échoué en grande partie cause de attitude négative une partie de hin
terland rural composé de kibbutzim et de moshavim
Le marché des produits agricoles et approvisionnement des peuplements
ruraux ont pris très tôt un caractère extrême centralisation Les simples
kibbutzim et moshavim étaient directement reliés aux grandes villes de
Jérusalem Tel Aviv et Haïfa ne laissant aucun rôle aux centres urbains
de petite et moyenne importance
Dans cette période les investissements privés se consacraient édifica
tion de Tel Aviv et Haïfa et étaient nullement tentés par autres centres
de peuplement Ainsi presque toutes les activités industrielles commerciales
administratives ou culturelles étaient concentrées dans villes
Les moyennes et petites agglomérations étaient politiquement inexis
tantes Les grandes colonies basées sur les plantations orangers de la région
littorale étaient les seules dont la population augmentait et
qui montraient une évolution graduelle vers urbanisation
la création de tat Israël en mai 1948 704 100 de la population
juive totale étaient concentrés dans les centres urbains de Jérusalem Tel
Aviv et Haïfa et leurs faubourgs immédiats 795 100 de la ANNALES DE OGRAPHIE 292
juive vivaient dans le centre de la région côtière correspondant aux circons
criptions administratives actuelles de Haïfa Tel Aviv et Ramle District
central)
Concentration polaire ou dispersion régionale
Sous le protectorat britannique la majorité de opinion publique juive
considérait le type polaire de peuplement comme parfaitement adapté
âge de la technique On pensait que les moyens de transports modernes ne
justifiaient pas existence de villes moyennes et petites en tant inter
médiaires entre le peuplement rural et les grandes villes
Un cercle très limité de spécialistes du planning urbain et rural considérait
ces mêmes faits de fa on différente Ils pensaient que le caractère accentué
de concentration polaire du type de peuplement ne constituait nullement un
avantage mais au contraire une faiblesse ou du moins un phénomène de
transition correspondant un stade pionnier de la colonisation après
eux un développement plus avancé du pays et une augmentation démogra
phique conduisaient un type occupation plus articulé Ils penchaient
vers un modèle se rapprochant de celui de Europe occidentale avec sa
structure hiérarchisée de types de peuplement
Les raisons de leur attitude étaient de natures différentes Elles englo
baient la fois des considérations théoriques et idéologiques et des points
de vue pratiques ordre politique économique et social Les partisans du
régionalisme penchaient vers la création de petites régions équilibrées
dans lesquelles les relations étroites et la coopération entre les établissements
urbains et ruraux joueraient un rôle essentiel Le souvenir de la crise écono
mique mondiale de 1928-1932 était encore présent la mémoire Des régions
mixtes dans lesquelles la campagne et la ville entretiendraient des rela
tions étroites offraient cette époque plus de résistance la régression
économique et au chômage En outre le désir amener les immigrants le
plus près possible de la terre jouait aussi en faveur de cette solution Puis
on avait reconnu depuis longtemps que agriculture en elle-même avait
des capacités absorption limitées des peuplements semi-ruraux et des centres
urbains de petites et moyennes dimensions étaient considérés comme le
meilleur mode intégration des nouveaux venus opposé au mode des grandes
agglomérations urbaines caractère de métropole cosmopolite
Ces considérations idéologiques de base qui donnaient une certaine ten
dance entreprise allaient de pair avec des raisons purement pratiques
La nécessité urgente un peuplement rapide et intensif des nouvelles régions
éloignées faible densité imposait avant tout On admettait que agricul
ture israélienne très avancée du point de vue technique et scientifique ne
pouvait absorber un nombre limité de colons nouveaux est pourquoi les
planificateurs se trouvaient en face de la nécessité de développer en même
temps la colonisation rurale et le peuplement urbain était le seul moyen
augmenter le peuplement des districts extérieurs Ainsi le principe de LA PARTITION DE LA POPULATION EN ISRAEL 293
dispersion de la population est devenu le principal cri de guerre de la politique
de planification du peuplement Les possibilités emplois dans ces régions
éloignées étaient également disséminées et consistaient principalement en
emplois dans les grands travaux de développement comme irrigation le
reboisement la bonification la construction des routes la colonisation et
partiellement le travail agricole salarié Pour tirer le meilleur parti de ces
différents emplois en faveur une colonisation permanente de la région il
faut envisager la concentration de la main-d uvre sur un certain nombre
de points ce qui implique existence un nombre relativement élevé agglo
mérations urbaines et semi-urbaines
HISTORIQUE DES PROJETS DE PARTITION
Les premiers projets de répartition de la population préparés par le Service
National du Plan en 1949 1952 et 1954 supposaient que le type de peuple
ment dit polaire serait complété et partiellement transformé par la créa
tion de stades intermédiaires entre les deux pôles de la cellule rurale de
base le village moshav et la grande ville
Au premier échelon le centre rural des services devait approvisionner
ou villages moshav coopératifs Ces agglomérations avaient pas de
raison être pour les kibbutzim collectifs qui possédaient leurs propres
ateliers et leurs institutions sociales et culturelles La population de chaque
centre rural élèverait quelques centaines de personnes artisans employés
éducateurs
Le second échelon serait constitué par un centre semi-urbain de 000
10 000 habitants destiné assurer les services pour un petit district rural de
12 20 km de diamètre Cette agglomération devrait renfermer un grand
nombre ateliers les services et les institutions nécessaires la région et
même quelques usines en particulier dans les branches des services de in
dustrie de transformation La main-d uvre pour le travail agricole la cons
truction et les travaux nécessaires au développement du district serait prise
dans ce centre
Le troisième degré serait composé par une ville de dimensions moyennes
15 000 60 000 habitants) abritant les institutions régionales et les services
pour une région plus étendue et avant tout un centre industriel comprenant
différentes branches qui ne dépendraient pas forcément des ressources régio
nales
videmment ce projet tout théorique était seulement destiné guider
entreprise de planification Le tableau schématique été souvent modifié
et complété au cours des derniers plans et encore plus au moment de la
réalisation
De 1949 1963 des projets ensemble établis pour une période de 10
20 ans ont été successivement établis et corrigés par le Service National du ANNALES DE OGRAPHIE 294
Plan Ces différentes ébauches avaient guère de chance être appliquées
on les considérait plutôt comme des hypothèses destinées faciliter le travail
et proposant une répartition optimum de la population qui avait quelque
chance être réalisée un jour Ces projets devaient servir la fois aboutis
sement et de point de départ pour la planification
Les objectifs immédiats de ces schémas étaient les suivants
Servir ossature et de point de départ pour déterminer les buts démo
graphiques du plan principal prévu pour chaque ville
Aider fixer la localisation et les dimensions des différentes institu
tions et des services publics dans la mesure où elles dépendraient du nombre
habitants prévu par exemple les écoles les centres sanitaires les adduc
tions eau les projets égouts les postes la police etc
Guider les mesures politiques qui ont un effet direct sur la répartition
actuelle de la population telles que les quotas pour le logement des immi
grants ou emplacement des entreprises industrielles qui re oivent aide de
tat
Comme nous avons déjà vu la politique de dispersion de la population
été réalisée surtout au moyen de la localisation des unités habitation
destinées aux immigrants Le nombre des logement qui devaient être édifiés
et leur répartition dans les pays étaient fixés avant le début de année fiscale
Le quota des unités habitation était déterminé pour un grand nombre de
districts et de villes en fonction du nombre immigrants ils pouvaient
absorber Les objectifs des projets de répartition de la population ont servi
de point de départ tandis que la décision concernant le nombre final unités
habitation était fortement influencée par les possibilités emplois dans
les régions considérées
Les centres urbains et régionaux qui sont destinés former une hiérar
chie de planifiés ont des origines différentes Les plus importants
ont pour base
Colonies basées sur les plantations orangers de la zone côtière comme
Baderà Kfar Saba ou Rehoboth Le processus urbanisation avait déjà
commencé sous le mandat britannique Il été considérablement accéléré
par arrivée des immigrants qui suivi la création de tat Israël
Les villes historiques dont origine remonte époque biblique qui
sont profondément enracinées dans le milieu naturel et historique environ
nant Un grand nombre de ces villes sauf Tibériade et Safed était peuplé
Arabes sous occupation britannique Au moment de indépendance
Israël une grande partie de la population origine quitté le pays elle
été remplacée aussitôt par des immigrants juifs Cependant quelques-unes
de ces cités Acre Ramle Lydda conservent des noyaux arabes alors que
Nazareth et Shafa-Amr ont gardé leur caractère de villes essentiellement LA PARTITION DE LA POPULATION EN ISRAEL 295
arabes On peut citer dans cette catégorie Safed Tibériade Nazareth
Shafa-Amr Beth-Shean et Acre dans le Nord Lydda Ramle et Yavne dans
le centre et Ashkelon et Beer-Sheva dans le Sud
Des créations urbaines entièrement nouvelles des seize dernières années
dont le nombre dépasse de beaucoup celui des deux premiers groupes Dans
le cas où emplacement des villes nouvelles était voisin un site biblique
elles ont re le nom historique correspondant Par exemple Hazor Beth-
Shemesh et Eilat
Nous pouvons considérer comme villes nouvelles un certain nombre de
centres rattachés aux deux premiers groupes étant donné que leur extension
et leur peuplement ont largement dépassé la valeur ils avaient sous le
mandat britannique
Entre 1949 et 1963 on fixé le site et procédé la fondation de plus
de 20 villes et centres régionaux Des programmes de développement ont
été préparés un plan ensemble été élaboré et la construction été entre
prise Cette période de fondation est pas encore terminée
Kiryat-Shmone 1950 et Hazor 1952 ont été créées en Haute-Galilée
Migdal-Emek 1952) Shlomi 1956) Maalot 1956 et récemment Karmiel
1963 en Galilée centrale et occidentale Beth-Shemesh 1950) au pied des
collines de Judée Kiryat Malahi 1951) Ofkim 1953) Kiryat-Gat 1955)
Ashdod le second port Israël sur la Méditerranée et Netivot 1956 dans
le Sud de la plaine de Judée Dans le désert sauvage du Negev on vu
élever Eilat sur les bords du golfe Akaba mer Rouge qui représente
la fenêtre Israël sur Afrique et Extrême-Orient Yeruham 1952)
Mizpe-Rimon 1955) Demona 1956 et Arad 1961 qui commande le désert
de Judée et la région de la mer Morte Quelques sites de villes nouvelles en
particulier dans le Negev ont été retenus pour avenir
Le processus urbanisation en Israël est original particulièrement en ce
qui concerne les villes nouvelles Dans la plupart des cas surtout avant 1960
édification une ville précède de deux ou trois ans parfois davantage la
création de ses industries de base La construction les débuts du développe
ment et parfois le travail agricole salarié fournissent des emplois temporaires
aux colons pendant la première phase pionnière de la ville nouvelle Les pre
miers gros travaux publics étaient pris en main par le gouvernement et
Agence Israélite Des capitaux de sources étrangères ont rendu possible
la fondation de telles villes précoces
Le postulat de base après lequel la construction une ville peut être
un phénomène préalable et que les emplois industriels de base peuvent être
ajoutés ensuite en vertu du principe bientôt reconnu en Israël de indépen
dance de industrie par rapport au site géographique explique ce compor
tement emplacement des industries légères peut être choisi arbitrairement
pourvu il ait une route que eau électricité et la main-d uvre soient
assurées 296 ANNALES DE OGRAPHIE
On reconnaissait cependant que la répartition spatiale de la population
qui correspondait dans la pratique fixer délibérément emplacement de
villes nouvelles était le point principal car la localisation des industries
adapterait toujours au schéma préalable de la répartition du peuplement
Le site un grand nombre de centres urbains nouveaux fut cependant déter
miné de fa on faciliter les futures implantations industrielles
En principe les villes nouvelles étaient placées au centre de petites régions
Ces régions au nombre de 24 furent désignées par le Plan National sous le
nom de Districts de planification Leurs limites étaient établies par la
synthèse un certain nombre de facteurs physiques et humains Les zones
influence possible des centres urbains existants et prévoir étaient égale
ment prises en considération Il est utile de mentionner que les limites de ces
petites régions ont servi comme base pour la division administrative Israël
en Districts et 14 Sous-Districts Les frontières furent ainsi influencées par
aménagement du territoire du pays
III FACTEURS TERMINANT LE SITE URBAIN
Deux conceptions de base ont alternativement influencé la détermination
du site des villes nouvelles et extension de celles qui existaient déjà dessi
nant ainsi la carte de occupation urbaine du pays La première appuyait
sur les facteurs physiques climat topographie paysage sol Sous le climat
subtropical qui règne en Israël dans lequel la température humidité et
exposition aux vents varient beaucoup sur de courtes distances de meilleures
conditions climatologiques se traduisent par un rendement plus élevé du tra
vail industriel et des conditions de vie plus agréables La nature du sol est
considérée comme un facteur décisif non seulement en raison du prix des
fondements mais surtout en vertu du principe qui consiste garder pour
agriculture des sols de valeur susceptibles de convenir la culture intensive
les soustrayant ainsi expansion urbaine
application de ces idées souvent conduit dédoubler les villes est
le cas en particulier pour Aflu et Tibériade Le premier Aflu Affula-
Bas été créé en 1925 sur le sol noir et lourd de la vallée de Jezreel dans
assez mauvaises conditions climatiques Le récent Aflu a-Haut date de 1950
On choisi pour site les pentes du mont Moreh km de la première ville
Le climat et la situation sont beaucoup plus agréables Le cas de Tibériade
est identique ancien Tibériade-Bas est situé 200 au-dessous du niveau
de la mer sur les bords du lac du même nom La ville est connue pour son
climat chaud Elle été supplantée en 1952 par Tibériade-Haut sur un pla
teau quelques kilomètres plus ouest et 200 au-dessus du niveau de