Comment les serpents ont perdu leurs pattes

Comment les serpents ont perdu leurs pattes

Documents
2 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Comment les serpents ont perdu leurs pattes Il n'existe que 3 spécimens de serpents à pattes fossiles pour lesquels les os du bassin et des membres sont préservés.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 avril 2011
Nombre de visites sur la page 24
Langue Français
Signaler un problème
Comment les serpents ont perdu leurs pattes

Il n'existe que 3 spécimens de serpents à pattes fossiles pour lesquels les os du bassin et des membres sont préservés. Eupodophis descouensi, le serpent fossile étudié par l'équipe de chercheurs*, a été découvert il y a 10 ans au Liban dans des roches vieilles de quelque 95 millions d'années. Long d'environ 50 cm, il présente une petite patte, longue d'environ 2 cm, et reliée au bassin de l'animal. C'est un fossileclé pour comprendre l'évolution des serpents, puisqu'il témoigne d'un stade d'évolution intermédiaire où les serpents n'avaient pas encore perdu les pattes qu'ils ont hérité de leurs ancêtres lézards. Bien que le fossile n'expose en surface qu'une seule patte, on présumait que la seconde était dissimulée dans la roche elle-même, ce qui a été confirmé grâce à sa visualisation en détail grâce aux rayons X.

Les images haute résolution en 3D, et en particulier les détails précis de la patte enfouie, suggèrent que cette espèce a perdu ses pattes via une croissance soit plus lente, soit plus courte. Les données concernant la patte cachée, pliée au niveau du genou, révèlent aussi la présence de seulement 4 os de la cheville et l'absence d'os du pied et d'orteils. « La mise au jour de la structure interne des membres postérieurs d'Eupodophis nous permet d'étudier le processus de régression des membres au cours de l'évolution des serpents », note Alexandra Houssaye.

Les scientifiques ont eu recours à la laminographie par synchrotron, une technique d'imagerie récente spécialement développée pour l'étude d'échantillons plats, allongés dans une direction. Cette technique est similaire à la tomographie assistée par ordinateur (CT), employée dans de nombreux hôpitaux, mais utilise un rayonnement synchrotron cohérent pour atteindre un niveau de détail de l'ordre de quelques micromètres - soit 1000 fois plus petit qu'avec un CT scan d'hôpital. Avec cette nouvelle technique, le fossile est en rotation selon un angle incliné au cours de son exposition au rayonnement X à très haute énergie ; des milliers d'images en deux dimensions sont enregistrées alors que le fossile fait un tour complet sur luimême. Une reconstitution en 3D et en haute résolution est réalisée à partir de la reconstruction de ces images ; elle fait apparaître les détails cachés tels que la structure interne des pattes.

« Les énormes machines que sont les synchrotrons nous permettent d'accéder à un niveau de détails microscopiques invisibles que l'on ne peut atteindre avec d'autres techniques sans endommager ces inestimables spécimens fossiles », indique Paul Tafforeau de l'ESRF, co-auteur de l'étude.

*L'équipe de chercheurs, menée par Alexandra Houssaye, du Centre de Recherche sur la paléobiodiversité et paléoenvironnements (Muséum national d'Histoire naturelle/CNRS/UPMC), compte des scientifiques de l'European Synchrotron Radiation Facility (ESRF - Installation Européenne de Rayonnement Synchrotron) à Grenoble, où a été réalisée l'imagerie par rayons X, et du Karlsruhe Institute of Technology (KIT), en Allemagne, où ont été développés à la fois la technique sophistiquée et l'instrument spécifique à l'acquisition des images.