France 5 Médias le mag Françoise Laborde
7 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

France 5 Médias le mag Françoise Laborde

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
7 pages
Français

Description

France 5 Médias le mag Françoise Laborde

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 146
Langue Français

Exrait

Tous droits réservés
TNS
FRANCE 5
MEDIAS, LE MAGAZINE – Le 07/03/2009 – 12 :03 :10
Thème
: Opération Rose Marie-Claire
Invitées : Françoise LABORDE, CSA
Maïtena BIRABEN, La Matinale
T
HOMAS
HUGUES
Elle a quitté FRANCE TELEVISIONS il y a six semaines pour devenir
membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Elle présente avec succès la
Matinale de CANAL+ depuis la rentrée. Françoise LABORDE et Maïtena
BIRABEN sont là pour parler de la scolarisation des petites filles. C’est
l’opération la Rose Marie-Claire, à l’occasion de la Journée internationale des
Droits de la femme. Bonjour, merci à toutes les deux d’être là. Il faut rappeler
qu’il y a beaucoup d’autres animatrices, journalistes de CANAL+, de toutes les
chaînes, qui sont marraines de l’opération. C’est quoi précisément Françoise La
Rose Marie-Claire ?
F
RANÇOISE
LABORDE
La Rose Marie-Claire, c’est une opération qui permet à des petites filles
d’être scolarisées dans des pays où souvent hélas on considère que l’éducation
des filles passe après celle des garçons, ce qui a été vrai d’ailleurs dans la
plupart des pays y compris le nôtre, il n’y a pas si longtemps que ça. Et donc
l’opération La Rose Marie-Claire permet de financer des écoles pour ces petites
filles, alors au Cambodge, au Bénin et en contrepartie aussi d’aider un peu les
familles parce qu’évidemment une petite fille qui va à l’école, elle a moins
d’activité économique. Et le but à terme, c’est de permettre à ces petites filles
d’avoir des responsabilités dans le pays.
T
HOMAS
HUGUES
Et pour aider ces petites filles, il suffit d’acheter une rose dans les six
milles points de vente associés à l’opération. Cambodge, Bénin, vous l’avez dit ;
il y a aussi des bourses d’études en France, c’est ça.
M
AÏTENA
BIRABEN
Il y a des boursières ici qui sont aidées pour dépasser le plafond de
verre. Il y a 200 millions de petites filles, c’est le chiffre officiel, qui n’arrivent pas
à aller à l’école ; 300 millions, c’est le chiffre officieux.
T
HOMAS
HUGUES
Françoise LABORDE, le fait d’entrer au CSA, vous pouvez continuer de
participer à ce type de parrainage, d’opération ? Ca ne change rien ?
F
RANÇOISE
LABORDE
Bien sûr, ça n’enlève rien à la citoyenneté, grâce au ciel. Mais je veux
dire que moi j’aime bien être sur des choses très concrètes. Et en plus je trouve
que tout ce qui permet d’aider les enfants, c’est un peu nian nian, mais ce n’est
pas grave je l’assume, c’est quand même notre avenir et l’espoir de l’humanité.
T
HOMAS
HUGUES
Et vous êtes chargé de la protection de l’enfance, entre autres, au CSA.
Avec six semaines de recul, heureuse, pas de regret, ça se passe bien ?
F
RANÇOISE
LABORDE
Très, très heureuse. Non, non, je n’ai aucun regret.
T
HOMAS
HUGUES
Mais pourquoi vous êtes partie ? Vous vous sentiez moins bien à
FRANCE TELE ?
F
RANÇOISE
LABORDE