//img.uscri.be/pth/294cef802b60a2e28cae95ee6dc01bc678f6c2ab
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Grands clubs cherchent repreneurs

1 page

Grands clubs cherchent repreneurs 2005, soirée de liesse au Stade de France. Le Racing Club de Strasbourg remporte la seconde Coupe de la Ligue de son histoire. Une euphorie passagère qui précède un déclin sportif et financier fatal.

Publié par :
Ajouté le : 04 juin 2011
Lecture(s) : 6
Signaler un abus
Grands clubs cherchent repreneurs
2005, soirée de liesse au Stade de France. Le Racing Club de Strasbourg remporte la seconde Coupe de la Ligue de son histoire. Une euphorie passagère qui précède un déclin sportif et financier fatal. Réputé pour l'instabilité chronique de ses équipes dirigeantes et relégué en National, le club alsacien joue sa survie en tentant de remonter en Ligue 2. Après avoir acquis le club en décembre 2009 pour 1,909pour1,9 million d'euros, Jafar Hilali laisse planer la menace d'un dépôt de bilan lié à de fortes dettes. Excédé par les ingérences municipales, le propriétaire londonien a mis en vente le RC Strasbourg pour une somme de 10 millions d'euros. «Cette somme demandée est irréelle pour un club de National déplore Jonathan Helbling. Attristé par la situation du club, ce jeune homme est à l'origine du projet de rachat du RC Strasbourg par les supporteurs : tous unis avec le racing. «g.«À l'instar du modèle de socios espagnols, l'idée est de trouver un actionnaire potentiel qui souhaite racheter le club en ouvrant le capital aux supporteurs». En contact avancé avec un repreneur qui veut garder l'anonymat, Jonathan Helbling entend recueillir près de 1 million d'euros de la part des supporteurs via le système de dons. ««Nous ressentons un réel intérêt du public pour cette opération. Il s'agit de définir au plus vite la meilleure forme juridique pour peaufiner notre projet d'ici la fin de saison», poursuit-il.
À Nantes, la rupture entre les supporteurs et l'équipe dirigeante est consommée. Jadis reconnus pour leur fair-play, les supporteurs canaris ne cachent plus leur exaspération et en viennent, pour une infime minorité d'entre eux, à commettre des dégradations comme celles constatées en avril dernier au stade de la Beaujoire. Une action condamnée par l'association à la nantaise, qui regroupe plus de 1.800 amoureux du FC Nantes. «Nous nous inscrivons dans une démarche positive et fédératrice. Nous prônons un discours en faveur de la promotion de valeur et d'éthique, bien loin du cynisme ambiant du football moderneoderne», commente président de l'association Florian Le Teuff. Se positionnant comme un laboratoire d'idées, la structure associative entend devenir une force de gestion par le biais d'un projet d'actionnariat populaire. «Nous avons mené une enquête auprès de nos adhérents. Ces derniers », sont prêts à investir 3 millions d'euros sur 10 ans pour épauler un investisseur de taille qui serait susceptible de reconstruire le club en s'appuyant sur la culture historique et identitaire du club», se félicite-t-il. «-t-il.«Contrairement aux idées reçues, il n'y aucun obstacle juridique et la structure associative s'avère la meilleure forme possibleossible», poursuit-il. De côté, le président du club, Waldemar Kita, a laissé choir le murmure du silence. Il n'est pas le seul à vendre. À Angers, le SCO détenu par Willy Bernard, se négocierait autour de 2 millions. Et l'on parle aussi de la cession de l'Olympique Nîmois rétrogradé en National. Au moment où le Crédit Agricole du Nord vient de prendre la majorité du RC Lens à la faveur d'une augmentation de capital de 6 millions.