Interview de Benoît Kandel, Président de la SEMIACS, Premier Adjoint de la Ville de Nice
1 page
Français

Interview de Benoît Kandel, Président de la SEMIACS, Premier Adjoint de la Ville de Nice

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Interview de Benoît Kandel, Président de la SEMIACS, Premier Adjoint de la Ville de Nice En votre qualité de Premier Adjoint de la Ville, et sous l'impulsion de

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 avril 2011
Nombre de lectures 18
Langue Français
Interview de Benoît Kandel, Président de la SEMIACS, Premier Adjoint de la Ville de Nice

En votre qualité de Premier Adjoint de la Ville, et sous l'impulsion de Christian ESTROSI, Ministre de l'Industrie, Maire de Nice, pourriezvous nous dresser en quelques mots quelles sont les orientations de la collectivité en faveur des voitures écologiques ?

Le grand projet est de faire de Nice une écocité exemplaire aux bords de la méditerranée. Il s'agit à la fois de réduire les flux de circulation, et les problèmes de pollution associés.

Pour exemple, nous avons accordé dès le 1er juin 2009 la gratuité du stationnement en voirie à tous les véhicules zéro émission carbone : électriques, air comprimé, ...

Christian Estrosi a également souhaité faire de Nice la première grande ville de France à disposer d'un réseau de voitures électriques en autopartage. A partir du 1er semestre 2011, une cinquantaine de voitures électriques seront déployées sur Nice Cote d'Azur, avec une possibilité d'extension en fonction des premiers résultats.

Nous travaillons en parallèle sur l'intermodalité, avec le développement des pistes cyclables, les vélos bleus, la construction de deux nouvelles lignes de tramway, ou même pour les transports collectifs, l'intégration de 20% de carburant propre dans les réservoirs des bus niçois. Enfin, nous avons un grand projet de stationnement intelligent en voirie, qui permettra aux automobilistes un guidage à la place, ce qui limitera bien entendu le temps pour trouver une place, et donc la pollution. Nous souhaitons développer une première partie du système en 2012, puis la totalité en 2013.