Le pôle des énergies renouvelables
2 pages
Français

Le pôle des énergies renouvelables

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Le pôle des énergies renouvelables DERBI comme Développement des Energies Renouvelables dans le Bâtiment et l'Industrie. Tout un programme... Créé en 2005 en région Languedoc-Roussillon, il coordonne les différents acteurs de l'énergie renouvelable, dans un souci d'efficacité exigé par les accords de Kyoto. Le défi est majeur, l'objectif à la fois ambitieux et nécessaire : diminuer par quatre les émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2050. Avec une étape intermédiaire en 2020, date à laquelle 20% de l'énergie produite dans l'union européenne devra être d'origine renouvelable. Des changements aussi fondamentaux, à une échelle aussi large, réclament une restructuration de la manière de penser l'énergie, une révolution culturelle qui ne peut se faire sans mettre en commun les idées et le savoir-faire de tous les acteurs concernés. Faciliter l'accès des entreprises C'est là qu'intervient le pôle de compétitivité DERBI. En associant public et privé, recherche et développement, c'est peut-être bien en Languedoc-Roussillon que se joue l'avenir de l'énergie renouvelable en France. Ce n'est sans doute pas un hasard quand on sait que cette région française dispose du plus gros budget « énergies renouvelables » par habitant.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 avril 2011
Nombre de lectures 9
Langue Français
Le pôle des énergies renouvelables

DERBI comme Développement des Energies Renouvelables dans le Bâtiment et l'Industrie.

Tout un programme...

Créé en 2005 en région Languedoc-Roussillon, il coordonne les différents acteurs de l'énergie renouvelable, dans un souci d'efficacité exigé par les accords de Kyoto.

Le défi est majeur, l'objectif à la fois ambitieux et nécessaire : diminuer par quatre les émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2050. Avec une étape intermédiaire en 2020, date à laquelle 20% de l'énergie produite dans l'union européenne devra être d'origine renouvelable. Des changements aussi fondamentaux, à une échelle aussi large, réclament une restructuration de la manière de penser l'énergie, une révolution culturelle qui ne peut se faire sans mettre en commun les idées et le savoir-faire de tous les acteurs concernés.

Faciliter l'accès des entreprises C'est là qu'intervient le pôle de compétitivité DERBI. En associant public et privé, recherche et développement, c'est peut-être bien en Languedoc-Roussillon que se joue l'avenir de l'énergie renouvelable en France. Ce n'est sans doute pas un hasard quand on sait que cette région française dispose du plus gros budget « énergies renouvelables » par habitant.

L'objectif du pôle est triple : accroitre son expertise et sa pérennité dans la région, contribuer à l'émergence d'une véritable filière des énergies renouvelables, et bien sûr faciliter l'accès des entreprises, quelles qu'elles soient, aux compétences scientifiques et technologiques régionales. Parallèlement, développer l'emploi lié à ce secteur. Un enjeu de taille ! Cette association (le pôle DERBI est juridiquement une association loi 1901) regroupe aujourd'hui plus de 150 adhérents. Sa mission de mise en relation des acteurs du secteur se retrouve logiquement dans la composition de son effectif, et dans son organisation en trois collèges : entreprises, enseignement supérieur et recherche, partenaires institutionnels.

Plusieurs institutions bien connues, que l'on n'imaginerait pas faire l'impasse sur cette opportunité, participent au pôle. Les antennes régionales du CNRS, ou encore de l'ADEME, sont présentes depuis l'origine. Même chose pour l'Université de Perpignan, ou encore le CEFIIM (Centre d'Etudes de Formations, d'Informations, et d'Innovations Méditerranéen), membres fondateurs, au côté de plusieurs entreprises.

La main droite parle enfin à la main gauche. On s'étonne presque qu'une structure telle que le pôle de compétitivité DERBI n'existe que depuis 2005.

La demande, et l'offre, en termes d'énergie renouvelable existe depuis bien plus longtemps. Et même si le mouvement a pris un essor particulier avec l'accroissement des problèmes environnementaux, il restait à mettre en place une meilleure connexion, une meilleure réactivité entre l'offre et la demande, indispensable aujourd'hui. Raisonner en termes d'offre et de demande peut sembler contradictoire, dans la mesure où le « marché » est partiellement responsable des excès d'une industrie historiquement polluante. C'est donc une raison de se réjouir : plutôt que de déconstruire violemment l'organisation en place, le développement durable a infiltré les logiques économiques pour mieux les changer de l'intérieur. Le simple fait d'associer les mots « compétitivité » et « énergies renouvelables » est une victoire pour l'environnement.

La demande dans le domaine provient de nombreux acteurs, aux profils variés. Les professionnels du BTP sont évidemment présents, ainsi que les bureaux d'études, les prescripteurs, particulièrement importants en amont des projets ; mais aussi des entreprises liées à l'énergie solaire ou à des énergies plus traditionnelles. Fait important, les collectivités locales sont également très représentées, leur besoin en expertise étant croissant.

L'offre y gagne également. Pour un universitaire, choisir et justifier un axe de recherche afin d'obtenir des moyens est désormais chose beaucoup plus aisée. Désormais, au sein du pôle de compétitivité, la pertinence de toute idée peut être testée en prise directe avec les acteurs économiques. Ces allers-retours entre chercheurs et entrepreneurs permettent d'affiner et d'optimiser la poursuite des recherches.

Les projets Le pôle de compétitivité DERBI affiche sa participation à trois types de projets. Ce sont des projets collaboratifs de recherche et développement, des projets action diffusion (axés méthodologie), et des projets de formation.

Les membres et partenaires sont sollicités lors d'appels à projets, les sélectionnés obtenant le label « Pôle de compétitivité DERBI », précieux sésame offrant des facilités utiles pour un entrepreneur. Le nerf de la guerre, c'est-à-dire le financement, est dès lors facilité, aussi bien au niveau régional que national.

L'ADEME, OSEO, l'ANR sont autant d'agences nationales qui jettent un oeil bienveillant sur les projets porteurs du label. Autre avantage, et non des moindres, la visibilité du projet est améliorée, ce qui peut s'avérer décisif dans un secteur où la concurrence devient de plus en plus féroce. Troisième avantage crucial pour les entreprises : l'accompagnement. Disposer de la bonne information au bon moment peut changer la donne et transformer un simple projet en réussite majeure. Avec six appels à projets par an, les occasions d'obtenir ce label sont récurrentes, à condition que les dossiers déposés par les entreprises soient conformes aux objectifs du pôle.

Le montant des investissements des projets labellisés devrait atteindre dette année 287,5 millions d'euros. Une somme respectable, quoique sans commune mesure avec les sommes colossales générées par le secteur de l'énergie dans son ensemble. N'oublions pas que nous sommes ici dans une logique de développement, de recherche appliquée. Selon l'adage consacré, quand on n'a pas de pétrole on a des idées ; en l'occurrence des idées meilleures que le pétrole.