Le Top 14 est-il faussé ?
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
3 pages
Français

Description

Le Top 14 est-il faussé ? Montpellier, privé de nombreux internationaux, vit un début de saison très compliqué. En Top 14, ce sont plus de 90 joueurs qui ont validé leur billet pour la Coupe du monde et sont plus de 100 en comptant ceux qui fréquentent divisions inférieures. Le championnat a repris fin alors que la Coupe du monde a démarré le 9 septembre. Deux événements parfaitement distinct mais ont pourtant une incidence sur la vie journalière clubs de rugby. En voyant partir leurs joueurs, les entraîneurs étaient parfaitement au courant des manques dans les effectifs et des problèmes engendrés l'absence de titulaires. La difficulté est donc de trouver le bon équilibre durant les trois à quatre mois les internationaux de la préparation de la saison l'engagement dans la compétition. Les budgets des ne permettent pas forcément de faire appel à escouade de joueurs pour remplacer les absents. clubs peuvent tout de même faire appel à un joker Coupe du monde. Une aide symbolique mais ô combien nécessaire pour les clubs pillés par les sélections. clubs font contre mauvaise fortune bon coeur en jouant avec les jeunes. Une aubaine pour certains qui tenter de profiter de ces carences ponctuelles se faire enfin une place au soleil. Avec 12 joueurs absents, Toulouse et Clermont paient le plus lourd tribus au déroulement du championnat durant la Coupe monde. Montpellier vient ensuite avec 11 joueurs et ce club qui a le plus de mal depuis la reprise.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 17 septembre 2011
Nombre de lectures 24
Langue Français

Exrait

Le Top 14 est-il faussé ?

Montpellier, privé de nombreux internationaux, vit un début de saison très compliqué.

En Top 14, ce sont plus de 90 joueurs qui ont validé leur billet pour la Coupe du monde et sont plus de 100 en comptant ceux qui fréquentent divisions inférieures. Le championnat a repris fin alors que la Coupe du monde a démarré le 9 septembre. Deux événements parfaitement distinct mais ont pourtant une incidence sur la vie journalière clubs de rugby. En voyant partir leurs joueurs, les entraîneurs étaient parfaitement au courant des manques dans les effectifs et des problèmes engendrés l'absence de titulaires. La difficulté est donc de trouver le bon équilibre durant les trois à quatre mois les internationaux de la préparation de la saison l'engagement dans la compétition. Les budgets des ne permettent pas forcément de faire appel à escouade de joueurs pour remplacer les absents. clubs peuvent tout de même faire appel à un joker Coupe du monde. Une aide symbolique mais ô combien nécessaire pour les clubs pillés par les sélections. clubs font contre mauvaise fortune bon coeur en jouant avec les jeunes. Une aubaine pour certains qui tenter de profiter de ces carences ponctuelles se faire enfin une place au soleil. Avec 12 joueurs absents, Toulouse et Clermont paient le plus lourd tribus au déroulement du championnat durant la Coupe monde. Montpellier vient ensuite avec 11 joueurs et ce club qui a le plus de mal depuis la reprise. Les premiers matches des protégés de Fabien Galthié se sont soldés par deux défaites avec une qualité jeu très en deçà des attentes pour un club qui était finale du championnat en juin dernier. L'explication pas forcément à mettre sur le manque de profondeur des bancs de touches des équipes, mais peut paraître comme une explication possible. "Il est certain que quand on a 11 internationaux comme c'est le cas, on ne peut pas nier que notre effectif est grandement amputé. Les résultats sont attribuables à nos prestations", admet Eric Béchu coentraîneur de Montpellier. Chacun défend son pré carré dans cette situation. Globalement pour les entraîneurs, la Coupe du monde ne les empêche pas de jouer le championnat, mais ces derniers sont contraints de s'adapter. "On pourrait résonner de manière primaire en disant que les clubs ne sont pas respectés, maintenant l'équipe nationale est prioritaire et un événement comme la Coupe du monde peut développer le rugby, explique l'entraîneur vicechampion de France. C'est la seule compétition qui est regardée par le public. Il faut avoir une vue plus large que ses petits intérêts."

"L'ÉQUIPE DE FRANCE EST PRIORITAIRE"

Ces indisponibilités n'expliquent pas tout. Du côté de Toulon, la sévère défaite face à Clermont 0-17 a porté sérieux coup à Philippe Saint-André. Avec sept joueurs en moins, les Toulonnais sont passés au travers. Attendu comme le nouveau sélectionneur des Bleus après la Coupe du monde, Saint-André a eu du mal à cacher son manque d'implication sur le banc toulonnais. Les invectives lancées par Mourad Boudjellal par la suite ne sont évidemment pas faites pour rassurer les joueurs. L'arrivée de Bernard Laporte pourrait remettre le RCT dans le bon sens. A l'inverse, Clermont qui a douze internationaux en moins dans ses rangs s'en sort très bien. Tout comme Montpellier, club en profite pour lancer les jeunes talents du club. Cette culture de la formation n'est pas une nouveauté dans le club auvergnat. La hiérarchie ne s'en retrouvera pas pour autant bouleversée, mais ces pigistes d'un temps ont de sérieux atouts pour se substituer aux titulaires durant le Mondial. Il s'agit pour les clubs concernés d'aller chercher une motivation supplémentaire afin de trouver les ressources nécessaires pour s'imposer face à des adversaires eux aussi affaiblis ou pas. "Il y a plus d'une centaine d'internationaux qui sont concernés par la Coupe du monde. Cela change complètement le paysage, cela change les rapports de force, souligne Eric Béchu. Il y aura un championnat pendant la Coupe du monde et un championnat après la Coupe du monde." Pour certains clubs, il faudra attendre début octobre pour récupérer les joueurs et ainsi disposer d'un effectif cohérent et pour les autres qui réalisent une Coupe du monde parfaite avec leur pays devront patienter à la fin du mois. Avant de reprendre son cours normal, quatre journées sont encore à disputer dans ce championnat. Les clubs tireront un premier bilan des effets de ces carences après le Mondial.