Le ver plat peut régénérer son corps à partir d
2 pages
Français

Le ver plat peut régénérer son corps à partir d'une seule cellule !

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats PDF et ZIP

Description

Le ver plat peut régénérer son corps à partir d'une seule cellule ! La capacité des organismes à régénérer des parties du corps manquantes est l'un des grands mystères de la biologie. Les planaires sont des vers invertébrés d'eau douce qui sont un modèle de régénération classique.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 juillet 2011
Nombre de lectures 8
Langue Français
Le ver plat peut régénérer son corps à partir d'une seule cellule !

La capacité des organismes à régénérer des parties du corps manquantes est l'un des grands mystères de la biologie. Les planaires sont des vers invertébrés d'eau douce qui sont un modèle de régénération classique. Leurs capacités de régénération sont étonnantes: après décapitation, une nouvelle tête peut être régénérée en moins d'une semaine et un ver entier peut se reformer à partir d'un fragment de corps dont la taille n'excède pas 1/300e de la taille total de l'animal original.

Les planaires peuvent se reproduire de manière asexuée : ils se divisent alors en deux et les fragments manquants du corps sont ensuite synthétisés par les deux parties afin de former deux planaires entières. De plus, si les nutriments sont limités dans l'environnement de la planaire, une décroissance du ver plat peut être observée afin de maintenir le fonctionnement des systèmes vitaux.

Dans le Schmidtea mediterranea, un ver plat, certaines cellules en division, appelées néoblastes, ont longtemps été considérées comme essentielles pour la régénération des tissus du ver.

En 2008, des travaux de la même équipe avaient permis d'identifier les gènes régulant la polarité de régénération des planaires. En effet, les gènes Wnt régulent l'activité de la protéine Smed-ß-caténine 1 qui joue un rôle dans la régénération de la queue ou de la tête suivant sa concentration. Ces résultats montrent comment les animaux ayant des capacités de régénération "savent" où sont les tissus dégradés qui ont besoin d'être régénérés : côté tête ou côté queue. Les expériences menées dans l'étude ont démontré que non seulement les planaires adultes possèdent des cellules souches pluripotentes, connues sous le nom néoblastes clonogéniques, mais qu'une seule de ces cellules est capable de régénérer la planaire dans sa totalité.

Selon D. Wagner et I. Wang, c'est la première fois que des cellules souches pluripotentes sont observées chez un animal adulte. Ces cellules ont une capacité unique à se transformer en n'importe quel type de cellule, propriétés ayant des implications majeures pour le traitement des maladies issues de la dégénération de certains tissus. Chez l'homme, les cellules souches pluripotentes sont générées lors du développement embryonnaire et sont uniquement présentes dans l'embryon. Elles ont la capacité unique de se différencier en tout type de tissu. Les cellules souches retrouvées chez l'adulte, en revanche, ont un potentiel de différenciation plus limité, des cellules souches du sang ne pouvant donner naissance qu'aux cellules différenciées présentes dans le sang et n'ayant pas, par exemple, la capacité de se différencier en cellules neuronales : elles ont perdu leur pluripotence.

Dans un communiqué, le Dr. Wagner a déclaré que les planaires avaient résolu l'énigme de la régénération, mais les chercheurs doivent maintenant élucider le processus de régénération dans sa totalité. Ces travaux pourraient avoir des retombées importantes pour le traitement de maladies liées à la dégénérescence des neurones et tissus humains.