LES A-T-ON VU TROP BEAUX?
1 page
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
1 page
Français

Description

LES A-T-ON VU TROP BEAUX? "Les a-t-on vu trop beaux? Il faut croire que oui si on analyse le contenu des derniers matches des Verts. A Auxerre ils ont été transparents, insipides, face à Evian Thonon et Nice ils ont lâché sur leur pelouse face à un promu et une équipe qui joue le maintien...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 13 avril 2012
Nombre de lectures 18
Langue Français

Exrait

LES A-T-ON VU TROP BEAUX?

"Les a-t-on vu trop beaux? Il faut croire que oui si on analyse le contenu des derniers matches des Verts. A Auxerre ils ont été transparents, insipides, face à Evian Thonon et Nice ils ont lâché sur leur pelouse face à un promu et une équipe qui joue le maintien... avec la défaite dans le derby où ils n'ont pas existé ça fait beaucoup trop d'insuffisance pour une équipe qui aurait pu prétendre jouer le podium à un certain moment. Après cette série, il faut reconnaître que la Ligue des Champions n'est pas dans les cordes d'un groupe et d'une équipe qui n'est pas encore assez complète. Pour le reste, le fait qu'on aurait surestimé le potentiel des Verts, je pense que c'est un vieux débat qui est lié au passé riche et prestigieux du club, à un environnement qui n'attend qu'une étincelle pour s'enflammer. Les gens qui vivent à travers l'ASSE ont de grosses espérances chaque fois qu'ils sentent que quelque chose de nouveau se passe. Depuis la saison dernière, c'est ce qui se passe. Et encore, l'engouement pourrait être encore supérieur si les joueurs de Galtier parvenaient à mieux gérer leurs derbys. Quand on les voit jouer face à Lyon comme ils le font depuis que je les suis, comme ils l'ont fait encore cette année, à l'exception de la victoire dans le 100ème derby à Gerland, il y a de quoi se demander s'ils ne font pas un vrai complexe visà-vis du rival régional. Chaque saison, on a l'impression que c'est la bonne, on se dit, cette fois, ça y est, ils vont y arriver... Et chaque fois, ils déjouent de la même manière comme s'ils étaient inhibés par l'enjeu. Dans ce contexte, il ne faut pas oublier tout ce qui a été bien fait jusque-là et considérer que si l'Europe est au bout du chemin, ce serait une belle récompense pour tout le travail effectué par Christophe Galtier depuis qu'il est à la tête de cette équipe. Se qualifier pour l'Europa League serait légitime à mon sens car il y avait bien longtemps que les Verts n'avaient pas pu compter sur un vrai buteur pour se propulser vers le haut. Pierre-Emerick Aubameyang est le digne successeur de Bafé Gomis dans ce registre. Avec Stéphane Ruffier dans les buts, ils constituent des éléments moteurs et décisifs qui permettent de concrétiser les efforts du collectif. Pour une fois que les Verts ont un buteur, ça serait bien qu'ils parviennent à accrocher l'Europe. Ils le méritent. Mais même s'ils n'y parvenaient pas, le club me parait être sur de bons rails. La fin du binôme présidentiel a été une bonne chose car elle prêtait trop à la déstabilisation. Ils ont un bon coach, un bon staff et ils ont réussi un bon recrutement avec des joueurs comme Gradel et Nicolita que personne ne connaissait... chacun est désormais à sa place dans l'organigramme. Il faut maintenant confirmer mais dans le football français, l'ASSE est un club qui est amené à monter en puissance dans les années qui viennent, lorsque le stade Geoffroy Guichard sera opérationnel. Alors, sans se prendre pour ce qu'ils ne sont pas encore, des joueurs d'une équipe européenne, les Verts ont encore une belle carte à jouer en cette fin de saison. Car lorsqu'on a souvent flirté avec le podium, souvent été 4ème ou 5ème, terminer au-delà du Top 5 serait une déception. Vu le parcours qui a été le leur jusqu'à présent et le calendrier qui les attend, face à des équipes de seconde zone (Dijon, Nancy, Caen, Brest), et deux matches de prestige face à l'OM et au PSG, c'est dans leurs cordes. A défaut, de toute façon, rien ne pourrait remettre en cause le coach ou l'orientation d'une politique sportive qui me paraît cohérente."

*53 ANS, JOURNALISTE SUR ORANGE SPORT

"TERMINER AU-DELÀ DU TOP 5 SERAIT UNE DÉCEPTION"