//img.uscri.be/pth/32393c91c976b1814a419fde7fdd071e9b0a1f63
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Les entrepreneurs de Brest ne restent pas à quai

3 pages
Les entrepreneurs de Brest ne restent pas à quai SDMO augmente ses capacités de production Leader français des groupes électrogènes et n°3 mondial, SDMO Industries est une référence dans son secteur. Née à Brest en 1966, l'entreprise se spécialise d'abord dans les moteurs marins avant de se lancer dans la conception et la fabrication de groupes électrogènes. Cédée il y a sept ans par la famille Meunier au groupe américain Kohler, SDMO Industries réalise 500 millions d'euros de chiffre d'affaires, essentiellement à l'export, rayonnant en Europe mais aussi en Amérique centrale, en Amérique du en Afrique et au Moyen-Orient, grâce notamment à 7 filiales (Angleterre, Espagne, Allemagne, Belgique, Nigeria, Argentine, états-Unis, Pays-Bas). Depuis sa nouvelle usine de Brest Kergaradec d'une superficie de 41.500 m2 inaugurée récemment et qui abrite également un centre de formation, un laboratoire et un hangar de stockage de composants, le groupe, qui emploie 1.500 personnes dans le monde dont 830 à Brest, produit 365 groupes électrogènes par jour, pour fournir les hôpitaux, les banques, la grande distribution, les centres pétroliers... mais aussi les particuliers. Car un des atouts de SDMO Industries est de proposer une gamme s'étendant des groupes électrogènes allant de 1 kilowatt à des centrales d'énergie de plusieurs mégawatts. Outre l'extension du site brestois, SDMO mise sur les acquisitions, au Brésil notamment, pour faire face à ses concurrents Caterpillar et Cummins.
Voir plus Voir moins
Les entrepreneurs de Brest ne restent pas à
quai
SDMO augmente ses capacités de production
Leader français des groupes électrogènes et n°3 mondial, SDMO Industries est une référence dans son secteur. Née à Brest en 1966, l'entreprise se spécialise d'abord dans les moteurs marins avant de se lancer dans la conception et la fabrication de groupes électrogènes. Cédée il y a sept ans par la famille Meunier au groupe américain Kohler, SDMO Industries réalise 500 millions d'euros de chiffre d'affaires, essentiellement à l'export, rayonnant en Europe mais aussi en Amérique centrale, en Amérique du en Afrique et au Moyen-Orient, grâce notamment à 7 filiales (Angleterre, Espagne, Allemagne, Belgique, Nigeria, Argentine, états-Unis, Pays-Bas). Depuis sa nouvelle usine de Brest Kergaradec d'une superficie de 41.500 m2 inaugurée récemment et qui abrite également un centre de formation, un laboratoire et un hangar de stockage de composants, le groupe, qui emploie 1.500 personnes dans le monde dont 830 à Brest, produit 365 groupes électrogènes par jour, pour fournir les hôpitaux, les banques, la grande distribution, les centres pétroliers... mais aussi les particuliers. Car un des atouts de SDMO Industries est de proposer une gamme s'étendant des groupes électrogènes allant de 1 kilowatt à des centrales d'énergie de plusieurs mégawatts. Outre l'extension du site brestois, SDMO mise sur les acquisitions, au Brésil notamment, pour faire face à ses concurrents Caterpillar et Cummins.
Empreinte laisse son... empreinte !
En juin dernier, à Paris, entre Concorde et Madeleine, au 13 rue Saint Florentin s'ouvrait l'Atelier Lingerie de la marque brestoise Empreinte, un concept store pensé, conçu et réalisé avec trois objectifs clés : «être encore plus proche de nos clientes et de leurs attentes, partager notre expertise, les conseiller en face à face, au plus près de leurs besoins», souligne Philippe Berthaux, président d'Empreinte.
Née à Brest il y a 65 ans, la marque, qui se positionne sur le marché de la lingerie comme le spécialiste des poitrines généreuses, est le seul corsetier français à proposer trois profondeurs de bonnet (A, B et C) suivis en 1960 du bonnet D, puis du bonnet E en 1962. Au fil des décennies,
Empreinte a enrichi ses collections avec des innovations techniques, créant le premier soutiensud, gorge sans bretelle en 1968, qui permet de dénuder ses épaules, ou les coques en 2007, une nouvelle forme de soutien-gorge. Rachetée en 1998 par Philippe Berthaux, l'entreprise s'est taillée une place au soleil avec des modèles allant du 85 C au 115 H, des culottes et des maillots de bain. Empreinte, qui compte 120 salariés dont une centaine à Brest, crée en moyenne 6 lignes de lingerie par an. Si 20 à 25% de la production est assemblé sur le site brestois, le reste étant sous-traité en Tunisie et à l'île Maurice, plus de 50% des ventes se font à l'international, la Belgique, le Canada et les états-Unis étant la 1ère zone d'exportation de la marque, les morphologies s'y prêtant davantage.
Au fil des années, la marque, qui réalise un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros, a développé un véritable savoir-faire, pour atteindre aujourd'hui une renommée reconnue d'excellence. «C'est pourquoi il nous a semblé légitime de donner à Empreinte son écrin avec l'Atelier Lingerie. Ce concept permet également à nos clientes de personnaliser leurs parures lingerie en y apportant leur touche créative personnelle, réalisée sur place, à l'atelier même», explique Philippe Berthaux. Il faut dire que l'Atelier s'est équipé d'une surface tactile interactive Poly Touch de 32 pouces. Les clientes, assises autour, peuvent tester différents types de personnalisation, s'en servant comme d'un «coach mode !». «L'Atelier Lingerie est la combinaison synthétique de trois cultures : celles de la lingerie, du luxe et de l'International», renchérit le P-DG, fier que sa lingerie soit le meilleur atout charme des femmes à la beauté généreuse.
IXBlue commande les robots sousmarins du monde
Implantée au Technopole de Brest, iXBlue est devenue un des leaders mondiaux des systèmes de navigation et de positionnement sous-marins, grâce à sa maîtrise des hautes technologies. Ce groupe industriel indépendant reconnu mondialement, qui emploie 450 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros dont 80% à l'export, connaît une croissance de 20%. Il faut dire que cette PME se positionne sur un créneau extrêmement pointu, avec une spécialité phare : le positionnement acoustique. Son système de positionnement acoustique est d'ailleurs reconnu par bon nombre de sociétés pétrolières offshore, indispensable pour un bateau effectuant des forages et qui doit rester toujours au même endroit, mais aussi des chercheurs océanographes, des constructeurs de satellites (EADS)... Ses technologies innovantes servent les domaines de la navigation, du positionnement, de l'imagerie sous-marine, de l'exploration océanique et terrestre (offshore, océanographie, hydrographie, géophysique). Centrale inertielle et système de positionnement acoustique équipent ainsi des robots sous-marins, notamment le Nautile et le Victor de l'institut français Ifremer, mais aussi ceux des Allemands, des Russes, des Chinois. Acteur majeur dans l'offshore pétrolier, leader mondial des systèmes de navigation marine haute performance, expert en hydrographie, iXBlue investit régulièrement en recherche et développement (plus de 20% de son chiffre d'affaires). Si l'entreprise réalise 80% de son chiffre d'affaires dans le civil, notamment dans l'industrie pétrolière offshore, elle table également sur l'exploitation de minerais sous l'eau et le militaire pour faire croître son chiffre d'affaires de 20% dans les années à venir.
Guyot Environnement : du traitement des déchets au Stade Brestois
Créée en 1983 par Michel Guyot, Brest Recyclage est devenu un groupe leader avec la création de la holding Guyot Environnement en 1998. Avec plus de 20 années d'expérience marquées par une modernisation et un développement constant, le groupe est aujourd'hui l'un des prestataires incontournables des secteurs du recyclage et de l'environnement en Bretagne, avec des filiales à Saint-Malo, Quimper, Morlaix, Guingamp... Au service des industriels et des collectivités locales, la PME traite ainsi 10.000 tonnes de déchets issus de collecte sélective des communautés de communes, mais est également active dans la collecte et la valorisation des métaux ferreux et non ferreux, le broyage de véhicules hors d'usage, la déconstruction et la démolition... Elle dispose d'un centre de tri de déchets industriels dangereux (DID) et d'un centre de tri de matières secondaires issues de la collecte sélective. Avec ses 280 salariés répartis sur 11 sites Bretons, Guyot Environnement résiste aux deux poids lourds nationaux qui se disputent le marché du recyclage, Veolia et Suez, réalisant 70 millions d'euros de chiffre d'affaires. À la tête de cette entreprise familiale, Erwan Guyot, le fils du fondateur Michel Guyot, en retrait depuis qu'il a pris la présidence du Stade Brestois en 2006 avec succès puisque le Club est monté en Ligue 1. L'homme qui s'affirme sans complexe «ferrailleur» n'est guère inquiet du début de saison moyen de son équipe. Il faut dire que ce patron à la volonté inoxydable sait relever les défis, lui qui a su transformer sa petite entreprise de récupération de ferraille en 2ème groupe breton de recyclage de métaux et de traitement des déchets.