Les "Zorro" du mercato
1 page
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats PDF et ZIP

Description

Les "Zorro" du mercato En football tout va vite, très très vite. tout en haut un jour, on se retrouve tout en bas le lendemain.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 janvier 2013
Nombre de lectures 16
Langue Français
Les "Zorro" du mercato

En football tout va vite, très très vite. tout en haut un jour, on se retrouve tout en bas le lendemain. Le mercato d'hiver se nourrit de cette maxime qui fait qu'on est tous le « mauvais » ("méchant ", "con"... comme on veut) de quelqu'un. Pour les entraineurs, le mois de janvier est l'occasion de rééquilibrer son équipe ; pour les joueurs, c'est la possibilité de retrouver du temps de jeu ailleurs (à de rares exceptions prêtes). Le mariage des deux ne donne pas souvent de grandes réussites. La saison dernière, si le PSG n'a pas profité des signatures à la trêve de Maxwell et Motta, en revanche, Ajaccio et Nancy peuvent se féliciter d'avoir recruté au coeur de l'hiver. Aujourd'hui décrié par son ancien entraineur en lorraine (voire notre article en page 9), Yohan Mollo a pourtant changé le destin de l'ASNL presque à lui tout seul, au cours de la deuxième partie de la saison dernière. Prêté par le club espagnol de Grenade, qui ne comptait pas sur lui, le joueur formé à Monaco a joué les 19 matchs retours, durant lesquels il a marqué 3 buts et réussi 6 passes décisives. Résultat : 18ème, donc relégable, à la trêve avec 18 points, Nancy a terminé la saison à la 11ème place avec 45 points (9ème au classement des matchs retours). Sur l'île de Beauté, c'est le Brésilien Edouardo qui a permis à Ajaccio d'inverser la tendance. Lanterne rouge à la trêve (15 points, seulement 2 victoires), et promis à la Ligue 2, le club corse a fini la saison à la 16ème place avec 41 points. L'ancien joueur de Lens a marqué 5 buts en 19 matchs.

Il n'y a pas que dans le haut du classement que les recrues de janvier ont changé la vie de leur nouvelle équipe. A Bordeaux, les arrivées conjuguées d'Obraniak et Mariano ont donné un tout autre visage à l'équipe de francis Gillot. 10ème à la trêve, Bordeaux terminera finalement la saison à la cinquième place et décroche l'Europa League, après un excellent parcours retour (38 points inscrits). Si Mariano a été précieux sur le flanc droit, Ludovic Obraniak a régulé le jeu des Girondins et inscrit 4 buts au cours des 17 matchs qu'il a joués.