NE PAS CÉDER AU PESSIMISME AMBIANT
2 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

NE PAS CÉDER AU PESSIMISME AMBIANT

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
2 pages
Français

Description

NE PAS CÉDER AU PESSIMISME AMBIANT Saint-Étienne est tout à fait en phase avec son objectif : faire mieux que la huitième place obtenue la saison passée.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 09 février 2012
Nombre de lectures 5
Langue Français

Exrait

NE PAS CÉDER AU PESSIMISME AMBIANT

Saint-Étienne est tout à fait en phase avec son objectif : faire mieux que la huitième place obtenue la saison passée.

Àen croire certaines critiques, c'est chez un relégable que l'AS Saint-Étienne se serait inclinée 3-0 à la fin du mois janvier. Alors que c'est à Lille, champion de France, tenant de la Coupe de France - excusez du peu - que les Verts ont été balayés de la sorte. On a reproché à Christophe Galtier d'avoir aligné une équipe dans l'unique but d'obtenir le nul 0-0 ? Mais combien de clubs peuvent se permettre le luxe de se déplacer à Villeneuve d'Ascq en visant une victoire ? Cherchez bien car cette saison seul Montpellier s'est imposé dans le Nord, une victoire 1-0 au mois d'août qui avait carrément des airs de miracle tant Lille avait été dominateur ce soir-là. Et rappelons que l'ASSE était privée de Florent Sinama-Pongolle, Pierre-Eymerik Aubameyang et Max-Alain Gradel lors de cette rencontre, soit ses trois meilleurs joueurs offensifs depuis le début de la saison ! À l'heure de l'analyse, comment pourrait-on l'oublier ? Encore une question : combien de formations en France peuvent se permettre le luxe d'être privée de ses trois meilleurs attaquants sans que le rendement offensif de l'équipe n'en souffre ? La défaite 3-0 à Lille prouve simplement que Saint-Étienne ne boxe malheureusement pas encore dans la même catégorie que les poids lourds de notre championnat. Mais si le podium avait été l'objectif des dirigeants auxerrois, ceux de l'ASSE ont été beaucoup plus raisonnables en demandant simplement à leur équipe de terminer au moins à une place équivalente à leur budget. Pour réussir leur saison, les Verts doivent donc terminer à l'une des sept premières places. Saint-Étienne a assurément les moyens d'y parvenir, à condition de ne pas céder au pessimisme ambiant à la moindre défaite contre Lille, Marseille, Paris ou même Lyon. Le championnat des Verts ne se joue pas contre les gros.