"RETROUVER UNE PLACE DE TITULAIRE"
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

"RETROUVER UNE PLACE DE TITULAIRE" Pourquoi avoir choisi de rejoindre Nancy ? Je voulais retrouver la Ligue 1. Le fait d'avoir connu le haut niveau avec Nantes (2008- 2009) et Valenciennes (2009-2010) m'a donné envie de m'y frotter à nouveau. Nancy s'étant manifesté, j'ai donné mon accord car j'ai adhéré à leur projet. Etait-ce votre unique opportunité ? Il y avait d'autres clubs mais ça n'a pas abouti. Et puis, l'offre la plus concrète émanait de Nancy. Votre transfert a été réglé dès le mois de juillet. Souhaitiez-vous régler votre situation le plus tôt possible ? Pas spécialement. Ça a été une question de timing. Il y a eu des discussions qui ont fini par aboutir. Comment s'est passé votre départ de Nantes ? Il n'y a pas eu de problème. Ça a été un peu vite car on était en stage de préparation avec le club, et les choses ont bougé lors de la deuxième semaine. Mais les dirigeants avaient été clairs sur le fait qu'ils me laisseraient partir en cas d'opportunité. Quel a été le rôle du discours de Jean Fernandez ? L'opportunité de rejouer en L1 a joué plus qu'autre chose, mais le dialogue que j'ai eu avec le coach m'a également plu. C'est toujours plus réconfortant quand le coach vous appelle pour vous expliquer les raisons de son intérêt. Regrettez-vous ce choix ? Non. Je suis content d'avoir choisi Nancy. Il faudra encore attendre pour tirer un jugement définitif mais c'est en bonne voie.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 septembre 2011
Nombre de lectures 11
Langue Français
"RETROUVER UNE PLACE DE TITULAIRE"

Pourquoi avoir choisi de rejoindre Nancy ?

Je voulais retrouver la Ligue 1. Le fait d'avoir connu le haut niveau avec Nantes (2008-2009) et Valenciennes (2009-2010) m'a donné envie de m'y frotter à nouveau. Nancy s'étant manifesté, j'ai donné mon accord car j'ai adhéré à leur projet.

Etait-ce votre unique opportunité ?

Il y avait d'autres clubs mais ça n'a pas abouti. Et puis, l'offre la plus concrète émanait de Nancy.

Votre transfert a été réglé dès le mois de juillet. Souhaitiez-vous régler votre situation le plus tôt possible ?

Pas spécialement. Ça a été une question de timing. Il y a eu des discussions qui ont fini par aboutir.

Comment s'est passé votre départ de Nantes ?

Il n'y a pas eu de problème. Ça a été un peu vite car on était en stage de préparation avec le club, et les choses ont bougé lors de la deuxième semaine. Mais les dirigeants avaient été clairs sur le fait qu'ils me laisseraient partir en cas d'opportunité.

Quel a été le rôle du discours de Jean Fernandez ?

L'opportunité de rejouer en L1 a joué plus qu'autre chose, mais le dialogue que j'ai eu avec le coach m'a également plu. C'est toujours plus réconfortant quand le coach vous appelle pour vous expliquer les raisons de son intérêt.

Regrettez-vous ce choix ?

Non. Je suis content d'avoir choisi Nancy. Il faudra encore attendre pour tirer un jugement définitif mais c'est en bonne voie.

Comment vivez-vous la concurrence avec Damien Grégorini qui est aujourd'hui le numéro un ?

Ça se passe bien, il n'y a aucun problème. De toute façon, en tant que gardien, on connaît ça depuis le centre de formation. On vit avec tous les jours, on y est préparés.

Saviez-vous que vous alliez être remplaçant ?

Bien sûr, ça avait été très clair avec le coach.

Si d'aventure cette situation venait à perdurer, cela poserait-il problème pour vous ?

(Il hésite) Si ça reste comme ça, oui. Le fait de ne pas avoir de compétition dans les jambes peut être un frein à ma progression. Mais je ne me pose pas de question, je bosse et je fais le maximum à l'entraînement. Si les matchs viennent, ça sera encore mieux.

Vous sentez-vous capable de passer numéro un ?

Pourquoi pas. Mais à l'heure d'aujourd'hui, je suis numéro deux. J'ai déjà connu la L1, donc... C'est au coach de sentir si je suis apte à jouer et grimper dans la hiérarchie.

"NE PAS AVOIR DE COMPÉTITION DANS LES JAMBES PEUT ÊTRE UN FREIN À MA PROGRESSION"

Est-il simple de passer du statut de titulaire à celui de remplaçant ? Vivez-vous bien ce changement ?

C'est la première fois que ça m'arrive... Enfin ma deuxième, puisque je n'ai fait que la première partie de saison avec Valenciennes. Je me sers de cette expérience pour tenir le coup. Mais ce n'est pas difficile à vivre, car quand vous avez gouté au poste de titulaire, vous n'avez qu'une envie, c'est de le retrouver, et vous oubliez tout le reste.

L'objectif reste quand même cette place de titulaire ?

Oui, mais je pense avant tout à progresser. Le statut viendra si je fais le nécessaire. Ma priorité, c'est de retrouver les bases de la L1, et de bien observer les rencontres depuis le banc de touche. J'essaie d'emmagasiner le maximum de choses pour les avancer.

A votre arrivée, vous avez déclaré que la priorité était de vous "installer dans le groupe" et de vous "faire accepter par les autres joueurs". Quel bilan tirez-vous après ces premiers mois passés avec le groupe ?

Tout se passe bien. Les joueurs sont très ouverts, très accueillants. Le groupe est sain, personne ne se prend la tête. Le but est d'avancer ensemble sans se poser de problème. Lorsqu'un nouveau arrive, tout le monde le met immédiatement dans le bain pour qu'il mette ses qualités en avant.

Comment trouvez-vous le groupe nancéien ?

J'apprends encore à le découvrir mais c'est un groupe qui bosse bien, et qui a envie de progresser. Il y a une grande solidarité, un gros mental. Footballistiquement parlant, il y a de très bons joueurs. Au niveau technique, notamment, je trouve que l'équipe est assez bien dotée.