Rouen, tout feu tout flamme
2 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Rouen, tout feu tout flamme

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
2 pages
Français

Description

Rouen, tout feu tout flamme La Ligue 2. Le mot est sur toutes les lèvres. C'est en effet l'objectif clairement exprimé par les dirigeants rouennais et l'entraîneur Eric Garcin. "On s'est donné les moyens (5,8 M€ de budget, soit le 2ème de National derrière Nîmes, Ndlr) d'avoir cet objectif, mais maintenant, il n'y a que le terrain qui dira si on l'a fait ou pas" estime l'entraîneur du FCR.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 21 septembre 2011
Nombre de lectures 12
Langue Français

Exrait

Rouen, tout feu tout flamme

La Ligue 2. Le mot est sur toutes les lèvres. C'est en effet l'objectif clairement exprimé par les dirigeants rouennais et l'entraîneur Eric Garcin. "On s'est donné les moyens (5,8 M€ de budget, soit le 2ème de National derrière Nîmes, Ndlr) d'avoir cet objectif, mais maintenant, il n'y a que le terrain qui dira si on l'a fait ou pas" estime l'entraîneur du FCR. Le budget, l'effectif et la ferveur populaire étant au rendez-vous, ce serait une véritable catastrophe si le club ne parvenait pas à monter cette année. Le président Pascal Darmon s'est en effet donné de la peine pour atteindre son objectif : "On a mis les moyens cette année, on ne les mettra qu'une fois. Ce sera difficile de produire le même effort financier si le club ne monte pas cette année". Autrement dit, c'est maintenant ou jamais. Mais Rouen est plutôt bien parti car l'équipe a réussi à aligner une série de cinq victoires consécutives qui lui permet de se retrouver en haut du classement et d'espérer retrouver la Deuxième Division après l'avoir quittée en 2004. Les arrivées combinées de Damien Da Silva (Châteauroux), joker de luxe capable de dépanner autant au milieu qu'en défense, du feu follet Zahir Zerdab (JSM Béjaïa) sur le côté et de l'ancien Pisciasais Rémy Dugimont (Poissy) ont considérablement renforcé un effectif déjà solide. Effectif qui comptait déjà dans ses rangs l'actuel meilleur buteur rouennais Dona Ndoh (4 buts en 5 matches) et Jean-Paul Mendy auteur d'un début de saison au diapason de son club. "Chaque année, l'effectif est de plus en plus fort, on travaille sur une continuité, le club, le staff, les joueurs progressent" se félicite l'entraîneur rouennais. Grâce au travail des recruteurs, et notamment du directeur sportif Walquir Mota, l'effectif est plus étoffé que jamais. Mais pour Garcin, l'important est d'arriver à concentrer tout le monde. Il faut que ceux qui jouent moins restent motivés. Il le répète, il n'a pas onze titulaires mais une vingtaine de joueurs qui peuvent servir à n'importe quel moment avec pour leitmotiv une défense de fer ! "Je me suis attaché à faire énormément de travail défensif car les meilleures défenses finissent souvent assez bien placées." Et le natif d'Avignon ne croit pas si bien dire. Les deux derniers vainqueurs du National, Bastia et Evian, étaient tous deux meilleures défenses du championnat avec respectivement 24 et 28 buts encaissés. Ce travail paye car le gardien, Jean-François Verger, ne s'est fait battre que deux fois en six matches depuis le début du championnat. Pour Eric Garcin, le travail défensif est avant tout un travail collectif. "Les joueurs savent quoi faire une fois le ballon perdu, le plus important est de trouver un équilibre entre l'attaque et la défense".

3000 spectateurs de moyenne

Autre atout de poids pour le FC Rouen, son public. En témoigne cette affluence moyenne de 3000 supporteurs par match. L'engouement est énorme pour la montée en Ligue 2 et quand on lui demande si c'est une pression de plus pour lui, Eric Garcin répond le plus tranquillement possible : "La pression, j'y suis habitué, les spectateurs vont venir de plus en plus grâce aux résultats. Et puis, dans supporteurs, il y a support, c'est de quoi nous aurons besoin. Après, quand il y a un passé, c'est normal d'être exigeant. Les anciens étaient habitués à la Ligue 1 et à la Ligue 2. Nous avons besoin d'eux pour gravir ces échelons. Je tiens d'ailleurs à les remercier pour leur soutien, leur accueil et qu'ils continuent." Si la montée se fait de plus en plus concrète, il est clair que de nombreux normands répondront à l'appel de l'entraîneur. Car il faut dire que les supporteurs sont en concurrence avec une autre équipe de Haute-Normandie qui milite en National, le club de Quevilly, qu'ils aimeraient distancer pour retrouver leurs meilleurs ennemis, les Havrais en Ligue 2 et, pourquoi pas, les Caennais en Ligue 1. Mais d'ici là, le FC Rouen a encore du pain sur la planche.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents